Protection, Sécurité, Engagement : Vers des opérations de défense plus durables

Le 13 février 2020 - Nouvelles de la Défense

Vous avez peut‑être remarqué qu’on parle de plus en plus fréquemment dans les nouvelles d’événements météorologiques extrêmes, de régimes climatiques imprévisibles et de températures records. Un peu partout dans le monde, on discute des mesures prises pour remédier à ces changements et on se demande s’il faudrait en faire plus. De nombreuses organisations, dont l’Équipe de la Défense, travaillent de façon acharnée afin de rendre leurs opérations plus durables et de réduire leurs répercussions sur l’environnement.

Au ministère de la Défense nationale (MDN), nous sommes aux prises avec le défi unique de devoir mener les opérations de l’une des plus grandes organisations fédérales au Canada d’une façon durable sur le plan environnemental, tout en étant tenus de défendre le Canada et de respecter nos obligations militaires sur la scène internationale. Au cours des dernières années, nous avons réalisé des progrès importants. Nous avons toujours besoin d’une quantité considérable d’énergie pour alimenter nos bases et notre équipement; cependant, le virage écologique de nos bases et de nos flottes de véhicules commerciaux avance bien. En effet, en date de 2018‑2019, nous avons réduit nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 32 % comparativement à nos niveaux de 2005, et nous sommes en bonne voie pour atteindre 40 % d’ici 2030, ainsi que le nouvel objectif fédéral de 80 % d’ici 2050. Du côté de notre parc de véhicules militaires, les carburants à faible teneur en carbone et les carburants renouvelables ne sont malheureusement pas encore accessibles à grande échelle. Les chasseurs et d’autres types d’aéronefs, ainsi que les navires et les véhicules blindés ont besoin de carburants à haute teneur en carbone pour fonctionner, et l’utilisation de ces carburants entraîne la production d’une quantité importante de gaz à effet de serre.

Cet équipement est essentiel aux opérations militaires et à la protection de la population canadienne. Bien que notre flotte militaire demeure exemptée des cibles de réduction des émissions de GES fédérales, nous n’interprétons pas cela comme un « passe‑droit » nous permettant de ne pas viser l’obtention d’un parc de véhicules plus durable. Au contraire, nous faisons un suivi des émissions de nos véhicules, et nous présentons ces données annuellement. De surcroît, nous mettons à l’essai de nouvelles solutions en matière d’énergie durable et de nouvelles technologies sur le terrain, nous nous efforçons de réduire la consommation d’énergie dans les camps déployés et nous faisons des recherches en partenariat avec l’industrie afin de trouver les carburants durables de l’avenir.

Ce type d’effort va de soi pour l’Équipe de la Défense, car peu de Canadiens passent autant de temps en plein air que nos soldats. En effet, les membres des Forces armées canadiennes sont amenés à passer un temps considérable dans la nature, tant au Canada qu’à l’étranger. Il ne faut pas aussi oublier que ce sont nos hommes et nos femmes en uniforme qui seront appelés à intervenir dans un nombre croissant de catastrophes naturelles et qui composeront directement avec les effets des changements climatiques. D’autre part, en plus d’atténuer les risques liés aux changements climatiques, l’amélioration de la durabilité des opérations militaires présente aussi des avantages stratégiques. Comme le MDN, de nombreux alliés du Canada au sein de l’OTAN s’attellent déjà à diversifier leurs sources d’énergie afin d’atteindre une plus grande indépendance énergétique. Une utilisation plus efficace de l’énergie et le recours à des sources d’énergie renouvelables et propres nous permettront à tous de ne plus devoir recourir à de grandes quantités de carburants, dont certaines sont importées, pour maintenir nos opérations en puissance. L’indépendance énergétique favorise une force militaire plus agile et plus sûre, et notre équipe déploie tous les efforts pour y arriver.

Octobre 2019 marque le deuxième anniversaire du lancement de la Stratégie énergétique et environnementale de la Défense (SEED), plan visant à améliorer notre efficacité énergétique et notre gestion de l’environnement dans tous les secteurs de la Défense. Alors que la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement énonce notre engagement à écologiser nos infrastructures et à prendre des mesures pour lutter contre les changements climatiques, la SEED souligne nos engagements énergétiques et environnementaux : gaspiller moins d’énergie, réduire notre empreinte environnementale, utiliser des sources d’énergie plus propres et mieux gérer notre rendement énergétique et environnemental.

Nos efforts commencent à porter des fruits. L’an dernier, la totalité des travaux de construction et de modernisation réalisés sur des immeubles de la Défense a respecté les normes d’excellence de l’industrie en matière de conception, de construction et d’entretien écologiques; 75 % de l’électricité consommée dans les bases et les escadres dans les provinces avec des réseaux électriques à émission élevées provenait de sources propres; et 27 % des véhicules légers de notre parc utilisent la technologie hybride, hybride rechargeable ou électrique.

Nous savons que l’écologisation de nos infrastructures et de nos opérations ne se fera pas du jour au lendemain, mais l’Équipe de la Défense a la chance de compter à son effectif des personnes compétentes dévouées à trouver des solutions pour surmonter nos défis uniques. La SEED et d’autres initiatives nous engagent dans la bonne direction pour atteindre nos objectifs en matière de lutte contre les changements climatiques, et nous sommes toujours aussi résolus à apporter notre contribution afin de laisser un environnement sain aux générations futures du Canada.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :