NCSM Churchill

Il n’y a eu qu’un seul établissement du nom de Churchill dans la Marine royale canadienne.

NCSM Churchill (SRN)

La Marine royale du Canada établit la Station radio navale (SRN) Churchill le 1er août 1943 en tant que station d'étude ionosphérique, dans le cadre d’un appui au réseau de radiogoniométrie haute fréquence visant les sous-marins allemands. Outre le bris de codes cryptographiques et le radar, la radiogoniométrie HF (communément appelé « Huff Duff » par les marins) était probablement la technologie alliée la plus efficace à laquelle faisaient face les sous-marins allemands. Le radiogoniomètre HF permettait de mesurer les gisements des émetteurs de transmissions radio haute fréquence utilisés par ces derniers. Lorsque les sous-marins communiquaient avec leur quartier général pour rapporter les conditions météorologiques, leur situation ou leurs contacts avec des convois, le radiogoniomètre HF pouvait relever le gisement de leur position approximative. Les gisements n’étaient pas très précis, mais se sont révélés utiles pour déjouer les concentrations de sous-marins allemands (ou meutes de loups) en attente d’un convoi. Ces convois recevaient l’ordre de changer de route et évitaient de naviguer près de ces sous-marins. Après la guerre, la station Churchill fut démobilisée en attendant que la Marine royale du Canada puisse obtenir les fonds nécessaires pour agrandir l’établissement.

Le 1er décembre 1950, la station Churchill fut mise en service en tant que Station radio navale canadienne de Sa Majesté (SRN CSM) Churchill et ce, jusqu'en juillet 1956. À cette époque, Communications Research (une organisation civile) et la Marine royale de Canada collaborèrent à un projet commun en vue de recueillir des données ionosphériques sur la propagation des ondes radio dans les latitudes nord du pays. Plus tard, la station Churchill fournit des services de radiogoniométrie HF en ajoutant 40 chercheurs en communications à son personnel. En novembre 1953, les premières Wrens (Service féminin de la Marine royale du Canada) à servir dans le Canada nordique arrivèrent à la station Churchill.

De la mi-juin à la fin septembre 1955, le brise-glace NCSM Labrador servit en tant que bâtiment principal d’un groupe de quatorze navires comprenant des brise-glace de la Marine et de la Garde côtière des États-Unis, chargés de livrer des milliers de tonnes de ravitaillement aux stations du Réseau avancé de préalerte (RAPA) États-Unis/Canada établies dans le secteur du bassin Foxe, dans l’est de l’Arctique. En raison des très mauvaises conditions des communications dans les latitudes nordiques, la station Churchill reçut la responsabilité secondaire de maintenir les communications navire-terre-navire pendant ce déploiement d’été.

De juillet 1956 à juillet 1966, la station prit le nom de Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Churchill, puis fut renommée Station des Forces canadiennes (SFC) Churchill en juillet 1966, à la suite de l’unification des Forces canadiennes. La SFC Churchill cessa ses opérations en 1968 et la propriété de celle-ci fut rétrocédée à Travaux publics Canada.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :