À l’occasion du Mois de l’histoire des femmes, RDDC célèbre une scientifique qui accélère le commandement et le contrôle

Le 27 octobre 2022 - Nouvelles de la Défense

DO NOT NEED TO ADD ALT TEXT
Légende

Hengameh Irandoust, de RDDC, mène des recherches sur les systèmes de commandement et de contrôle depuis 20 ans. Ses efforts aident les Forces canadiennes à accroître la vitesse, l’efficacité et la précision de la prise de décisions de C2.

Octobre est le Mois de l’histoire des femmes au Canada, une occasion de célébrer les femmes et les filles d’hier et d’aujourd’hui qui contribuent à la création d’un Canada meilleur et plus inclusif. Hengameh Irandoust, Ph. D., sait ce qu’exige le fait de surmonter des défis pour réussir sur le plan universitaire et professionnel en tant que femme en science, technologie, ingénierie et mathématiques.

Mme Irandoust, qui est née et a grandi en Iran, a immigré en France au terme de la révolution iranienne, et elle a persévéré pour poursuivre des études supérieures, malgré le fait qu’elle se trouvait alors dans un nouveau pays et qu’elle apprenait une nouvelle langue à l’adolescence.

« J’ai toujours su qu’il valait mieux ne pas abandonner mes études, car les études constituent la voie du salut, dit-elle, d’un air songeur. On encourage vivement la poursuite d’études dans la culture iranienne, et les femmes savent que les études sont la clé de l’indépendance et de normes de vie meilleures. »

Mme Irandoust a achevé son doctorat en sciences cognitives en France avant d’entreprendre un autre déménagement éprouvant au Canada, dans le but d’y mener des études postdoctorales et de se tailler une place au sein de la communauté de recherche canadienne.

« Je me suis toujours sentie inspirée par les personnes éduquées issues de diverses sphères de la vie qui nous incitent à réfléchir et à poser des questions », affirme Mme Irandoust.

Pendant ses études postdoctorales, Mme Irandoust a été invitée par un professeur d’université à travailler dans le cadre d’un contrat avec Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), ce qui l’a menée à postuler à un poste à temps plein en sciences de la défense. À RDDC, elle a mis à profit son expérience universitaire pour aider à résoudre le problème complexe que s’avère l’accélération du commandement et du contrôle (C2) au sein des Forces armées canadiennes. Le C2 est essentiel à la planification, au développement et à l’exécution de toutes les activités militaires. Il permet aux commandants de tirer le meilleur parti de leurs ressources – comme le personnel, l’équipement et l’information – en permettant une meilleure analyse de la situation et la prise de décisions.

« Durant les opérations de C2, les opérateurs subissent une surcharge informationnelle, de l’incertitude et des contraintes de temps, lesquelles peuvent entraîner des erreurs de décision », explique Mme Irandoust. Ses recherches reposent sur l’équipe humain-autonomie et visent à tirer parti du meilleur des deux mondes. « Ni les opérateurs humains ni les systèmes axés sur l’automatisation ne peuvent surmonter seuls les défis liés au C2 dans le contexte de la guerre moderne. Les deux doivent travailler ensemble. »

Pour ce faire, Mme Irandoust décompose en tâches simplifiées les tâches relatives à la prise de décisions de C2 afin de comprendre les exigences qui y sont associées sur le plan du raisonnement et du calcul. Les systèmes de soutien des décisions axées sur l’automatisation peuvent traiter rapidement de grandes quantités de renseignements et en faciliter l’interprétation; la commande de surveillance relève toutefois de l’opérateur. Récemment, Mme Irandoust enquête sur des questions fondées par exemple sur les façons dont l’humain et un système axé sur l’automatisation peuvent effectivement interagir en vue de la réalisation d’une tâche, l’incidence de facteurs externes sur cette interaction, les manières dont l’humain et le système peuvent s’adapter à ces facteurs, et surtout, les manières d’accroître la confiance de l’humain à l’égard du système.

« Mon emploi me permet de faire preuve de créativité et d’explorer en profondeur des sujets intéressants », précise-t-elle, en ajoutant qu’il lui offre aussi de nombreuses possibilités de collaborer avec le milieu universitaire, l’industrie, des clients militaires, ainsi que des partenaires internationaux.

Ayant acquis plus de 20 ans d’expérience dans le domaine des sciences de la défense, Mme Irandoust cherche toujours à poser des questions, à résoudre des problèmes complexes et à tirer parti d’un éventail de points de vue tout en concevant des solutions. « Je crois que ce sont les connaissances, qu’elles relèvent du domaine des sciences, des arts ou de littérature, qui nous permettent d’engager une réflexion approfondie sur le monde et ainsi, de vivre une expérience de vie plus enrichissante. »

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :