Le Canada lutte contre la pêche illégale dans le cadre de l’opération Garde du Pacifique Nord

Communiqué de presse

Agents des pêches à bord de l’avion de surveillance du Canada lors d’une patrouille de nuit pour surveiller les activités de pêche.
Agents des pêches à bord de l’avion de surveillance du Canada lors d’une patrouille de nuit pour surveiller les activités de pêche.

Le 2 novembre 2022                 

Ottawa (Ontario) - Les agents des pêches canadiens ont terminé leur travail dans le cadre de l’opération Garde du Pacifique Nord, une opération annuelle internationale d’application de la loi qui se déroule en haute mer dans le Pacifique Nord. Cette opération multilatérale, menée avec les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon, vise à détecter et à décourager la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, qui constitue une cause majeure du déclin des stocks de poisson et de la destruction des écosystèmes marins dans le monde.

Les agents des pêches et le personnel navigant ont été déployés à Hokkaido, dans le nord du Japon, où ils ont effectué des patrouilles quotidiennes au-dessus du Pacifique Nord-Ouest, une région connue pour la densité de ses activités de pêche en haute mer. Des agents des pêches ont également été déployés sur le garde-côte américain Cutter Munro, à partir duquel ils ont arraisonné et inspecté des navires de pêche conjointement avec nos partenaires internationaux.

Cette année, le Canada a effectué 29 patrouilles pendant 247 heures, et parcouru un total de 44 200 milles marins dans le cadre de l’opération Garde du Pacifique Nord. Les agents canadiens ont découvert des incidents préoccupants concernant la capture et la détention de requins, ainsi que la pollution par les déchets, et ont constaté un grand nombre de navires portant des mentions d’identification incorrectes. Lors de l’inspection des navires, les agents des pêches ont également signalé de nombreux cas de pêcheurs n’ayant pas tenu de relevés exacts des captures – qui sont essentiels pour calculer les limites de prises pour une pêche durable.

L’opération Garde du Pacifique Nord s’inscrit dans le cadre du rôle plus vaste du Canada, visant à protéger les moyens de subsistance, les stocks de poissons et les écosystèmes marins du Canada, et à mieux comprendre les dommages potentiels aux stocks de poissons migrateurs tels que le saumon et le thon du Pacifique. L’opération Garde du Pacifique Nord est l’occasion pour les partenaires internationaux chargés de l’application de la loi des nations du Pacifique de travailler ensemble, pour faire respecter les règlements adoptés par les organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) relatifs à la pêche en haute mer.

Ce mois de décembre marquera le 30e anniversaire de l’interdiction par les Nations Unies des filets maillants dérivants en haute mer. La pêche au filet dérivant est une technique qui utilise de grands panneaux de filet suspendus verticalement dans l’eau, et qui dérivent au gré des courants et du vent pour capturer les poissons et d’autres espèces sauvages de l’océan. Les filets dérivants en haute mer sont une menace pour les stocks de poissons migrateurs canadiens tels que le saumon du Pacifique, et leur utilisation a un effet dévastateur sur toutes les espèces marines vivantes. Les opérations conjointes comme l’opération Garde du Pacifique Nord sont essentielles pour la surveillance, et pour faire respecter ces types d’interdictions, pour protéger les écosystèmes marins et les stocks de poissons migrateurs.

En participant à l’opération Garde du Pacifique Nord, le Canada continue de montrer son engagement à faire respecter les règles et les règlements visant à protéger les stocks de poissons et les écosystèmes marins, et à contribuer aux moyens de subsistance des Canadiens.

Multimédia supplémentaire

Les agents des pêches observent une flottille de pêche au déploiement serré, qui participe à des activités de pêche à la lumière. Les lumières rouges indiquent que les navires pratiquent une pêche active.
Les agents des pêches observent une flottille de pêche au déploiement serré, qui participe à des activités de pêche à la lumière. Les lumières rouges indiquent que les navires pratiquent une pêche active.
Un agent des pêches canadien inspecte plusieurs sacs de queues et d’ailerons de requin qui ont été conservés, mais qui n’ont pas été inscrits dans les relevés des captures.
Un agent des pêches canadien inspecte plusieurs sacs de queues et d’ailerons de requin qui ont été conservés, mais qui n’ont pas été inscrits dans les relevés des captures.

Citations

« La pêche illicite, non déclarée et non réglementée prive les personnes vivant dans les collectivités côtières de revenus durement gagnés. De plus, elle cause de graves dommages aux écosystèmes aquatiques et aux stocks de poissons, comme le saumon sauvage du Pacifique. Les pêcheurs qui travaillent fort et qui respectent les lois, travaillent en vue de protéger les océans et d’assurer la durabilité des pêches ici au Canada et partout dans le monde. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires internationaux et non gouvernementaux pour lutter contre ces pratiques néfastes qui nuisent à la sécurité alimentaire mondiale et à la durabilité des stocks de poisson. »

L’honorable Joyce Murray
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

 

« Nous sommes reconnaissants au Japon pour l’aide qu’il nous a apportée en facilitant le déplacement de l’équipement et du personnel à l’appui de l’opération Garde du Pacifique Nord. Le Canada et le Japon ont beaucoup à gagner en augmentant leur interopérabilité, car nous travaillons ensemble pour faire respecter la primauté du droit. Nos deux pays sont déterminés à poursuivre leur coopération dans la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, comme le prévoit le Plan d’action Canada-Japon pour contribuer à une région indo-pacifique libre et ouverte, annoncé le mois dernier par nos ministres des Affaires étrangères respectifs. »

S. Exc. Ian G. McKay, ambassadeur du Canada au Japon 

Faits en bref

  • La pêche illicite, non déclarée et non réglementée est une cause majeure du déclin des stocks de poisson et de la destruction de l’écosystème marin dans le monde. On estime que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée représente environ 30 p. cent de l’ensemble des activités de pêche dans le monde, soit un volume maximum de 26 millions de tonnes de poissons pour un coût allant jusqu’à 23 milliards de dollars par an à l’économie mondiale.

  • La pêche illicite, non déclarée et non réglementée menace les moyens de subsistance des pêcheurs du monde entier. Elle nuit à la sécurité alimentaire, aux droits de la personne et à la stabilité économique de millions de personnes vivant dans les collectivités côtières, au Canada et dans le monde entier.

  • Le Canada collabore avec plusieurs pays partenaires et organisations non gouvernementales pour lutter contre les problèmes liés à la pêche illicite dans le monde et pour soutenir des pêches légitimes et durables.

  • On dénombre actuellement plus de 1 300 navires autorisés à pêcher en haute mer dans le Pacifique Nord.

  • Le Canada travaille en collaboration avec des organisations régionales de gestion des pêches, dont la Commission des pêches du Pacifique Nord, la Commission des poissons anadromes du Pacifique Nord, la Commission interaméricaine du thon tropical et la Commission des pêches du Pacifique Centre-Ouest pour promouvoir une politique de pêche durable et des mesures de gestion et de réglementation fortes, et pour s’assurer que les activités de pêche menées en haute mer dans l’océan Pacifique qui sont suivies par ces organisations sont durables.

  • L’opération Garde du Pacifique Nord a été soutenue par l’avion de patrouille Dash-8 de Pêches et Océans Canada, et guidée par la coopération en matière de renseignement du Centre des opérations de la sûreté maritime du Canada, du district 17 de la Garde côtière américaine, du Maritime Intelligence Fusion Centre de la Garde côtière américaine, de Global Fishing Watch et du ministère de la Défense nationale du Canada.

Liens connexes

Personnes-ressources

Kevin Lemkay
Directeur des communications
Cabinet de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
613-992-3474
Kevin.Lemkay@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :