Message à l’intention des membres de l’Équipe de la Défense de la sous-ministre Jody Thomas et du chef d’état-major de la Défense, Gén Jonathan Vance par rapport au racisme et à la discrimination

Le 19 juin 2020 – Nouvelles de la Défense

Chers membres de l’Équipe,

D’abord, nous souhaitons nous excuser de ne pas nous être adressés directement et officiellement à vous avant aujourd’hui au sujet de la réaction de la communauté internationale au meurtre de George Floyd, lequel est survenu le 25 mai, et du racisme systémique au sein de l’Équipe de la Défense. Nos déclarations publiques sur Twitter ne remplacent pas les communications internes envoyées directement à nos membres. Nous sommes conscients que vous êtes nombreux à avoir été blessés et désillusionnés par ce retard de communication et nous nous engageons à faire mieux à l’avenir.

Nous reconnaissons que les événements qui se sont produits au cours des dernières semaines ont provoqué de profonds sentiments de peine, de frustration et de détresse pour bon nombre de nos collègues noirs et autochtones de l’Équipe de la Défense – collègues qui jouissent de notre soutien total et de notre solidarité en tant que personnes à la fois respectées, appréciées et importantes de notre Équipe de la Défense et de notre pays.

Nous avons également été mis au courant d’allégations qui ont été rapportées au Québec concernant la distribution d’un mème raciste anti-Noirs par l’un de nos membres. Nous comprenons que le mème est d’autant plus préjudiciable, car il écarte et rejette l’indignation ressentie par de nombreux membres noirs de notre famille militaire qui ont été témoins des événements qui se sont déroulés aux États-Unis et au Canada. Cet incident présumé fait l’objet d’une enquête de la police militaire et sera examiné par les acteurs indépendants du système juridique militaire ou civil.

Nous sommes résolus à éradiquer le racisme envers les Noirs et nous déclarons sans équivoque que le racisme anti-Noirs et le racisme envers toute autre minorité visible et les Autochtones ne seront pas tolérés au sein du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes (FAC). 

En tant qu’Équipe de la Défense, notre objet fondamental est enraciné dans le service à notre pays et à toute la population canadienne. Alors que nous nous tenons ensemble aujourd’hui sur ces fondements, nous reconnaissons également que, du point de vue historique, les structures sociales qui sous-tendent notre nation privilégient de manière disproportionnée les personnes de race blanche.

Jeudi, nous avons tenu une table ronde avec les représentants de nos groupes consultatifs de la Défense sur l’équité en matière d’emploi — Groupe consultatif des minorités visibles de la Défense [GCMVD], Groupe consultatif des Autochtones de la Défense [GCAD], Organisation consultative des femmes de la Défense [OCFD], Groupe consultatif de la Défense pour les personnes handicapées [GCDPH] et Réseau de la fierté de l’Équipe de la Défense — et M. Richard Sharpe, du Caucus des employés fédéraux noirs. Nous sommes reconnaissants de la grande honnêteté et du leadership dont a fait preuve chaque personne qui a partagé avec nous ses expériences et son point de vue, de sorte que nous puissions mieux comprendre la façon dont la discrimination et le racisme se manifestent et leurs répercussions sur les membres de notre Équipe de la Défense dans l’ensemble de nos différentes communautés.

Nous avons appris que le racisme est bien réel, en particulier le racisme à l’égard des Noirs et des Autochtones, et qu’il se manifeste chaque jour au sein de l’Équipe de la Défense. Nous avons appris que le racisme est pratiqué par des membres de l’Équipe de la Défense de tous les échelons et de tous les grades à l’échelle du pays. Nous avons appris que les victimes de ce racisme craignent grandement qu’on ne les croie pas si elles font part de leurs expériences, et qu’elles ont peur de subir des représailles si elles dénoncent cette situation. Nous avons appris que l’intention de la haute direction par rapport au racisme et à la discrimination est rarement pleinement reflétée dans les messages envoyés aux employés et aux membres. Nous avons appris qu’il est inefficace et restrictif de demander aux communautés de valider les programmes et les politiques qui sont censés leur être utiles, si les communautés n’ont pas participé au processus d’élaboration dès le début. Enfin, nous avons appris que les mots sont importants, et que bien que certains gestes blessants soient involontaires, ils causent quand même du tort.

Nous comprenons que les membres et les employés des FAC veulent que des mesures soient adoptées, et que ces mesures doivent provenir de nous, les hauts dirigeants, et être reflétées dans nos paroles et nos écrits ainsi que dans nos actes. Pour remédier au problème et mettre fin au cycle de racisme une fois pour toutes, il faudra prendre des mesures délibérées et soutenues, y compris la tenue de conversations nécessaires, malgré le fait qu’elles mettront des gens mal à l’aise, comme celles que nous avons eues hier. En fait, si les conversations – et surtout – les mesures subséquentes ne s’ensuivent pas, nous aurons fondamentalement failli à notre mission visant à amener un changement significatif.

La table ronde de jeudi et les événements récents ont renforcé l’idée que nous devons être plus déterminés et efficaces et mieux coordonnés dans notre approche visant à régler notre problème de racisme systémique. Voici donc les prochaines étapes immédiates :  

  1. Examiner et exécuter le processus de création d’espaces sûrs dans nos milieux de travail où les employés et les membres noirs de notre Équipe de la Défense pourront se réunir sans crainte de jugement et sans avoir à répondre à des questions.
  2. Confirmer et communiquer un moyen clair qui permettra aux employés et aux membres de dénoncer le racisme dans leur lieu de travail, de sorte qu’ils se sentent appuyés et qu’ils ne doutent pas que les préoccupations soulevées seront examinées avec tout le sérieux nécessaire.
  3. Tenir, au cours des prochaines semaines, une deuxième discussion avec les membres des groupes consultatifs de la Défense pour poursuivre la conversation de jeudi.
  4. Communiquer encore avec vous, chers membres de notre Équipe de la Défense, au cours des prochaines semaines pour vous informer d’autres mesures concrètes que nous adopterons pour répondre aux préoccupations que nous avons entendues jeudi et pour remédier au grand problème du racisme systémique dans notre institution.

À titre de dirigeants, nous avons un rôle crucial à jouer pour donner le ton et diriger le changement. Aujourd’hui, nous réitérons notre engagement à faire sorte qu’aucun membre de l’Équipe de la Défense ne se sente pas le bienvenu dans une pièce, à un atelier, dans une salle d’exercices, dans un navire ou sur un terrain d’aviation de la Défense nationale ou des FAC. Nous devons continuer de collaborer pour veiller à ce que notre Équipe de la Défense offre un endroit où tous se sentent les bienvenus, en sécurité et traités avec la dignité humaine et le respect que nous défendons et protégeons au quotidien, au service du Canada. Pour ce faire, nous redoublerons nos efforts et nous procéderons à un auto-examen, nous nous renseignerons sur les façons d’atténuer activement nos propres préjugés implicites et nous nous mobiliserons à cette fin. Nous encourageons tout un chacun à faire de même.

Jody Thomas
Sous-ministre de la Défense nationale

Général Jonathan Vance
Chef d’état-major de la Défense

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :