Avec cinq enfants de moins de cinq ans, cette conjointe d’un membre de l’équipe de SAR fait face à l’imprévisible

Le 7 mai 2021 - Nouvelles de la Défense

Par Holly Bridges

Légende

Kelly Lynn Nicole, mère de cinq enfants âgés de moins de cinq ans, dont des triplés

Il y a les super‑mamans. Et il y a les super‑mamans qui ont un conjoint militaire.

Chaque jour, Kelly‑Lynn Nicole, mère de cinq enfants âgés de moins de cinq ans, dont des triplés, ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Certains jours, son mari est à la maison avec la famille ou au travail, et d’autres jours, il part en mission de recherche et de sauvetage (SAR) potentiellement dangereuse avec à peine 30 minutes de préavis.

« Beaucoup de gens sont étonnés par le fait que mon mari doit tout laisser tomber pour aller effectuer un sauvetage dès qu’il en reçoit l’ordre par téléphone. Ils sont impressionnés par les missions qu’il effectue », dit Kelly‑Lynn, dont le conjoint est mécanicien de bord au sein du 413e Escadron de transport et de sauvetage de la 14e Escadre Greenwood, en Nouvelle‑Écosse. « Ils n’en reviennent pas qu’il puisse partir en mission pendant des jours sur un préavis aussi court. En un claquement de doigts, je me retrouve seule pour garder le fort. »

Spontanéité et imprévisibilité des missions

Telle est la réalité des membres de l’équipe de recherche et sauvetage, dont le rythme de bataille est l’un des plus imprévisibles et intrinsèquement dangereux au sein des Forces armées canadiennes et de l’Aviation royale canadienne (ARC)

« Les missions peuvent survenir n’importe quand : sur l’heure du souper, lorsqu’on fait l’épicerie, lors de réunions de famille, en plein milieu de la nuit et, la plupart du temps, elles ont lieu par mauvais temps et dans des conditions dangereuses. Bien que certaines personnes me considèrent comme une superfemme, je suis humaine, tout simplement, et je peux être extrêmement inquiète. »

Un mode de vie empreint d’inquiétudes

Kelly‑Lynn, une « fille de militaire » dont le père a servi dans l’ARC, explique que son plus grand défi consiste à gérer ses inquiétudes. En 2006, son mari et elle ont perdu des amis dans l’écrasement de l’hélicoptère Cormorant CH‑149, en Nouvelle‑Écosse. Cet événement pèse encore lourdement sur son esprit et son cœur.

« Les activités de SAR ne sont pas de tout repos », explique Kelly‑Lynn. « Lorsque les conditions [météorologiques] sont bonnes, la mission de recherche peut être plus longue, et personne ne sait quand l’équipe sera de retour. C’est difficile de ne pas avoir ma douce moitié avec moi à la maison. Nous aimons le temps que nous passons en famille. Ainsi, lorsque l’horaire change et que nous devons modifier ou revoir nos plans, c’est difficile à accepter. »

Façon dont Kelly‑Lynn s’adapte à la situation

Kelly‑Lynn estime que la routine familiale, constante et souple à la fois, les heures de repos préétablies, le temps qu’elle passe avec ses amies (avant la pandémie) et les sorties de type « saisir l’occasion » faites avec sa famille pendant les jours de congé sont les moyens dont elle dispose pour s’adapter à ce mode de vie. Kelly‑Lynn peut aussi compter sur les membres de sa famille qui habitent à proximité, sur l’Île‑du‑Prince‑Édouard et au Nouveau‑Brunswick.

« Les balades en camionnette en après‑midi, alors que les enfants font leur sieste, sont aussi un exemple de ce que nous faisons lors de nos temps de repos. Mon conjoint et moi prenons un café chaud, ou bien nous arrêtons dans des brasseries ou des établissements vinicoles pour acheter quelques gâteries pour la soirée.

J’aime prendre des douches chaudes, regarder des émissions sur Netflix, grignoter et prendre un petit verre à la maison. Ce ne sera pas toujours comme ça, alors nous voyons cela comme une bénédiction, comme une aventure qui nous permettra de passer plus de temps ensemble plus tard. Pour l’instant, je suis heureuse de savoir que je suis indispensable. »

Indispensable, en effet

L’ARC reconnaît les immenses contributions et sacrifices faits par les conjoints et les conjointes comme Kelly‑Lynn, qu’elle qualifie de « membres d’équipage invisibles » dont le soutien est indispensable à la réalisation des opérations de l’ARC. Kelly‑Lynn est fière de contribuer, à sa façon, à la mission de l’ARC.

« Je ne travaille pas vraiment pour l’ARC, mais je suis la plus grande admiratrice de mon mari, son partenaire d’étude, son roc et sa stabilité. »

« Le fait que je sois actuellement mère au foyer signifie qu’il n’a pas besoin de s’inquiéter lorsqu’il reçoit un appel. Il peut y aller, tout simplement. »

Chéri dit « merci »

Légende

Le mari de Kelly Lynn, le cplc Dan Domonkos

Le mari de Kelly‑Lynn, le cplc Dan Domonkos, pense que de nombreuses personnes seraient stupéfaites de constater tous les sacrifices faits par les conjoints de militaires, et ajoute que « Kelly‑Lynn fait en sorte que je puisse partir l’esprit tranquille et me concentrer sur mes missions et mon travail. »

« J’aimerais remercier ma magnifique femme d’être toujours à mes côtés et de me soutenir dans tout ce que j’entreprends! Je ne pourrais pas y arriver seul et j’apprécie tout ce qu’elle fait pour moi et notre petite famille! »

De l’aide pour les conjoints de militaires

Bien que Kelly‑Lynn ait du mal à demander de l’aide, elle dit qu’il serait bien que les autres membres de la communauté militaire soient informés des périodes où les conjoints des membres de l’équipe de SAR se retrouvent seuls, car ces derniers ne disposent pas d’un système de soutien comme ceux dont bénéficient les conjoints de membres de l’Armée et de la Marine, qui sont plutôt bien établis pendant les déploiements prévisibles et de plus longue durée.

« Les conjoints des membres de l’équipe de SAR doivent composer avec des mini‑déploiements immédiats et locaux. Nous ne savons pas quand l’appel viendra; et lorsque nos conjoints partent, nous ne savons pas quand ils reviendront, ou même s’ils reviendront. Il serait bien que les autres aient une meilleure compréhension de notre mode de vie. »

« Nous avons besoin d’une communauté, d’un village, de quelque chose pour que les conjoints de membres de l’équipe de SAR sachent qu’il y a des personnes sur lesquelles ils peuvent compter lorsqu’ils ont le plus besoin d’aide. Bienveillance, compagnie et conversation. De petits gestes seraient agréables lors des périodes d’absence de notre conjoint ou dans les moments les plus stressants : une simple tasse de thé et des friandises pour les enfants, un ami qui nous apporte un plat cuisiné ou qui se présente chez nous à l’improviste pour briser la routine ou pour nous aider à mettre les enfants au lit. »

Néanmoins, Kelly ne changerait sa situation pour rien au monde.

« C’est une aventure et nous aimons voyager. J’ai grandi avec ce mode de vie et je pense que l’important, c’est vraiment ce que vous en faites. C’est le seul style de vie que je connaisse, et ç’a été une expérience enrichissante jusqu’à présent. Je peux transmettre ce que j’en sais à mes enfants. Ils seront là les uns pour les autres lors des changements, et ils vont apprendre à s’adapter aux nouveaux environnements et à garder l’esprit ouvert aux nouvelles possibilités. De plus, nous nous faisons des amis partout où nous allons. Cela peut vraiment être un mode de vie positif. »

Le Programme de connexion familiale de l’ARC peut vous aider

Si vous souhaitez trouver un ami ou offrir votre amitié durant la période active des affectations, inscrivez‑vous au Programme de connexion familiale de l’ARC.

Les accompagnateurs bénévoles du Programme de connexion familiale (PCF) sont prêts à aider les familles à s’établir dans leurs nouvelles collectivités durant la période des affectations et appuient les familles séparées de leurs proches à cause du service militaire

Vous pouvez vous inscrire ici.

Les Forces armées canadiennes et l’ARC ont la responsabilité principale de fournir des services aériens de recherche et sauvetage au Canada. Elles coordonnent également les opérations nationales aériennes et maritimes de SAR. Les unités des FAC sont chargées d’accomplir environ 1 000 missions de SAR chaque année, et les familles doivent garder le fort dans le cadre de chacune d’elle. Nous leur rendons hommage et les remercions pour leur service.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :