Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Bartonella quintana

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ: AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I - AGENT INFECTIEUX

NOM: Bartonella quintana

SYNONYME OU RENVOI: Rochalimaea quintana, fièvre des tranchéesNote de bas de page 1-Note de bas de page 5, fièvre des tranchées urbaine, fièvre de Volhynie, fièvre de la Meuse, maladie de His-Werner, fièvre tibialgique, fièvre quintane, fièvre de cinq jours, angiomatose bacillaire, adénopathie chronique, bactériémie.

CARACTÉRISTIQUES: Bâtonnets courts (0,3 à 0,5 µm de large et 1 à 1,7 µm de long), Gram négatif, intracellulaires, facultatifs et exigeantsNote de bas de page 1, Note de bas de page 2, souvent légèrement incurvés, appartenant au sous-groupe α2 des Protéobactéries.

SECTION II - DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ: La fièvre des tranchées est caractérisée par la survenue soudaine de frissons, de céphalées, d’une fièvre récidivante et d’une éruption maculopapulaire sur le tronc et l’abdomenNote de bas de page 1, Note de bas de page 2, Note de bas de page 4. Aucun décès imputable à la fièvre des tranchées n’a été rapporté. Chez les individus immunocompétents, la maladie est spontanément résolutive et est marquée par des épisodes fébriles se produisant après 15 à 25 jours d’incubation, d’une durée de 4 à 5 jours, récidivant de 3 à 5 foisNote de bas de page 2. On a signalé des cas de forme plus bénigne ou asymptomatique de la maladie.

Angiomatose bacillaire (angiomatose épithélioïde) : Prolifération néovasculaire à la surface de la peau, caractérisée par des structures kystiques remplies de sang dont la paroi interne est partiellement recouverte de cellules endothélialesNote de bas de page 2. Peut également atteindre le foie, la rate, les os, le cerveau, les poumons et l’intestinNote de bas de page 1, Note de bas de page 2, Note de bas de page 6. Lorsque les organes viscéraux parenchymateux sont atteints, la maladie est alors appelée péliose hépatique bacillaire, péliose splénique ou angiomatose bacillaire systémiqueNote de bas de page 2. Chez les individus immunodéprimés, par exemple ceux vivant avec le sida, les symptômes peuvent être beaucoup plus graves et menacer le pronostic vital si l’infection n’est pas traitée.

Endocardite : Taux de mortalité de 11,9 % observé dans des études sur l’endocardite provoquée par B. quintana malgré une pharmacothérapie antimicrobienne et une chirurgie valvulaireNote de bas de page 1.

ÉPIDÉMIOLOGIE: B. quintana est présent dans le monde entierNote de bas de page 2. La fièvre des tranchées est associée à des conditions d’hygiène publique et personnelle inappropriées. Observée à l’origine chez les soldats des tranchées pendant la Première Guerre mondiale où elle faisait des ravages, d’où son nom, elle a touché plus d’un million de personnes pendant cette périodeNote de bas de page 1. Plus récemment, une épidémie de fièvre des tranchées s’est déclarée dans un camp de réfugiés au BurundiNote de bas de page 3. On a rapporté des cas de bactériémie et d’endocardite chez des hommes alcooliques et sans domicile fixe en France et aux États-UnisNote de bas de page 3, Note de bas de page 5, Note de bas de page 7.

GAMME D’HÔTES: HumainsNote de bas de page 1, Note de bas de page 4, Note de bas de page 6, macaque de Buffon (Macaca fascicularis)Note de bas de page 8, chatsNote de bas de page 9-Note de bas de page 11.

DOSE INFECTIEUSE: Inconnue.

MODE DE TRANSMISSION: Transmis par un vecteur arthropode, le pou de corps, Pediculus humanusNote de bas de page 1, Note de bas de page 2, Note de bas de page 4.

PÉRIODE D’INCUBATION: La période d’incubation de la fièvre des tranchées varie de 15 à 25 joursNote de bas de page 4.

TRANSMISSIBILITÉ: Transmise de personne à personne par l’intermédiaire du vecteur arthropode Pediculus humanusNote de bas de page 4.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR: HumainsNote de bas de page 1 ,Note de bas de page 2 , Note de bas de page 6 ; réservoirs possibles chez les primates non humainsNote de bas de page 8  et les chatsNote de bas de page 9 -Note de bas de page 11 .

ZOONOSE: Aucun cas signalé.

VECTEURS: Pou de corps (Pediculus humanus)Note de bas de page 1 ,Note de bas de page 4 ,Note de bas de page 6 ,Note de bas de page 12 ; peut-être pou du chatNote de bas de page 9 .

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS: Les espèces du genre Bartonella sont sensibles aux pénicillines, aux céphalosporines, aux aminoglycosides, au chloramphénicol, aux tétracyclines, aux macrolides, à la rifampine, aux fluoroquinolones et au cotrimoxazoleNote de bas de page 1, Note de bas de page 13. Les aminoglycosides se sont également révélés bactéricidesNote de bas de page 1, Note de bas de page 13. La doxycycline en association avec la gentamicine traite efficacement la bactériémie chronique et améliore le pronostic dans les cas d’endocarditeNote de bas de page 1. Un traitement prolongé à l’érythromycine est efficace contre l’angiomatose bacillaireNote de bas de page 1, Note de bas de page 4.

RÉSISTANCE AUX MÉDICAMENTS: Une résistance aux fluoroquinolones a été démontréeNote de bas de page 14. Cette question est de plus en plus préoccupante lorsque des doses répétées sont administrées, en particulier dans les régions où l’infection est endémique.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS: Aucun renseignement portant précisément sur B. quintana n’est disponible, mais il a été démontré que la plupart des bactéries sont sensibles au chlore à de faibles concentrations, à l’éthanol à 70 %, aux composés phénoliques tels que l’orthophénylphénol et l’ortho-benzyl-para-chlorophénol, au glutaraldéhyde en solution aqueuse à 2 % et à l’acide peracétique (0,001 à 0,2 %)Note de bas de page 15, Note de bas de page 16.

INACTIVATION PHYSIQUE: Aucun renseignement portant précisément sur B. quintana n’est disponible, mais la plupart des bactéries peuvent être inactivées par un traitement à la chaleur humide (121 °C pendant 15 à 30 min) ou à la chaleur sèche (160 à 170 °C pendant 1 à 2 heures)Note de bas de page 17.

SURVIE À L’EXTÉRIEUR DE L’HÔTE: Inconnue.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE: Rechercher les symptômes. Les tests sérologiques sont la méthode la plus utilisée pour diagnostiquer l’infection à Bartonella. L’immunofluorescence indirecte est la méthode de référenceNote de bas de page 1, Note de bas de page 2, Note de bas de page 4. B. quintana peut être cultivé par mise en plaques directe sur milieu gélosé au sang, par hémocultures ensemencées sur bouillon et par coculture dans un milieu de culture cellulaireNote de bas de page 1. L’identification et le diagnostic peuvent se faire par PCR, immunohistochimie et immunofluorescenceNote de bas de page 1, Note de bas de page 2.

Remarque : Les méthodes diagnostiques ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT: La doxycycline en association avec la gentamicine traite efficacement la bactériémie chronique et améliore le pronostic dans les cas d’endocarditeNote de bas de page 1. Un traitement prolongé à l’érythromycine est efficace contre l’angiomatose bacillaireNote de bas de page 1, Note de bas de page 4.

IMMUNISATION: Aucune.

PROPHYLAXIE: Aucune.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE: Aucun cas signalé.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS: Sang et tissus des patients infectés, vecteurs infectés et sang des hôtes pouvant agir comme réservoirsNote de bas de page 2, Note de bas de page 4, Note de bas de page 8-Note de bas de page 10.

DANGERS PRIMAIRES: Inoculation accidentelle de matériel infectieuxNote de bas de page 11.

DANGERS PARTICULIERS: Aucun.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION DU GROUPE DE RISQUE: Groupe de risque 2 Note de bas de page 18.

EXIGENCES DE CONFINEMENT : Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 2 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux.

VÊTEMENTS DE PROTECTION : Sarrau. Gants, lorsqu’un contact direct de la peau avec des matières infectées ou des animaux est inévitable. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu’il y a un risque connu ou potentiel d’éclaboussure Note de bas de page 19.

AUTRES PRÉCAUTIONS : Toutes les procédures pouvant produire des aérosols ou mettant en cause des concentrations ou des quantités élevées doivent s’effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB). L’utilisation d’aiguilles, de seringues et d’autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelle Note de bas de page 19.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS : Laisser les aérosols se déposer et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer Note de bas de page 19.

ÉLIMINATION: Avant la mise aux rebuts, décontaminer tous les déchets qui contiennent ou ont été en contact avec l’organisme infectieux par autoclavage, désinfection chimique, exposition aux rayons gamma ou incinération.

ENTREPOSAGE: L’agent infectieux doit être entreposé dans des contenants étanches étiquetés de façon appropriée.

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION : L’importation, le transport et l’utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l’Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR: Novembre 2010

PRÉPARÉE PAR: Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l’utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :