Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Bartonella henselae

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ: AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I - AGENT INFECTIEUX

NOM: Bartonella henselae

SYNONYME OU RENVOI: Auparavant appelé Rochalimaea henselae. La maladie des griffes de chatNote de bas de page 1-Note de bas de page 3, la fièvre du chatNote de bas de page 4 et la bartonellose zoonotiqueNote de bas de page 3 sont causées par Bartonella henselae. La bactériémie, l’endocardite, l’angiomatose bacillaire, l’hépatite bacillaire et la péliose hépatique sont des conséquences possibles de l’infectionNote de bas de page 5.

CARACTÉRISTIQUES: B. henselae appartient à la famille des Bartonellaceae et se présente sous la forme de courts bâtonnets Gram négatif, aérobies et exigeants (0,2 à 0,6 µm par 0,5 à 1,0 µm)Note de bas de page 3, Note de bas de page 4. On trouve cet organisme dans les parois des capillaires à proximité du point d’entrée lors d’une infectionNote de bas de page 4. Sa température de croissance optimale varie de 35 à 37 °CNote de bas de page 3.

SECTION II - DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ: Maladie des griffes de chat : Dans 50 % des cas, une petite lésion cutanée apparaît au point d’inoculation, qui a d’abord l’aspect d’une papule, puis évolue en vésicule et en ulcère partiellement résorbéNote de bas de page 3 . Les symptômes sont une fièvre légère et une adénopathie 2 semaines après avoir été griffé ou léché par un chat ou mordu par des puces de chatsNote de bas de page 1 ,Note de bas de page 4 . Les céphalées, les maux de gorge, la conjonctivite, le malaise, l’anorexie et les frissons sont fréquentsNote de bas de page 3 , Note de bas de page 4 . On observe des manifestations atypiques chez 5 à 10 % des personnes infectéesNote de bas de page 3 , Note de bas de page 6 . La plus répandue est le syndrome oculoglandulaire de Parinaud (adénopathie périauriculaire et conjonctivite palpébrale); les personnes infectées peuvent également présenter une méningite, une encéphalite, des lésions ostéolytiques et un purpura thrombocytopénique. L’encéphalopathie est l’une des complications les plus graves de la maladie des griffes de chat; en général, elle survient dans les 2 à 4 semaines suivant l’apparition de l’adénopathie et se résorbe avec une guérison complète. On a fait état de nouveaux tableaux cliniques associés à des patients immunodéprimésNote de bas de page 3 ,Note de bas de page 6 . La neurorétinite et la bactériémie peuvent être à l’origine du syndrome de fatigue chroniqueNote de bas de page 3 . Un lien a été établi entre l’endocardite agressive et B. henselae chez un propriétaire de chatNote de bas de page 3. L’angiomatose bacillaire est caractérisée par une lésion vasculaire proliférative observée principalement chez les patients atteints du sidaNote de bas de page 3 , Note de bas de page 6 . On a établi un lien entre B. henselae et les lésions cérébrales associées au VIH, la méningoencéphalite, l’encéphalopathie, la démence et le déclin neuropsychologiqueNote de bas de page 3 . Des manifestations rhumatismales sont également liées à l’infection à Bartonella chez l’humain, notamment l’érythème noueux, la vasculite leucocytoclasique et la fièvre d’origine inconnue accompagnée de myalgie et d’arthralgieNote de bas de page 3 .

ÉPIDÉMIOLOGIE: Présent partout dans le mondeNote de bas de page 3. Selon les estimations, environ 20 000 cas de maladie des griffes de chat par an chez l’humain surviennent aux États-UnisNote de bas de page 3, Note de bas de page 4, tandis que la bactérie est présente chez un tiers des chatsNote de bas de page 4. Dans 55 à 80 % des cas, la maladie des griffes de chat touche des individus âgés de moins de 20 ansNote de bas de page 3, Note de bas de page 6. Dans la population générale, les personnes immunodéprimées courent un plus grand risque de contracter une angiomatose bacillaire par infectionNote de bas de page 4. La prévalence des infections est généralement supérieure dans les régions au climat chaud et humide, où les populations de puces du chat sont importantesNote de bas de page 3. Il s’agit d’une infection saisonnière, dont les cas apparaissent pour la plupart en automne et en hiverNote de bas de page 3, Note de bas de page 6.

GAMME D’HÔTES: HumainsNote de bas de page 3, Note de bas de page 4, chatsNote de bas de page 3, Note de bas de page 4, chiensNote de bas de page 1, Note de bas de page 7.

DOSE INFECTIEUSE: Inconnu.

MODE DE TRANSMISSION: On pense que la puce du chat (Ctenocephalides felis) est le principal vecteur de l’infection contractée par le chatNote de bas de page 2, Note de bas de page 3. Les humains contractent l’infection à B. henselae par contact direct ou indirect avec des chats ou des chatons porteurs de l’organisme. Il est rare que les humains contractent cette infection après une exposition à un animal autre que le chatNote de bas de page 1, Note de bas de page 7. Le rôle de la puce du chat dans la transmission à l’humain semble limitéNote de bas de page 3, Note de bas de page 7. Chez l’humain, l’infection est le résultat de l’inoculation de déjections de puces infectieuses au moment où la blessure est infligéeNote de bas de page 3.

PÉRIODE D’INCUBATION: Des pustules apparaissent à la surface de la peau dans un délai de 3 à 10 jours, et d’autres symptômes se manifestent en général dans les 14 à 21 jours suivant la blessureNote de bas de page 3, Note de bas de page 4.

TRANSMISSIBILITÉ: Aucun cas de transmission de personne à personne n’a été signalé.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR: ChatsNote de bas de page 3, Note de bas de page 4, Note de bas de page 6 et chiensNote de bas de page 7. Le chat domestique, Felis catus, est l’hôte naturel le plus important pour B. henselae. Cet organisme est présent dans la circulation sanguine d’environ 10 % des chats domestiques et 33 % des chats sauvagesNote de bas de page 1.

ZOONOSE : Peut être transmis du chat à l’humainNote de bas de page 4 et, parfois, du chien à l’humainNote de bas de page 7.

VECTEURS: La puce du chat (Ctenocephalides felis) est le principal vecteur des animaux hôtesNote de bas de page 1 , Note de bas de page 4 ; on dispose de certaines données selon lesquelles les morsures de la puce du chat peuvent causer une infection chez l’humainNote de bas de page 1 , Note de bas de page 7 .

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : B. henselae est sensible à plusieurs agents antibactériensNote de bas de page 1. La rifampine, la ciprofloxacine, la gentamicine, le triméthoprime et le sulfaméthoxazole ont les effets les plus importantsNote de bas de page 1. L’érythromycine, la doxycycline, l’isoniazide et la rifampine ont été efficaces dans le traitement de l’angiomatose bacillaire chez des patients immunodéprimésNote de bas de page 1.

RÉSISTANCE AUX MÉDICAMENTS : Les pénicillines, les céphalosporines, la tétracycline et l’érythromycine ont un effet nul ou non cliniquement significatif dans la maladie des griffes de chat. On a observé une résistance aux macrolidesNote de bas de page 8 et aux fluoroquinolonesNote de bas de page 9.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS:Aucun renseignement portant précisément sur B. henselae n’est disponible, mais la plupart des bactéries se sont révélées sensibles à de faibles concentrations de chlore, à l’éthanol à 70 %, aux phénols comme le biphényl-2-ol et l’ortho-benzyl-para-chlorophénol, au glutaraldéhyde à 2 % en solution aqueuse et à l’acide peracétique (0,001 à 0,2 %)Note de bas de page 10, Note de bas de page 11.

INACTIVATION PHYSIQUE: Aucun renseignement portant précisément sur B. henselae n’est disponible, mais la plupart des bactéries peuvent être inactivées par un traitement à la chaleur humide (121 °C pendant 15 à 30 min) ou à la chaleur sèche (160 à 170 °C pendant 1 à 2 heures)Note de bas de page 12.

SURVIE À L’EXTÉRIEUR DE L’HÔTE: Inconnue.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE: Rechercher les symptômes. L’identification peut se faire au moyen de tests histologiques sur un échantillon de biopsie de ganglion lymphatique, d’une épreuve d’immunofluorescence indirecte (IFA), d’une analyse par la technique de réaction en chaîne de la polymérase (PCR) ou par la technique du polymorphisme de longueur des fragments de restriction (RFLP), et de tests sérologiquesNote de bas de page 3, Note de bas de page 6, Note de bas de page 7.

Remarque : Les méthodes diagnostiques ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT: Dans la majorité des cas de maladie des griffes de chat survenant chez des hôtes normaux, la résorption de l’infection ne nécessite pas de traitement anti-infectieuxNote de bas de page 1. Cette affection est en général spontanément résolutive en l’espace de quelques semainesNote de bas de page 3, Note de bas de page 6. Si un régime antibiotique est nécessaire, la tétracycline et l’érythromycine sont des traitements efficacesNote de bas de page 4.

IMMUNISATION: Aucune.

PROPHYLAXIE: Aucune.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE: Aucun cas documentéNote de bas de page 7.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS: Animaux de laboratoireNote de bas de page 4, sangNote de bas de page 3 et tissusNote de bas de page 3 infectés.

DANGERS PRIMAIRES: Griffure, morsure ou léchage par un animal de laboratoire infectéNote de bas de page 7.

DANGERS PARTICULIERS: Aucun.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION DU GROUPE DE RISQUE: Groupe de risque 2 Note de bas de page 13.

EXIGENCES DE CONFINEMENT : Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 2 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux.

VÊTEMENTS DE PROTECTION : Sarrau. Gants, lorsqu’un contact direct de la peau avec des matières infectées ou des animaux est inévitable. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu’il y a un risque connu ou potentiel d’éclaboussure Note de bas de page 14.

AUTRES PRÉCAUTIONS : Toutes les procédures pouvant produire des aérosols ou mettant en cause des concentrations ou des quantités élevées doivent s’effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB). L’utilisation d’aiguilles, de seringues et d’autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelle Note de bas de page 14.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS : Laisser les aérosols se déposer et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer Note de bas de page 14.

ÉLIMINATION: Avant la mise aux rebuts, décontaminer tous les déchets qui contiennent ou ont été en contact avec l’organisme infectieux par autoclavage, désinfection chimique, exposition aux rayons gamma ou incinérationNote de bas de page 14.

ENTREPOSAGE: L’agent infectieux doit être entreposé dans des contenants étanches étiquetés de façon appropriéeNote de bas de page 14.

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION : L’importation, le transport et l’utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l’Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR: Novembre 2010

PRÉPARÉE PAR: Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l’utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :