Accroissement de la présence des Rangers canadiens et des Rangers juniors canadiens dans le nord de l’Ontario

Le 13 janvier 2020 — Nouvelles de la Défence

Légende

Les nouveaux Rangers canadiens forment un cercle durant la cérémonie d’assermentation en vue de la mise sur pied de la nouvelle patrouille dans la Première Nation Long Lake no 58.

Peter Moon

Les Rangers canadiens sont occupés à augmenter leur capacité de servir les personnes et les jeunes du Nord ontarien par la mise sur pied de deux nouvelles patrouilles et de deux nouveaux détachements, ainsi que l’établissement d’une nouvelle patrouille de Rangers juniors canadiens.

Les nouvelles patrouilles de Rangers ont été établies dans la Première Nation d’Aroland et la Première Nation Long Lake no 58, deux petites collectivités ojibwées situées à environ 270 kilomètres à l’est de Thunder Bay. Le nouveau détachement de Ginoogaming constituera une sous-composante de la patrouille de Long Lake, tandis que les nouveaux rangers de Marten Falls relèveront d’un détachement de la patrouille d’Aroland. La nouvelle patrouille de Rangers juniors a ouvert ses portes dans la Première Nation de Pikangikum, collectivité ojibwée où l’on a mis sur pied une nouvelle patrouille de Rangers canadiens au début 2019.

Le lieutenant-colonel (Lcol) Shane McArthur, commandant du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens et dirigeant de l’ensemble des Rangers canadiens dans le Nord ontarien, a assisté à une cérémonie d’assermentation à Aroland. « Sans l’ombre d’un doute, vous allez améliorer les choses dans votre collectivité, a-t-il dit aux Rangers canadiens. Vous avez raison d’être fiers de vous être portés volontaires pour remplir ce rôle. »

« Je suis très satisfait et très heureux de voir ma Première Nation accueillir enfin des Rangers canadiens, affirme la chef Dorothy Towedo. C’est quelque chose dont notre collectivité avait besoin depuis longtemps. Nous avons désormais nos propres Rangers canadiens. C’est un grand jour. »

Les nouvelles patrouilles et les nouveaux détachements « ferment la boucle de notre couverture du Nord ontarien, confie le Lcol McArthur. Ainsi, les Rangers peuvent couvrir une superficie plus vaste qu’auparavant. Nous pouvons donc rehausser notre efficience et notre efficacité. »

Légende

L’aînée d’Aroland Nora Atlookan purifie les articles de l’uniforme remis aux Rangers canadiens nouvellement assermentés.

À Aroland, l’aînée Nora Atlookan a présenté une cérémonie traditionnelle au cours de laquelle elle a purifié par la fumée les nouveaux Rangers et leur nouvel uniforme. « J’ai été membre des Forces armées canadiennes pendant 34 ans, dont sept années pendant lesquelles j’exerçais les fonctions de commandant, et j’ai assermenté des centaines de soldats au cours de ma carrière, ajoute le Lcol McArthur. À ce jour, je n’ai jamais assermenté un membre des Rangers canadiens ni mis sur pied une patrouille des Rangers canadiens. J’avoue que c’est toute une expérience. J’ai vu les nouveaux membres des Rangers canadiens, qui éprouvaient la même fierté que nos membres de l’Armée canadienne. Au moment de leur assermentation, les nouveaux Rangers canadiens arboraient le même sourire et manifestaient la même fierté. Ces derniers vont soutenir directement leur collectivité. Je suis fier d’eux. »

Les chefs des Premières Nations, le maire de la municipalité de Greenstone, M. Ronald Beaulieu, ainsi que parents et amis, ont assisté à la cérémonie d’inauguration de la patrouille.

Légende

Le Lcol Shane McArthur, à droite, parle à des Rangers juniors canadiens durant l’inauguration de la nouvelle patrouille de Rangers juniors à Pikangikum.

Le capitaine Jason Dech, officier de l’Armée canadienne à la tête du Programme des Rangers juniors canadiens dans le Nord ontarien, a assisté à la cérémonie d’inauguration de la nouvelle patrouille des Rangers juniors canadiens à Pikangikum. « Quelque 70 nouveaux membres des Rangers juniors ont assisté à l’inauguration de la patrouille de Rangers juniors, laquelle sera la plus importante dans le Nord ontarien, c’est donc d’après moi une belle participation. Cette patrouille va connaître du succès. »

« C’est un grand jour pour Pikangikum, sans aucun doute, a affirmé le chef Dean Owen. Nous souhaitions depuis longtemps offrir cette possibilité à nos jeunes. J’ai bon espoir que le Programme des Rangers juniors canadiens aidera notre collectivité à élever les jeunes de sorte qu’ils deviennent de jeunes adultes matures et responsables et soient en mesure de remplir un jour divers rôles de leadership, par exemple, celui de chef. J’ai bon espoir pour le programme. »

« Les nouveaux membres des Rangers juniors canadiens ont vu les Rangers canadiens de leur localité prêter main-forte durant les évacuations et d’autres crises survenues ici, à Pikangikum, a expliqué l’adjudant Kevin Meikle, instructeur de l’Armée canadienne. Je leur ai dit qu’en tant que membres des Rangers juniors, ils jouissent du soutien de leurs familles et de leur collectivité et désormais, du soutien de la famille des Rangers. »

Selon Riel King, 14 ans : « Je me suis joint aux Rangers juniors canadiens parce qu’il s’agira d’une expérience intéressante et aussi en raison des Rangers canadiens qui, par ce qu’ils font pour la collectivité, m’ont incité à participer au programme. J’espère que les Rangers juniors canadiens pourront également aider notre collectivité. »

Les Rangers sont des réservistes à temps partiel de l’Armée canadienne qui viennent en aide aux collectivités éloignées et isolées du Grand Nord de l’Ontario en répondant à une gamme d’urgences, entre autres, des missions de recherche de personnes portées disparues ou manquant à l’appel et des évacuations en cas d’inondations ou de feux de forêt. À l’heure actuelle, des Rangers canadiens se trouvent dans 27 collectivités des Premières Nations. Les Rangers juniors canadiens relèvent d’un programme de l’Armée canadienne adapté à la réalité culturelle et destiné aux garçons et aux filles de 12 à 18 ans qui habitent des collectivités éloignées et isolées du Nord canadien.

(Le sergent Peter Moon est le ranger responsable des affaires publiques du 3e Groupe de patrouille des Rangers canadiens, à la Base des Forces canadiennes Borden.)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :