Médaille de l'OTAN Non-article 5 pour l’opération SEA GUARDIAN

Description officielle, admissibilité, critères et histoire de la Médaille « non-article 5 » de l’OTAN pour l’opération SEA GUARDIAN.

Médaille de l'OTAN Non-article 5 pour l’opération

Médaille de l'OTAN Non-article 5 pour l’opération

Contexte

Lors du sommet de l’OTAN à Varsovie en juillet 2016, l’OTAN a annoncé la transformation de la mission antiterroriste ACTIVE ENDEAVOUR en Méditerranée en une grande opération de sécurité maritime nommée SEA GUARDIAN.

Cette opération de sécurité maritime qui ne relève pas de l’article 5 visait à travailler avec les parties prenantes de la Méditerranée dans le but de maintenir la connaissance de la situation maritime, de décourager et de combattre le terrorisme et d’améliorer le renforcement des capacités. 

Parmi les tâches à accomplir figurent les suivantes : renforcer la connaissance de la situation maritime, défendre la liberté de navigation, mener des tâches d’interdiction, lutter contre le terrorisme maritime, contribuer au renforcement des capacités, lutter contre la prolifération des armes de destruction massive et protéger les infrastructures critiques.

Admissibilité et critères

La médaille est décernée pour 30 jours de service consécutifs ou 60 jours de service cumulatifs au sein d’un élément de la force navale permanente opérant dans les eaux internationales de la mer Méditerranée et dans l’espace aérien au-dessus de cette zone entre le 9 novembre 2016 et une date à déterminer.

Le personnel navigant accumule une journée de service pour la première sortie effectuée dans le théâtre un jour donné. Les autres sorties effectuées le même jour ne donnent droit à aucun crédit supplémentaire. Cette règle s’applique aux appareils de soutien et de combat, les appareils de soutien incluant les avions ravitailleurs, les aéronefs de transport et les plateformes de surveillance.

L’OTAN applique rigoureusement sa politique relative aux médailles et n’acceptera aucune demande initiale de médailles de l’OTAN présentée plus de deux ans après le rapatriement du militaire de la zone de mission.

Les règles de l’OTAN stipulent qu’une personne qui meurt ou qui est évacuée en raison de blessures ou de motifs médicaux directement attribuables au service sera considérée comme ayant satisfait aux critères de durée de service.

Description

Médaille circulaire en bronze :

  • à l’avers figure l’étoile de l’OTAN à l’intérieur d’une couronne de feuilles d’olivier;
  • au revers figurent les inscriptions « Organisation du Traité de l’Atlantique Nord » et « Au service de la paix et de la liberté », en français et en anglais.

Un anneau de bronze de 12 mm, qui tient le ruban, traverse une petite boule creuse dont est munie la médaille en sa partie supérieure.

Le ruban est de la couleur bleue de l’OTAN. Il compte, centrée sur chacun de ses deux tiers extérieurs, une bande blanche comportant une rayure centrale argentée. Le blanc représente la paix et la couleur argent indique qu’il s’agit d’une mission ne relevant pas de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord.

Barrette(s)

La médaille est toujours décernée avec une barrette portant l’inscription « SEA GUARDIAN ».

Port d’insigne

La médaille se porte sur le côté gauche de la poitrine, suspendue au ruban décrit ci‑dessus, après la Médaille « non-article 5 » de l’OTAN pour l’opération UNIFIED PROTECTOR – LIBYE et avant la Médaille de service de la Commission internationale de surveillance et de contrôle en Indochine.

La barrette se porte au centre du ruban.

Initiales honorifiques

L’utilisation d’initiales honorifiques n’est pas permise pour cette médaille.

Notes historiques

La médaille est accompagnée d’un certificat

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :