Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Leptospira interrogans

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ - MATIÈRES INFECTIEUSES

SECTION 1 - AGENT INFECTIEUX

NOM : Leptospira interrogans

SYNONYME OU RENVOI : leptospirose, maladie de Weil, fièvre à canicola, leptospirose ictéro-hémorragique, fièvre des boues, maladie des jeunes porchers

CARACTÉRISTIQUES : zoonose bactérienne avec manifestations variables; spirochète, au moins 218 sérovars identifiés répartis en 23 sérogroupes, entre autres hordjo, icterohemorragiae, canicola, autumnalis, hebdomadis, australis, pomona

SECTION II - DANGER POUR LA SANTÉ

PATHOGÉNICITÉ : fièvre, céphalée, frissons, malaise grave, vomissements, myalgie et épanchement conjonctival; méningite, éruption et uvéite occasionnelles; parfois ictère, insuffisance rénale, anémie et hémorragie cutanée; la phase clinique dure de 3 jours à quelques semaines, souvent de nature biphasique; l'infection peut être asymptomatique; le taux de létalité est faible, mais augmente avec l'âge; des épidémies sont survenues au Nicaragua, en Inde, à Singapour, en Thaïlande et au Kazakhstan de 1995 à 1998

ÉPIDÉMIOLOGIE : répandu dans le monde entier; présent dans les régions rurales et urbaines, développées et primitives, mais non dans les régions polaires; risque professionnel pour les travailleurs de rizières et des champs de canne à sucre, les fermiers, les vétérinaires, les mineurs, les éleveurs et le personnel de laboratoire qui manipule des rongeurs ou des chiens infectés; les épidémies sont courantes chez les sujets exposés aux eaux des lacs et des rivières contaminées par l'urine des animaux

GAMME D'HÔTES : l'humain, animaux sauvages et domestiques (voir Réservoir)

DOSE INFECTIEUSE : inconnue

MODE DE TRANSMISSION : contact de la peau ou des muqueuses avec l'eau, le sol ou la végétation contaminés; contact direct avec l'urine ou les tissus d'animaux infectés; occasionnellement, par ingestion d'aliments contaminés ou inhalation de gouttelettes de liquides contaminés

PÉRIODE D'INCUBATION : habituellement 10 jours; peut varier de 4 à 19 jours

TRANSMISSIBILITÉ : la transmission directe d'une personne à l'autre est rare; les leptospires sont habituellement excrétés dans l'urine pendant un mois, mais l'excrétion a été observée jusqu'à 11 mois après la maladie aiguë

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR : animaux de compagnie et animaux de ferme, y compris le bétail, les chiens, les chevaux et les porcs; les rats et autres rongeurs agissent comme porteurs sains; les animaux sauvages, y compris le cerf, l'écureuil, le renard, la mouffette et même les reptiles et les amphibiens peuvent être infectés; en Europe, les mulots, campagnols, musaraignes et hérissons sont des réservoirs courants; chez les animaux porteurs, l'infection est asymptomatique

ZOONOSE : oui - contact direct et indirect avec l'urine, les produits d'avortement et le matériel contaminé par l'urine d'animaux infectés

VECTEURS : aucun

SECTION IV - VIABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS : sensibilité in vitro à la pénicilline, à la streptomycine, à l'érythromycine et aux tétracyclines; la doxycycline peut être utile pour le traitement chez l'humain si elle est administrée dans les 4 jours qui suivent le début de la maladie

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS : sensible à l'hypochlorite de sodium à 1 %, à l'éthanol à 70 %, au glutaraldéhyde et au formaldéhyde

INACTIVATION PAR DES MOYENS PHYSIQUES : sensible à la chaleur humide (121o C pendant au moins 15 minutes)

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE : sol contaminé par l'urine infectée - de nombreuses semaines; de l'eau traversant le sol infecté - jusqu'à 19 jours; eaux de surface des lacs - jusqu'à 10 jours, selon la salinité; boues - 5 jours; urine de rats infectés conservée à la température ambiante - 5 heures, mais non 24 heures

SECTION V - ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE : surveiller la présence des symptômes de la maladie; confirmation par tests sérologiques; isolement des leptospires à partir du sang, du LCR ou de l'urine

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT : traitement à la doxycycline dans les 4 jours qui suivent le début de la maladie; un traitement associant amoxicilline et érythromycine peut être efficace; l'agent résiste à l'administration prophylactique de pénicilline

IMMUNISATION : les vaccins humains ne sont pas disponibles dans le commerce; toutefois, l'humain a été vacciné contre des sérovars particuliers en prévention d'une exposition professionnelle au Japon, en Chine, en Espagne, en Israël et en Italie

PROPHYLAXIE : l'administration de doxycycline par voie orale au cours des périodes de forte exposition peut contribuer à prévenir la maladie

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS LIÉES OU ACQUISES AU LABORATOIRE : danger d'infection bien documenté; 67 cas signalés dont 10 décès jusqu'en 1976; un lapin infecté à des fins expérimentales a été reconnu comme cause d'une infection à L. interrogans, sérovar icterohemorragiae

SOURCES ET ÉCHANTILLONS : sang (7 premiers jours) ou LCR (4-10 jours) pendant la phase aiguë de la maladie ou urine après le jour 10; détection de leptospires dans les échantillons cliniques par immunofluorescence et par la méthode ELISA

DANGERS PRIMAIRES : ingestion, inoculation parentérale accidentelle et contact direct de la peau ou des muqueuses avec des cultures ou des tissus ou liquides organiques infectés (particulièrement l'urine); inhalation d'aérosols de liquides contaminés

DANGERS PARTICULIERS : le contact direct et indirect avec les liquides et tissus de mammifères infectés au cours de la manipulation, des soins ou de la nécropsie est une source d'infection; chez les animaux atteints d'infections rénales chroniques, l'agent est éliminé dans l'urine en quantités énormes pendant de très longues périodes

SECTION VII - PRÉCAUTIONS RECOMMANDÉES

EXIGENCES DE CONFINEMENT : méthodes, matériel et installations de confinement du niveau de biosécurité 2 pour les travaux comportant la manipulation de tissus et de liquides organiques infectieux ou susceptibles d'être infectieux et pour la garde d'animaux infectés (tous les sérovars)

VÊTEMENTS PROTECTEURS : blouse de laboratoire; gants pour la manipulation et la nécropsie d'animaux infectés et lorsqu'il existe une possibilité de contact cutané direct avec le matériel infectieux

AUTRES PRÉCAUTIONS : aucune

SECTION VIII - RENSEIGNEMENTS RELATIFS À LA MANIPULATION

DÉVERSEMENTS : laisser retomber les aérosols; endosser des vêtements protecteurs, couvrir soigneusement la substance déversée avec des serviettes de papier et appliquer de l'hypochlorite de sodium à 1 %, de la périphérie vers le centre; laisser agir pendant une période suffisante (30 minutes) avant de procéder au nettoyage

ÉLIMINATION : décontaminer les déchets avant de les éliminer; stérilisation par la vapeur, incinération, désinfection chimique

ENTREPOSAGE : en contenants scellés étiquetés de manière appropriée

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS DIVERS

Date : mars 2001

Préparée par : Bureau de la sécurité des laboratoires, ASPC

Bien que les renseignements, opinions et recommandations contenus dans la présente Fiche technique santé-sécurité proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures encourues par suite de l'utilisation des renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas à jour.

Copyright ©
Santé Canada, 2001

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :