Vidéo – LCol Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry (version artiste) – Décod'ART – Monuments du patrimoine

Transcription

Transcription de LCol Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry (version artiste)

[Signature de Patrimoine canadien]

Narrateur : « Cette capsule est présentée par Patrimoine canadien. »

[Gros plan de la tête de la statue de bronze de LCol Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry]

Narrateur : « La création du héros de Châteauguay.

Le travail d’un sculpteur peut être d’une précision chirurgicale. Surtout lorsqu’il s’agit de reproduire, un moment clé, de l'histoire d'un homme aussi important, que le lieutenant-colonel Charles de Salaberry. Et ce, dans les moindres détails et près de deux cent ans plus tard … »

[Gros plan de la tête de la statue]

Narrateur : « … Pour ce travail, l’artiste Marlene Hilton Moore s’est entouré des meilleurs historiens et conservateurs spécialistes du patrimoine militaire canadiens pour ce travail. Selon ce qu’on disait de lui, il était un exemple de force, de vigueur, d’ingéniosité et de fidélité. Elle l’a représenté, en 1813, l’année de sa victoire de la bataille de Châteauguay alors qu’il était âgé de 35 ans. »

[Illustration de Salaberry défendant la rivière Chateauguay]

Narrateur : « Charles-Michel d'Irumberry de Salaberry est né dans une famille de classe seigneuriale à Beauport au Québec. »

[Gros plan de la tête de la statue]

Narrateur : « Ses ancêtres européens avaient conquis leurs titres de noblesse sur les champs de bataille. À l’âge de 14 ans, Salaberry s'enrôle dès dans l'armée britannique aux Antilles, aux Pays-Bas, en Sicile, en Irlande et finalement au Canada. Il a été chargé de défendre la frontière entre le Bas-Canada et les États-Unis pendant la guerre de 1812. Fort de son expérience militaire, il utilisera le terrain à son avantage avec ses Voltigeurs Canadiens et repoussera l'attaque des forces américaine largement supérieure en nombre. Cette victoire empêchera le Bas-Canada de tomber aux mains des Américains. Il deviendra rapidement un héros et sera un des militaires les plus respectés de son époque. »

[Portrait de Salaberry]

[Gros plan de la tête de la statue]

Narrateur : « Pour la création du portrait de la sculpture, l’artiste a utilisé une gravure du lieutenant-colonel, créée en 1824. »

[Portrait de Salaberry du haut jusqu’au bas]

Narrateur : « Pour la position du personnage, elle s’est inspirée d’une image d’un militaire de cette époque. Pour ce faire, elle a moulé tout le corps d'un modèle vivant dans cette position d’autorité. »

[Modèle en argile du corps de Salaberry]

Narrateur : « Dans ce procédé unique, Hilton Moore s’est ensuite servi de ce moule comme d'un mannequin qu’elle a habillé de reproductions des vêtements et d’autres artefacts. »

[Gros plan de la veste suivit par un gros plan du chapeau et des épaulettes]

Narrateur : « Car chaque petit détail à une grande importance dans l’histoire de l’uniforme militaire. La complexité des brandebourgs, sortes de broderies, qui sont sur le devant et le dos de la veste et qui sont spécifiques à l’uniforme que Salaberry a porté. L’imposant chapeau bicorne, avec sa cocarde, cette petite bande d’étoffe plissée en forme circulaire et la ganse tressée qui réunit deux boutons, et qui est porté légèrement décentré pour faciliter la vue. Les épaulettes qui ont été créées d'après une photo de ses propres épaulettes. La médaille du très honorable ordre du Bain, qui était le troisième ordre en importance du système chevaleresque britannique, a été soigneusement reproduite, moulée dans la cire et ensuite dans le bronze. Et ensuite placé exactement là où le lieutenant-colonel l'a fièrement porté de son vivant. Cette médaille, de même que ses épaulettes, sont toujours la propriété de ses descendants. »

[La statue du bas jusqu’en haut]

Narrateur : « La sculpture de Salaberry a pris plusieurs mois à créer. De la complexité des vêtements à la finesse du portrait qui révèlent l’homme qu’il était. Le visage et les mains ont été sculptés dans l'argile et assemblé sur la sculpture qui a été recouverte de cire et finalement coulée dans le bronze. Ce procédé unique permet de ressentir dans les moindres petits détails les différentes textures utilisés sur la sculpture. Tantôt la fibre du tissu, la texture douce du cuir de la ceinture ou la délicatesse de la passementerie. La statue est posée sur un socle de granit, matériau noble, digne du lieutenant-colonel Salaberry. »

Narrateur : « Ses yeux légèrement bombés et ses paupières lourdes. Son nez droit et la forme en V bien définie de sa lèvre supérieure. Ses cheveux, coiffés selon le style de l'époque sont bouclés sur le front et au-dessus des oreilles. Elle est représentée avec le caractère distingué des femmes de son époque, mais avec la force d'une pionnière. Son regard est direct mais prudent, témoignant de la dangereuse excursion qu'elle a réalisée. Laura Secord est ainsi immortalisé pour souligner sa grande importance dans l'histoire du Canada. »

[Portrait de Marlene Hilton Moore]

Narrateur : « L’artiste Marlene Hilton Moore a créé les 14 cultures et bustes du Monuments aux Valeureux. »

[Mot-symbole Canada]

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :