La capacité des futurs chasseurs canadiens : les équipes de fournisseurs visitent deux bases de chasseurs de la force aérienne

Le 6 décembre 2019 - Nouvelles de la Défense

Auteure : Stéphanie Poulin, conseillère en communication, PCFAC / Ottawa

La 3e Escadre Bagotville et la 4e Escadre Cold Lake sont les bases de chasseurs les plus achalandées de l’Aviation royale canadienne; elles répondent aux besoins domestiques et aux engagements internationaux du Canada. Ces deux bases sont nos bases d’opérations principales, ou BOP si vous voulez apprendre le jargon. Notre flotte actuelle de chasseurs est stationnée à ces deux BOPs, c’est aussi là que seront logés nos 88 futurs chasseurs. Lorsque notre gouvernement décide d’envoyer un chasseur pour appuyer l’OTAN, le NORAD ou d’autres coalitions, l’une de ces bases, ou les deux, les préparent et les envoient. Nos chasseurs doivent être prêts, tout le temps et n’importe quand. Des espaces de travail efficaces et adaptés sont essentiels afin de permettre des déploiements aussi rapides.

Idéalement situées pour remplir ces responsabilités, ces escadres de haute alerte continueront d’être la pierre angulaire de la défense aérienne du Canada. Ceci fait de ces deux emplacements des éléments clés du Projet de capacités futures d’avions de chasse.

Alors que les équipes des fournisseurs travaillent sur leurs propositions, les trois soumissionnaires, Saab (Gripen E), de la Suède, The Boeing Company (F/A-18 Super Hornet), des É.-U. et Lockheed Martin (F-35 Lightning II), aussi des É.-U., ont été invités à visiter Bagotville et Cold Lake.

L’objectif de cette visite est de permettre aux équipes de fournisseurs de mieux comprendre comment nous utilisons et entretenons nos chasseurs actuels, afin qu’elles puissent adapter leurs propositions au contexte canadien. Les équipes évalueront aussi nos besoins futurs en matière d’infrastructure, si leur chasseur est sélectionné. À la fin de la visite, nous ne saurons pas quelles nouvelles installations exactement nous aurons besoin. Plutôt, la visite permet aux équipes de fournisseurs d’inclure dans leurs propositions de quelle façon nos installations pourront être utilisées avec nos futurs chasseurs et nous informerons de possibles besoins, que ce soit pour de nouvelles installations ou des modifications à celles existantes.

Cette visite est en fait la deuxième du genre dans le cadre du processus du PCFAC. La première a eu lieu en novembre 2018 et avait le même but : donner des opportunités égales aux fournisseurs de comprendre comment nous fonctionnons au Canada.

Est-il trop tôt pour penser à l’infrastructure? De nouveaux chasseurs signifient de nouveaux besoins en espace, en formation, en fournitures d’entretien et en opérations. Les chasseurs sont parmi les équipements les plus complexes et les plus avancés de l’armée, nous devons commencer à les entretenir dès que nous les recevons. Bien que nous n’ayons pas encore identifié notre futur chasseur, il est essentiel de commencer à planifier l’infrastructure dès maintenant, avant l’arrivée de nos premiers chasseurs.

Bagotville et Cold Lake ne sont pas les seuls emplacements qui auront possiblement besoin de modifications. D’autres emplacements où opère l’Aviation royale canadienne auront peut-être besoins d’être modifiés afin de mieux supporter les opérations avec nos futurs chasseurs. Bagotville et Cold Lake, par contre, sont les deux seuls endroits où ils seront stationnés en permanence.

Nous continuerons à travailler sur toutes ces pièces, pendant que nous attendons les offres des fournisseurs, en mars prochain.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :