Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Lactobacillus spp.

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ : AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I - AGENT INFECTIEUX

NOM : Lactobacillus spp.

SYNONYME OU RENVOI : Lactobacille, lactobacillémie Note de bas de page 1, Note de bas de page 2.

CARACTÉRISTIQUES : Les espèces du genre Lactobacillus appartiennent à la famille des Lactobacillaceae Note de bas de page 1. Ce sont des bâtonnets ou des coccobacilles Gram positif qui forment à l’occasion de courtes chaînes Note de bas de page 1 Note de bas de page 3. Ces bactéries fermentescibles sont chimio-organotrophes et micro-aérophiles. Bien qu’elles aient besoin de milieux riches pour croître, elles sont omniprésentes et peuvent survivre partout où il y a des hydrates de carbone (p. ex. aliments; appareil respiratoire, tube digestif et appareil urogénital des humains et des animaux; eaux usées; et matériel végétal). Les lactobacilles sont asporulés et immobiles. Ils sont couramment utilisés pour la fermentation d’aliments et comme probiotiques Note de bas de page 3. Ils peuvent également être employés pour le traitement de la diarrhée infantile et de l’adulte, de la vaginite à Candida et de la diarrhée associée aux antibiotiques Note de bas de page 3.

SECTION II - DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ : Chez les humains, les lactobacilles font partie de la flore normale de la bouche, du tube digestif et de l’appareil génital féminin Note de bas de page 2, Note de bas de page 3, et leur usage dans les aliments (probiotiques et fermentation des aliments) est généralement considéré comme sans danger Note de bas de page 3. Les infections à Lactobacillus sont rares, mais peuvent s’installer de manière opportuniste, en particulier chez les sujets immunodéprimés Note de bas de page 2. La plupart des décès associés aux infections à Lactobacillus sont survenus chez des personnes présentant une déficience immunitaire sous‑jacente. L. acidophilus peut causer des caries dentaires Note de bas de page 4.

Certains probiotiques et la flore indigène peuvent se déplacer du tube digestif vers d’autres organes Note de bas de page 5. Chez les sujets immunodéprimés, ce déplacement ou translocation peut être à l’origine d’une bactériémie, d’une septicémie et d’une insuffisance polyviscérale. Aucun cas de maladie attribuable à l’ingestion de probiotiques n’a été signalé jusqu’à présent chez des sujets en santé, même si une translocation a été observée. Chez les patients qui sont atteints d’un cancer, du diabète, du sida, d’une valvulopathie, qui ont reçu un traitement par des antibiotiques à large spectre, une transplantation d’organe ou qui présentent un abcès, le risque d’infection par des probiotiques est plus élevé, mais demeure encore très faible. L. rhamnosus est le lactobacille qui a le plus grand potentiel de translocation.

ÉPIDÉMIOLOGIE : Infections signalées dans le monde entier. Les sujets immunodéprimés courent le plus grand risque d’infection et d’issue défavorable Note de bas de page 3.

GAMME D'HÔTES : Humains et animaux. Les lactobacilles font partie de la flore normale des humains et des animaux Note de bas de page 1.

DOSE INFECTIEUSE : Inconnue

MODE DE TRANSMISSION : Le principal mode de transmission est l’ingestion. Une transmission verticale peut survenir durant l’accouchement Note de bas de page 3, Note de bas de page 6.

PÉRIODE D'INCUBATION : Inconnue. Les lactobacilles font partie de la flore normale de la bouche, de l’intestin et du vagin.

TRANSMISSIBILITÉ : La transmission intra‑familiale a été documentée Note de bas de page 7.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR : Ils font partie de la flore normale des humains et des animaux Note de bas de page 1.

ZOONOSE : Inconnue.

VECTEURS : Aucun.

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : Les lactobacilles sont sensibles à la pénicilline, à l’ampicilline et aux aminosides (généralement la gentamicine) administrés par voie intraveineuse Note de bas de page 3.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS : Les composés d’ammonium quaternaire, les désinfectants phénoliques, l’hypochlorite de sodium à 1 %, l’éthanol à 70 %, le formaldéhyde, le glutaraldéhyde, l’iodophore et l’acide peracétique sont efficaces contre les lactobacilles Note de bas de page 8.

INACTIVATION PHYSIQUE : Les lactobacilles sont inactivés par les rayons UV, les micro‑ondes, les rayons gamma, la chaleur humide (121 °C pendant au moins 20 min) et la chaleur sèche (165-170 °C pendant 2 h) Note de bas de page 9-Note de bas de page 12.

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE : Des lactobacilles ont été retrouvés dans des fromages datant de 105 ans. L. acidophilus peut survivre plus de 20 jours dans le fromage en crème à base de soja, et L. casei peut survivre pendant 2 jours dans les fèces; Lactobacillus peut survivre au moins 7 semaines dans le yogourt avec une perte de 3 cycles log, et sa survie est meilleure s’il est microencapsulé (perte de 2 log seulement) Note de bas de page 13 Note de bas de page 14 Note de bas de page 15.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE : Surveiller l’apparition de symptômes Note de bas de page 3. Les lactobacilles peuvent être difficiles à identifier, parce que les tests commerciaux utilisés dans les laboratoires médicaux ne sont pas assez précis pour qu’on puisse les caractériser correctement. La PCR spécifique à l’espèce, la PCR basée sur l’amplification aléatoire d’ADN polymorphe (RAPD) et l’analyse de restriction de l’ADNr 16S et 23S amplifié peuvent être employés avec plus ou moins d’efficacité pour distinguer les souches Note de bas de page 16 de même que pour le séquençage du gène de l’ARNr 16S.

Remarque : Les méthodes de diagnostic ne sont pas nécessairement disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT : Administrer une antibiothérapie appropriée Note de bas de page 3.

IMMUNISATION : Aucune n’est actuellement offerte sur le marché.

PROPHYLAXIE : Aucune n’est actuellement offerte sur le marché.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE : Aucune infection contractée en laboratoire n’a été signalée jusqu’à maintenant Note de bas de page 3.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS : Les lactobacilles peuvent être présents dans les fèces, le sang, les écouvillons vaginaux, les échantillons provenant de la bouche et divers tissus de l’organisme Note de bas de page 1, Note de bas de page 3.

DANGERS PRIMAIRES : Inoculation parentérale accidentelle et ingestion.

DANGERS PARTICULIERS : Aucun.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION PAR GROUPE DE RISQUE : Groupe de risque 1 Note de bas de page 17.

EXIGENCES DE CONFINEMENT : Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 1 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux Note de bas de page 18.

VÊTEMENTS DE PROTECTION : Vêtements de laboratoire de protection adéquatement ajustés. Gants, lorsqu’un contact direct de la peau avec des matières infectées ou des animaux est inévitable Note de bas de page 18.

AUTRES PRÉCAUTIONS : Aucune.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS : Laisser les aérosols se déposer et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie‑tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer.

ÉLIMINATION : Décontaminer les matières à éliminer qui contiennent l’agent infectieux ou sont venus en contact avec celui-ci par autoclavage, désinfection chimique, irradiation gamma ou incinération.

ENTREPOSAGE : L’agent infectieux devrait être conservé dans des contenants étanches qui sont étiquetés de façon appropriée.

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION : L’importation, le transport et l’utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l’Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR : Décembre 2011

PRÉPARÉE PAR : Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l’utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :