Entrevue Nouvelles de l’ED : Le Lcol David Meehan nous parle du NOREX 22

Vidéo / Le 24 février 2022

Transcription

(GG) Du 11 au 20 février, des soldats du 31e Groupe Brigade du Canada se sont rendus au secteur d’entraînement des Forces Canadiennes de Burwash et à la Garnison Petawawa dans le cadre du NOREX 22, exercice annuel dans le Nord, visant à préserver la disponibilité de la 4e Division du Canada au cas où elle aurait à répondre à des urgences dans l’Arctique et le Nord canadien. Le Lieutenant-Colonel David Meehan, commandant du Grey and Simcoe Foresters et directeur de l’exercice, s’entretient avec nous aujourd’hui pour nous parler davantage de l’exercice.

Pouvez-vous nous décrire quelques-unes des compétences que les soldats perfectionnent et mettent en pratique au cours de l’exercice?

(DM) Donc… l’exercice est essentiellement ce que l’on nomme un exercice de confirmation. Les soldats ont donc déjà été formés à un niveau qui leur permet de mener des opérations dans ces environnements, mais nous examinons trois choses en particulier. Il y a la mobilité, car nous devons être en mesure de nous déplacer. Nous devons aussi être en mesure de subvenir à nos besoins, donc le réapprovisionnement, afin que nous ne devenions pas un fardeau, où que nous soyons. Et enfin, nous devons être capables de survivre.

(GG) Comment le NOREX contribue-t-il au maintien de la capacité à intervenir en cas de catastrophes civiles, dans des conditions climatiques froides en particulier?

(DM) Donc… comme nous en parlions plus tôt, les opérations par temps froid sont très uniques. Vous savez, nous ne pouvons pas tout simplement franchir la porte et exécuter des opérations. Outre le fait de devoir suivre une formation spécialisée, nous devons aussi être munis de l’équipement qui nous permet de mener des opérations dans cet environnement.

(GG) Et de quelle manière le NOREX aide-t-il le Groupe-compagnie d’Intervention dans l’Arctique de la 4e Division du Canada à se préparer en vue d’urgences dans le Nord canadien? Et de plus, comment rehausse-t-il l’appui apporté aux collectivités en régions éloignées?

(DM) Lorsque nous chargeons… des personnes de prêter main-forte dans le Nord, il n’est pas seulement question de pouvoir… prêter main-forte. Il est aussi question de ne pas faire peser un fardeau sur la collectivité. Nous sommes en mesure de subvenir à nos besoins, de survivre. Nous nous y rendons en adoptant une posture d’autosuffisance, afin que nous puissions prendre soin de nous-mêmes, tout en aidant la collectivité où nous nous trouvons.

(GG) Souhaitez-vous ajouter autre chose?

(DM) Malgré notre entraînement et notre équipement, nous ne pouvons pas y parvenir seuls. Lorsque nous arrivons dans une collectivité, nous communiquons tout d’abord avec les autorités locales ou peut-être les dirigeants communautaires, pour veiller à ce que nous soyons sur la même longueur d’onde qu’eux. De plus, nous faisons appel à d’autres organismes, par exemple, le Groupe de patrouille des Rangers canadiens. [Les Rangers canadiens] sont les spécialistes du Nord, et aucune équipe ne peut mener seule des opérations. C’est un gros projet, et… nous ne pouvons pas le réaliser seuls.

(GG) Nous vous remercions une fois de plus d’avoir accepté de vous joindre à nous aujourd’hui, Lieutenant-Colonel Meehan.

(DM) Je vous en prie.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :