Des scientifiques de la Défense mènent des activités de sensibilisation pour inciter les filles à réaliser leurs rêves en STIM

Le 9 février 2021 – Nouvelles de la Défense

Les données de l’UNESCO sont sans équivoque; les femmes continuent d’opter moins souvent pour une carrière en STIM, sont moins nombreuses à obtenir un diplôme d’un programme de STIM, publient moins d’articles au cours de leur carrière et comptent pour seulement 30 pour cent des chercheurs à l’échelle mondiale. C’est pourquoi à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science le 11 février, des chercheuses œuvrant à Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) encouragent les filles à poursuivre leurs rêves et à opter pour une carrière enrichissante dans le domaine des des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM.)

Cathy Boscarino, scientifique de la Défense qui mène à RDDC des recherches portant principalement sur la génomique et l’apprentissage automatique, donne à nouveau une allocution à l’école secondaire Earl Haig à Toronto après une activité de sensibilisation couronnée de succès l’an dernier.

« La rétroaction reçue suffisait à montrer que les filles veulent en savoir plus sur la vie des femmes qui entament une carrière en STIM; elles connaissent déjà le cheminement d’études pour ce faire. Il faut offrir davantage qu’un exposé ponctuel destiné aux filles », affirme Mme Boscarino.

L’authenticité de la démarche a interpellé les étudiantes du secondaire, qui ont admis à Mme Boscarino qu’elles sentaient que des pressions familiales et sociales de se marier et d’avoir des enfants avant un certain âge s’exerçaient toujours et représentaient un obstacle à la poursuite d’une carrière en STIM pour les femmes.

Pour Mme Boscarino, la prochaine étape consistera à collaborer avec une enseignante de sciences de l’école Earl Haig pour offrir aux filles un soutien continu et la possibilité de poser des questions.

Ritu Gill, scientifique de la Défense œuvrant à RDDC et effectuant des recherches en désinformation, participe aussi aux activités de sensibilisation des élèves du secondaire à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science cette année. Elle croit que les jeunes filles ont besoin qu’on leur montre la diversité des femmes dans le domaine des STIM; en tant que femme de couleur œuvrant en STIM, Mme Gill incarne cette diversité.

« Il faut que les filles puissent voir des scientifiques qui leur ressemblent et s’expriment comme elles, qu’elles se sachent représentées au sein de ces professions. Grâce aux activités de sensibilisation, les filles  voient de manière concrète la diversité dans ces métiers et prennent contact avec des femmes aux origines diverses travaillant en STIM », affirme Mme Gill.

Mary Maclean, scientifique de la Défense, est aussi d’avis que le mentorat est l’une des façons de s’attaquer aux inégalités dans le domaine des STIM.

« J’ai beaucoup appris auprès de mentors, hommes et femmes, qui ont cru en mon potentiel comme scientifique », déclare Mme Maclean, qui travaille actuellement à RDDC au sein d’un groupe de constitué principalement de chercheuses et étudiant comment les gens prennent des décisions en situation d’incertitude.

La prochaine étape pour Mme Maclean serait d’inciter les femmes à briguer des postes de direction en STIM et d’accorder plus de valeur aux sciences attirant un plus grand nombre de femmes.

« Les sciences humaines sont parfois considérées comme des sciences « douces », mais elles ne sont pas moins rigoureuses », affirme Mme Maclean, qui s’adressera à des filles du mouvement des Guides du Canada dans le cadre de cette campagne de sensibilisation.

Grâce à ces activités de sensibilisation et à un mentorat soutenu, des chercheuses passionnées de RDDC ouvrent la voie à l’atteinte de l’égalité entre les sexes dans le domaine des STIM.

Des scientifiques de la Défense
Légende

Cathy Boscarino, Ritu Gill et Mary Maclean, scientifiques de la Défense, prennent part à des activités de sensibilisation à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science le 11 février.

Longue description

Des photos de trois femmes différentes occupent chacune un tiers de l’espace. À gauche, une femme souriante portant un sarrau blanc pose dans un laboratoire. Au milieu, une femme vêtue d’un complet noir parle au microphone tout en tenant une télécommande de l’autre main. À droite, une femme portant des lunettes et un chandail bleu marine regarde la caméra.

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :