Sécurité et dépistage

La sécurité et le bien-être des cadets et de tout le personnel associé au programme des cadets sont au centre des préoccupations dans l'exécution de toutes les tâches de formation et d'administration.

De nombreuses activités stimulantes sont proposées aux cadets de la marine, de l'armée et de l'air. Toutes ces activités présentent un certain élément de risque et ce danger est accru en raison de la jeunesse. La direction des cadets et les participants prennent toutes les mesures nécessaires pour atténuer les risques et éliminer le danger. À la lumière de ce qui précède, tous les membres des organisations de cadets du Canada (OCC) doivent accorder une grande importance au respect du Programme de sécurité générale.

Supervision

Les commandants sont chargés de veiller à ce que toutes les activités du corps de cadets ou de l'escadron soient correctement supervisées. Les membres de la force de réserve autres que les membres du CIC doivent réussir le processus de sélection avant d'assumer les fonctions d'instructeur de cadets .

Activités de jour

Il doit y avoir au moins un superviseur adulte de chaque sexe pour les activités mixtes pour chaque 20 cadets pour les activités d'une durée d'un jour où aucun hébergement n'est nécessaire, comme une visite ou un tour. Si nécessaire, un cadet supérieur du sexe approprié peut aider à la supervision de ce type d'activité.

Activités d'une nuitée

Il doit y avoir au moins un superviseur adulte de chaque sexe pour toutes les activités mixtes. Le ratio minimum pour les activités de nuit est d'un superviseur adulte pour chaque 15 cadets.

Des dortoirs séparés seront prévus pour les cadets et le personnel masculin et féminin.

Dépistage

Ayant pour objectif la protection et la sécurité des jeunes, les organisations jeunesse canadiennes ont l'obligation morale, éthique et juridique de mettre en place un processus visant à prévenir les actes répréhensibles ou les abus à l'égard des jeunes qui leur sont confiés. Comme les Forces armées canadiennes (FAC) développent et forment les jeunes dans le cadre du programme des cadets, on ne saurait trop insister sur l'importance d'un contrôle approprié et approfondi des adultes qui travaillent avec les cadets.

En plus de la vérification de la fiabilité, tout adulte appartenant au Gp Sp Natl CJRC et soutenant les OCC est tenu de se soumettre à une vérification des dossiers de police (CRP) à jour, effectuée par le service de police local dans la juridiction où il réside. La vérification comprend des informations policières situées sur des systèmes informatiques nationaux et régionaux (par exemple, le Centre d'information de la police canadienne (CIPC), le Système d'opération de recherche d'informations policières (SIRP), l'Environnement de gestion de l'information sur les dossiers de police (EGIDP), le Portail d'information sur l'application de la loi (PIAL) et d'autres systèmes approuvés), ainsi que des informations trouvées grâce à la vérification des dossiers de police locaux.

En outre, ils doivent produire un filtrage des secteurs vulnérables (FSV). Cela permet la divulgation des dossiers de condamnation pour les infractions sexuelles énumérées dans l'annexe de la loi sur le casier judiciaire pour lesquelles un dossier de suspension a été accordé. Ces dossiers peuvent être fournis à une organisation si une personne travaillant pour cette organisation occupe une position d'autorité ou de confiance par rapport aux enfants ou aux personnes vulnérables.

Les personnes qui demandent à rejoindre les FAC pour travailler avec des cadets doivent faire remplir un CRP et un FSV dans le cadre du processus d'inscription. Les candidats doivent également remplir un protocole d'évaluation de l'aptitude (PEA) spécialement conçu pour déterminer l'aptitude d'un candidat à travailler avec des cadets.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :