Foire aux questions

Qu'est-ce que la santé publique?

La santé publique englobe les efforts organisés de la société pour maintenir les personnes en santé et prévenir les blessures, les maladies et les décès prématurés. Elle allie des programmes, des services et des politiques conçus pour protéger et promouvoir la santé des Canadiens. La santé publique englobe également des activités comme la vaccination, des programmes sur les saines habitudes alimentaires et l'activité physique, des mesures de lutte contre les infections nosocomiales ainsi que le dépistage des analyses de laboratoires et une réglementation qui soutient ces activités. En aidant les Canadiens à rester en santé, la santé publique peut alléger certaines pressions qui pèsent sur le système de soins de santé.

Quelle est la différence entre la santé publique et les soins de santé/le système public de soins de santé?

Les soins de santé, appelés parfois le système public de soins de santé, visent principalement le traitement des personnes, alors que la santé publique cible des populations entières et vise à éviter que les personnes tombent malades ou que leur état de santé se détériore. Les deux cherchent à limiter les conséquences de la maladie et de l'invalidité.

Qui fournit des services de santé publique?

Dans le système de santé publique, comme dans le système de soins de santé, on retrouve des médecins, des infirmiers et divers professionnels de la santé. Le système de santé publique fait toutefois appel aux services d'autres personnes, notamment les suivantes :

  • Médecins hygiénistes en chef provinciaux et territoriaux
  • Administrateurs en chef de la santé publique et médecins hygiénistes en chef municipaux
  • Dirigeants communautaires
  • Enseignants et directeurs d'écoles
  • Familles
  • Employeurs
  • Collectivités autochtones
  • Communautés multiculturelles
  • Organismes sociaux et de la santé
  • Associations sportives et de loisirs
Pourquoi l'Agence a-t-elle été créée?

L'Agence de la santé publique du Canada a été créée en 2004 en réponse aux préoccupations croissantes relativement à la capacité du système de santé publique du Canada de planifier et de réagir efficacement aux menaces à la santé publique. La création de l'Agence est le résultat d'une vaste consultation menée auprès des provinces, des territoires, des intervenants et de l'ensemble des Canadiens. Elle fait également suite aux recommandations d'éminents experts en santé publique - notamment le rapport du Dr David Naylor, Leçons de la crise du SRAS - Renouvellement de la santé publique au Canada, et d'autres rapports canadiens et internationaux - qui préconisent une prépondérance du gouvernement fédéral dans les questions de santé publique et une collaboration accrue au sein des provinces et entre elles. L'Agence fait partie des cinq ministères et organismes du portefeuille de la santé du gouvernement canadien.

L'Agence sert de point de liaison du leadership et de la responsabilité du gouvernement fédéral dans la gestion des situations d'urgence en santé publique.

En quoi les travaux de l'Agence diffèrent-ils de ceux de Santé Canada?

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) fait partie du portefeuille de la Santé du Canada, qui inclut Santé Canada et les deux organismes collaborent étroitement. Le portefeuille de la santé est dirigé par le ministre de la Santé. L'ASPC s'occupe de la promotion de la santé, de la prévention et de la lutte contre les maladies infectieuses et chroniques et les blessures et la préparation et l'intervention en cas d'urgence, avec le soutien du Réseau pancanadien de santé publique.

Santé Canadavise des résultats concrets pour les Canadiens sur les plans suivants :

  • renforcer la base de connaissances afin de traiter les priorités de la santé et des soins de santé;
  • fournir un accès à des produits de santé sains et efficaces et des renseignements sur la nutrition pour des choix santé (p. ex. Guide alimentaire canadien pour manger sainement);
  • réduire les risques pour la santé et pour l'environnement causés par des substances et des produits;
  • favoriser des milieux de vie et de travail plus sûrs;
  • atteindre de meilleurs résultats en santé et la réduction des inégalités en matière de santé entre les Premières nations et les Inuits et les autres Canadiens.
En quoi les travaux de l'Agence diffèrent-ils de ceux de l'Agence canadienne d'inspection des aliments?

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) fait partie du portefeuille de la santé du Canada, tandis que l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) fait partie du portefeuille de l'agriculture du gouvernement canadien. Cependant, étant donné que les deux organismes contribuent à la santé et au bien-être des Canadiens, ils collaborent étroitement dans plusieurs domaines.

D'une façon générale, l'ASPC s'occupe de la santé humaine - promotion de la santé, prévention et lutte contre les maladies infectieuses et chroniques et les blessures et préparation et intervention en cas d'urgence, avec le soutien du Réseau pancanadien de santé publique.

L'ACIA s'assure que tous les produits, de la ferme à l'assiette, sont sûrs pour la population. Ainsi, elle préserve la salubrité des aliments, de même que celle des végétaux et des animaux, facteur inhérent à la consommation d'aliments salubres et de qualité supérieure.

L'ACIA collabore avec l'ASPC, Santé Canada et d'autres autorités responsables de la santé publique à l'échelle fédérale, provinciale et municipale afin de vérifier et d'analyser les éclosions de maladies liées aux aliments et les dangers potentiels dans la filière alimentaire et pour prévenir la transmission de zoonoses aux êtres humains. Lorsqu'une éclosion d'intoxication alimentaire est signalée dans plusieurs provinces ou territoires, l'ASPC peut fournir un soutien coordonné en recueillant et en communiquant des données à l'échelle nationale ou en offrant des conseils en santé aux personnes qui manipulent les aliments en question.

Les chercheurs de l'ASPC étudient également la transmission des zoonoses (p. ex. variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, forme humaine de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) ou « maladie de la vache folle »). En fait, les deux agences ont des laboratoires à Winnipeg au Centre scientifique canadien de santé humaine et animale (le Laboratoire national de microbiologie de l'ASPC et le Centre national des maladies animales exotiques de l'ACIA).

L'Agence a-t-elle un rôle et des responsabilités similaires à ceux des Centres for Disease Control and Prevention des États-Unis?

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) ressemble beaucoup aux Centres for Disease Control and Prevention (CDC) du gouvernement américain. Les deux organismes servent de point de contact en matière de leadership et de responsabilité sur les enjeux nationaux de santé publique et traitent les mêmes problèmes de santé publique. L'ASPC collabore avec les CDC ainsi qu'avec d'autres organismes similaires dans le monde pour améliorer la santé publique des habitants du Canada, mais aussi celle des personnes du monde entier.

Où se trouve l'Administration centrale de l'Agence?

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est principalement située dans deux endroits : Ottawa et Winnipeg, qui abrite également le Laboratoire national de microbiologie. L'ASPC compte également du personnel et des experts dans six régions du Canada :

  • l'Atlantique
  • le Québec
  • l'Ontario et le Nunavut
  • le Manitoba et la Saskatchewan
  • l'Alberta et les Territoires du Nord-Ouest
  • la Colombie-Britanique et le Yukon
Combien d'employés travaillent pour l'Agence?

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) emploie actuellement environ 2 400 personnes au Canada, qui occupent divers postes opérationnels, scientifiques, techniques et administratifs.

Comment l'Agence rend-elle compte au public canadien de ses réalisations?

À l'instar de tous les ministères et organismes fédéraux, l'Agence de la santé publique du Canada doit produire un rapport ministériel annuel sur le rendement. Ce rapport est le principal instrument de reddition de comptes au Parlement et aux Canadiens. Comparé aux résultats escomptés présentés dans le Rapport sur les plans et les priorités de chaque ministère ou organisme, il est généralement présenté au Parlement à l'automne.

Quel est le rôle de l'administrateur en chef de la santé publique (ACSP)?

Rôle de l'ACSP :

  • Fournir des conseils au ministre de la Santé et au président de l'Agence et, au besoin, collaborer avec des ministères et des organismes fédéraux, des administrations provinciales, territoriales et municipales, la communauté internationale, le monde de la santé publique et les Canadiens sur les dossiers de santé publique.
  • Agir à titre de porte-parole du gouvernement sur les questions de santé publique, particulièrement en cas d'urgences en santé publique.
  • Jouer le rôle de chef de file sur les questions nationales de santé publique et de participation des citoyens à la santé publique.
Comment l'Agence contribue-t-elle à l'accroissement des connaissances sur la santé publique?

L'Agence de la santé publique du Canada fournit des connaissances et des outils fondés sur des données probantes et une expertise afin d'améliorer le système de santé publique du Canada. Avec la collaboration de ses partenaires fédéraux, provinciaux, territoriaux et autres, l'Agence de la santé publique du Canada élabore et met à la disposition des experts de la santé publique des mécanismes et des pratiques exemplaires, et s'efforce de créer un consensus sur des ententes communes d'échange de renseignements et sur les questions d'intérêt commun entre les administrations.

L'Agence développe les connaissances sur la santé publique de diverses façons. En voici quelques exemples :

  • Promotion de l'utilisation des connaissances et des données probantes par les praticiens de la santé publique grâce aux six Centres nationaux de collaboration en santé publique, chacun mettant l'accent sur un secteur d'importance particulier pour la santé publique : santé publique autochtone, santé environnementale, déterminants de la santé, maladies infectieuses, politiques publiques et santé, méthodes et outils.
  • Soutien du Réseau pancanadien de santé publique afin que les experts puissent partager les connaissances, les renseignements et les pratiques exemplaires sur la santé publique.
  • Renforcement de l'effectif canadien de la santé publique grâce à des initiatives comme le Programme canadien d'épidémiologie de terrain et le Service de la santé publique du Canada.
  • Renforcement de la pratique en santé publique grâce au perfectionnement et à la promotion de compétences essentielles et à l'accès à une formation continue en collaboration avec ses partenaires.
  • Collaboration avec les fournisseurs de données clés comme Statistique Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada.
  • Mise au point d'outils et soutien des systèmes canadiens intégrés de surveillance de la santé publique pour que les régions de l'ensemble du Canada puissent détecter l'éclosion de maladies infectieuses, comme le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et la listériose, et intervenir.
  • Publication du rapport annuel de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de santé publique au Canada.
Que fait l'Agence sur le plan de la surveillance des maladies et des éclosions?

L'Agence réalise des activités de surveillance dans les deux catégories principales suivantes :

  • maladies infectieuses;
  • maladies et problèmes de santé chroniques.

À l'intérieur de ces deux catégories, l'Agence a mis sur pied des programmes et les systèmes correspondants pour divers types de maladies, notamment :

  • les facteurs de risques comportementaux et environnementaux (tabagisme, obésité);
  • les infections transmissibles par le sang;
  • les maladies entériques, hydriques et d'origine alimentaire;
  • les infections transmises sexuellement;
  • la grippe et les virus respiratoires;
  • la tuberculose;
  • le diabète;
  • le cancer;
  • les maladies cardiovasculaires.
Quels sont les avantages de disposer d'une agence de la santé publique?

Une agence de la santé publique qui :

  • renforce le leadership national en santé publique en temps de crise et pour traiter les facteurs qui entraînent les maladies ou des blessures au Canada;
  • concentre au sein d'un organe de nombreuses ressources qui traitent les facteurs qui entraînent des maladies ou des blessures chez les Canadiens, faisant ainsi de l'Agence un point de liaison pour les efforts d'amélioration de la santé publique au Canada et dans le monde.

La présence d'un administrateur en chef de la santé publique (ACSP) permet d'assurer un leadership fédéral clair en cas d'urgence en santé publique qui touche plusieurs provinces ou territoires. L'ACSP donne également des conseils sur les questions de santé publique directement au ministre de la Santé et au président de l'Agence.

L'Agence de la santé publique du Canada dirige les travaux du gouvernement fédéral en matière de promotion de la santé, de prévention des maladies chroniques et des blessures, de lutte contre les maladies infectieuses et de préparation et d'intervention en cas de catastrophes et d'urgences en santé humaine. L'Agence participe à des activités qui vont de la recherche sur les antiviraux et les vaccins à la planification en cas de pandémie et de l'établissement de réseaux internationaux de la santé publique et la participation à des exercices internationaux de sécurité à l'échange de renseignements et de savoir avec ses nombreux partenaires de tous les ordres du gouvernement au Canada.

Comment les administrations fédérale, provinciales, territoriales et municipales partagent-elles les responsabilités en santé publique?

En ce qui a trait à la santé publique au Canada, divers ordres du gouvernement sont chargés de divers aspects; toutefois, tous les ordres de gouvernement collaborent pour améliorer la santé publique de l'ensemble des Canadiens.

C'est avant tout en collaborant pour régler les problèmes et les questions de santé publique que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux partagent leurs responsabilités en santé publique. Ils se servent pour cela du Réseau pancanadien de santé publique (RPSP). Le RPSP est composé de chefs de file de la santé publique à l'échelle fédérale, provinciale et territoriale et de certains partenaires de la santé publique (p. ex. l'Association canadienne de santé publique) et se réunit régulièrement pour échanger des connaissances, de l'expertise et des pratiques exemplaires en santé publique, ainsi que pour élaborer et mettre en œuvre des approches de collaboration efficaces. Le RPSP a notamment pour priorité de déterminer les indicateurs requis pour mesurer, surveiller et signaler les disparités en matière de santé qui existent entre les Canadiens afin de suivre l'évolution et de procéder aux ajustements requis pour améliorer les résultats.

Les administrations municipales jouent également un rôle dans la santé publique. La méthode d'interaction en cas d'urgence en santé publique est une autre façon dont les différents paliers du gouvernement partagent la responsabilité en santé publique :

  • Les administrations municipales sont principalement chargées d'intervenir en cas d'urgences en santé publique sur leur territoire.
  • Si une urgence en santé publique dépasse les limites de la municipalité, en termes de frontières ou de sa capacité à traiter l'urgence, l'aide du gouvernement provincial ou territorial peut alors être sollicitée.
  • Si une urgence en santé publique dépasse les limites d'une province et/ou d'un territoire, une fois de plus en termes de frontières ou de capacité, l'Agence de la santé publique du Canada intervient généralement et assure souvent la coordination. L'Agence peut notamment prêter ses capacités de laboratoire, fournir des réserves de médicaments et de matériel ainsi que des équipes d'intervention et assurer la liaison avec l'Organisation mondiale de la santé et les autres pays.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :