NCSM Beaver

Il y a eu 2 navires du nom Beaver dans la Marine royale canadienne.

NCSM Beaver (1er du nom) (S10 / Z10)

En 1939, ayant le pouvoir de réquisitionner toutes les embarcations privées immatriculées par la Grande-Bretagne, la Marine royale du Canada ne put trouver de bâtiments véritablement adaptés à la guerre anti sous-marine. Le marché américain des yachts révéla des possibilités intéressantes, mais il était impossible d’en faire l’achat sans contrevenir aux dispositions de la Neutrality Act. La Marine royale du Canada se décida à réquisitionner un nombre suffisant de yachts immatriculés au Canada, sans égard à leurs lacunes. Leurs propriétaires les remplacèrent ensuite par des yachts achetés aux États-Unis et que la Marine royale du Canada avait, bien entendu, préalablement triés sur le volet. « Découvrant » que ces bâtiments étaient supérieurs aux yachts initialement réquisitionnés, elle s’en appropriait alors. Au printemps de 1940, le Canada avait déjà acquis, grâce à cette méthode, 14 yachts qu’il arma et baptisa d’un nom d’un animal. Cinq d’entre eux (Beaver, Cougar, Grizzly, Renard et Wolf) avaient déjà servi comme patrouilleur auxiliaire pour la Marine américaine de 1917 à 1919. Bâtiments de fortune, les yachts armés assurèrent néanmoins la défense anti sous-marine des côtes canadiennes jusqu’à l’été de 1941, avant d’être supplantés par les corvettes. Ils montrèrent à nouveau leur valeur par la suite comme navires-écoles et bâtiments de garde.

Doyen des yachts armés, le Beaver, dont l’ancien nom était Aztec, entra au service du Canada le 1er avril 1941 à Halifax, Nouvelle-Écosse et se joignit à la Force locale de défense de Halifax comme navire école pour radar. Le navire fut aussi brièvement affecté à Saint John, Nouveau Brunswick, au sein de la Force du Nouveau-Brunswick, puis à la Force de Sydney vers la fin de 1942. Le 29 juillet 1943, le Beaver arriva à Digby, Nouvelle-Écosse, où il servit de navire-école d’abord pour le canonnage à bord des DEMS (navires de commerce dotés d’un équipement défensif), puis pour le matelotage. Il fut désarmé le 17 octobre 1944, vendu en 1946 et revendu 10 ans plus tard à un ferrailleur.

NCSM Beaver (2e du nom) (Q106 / ML 106)

Bâtiment polyvalent de 112 pieds (43.2 m), la vedette à moteur de classe B était l’œuvre de la société anglaise Fairmile, d’où le nom Fairmile donné à tous les bâtiments de cette catégorie. Au total, 80 de ces vedettes furent construites au Canada. Les Fairmile jouèrent un rôle utile en tant qu’escorteurs dans le Golfe du Saint‑Laurent et dans le fleuve lui‑même, et en tant qu’escorteurs de convois entre Terre‑Neuve et le continent. Ils remplirent tout un éventail d’autres fonctions comme patrouilles anti sous-marines, défense portuaire et sauvetage, remplaçant des escorteurs de plus grande dimension dont les services étaient requis d’urgence ailleurs. La plupart des Fairmile furent vendues à la fin de la guerre, mais une demi-douzaine d’entre elles demeurèrent en service à titre de navires‑écoles sur les Grands Lacs jusqu’aux années 1960 : le Beaver était du nombre. Il fut commissionné le 28 juillet 1945 et désarmé le 30 juillet 1945. Il fut re-commissionné après la guerre le 18 mai 1954 et servit comme navire-école jusqu’au 13 novembre 1957.

Honneurs de bataille

  • Atlantique 1942
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :