Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Francisella tularensis

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ - MATIÈRES INFECTIEUSES

SECTION 1 - AGENT INFECTIEUX

NOM : Francisella tularensis

SYNONYME OU RENVOI : Pasteurella tularensis, tularémie, maladie d'Ohara, fièvre de la mouche du cerf, maladie de Francis

CARACTÉRISTIQUES : coccobacille à Gram négatif, immobile, non sporulé, aérobie; la cystine est nécessaire à la croissance; cultive bien sur milieu Legionnella (BCYE) et croît lentement sur gélose au sang enrichie (Columbia); deux biovars : Jellison type A (extrêmement virulent) et Jellison type B (maladie bénigne)

SECTION II - DANGER POUR LA SANTÉ

PATHOGÉNICITÉ : la tularémie humaine se manifeste par un ulcère indolore au foyer d'infection, accompagné d'enflure des ganglions lymphatiques locaux (ulcéroganglionnaire); apparition soudaine de douleur et d'une fièvre qui dure habituellement 3-6 semaines en l'absence de traitement; l'inhalation de l'organisme peut déterminer une pneumopathie ou une forme typhoïde primaire de la maladie; les souches du type B entraînent un taux de létalité de 5-15 %; la mortalité est d'environ 35 % dans la forme pulmonaire causée par des souches de type A

ÉPIDÉMIOLOGIE : présent dans toute l'Amérique du Nord, en Europe continentale, en Russie, en Chine et au Japon; peut sévir à tous les mois de l'année; plus fréquent au début de l'hiver pendant la saison de chasse au lapin et pendant l'été lorsque les tiques et les taons sont abondants

GAMME D'HÔTES : animaux sauvages (lapins) et oiseaux; certains animaux domestiques; l'humain

DOSE INFECTIEUSE : 5-10 organismes par voie respiratoire; 106 - 108 par ingestion

MODE DE TRANSMISSION : contamination de la peau, du sac conjonctival ou de la muqueuse oropharyngée avec du sang ou des tissus au cours de la manipulation d'animaux infectés ou encore, contamination par les fluides provenant de mouches, de tiques ou d'autres animaux infectés; morsure d'arthropodes (taon, moustique) et de tiques; ingestion d'aliments ou d'eau contaminés, inhalation de poussière contaminée; peut pénétrer la peau non lésée; dans de rares cas, par morsure d'animal

PÉRIODE D'INCUBATION : liée à la virulence de la souche; à la taille de l'inoculum (dose) et au mode d'acquisition; 1-14 jours, habituellement 3 -5 jours

TRANSMISSIBILITÉ : ne se transmet pas directement d'une personne à l'autre; si le cas n'est pas traité, l'agent infectieux peut être présent dans le sang pendant les deux premières semaines de la maladie et dans les lésions, pendant un mois; les mouches demeurent infectieuses pendant 14 jours et les tiques le demeurent pendant toute leur vie (2 ans)

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR : plus de cent espèces d'animaux sauvages, particulièrement les lapins, les lièvres, les rats-musqués, les castors et certains animaux domestiques; diverses tiques dures; taon (Chrysops discalis), moustique et oiseaux; cycle rongeur-moustique en Scandinavie et en Russie

ZOONOSE : oui - manipulation de rongeurs et d'autres animaux infectés; morsures d'arthropodes infectés qui sucent le sang; morsures de chat

VECTEURS : tiques, taons, puces, moustiques (Russie)

SECTION IV - VIABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : sensible aux aminosides, à la streptomycine, à la gentamicine, à la tobramycine et à la kanamycine (bactéricide) de même qu'aux tétracyclines et au chloramphénicol (bactériostatique); employer la streptomycine dans les cas graves et la tétracycline dans les cas moins graves; la gentamycine est le médicament de choix

RÉSISTANCE AUX MÉDICAMENTS : des organismes résistants à la streptomycine ont été observés

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS : sensible à de nombreux désinfectants - hypochlorite de sodium à 1 %, éthanol à 70 %, glutaraldéhyde, formaldéhyde

INACTIVATION PAR DES MOYENS PHYSIQUES : sensible à la chaleur humide (121 °C pendant au moins 15 minutes) et à la chaleur sèche (160-170 °C pendant au moins 1 heure)

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE : carcasses et organes - jusqu'à 133 jours; poussière de grains, punaise des lits - 136 jours; viande de lapin - 31 jours; paille -192 jours; eau - jusqu'à 90 jours; de la viande de lapin infectée conservée à - 15 °C est restée infectieuse pendant plus de 3 ans

SECTION V - ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE : surveiller la présence des symptômes; confirmation par tests sérologiques

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT : antibiothérapie à la streptomycine

IMMUNISATION : des vaccins vivants atténués peuvent être obtenus auprès des CDC pour les personnes à risque en raison de leur travail

PROPHYLAXIE : antibiothérapie (l'administration de tétracycline pendant 2 semaines est un traitement prophylactique efficace après l'exposition à l'agent)

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS LIÉES OU ACQUISES AU LABORATOIRE : figure au troisième rang des infections les plus fréquemment signalées; presque tous les cas sont liés à la recherche sur la tularémie; quelques cas sont liés à l'exposition professionnelle à des animaux infectés et à leurs ectoparasites; 225 cas signalés jusqu'à 1976 dont 2 décès

SOURCES ET ÉCHANTILLONS : exsudats des lésions, sécrétions respiratoires, liquide céphalo-rachidien, sang, urine, tissus d'animaux infectés et fluides d'arthropodes infectés

DANGERS PRIMAIRES : contact direct de le peau ou des muqueuses avec des substances infectées, inoculation parentérale accidentelle, ingestion et exposition à des aérosols et à des gouttelettes infectieuses

DANGERS PARTICULIERS : les cultures sont plus fréquemment liées aux infections que le matériel d'origine clinique et les animaux infectés

SECTION VII - PRÉCAUTIONS RECOMMANDÉES

EXIGENCES DE CONFINEMENT : méthodes et confinement du niveau de biosécurité 2 pour les travaux portant sur le matériel clinique; méthodes, confinement et installations du niveau de biosécurité 3 pour toutes les manipulations de cultures et pour le travail réalisé sur des animaux

VÊTEMENTS PROTECTEURS : blouse de laboratoire; gants imperméables si le contact direct avec le matériel infectieux est inévitable; gants et blouse serrée aux poignets et attachant dans le dos et masque facial pour les travaux portant sur le matériel infectieux réalisés dans l'enceinte de sécurité biologique

AUTRES PRÉCAUTIONS : emploi de gants imperméables pour la manipulation des animaux, particulièrement des lapins

SECTION VIII - RENSEIGNEMENTS RELATIFS À LA MANIPULATION

DÉVERSEMENTS : laisser retomber les aérosols; endosser des vêtements protecteurs, couvrir soigneusement la substance déversée avec des serviettes de papier et appliquer de l'hypochlorite de sodium à 1 %, de la périphérie vers le centre; laisser agir pendant une période suffisante (30 minutes) avant de procéder au nettoyage

ÉLIMINATION : décontaminer la substance avant de l'éliminer; incinération des carcasses animales, stérilisation par la vapeur des autres déchets du laboratoire

ENTREPOSAGE : en contenants scellés étiquetés de manière appropriée

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS DIVERS

Date : mai 2001

Préparée par : Bureau de la sécurité des laboratoires, ASPC

Bien que les renseignements, opinions et recommandations contenus dans la présente Fiche technique santé-sécurité proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures encourues par suite de l'utilisation des renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas à jour.

Copyright ©
Santé Canada, 2001

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :