Nouvelles de l'ED : le capf Eelhart nous en dit plus sur l’isolement de l’équipage du NCSM Ville de Québec, conformément aux mesures de santé et de sécurité COVID-19

Vidéo / Le 31 mai 2020

Transcription

(Audrey) Avant de pouvoir prendre la mer pour appuyer les missions éventuelles en réponse à la COVID-19, l’équipage du NCSM VILLE DE QUÉBEC a dû se mettre en quarantaine à terre pendant quatorze jours, conformément aux mesures de santé et de sécurité, pour s’assurer que personne n’avait le virus.

Nous sommes accompagnés, aujourd’hui, du capitaine de frégate Michael Eelhart, commandant du navire, pour en apprendre davantage sur l’isolement de l’équipage et savoir s’il est prêt à intervenir en cas de besoin.

Bonjour, Monsieur. Nous sommes ravis de vous accueillir parmi nous aujourd’hui. Quels ont été les plus grands défis pendant la période d’isolement?

(Capf Eelhart) Le plus grand défi pendant l’isolement était de maintenir l’état de préparation mentale de l’équipage du navire. En fait, c’est très difficile d’obliger des gens à vivre seuls dans une petite pièce. C’était le plus grand défi. Pour atténuer les effets de l’isolement, nous avons appelé tout le monde tous les jours, souvent par vidéo, pour nous rassurer qu’ils allaient bien mentalement et faire en sorte qu’ils aient une certaine interaction humaine. Nous les avons également encouragés à communiquer avec leur famille autant que possible par vidéo ou par téléphone ainsi qu’à adopter une routine quotidienne qui leur permettait de passer à travers l’isolement au jour le jour.

La routine est un de nos piliers et elle permet aux gens de maintenir une attitude positive chaque jour.

(A) Où se trouve actuellement l’équipage et quelles seront ses tâches s’il est appelé à fournir un soutien quelconque?

(Capf Eelhart) L’équipage qui a été confiné à l’hôtel est à bord du navire à l’heure actuelle. Nous y sommes tous au large des côtes de la Nouvelle-Écosse, où nous menons des opérations et faisons de notre mieux pour échanger avec les Canadiens tout en nous assurant de maintenir notre distance. Nous maintenons notre engagement. Essentiellement, nous sommes prêts à intervenir si le gouvernement nous le demande, car nous nous tenons prêts en tant que navire de garde pour ce genre d’intervention.

(A) À quoi ressemble une journée typique, par rapport à avant, maintenant que les efforts ont commencé?

(Capf Eelhart) Nous constatons les grandes différences lorsque nous devons nous procurer du carburant ou d’autres fournitures et de la nourriture. Nous devons le faire le plus soigneusement possible. Nous n’avons qu’une interaction minimale avec les personnes qui ravitaillent le navire et, lorsque nous nous rendons sur place, nous devons laisser les articles de côté pendant au moins trois jours avant l’embarquement, pour nous assurer que le navire est exempt de la COVID. Normalement, nous prendrions le temps d’aller explorer la ville où nous sommes accostés, mais pour l’instant, puisqu’aucun de nous n’a le virus, nous nous sommes en quelque sorte obligés de rester à bord ou sur la jetée. Nous tentons quand même d’en profiter, mais ce sont là les grandes différences.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :