Un mention élogieuse décernée à un plongeur pour avoir sauvé la vie de son partenaire

Le 28 mars 2022 - La Marine royale canadienne

Par Peter Mallett

Un officier de plongée de navire a reçu la prestigieuse Mention élogieuse du chef d’état-major de la défense pour avoir sauvé la vie de son camarade de bord.

Le 2 octobre 2019, l’enseigne de vaisseau de 1re classe (Ens 1) Travis Verbeek et son partenaire de plongée effectuaient des opérations de sauvetage sous-marines au havre d’Esquimalt (Colombie-Britannique). Les deux militaires plongeaient à des profondeurs de 15 mètres pour déplacer des tables de soudage vers un nouvel emplacement.

Les deux plongeurs montaient et descendaient séparément afin de rapporter leurs outils et leur équipement à la surface. Ils étaient seuls pendant environ 30 secondes durant l’exécution de leurs tâches.

C’est durant cette courte période que l’Ens 1 Verbeek a trouvé son partenaire de plongée à plat ventre sur le fond marin, complètement immobile.

Son entraînement de plongeur lui est immédiatement revenu.

« À ce moment-là, ma première réaction était de soulever mon partenaire, d’évaluer s’il allait bien et pourquoi il était immobile, puis de le ramener à la surface de manière sécuritaire. »

L’Ens 1 Verbeek a alors commencé la procédure d’urgence pour les plongeurs inconscients.

Il s’est d’abord assuré que le masque de son partenaire de plongée était bien en place, une étape cruciale pour éviter qu’il se noie. Il s’agissait aussi de vider ses poumons pour éviter toute blessure liée à la plongée.

Il a ensuite gonflé le gilet lesté pour lui permettre de remonter à la surface en toute sécurité.

Heureusement, les deux militaires menaient leur opérations à proximité de la jetée de l’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique), et leur équipe d’instruction a été en mesure d’intervenir rapidement. Les instructeurs et les stagiaires ont installé une échelle pour rapidement sortir le plongeur blessé de l’eau.

Il a ensuite été chargé sur une civière, mis sous oxygène et placé dans un caisson hyperbare avant d’être confié aux soins du personnel médical sur place. L’Ens 1 Verbeek a subi lui aussi un examen médical, mais on a déterminé qu’il était indemne.

Le Cmdre Dave Mazur (à gauche), commandant de la Flotte canadienne du Pacifique, et le Capf Mark O’Donohue, commandant du navire, félicitent l’Ens 1 Travis Verbeek à bord du NCSM Calgary pour avoir reçu la Mention élogieuse du chef d’état-major de la défense.
Légende

Le Cmdre Dave Mazur (à gauche), commandant de la Flotte canadienne du Pacifique, et le Capf Mark O’Donohue, commandant du navire, félicitent l’Ens 1 Travis Verbeek à bord du NCSM Calgary pour avoir reçu la Mention élogieuse du chef d’état-major de la défense.

Le plongeur-démineur de l’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique), vient en aide à un plongeur en détresse lors d’un scénario de procédure d’urgence.
Légende

Le plongeur-démineur de l’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique), vient en aide à un plongeur en détresse lors d’un scénario de procédure d’urgence.

Le plongeur blessé s’est entièrement rétabli.

« Il était très reconnaissant et nous avons discuté après coup comment la rapidité de l’intervention et notre entraînement lui ont permis de s’en sortir sans blessures graves et prolongées », a raconté l’Ens 1 Verbeek.Son partenaire de plongée, ses collègues de travail et le commandant de l’Unité de plongée de la Flotte (Pacifique) ont tous remercié l’Ens 1 Verbeek pour son action.

L’Ens 1 Verbeek croyait en avoir terminé avec les félicitations.

Pourtant, en octobre dernier, il a reçu un appel téléphonique du contre-amiral Angus Topshee, commandant des Forces maritimes du Pacifique, l’informant de la reconnaissance officielle du chef d’état-major de la défense, le général (Gén) Wayne Eyre.

« Le professionnalisme et les actions décisives de l’Ens 1 Verbeek ont sauvé la vie de son partenaire », a écrit le Gén Eyre.

Le commodore Dave Mazur, commandant de la Flotte canadienne du Pacifique, a récemment décerné la mention élogieuse à l’Ens 1 Verbeek à bord du NCSM Calgary à quai à Pearl Harbor (Hawaii) durant une cérémonie de présentation des médailles.

« Je ne savais pas qu’on avait proposé mon nom pour quelque mention élogieuse que ce soit et je ne me vois certainement pas comme un héros », a affirmé l’Ens 1 Verbeek.

« Ce n’est pas seulement ce qu’on attend d’un plongeur, de veiller sur son partenaire, mais c’est ce que n’importe qui aurait fait dans la même situation. »

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :