Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Leishmania spp.

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ : AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I – AGENT INFECTIEUX

NOM : Leishmania spp.

SYNONYME OU RENVOI : Leishmaniose, kala-azar, fièvre Dum-Dum, fièvre noire. Les agents étiologiques appartiennent au complexe L. donovani, aux espèces L. tropica, L. major, L. aethiopica, au complexe L. Mexicana et au complexe L. BraziliensisNote de bas de page 1,Note de bas de page 2.

CARACTÉRISTIQUES : Les organismes du genre Leishmania appartiennent à la famille des Trypanosomatidae, de l’ordre des KinetoplastidaNote de bas de page 1. Ils sont caractérisés par un stade promastigote flagellé dans un phlébotome et par un stade amastigote non mobile dans les macrophages des mammifèresNote de bas de page 3,Note de bas de page 4. Les amastigotes, appelés corps de Leishman-Donovan (LD), sont de petite taille, ronds ou ovales, et mesurent de 3 à 5 µmNote de bas de page 5. Hémisphère oriental: L. tropica, L. major, L. aethiopica. Hémisphère occidental: complexe L. braziliensis et complexe L. mexicana.

SECTION II – DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ : Le tableau clinique de la leishmaniose varie en fonction du statut immunitaire et nutritionnel, de l’espèce et de la souche. Les trois principaux syndromes cliniques, la leishmaniose cutanée, mucocutanée et viscérale, sont associés à une large gamme de manifestations. La leishmaniose cutanée (LC), transmise par L. tropica, L. mexicana, L. braziliensis et L. major, est caractérisée par des lésions cutanées ulcéreuses. La morphologie des lésions cutanées varie selon l’espèce de Leishmania en cause. Les symptômes peuvent être prurigineux et douloureux, et les lésions peuvent laisser des cicatrices. La leishmaniose cutanée peut se manifester par des lésions cutanées localisées ou diffuses, des ulcérations, une adénopathie, des lésions satellites et des nodules sous-cutanésNote de bas de page 4,Note de bas de page 6. Les symptômes systémiques sont souvent absents. La leishmaniose mucocutanée (LM), causée par L. braziliensis et parfois par d’autres espèces du genre Leishmania, se manifeste des années après la survenue de la leishmaniose cutanée. La LM est caractérisée par l’apparition d’une ou de plusieurs lésions cutanées, pour lesquelles il existe un risque d’infection secondaire, et par la destruction progressive des tissus. Au nombre des symptômes figurent les lésions des muqueuses, l’obstruction nasale et les saignements de nez, la déformation des palais, l’œdème gingival et la parodontiteNote de bas de page 4. Les lésions nasopharyngées peuvent être mortelles à cause du risque d’infection secondaire ou de complication respiratoire. La leishmaniose viscérale, généralement causée par les parasites du complexe L. donovani, est mortelle si elle n’est pas traitée. Elle se manifeste notamment par de la fièvre (deux pics quotidiens), une hépatosplénomégalie accompagnée de pancytopénie, un amaigrissement et une faiblesse, une coloration noire de la peau et une anémieNote de bas de page 4. La leishmaniose cutanée post-kala-azar (également causée par L. donovani) survient 6 mois à 5 ans après une attaque de LV ou une guérison complète de cette maladie et se manifeste par des macules, des nodules et des plaques hyperpigmentés et par un érythème du visageNote de bas de page 7.

ÉPIDÉMIOLOGIE : Présent dans le monde entier. Les organismes de ce genre sont endémiques dans 88 pays, pour la plupart des pays en développement, y compris certaines régions d’Europe, d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’AsieNote de bas de page 1. On estime que 12 millions de personnes dans le monde sont infectées et que 2 millions de nouveaux cas se déclarent chaque année, soit 1,5 million pour la leishmaniose cutanée et 500 000 pour la leishmaniose viscéraleNote de bas de page 4Note de bas de page 8Note de bas de page 9. Quatre-vingt-dix pour cent des cas de leishmaniose viscérale surviennent au Bangladesh, au Brésil, en Inde, au Népal et au Soudan; 90 % des cas de leishmaniose cutanée surviennent en Afghanistan, en Algérie, au Brésil, en Iran, au Pérou, en Arabie saoudite et en SyrieNote de bas de page 4Note de bas de page 8.

GAMME D’HÔTES : Humains, mammifères à sang chaud, notamment les chiens, les chats et les petits rongeursNote de bas de page 2.

DOSE INFECTIEUSE : Inconnue.

MODE DE TRANSMISSION : Infection transmise par la piqûre d’un phlébotome femelle infecté du genre Phlebotemus ou LutzomyiaNote de bas de page 10,Note de bas de page 11. Le phlébotome est infecté par le parasite provenant d’un réservoir de zoonose. L’infection peut être transmise en laboratoire, par une transfusion sanguine, par voie congénitale ou sexuelle, et des cas de transmission par des mammifères domestiques ou sauvages ont également été signalésNote de bas de page 1,Note de bas de page 12.

PÉRIODE D’INCUBATION : Au moins une semaine, mais peut aller jusqu’à plusieurs mois.

TRANSMISSIBILITÉ : Transmissible par les phlébotomes tant que les parasites circulent dans le sang ou sont présents dans les lésions cutanées, même si la transmission d’une personne à une autre par transfusion sanguine, par contact sexuel ou par le placenta (de la mère à l’enfant) est rareNote de bas de page 1. Les parasites peuvent continuer à circuler dans le sang alors que les symptômes ne sont plus apparents.

SECTION III – DISSÉMINATION

RÉSERVOIR : Humains et mammifères à sang chaud, notamment les chiens, les renards, les rats, les chats, les petits rongeurs, les paresseux et les marsupiauxNote de bas de page 2,Note de bas de page 4,Note de bas de page 14,Note de bas de page 15.

ZOONOSE : Oui, par la piqûre d’un phlébotome qui a ingéré le sang d’un mammifère hôte infectéNote de bas de page 1.

VECTEURS : Phlébotomes du genre Phlebotemus ou LutzomyiaNote de bas de page 10,Note de bas de page 11.

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : On a observé une sensibilité à des agents systémiques tels que les médicaments à base d’antimoine, l’amphotéricine, la paromomycine et la miltéfosine par voie oraleNote de bas de page 8. La pentamidine n’est pas le médicament privilégié, mais elle a fait la démonstration de son efficacité contre les récidives. Un nouvel agent, la sitamaquine, est associé à un taux de guérison de 50 %Note de bas de page 8. On peut utiliser des traitements en association contre les pathogènes devenus pharmacorésistants. Lors de l’administration d’un traitement par voie parentérale, p. ex. du stibogluconate de sodium, il convient de prendre en considération les facteurs tels que le risque de survenue d’une leishmaniose mucocutanée et le nombre, la taille ou les complications des lésions d’ulcérationNote de bas de page 16.

RéSISTANCE aux médicaments : La résistance au gluconate d’antimoine sodique a été démontrée pour toutes les espècesNote de bas de page 4.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS : Sensible à l’hypochlorite de sodium à 1 %, à TriGene à 2 %, à l’éthanol à 70 %, au savon pour les mains à 0,1 %, au glutaraldéhyde à 2 % et au formaldéhydeNote de bas de page 17,Note de bas de page 18.

INACTIVATION PHYSIQUE : Les espèces du genre Leishmania ne survivent pas à un autoclavage à 121 °C pendant 15 minutesNote de bas de page 17. La température létale à 100 % est de loin inférieure à cette valeur (50 °C).

SURVIE À L’EXTÉRIEUR DE L’HÔTE : Ne survit pas à l’extérieur de l’hôte ou de la culture, mais demeure viable pendant 35 jours dans le sang entier conservé à 4 °CNote de bas de page 19.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE : Rechercher les symptômes. Le diagnostic est effectué par la mise en évidence au microscope des amastigotes dans des échantillons de lésions après coloration. L’identification du parasite peut se faire par PCR en temps réel sur des échantillons de biopsie provenant de liquides prélevés sur des lésions, par transfert de Western, par test immunochromatographique avec l’antigène rk39, par des tests sérologiques tels que le test d’immunofluorescence, le test ELISA et le test d’agglutination directeNote de bas de page 4. La distinction entre les espèces peut se faire en utilisant des enzymes de restriction qui ciblent les séquences polymorphes répétitivesNote de bas de page 20.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT : Administrer la pharmacothérapie appropriée.

IMMUNISATION : Aucune

PROPHYLAXIE : Aucune

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE : Douze cas d’infection contractés en laboratoire ont été signalésNote de bas de page 21.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS : Les formes infectieuses peuvent être présentes dans le sang, les fèces, les exsudats de lésions et les arthropodes infectésNote de bas de page 21.

DANGERS PRIMAIRES : Exposition parentérale accidentelle, aérosols, transmission par vecteur, muqueuses (buccale, nasale, oculaire), ingestionNote de bas de page 21.

DANGERS PARTICULIERS : Contact avec une lésion, des fèces ou du sang, ou morsure par un mammifère infecté par voie naturelle ou expérimentaleNote de bas de page 21.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L’EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION DU GROUPE DE RISQUE : Groupe de risque 2Note de bas de page 22.

EXIGENCES DE CONFINEMENT : Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 2 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux. (Prenez note que les exigences de confinement pourraient différer en fonction du volume, la méthode de production, la concentration, ou d’autres facteurs additionnels qui pourraient modifier le risque associé à l’ infection, l’exposition et/ou la relâche dans l’environnement accidentelles.)

VÊTEMENTS DE PROTECTION : Sarrau. Gants, lorsqu’un contact direct de la peau avec des matières infectées ou des animaux est inévitable. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu’il y a un risque connu ou potentiel d’éclaboussureNote de bas de page 23.

AUTRES PRÉCAUTIONS : Toutes les procédures pouvant produire des aérosols ou mettant en cause des concentrations ou des quantités élevées doivent s’effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB). L’utilisation d’aiguilles, de seringues et d’autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelleNote de bas de page 23.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS : Laisser les aérosols se déposer et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyerNote de bas de page 23.

ÉLIMINATION : Avant la mise au rebut, décontaminer tous les déchets qui contiennent ou ont été en contact avec l’organisme infectieux par autoclavage, désinfection chimique, exposition aux rayons gamma ou incinérationNote de bas de page 23.

ENTREPOSAGE : Le matériel infectieux doit être entreposé dans des contenants étanches, scellés et étiquetés de façon appropriéeNote de bas de page 23.

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION : L’importation, le transport et l’utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l’Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR : Septembre 2011

PRÉPARÉE PAR : Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l’utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés

© Agence de la santé publique du Canada, 2011

Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :