Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Mycobacterium spp.

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ: AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I - AGENT INFECTIEUX

NOM: Mycobacterium spp. - à l'exception de M. tuberculosis et des membres du complexe Mycobacterium tuberculosis (M. bovis, M. africanum, M. pinnipedii, M. microti, M. caprae, "Mycobacterium canettii")

SYNONYME OU RENVOI: Mycobactéries atypiques, mycobactéries non tuberculeuses (MNT), mycobactéries autres que tuberculeuses (MOTT pour mycobacteria other than tubercle bacilli)Note de bas de page 1-Note de bas de page 3. Il y a plus d'une centaine d'espèces de mycobactéries, mais les plus courantes comprennent le complexe M. avium (MAC), M. kansasii, M. haemophilum, M. xenopi, M. malmoense, M. asiaticum, M. simiae, M. szulgai, M. marinum, M. ulcerans, M. genavense (à croissance lente), M. fortuitum, M. chelonae, M. abscessus (à croissance rapide)Note de bas de page 4.

CARACTÉRISTIQUES: Le genre Mycobacterium appartient à la famille des Mycobacteriaceae et il regroupe de nombreuses espèces, dont certaines sont pathogènes pour les humainsNote de bas de page 3. Ce sont des bacilles aérobies, asporulés, non mobiles, légèrement incurvés ou droits (0,2 à 0,6 μm par 1,0 à 10 μm), qui peuvent se ramifier. On peut les cultiver sur des substrats simples comme les acides aminés et le glycérolNote de bas de page 3. Les diverses espèces ont différentes températures de croissance qui vont de < 30 à 45 °CNote de bas de page 3. Leur croissance peut être lente (en 7 jours) ou rapide (en moins de 7 jours) lorsqu'elles sont repiquées sur un milieu de Löwenstein-JensenNote de bas de page 3. Elles sont divisées en deux groupes: les espèces à croissance lente (subdivisées en photochromogènes, scotochromogènes et non photochromogènes) et celles à croissance rapideNote de bas de page 4, Note de bas de page 5.

SECTION II - DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ: Les infections à mycobactéries non tuberculeuses (MNT) touchent surtout les sujets immunodéprimés, même si des patients immunocompétents peuvent également être atteintsNote de bas de page 4, Note de bas de page 6. Les mycobactéries non tuberculeuses causent de nombreuses maladies chez les humains.

Pneumopathies: Les pneumopathies sont principalement dues à M. kansasii et au MAC et rarement à M. malmoense, M. xenopi, M. asiaticum, M. simiae et M. szulgaiNote de bas de page 1. Elles peuvent se manifester par les divers profils cliniques suivants: infiltrats tuberculeux, bronchectasie nodulaire, nodules solitaires et infiltrats diffusNote de bas de page 3, Note de bas de page 6.

Lymphadénite: Principalement causée par le MAC, M. scrofulaceum, M. haemophilum, M. fortuitum et M. kansasiiNote de bas de page 1.

Infections de la peau et des tissus mous (ulcères cutanés): Les infections de la peau peuvent être associées à M. marinum, M. ulcerans, M. fortuitum et M. cheloneiNote de bas de page 1. M. marinum peut entraîner une infection de la peau si une lésion cutanée est exposée à de l'eau contaminée d'un aquarium d'eau douceNote de bas de page 7. La maladie est caractérisée par la formation d'une lésion papulonodulaire unique confinée à un membre, qui peut éventuellement devenir ulcéreuseNote de bas de page 7. M. ulcerans cause des ulcères cutanés qui peuvent prendre la forme tant d'un nodule localisé que de maladies ulcéreuses, ou non, étendues, notamment l'ostéomyéliteNote de bas de page 3.

Les autres infections associées aux MNT comprennent les suivantes: entérite, maladie musculo-squelettique, bursite, maladie du SNC, infection de la cornée et otite moyenneNote de bas de page 3, Note de bas de page 4. Une infection disséminée et une bactériémie peuvent également survenirNote de bas de page 6. L'infection disséminée touche principalement les sujets immunodéprimés; elle peut atteindre le foie, la rate et la moelle osseuseNote de bas de page 6. Les patients atteints d'une infection disséminée présentent des symptômes non spécifiques, notamment de la fièvre, une sensation de malaise, une perte de poids, une anorexie, des douleurs abdominales et des sueurs nocturnesNote de bas de page 6.

ÉPIDÉMIOLOGIE: Présence à l'échelle mondiale. L'altération de l'immunité locale ou systémique (p. ex. infection à VIH) est le principal facteur de risque d'infections à MNTNote de bas de page 2. En Colombie-Britannique, entre 1996 et 2006, l'incidence de toutes les MNT isolées s'étendait de 3,4 à 9,1/100 000; le complexe M. avium (MAC) représentait 2,6 à 6,7 cas pour 100 000 et les mycobactéries non-MAC, < 0,7 cas pour 100 000 de l'ensemble de l'échantillon (y compris les MNT et les isolats de M. tuberculosis)Note de bas de page 8. D'après une étude semblable menée entre 2000 et 2003 dans la ville de New York aux États-Unis, les incidences estimées de cultures positives de MNT (sans infection à VIH) et de maladies (dues à l'infection par une MNT) étaient de 17,7, 2,7 et 2,0 pour 100 000 personnes, respectivementNote de bas de page 9. Une étude menée en 2008 a révélé que la prévalence de l'isolement de l'ensemble des espèces de MNT en Ontario au Canada a augmenté de 9,1/100 000 en 1997 à 14,1/100 000 en 2003Note de bas de page 10.

GAMME D'HÔTES: Humains, animaux domestiques et sauvagesNote de bas de page 3.

DOSE INFECTIEUSE: Inconnue.

MODE DE TRANSMISSION: Transmission nosocomiale ou par contact direct avec un milieu contaminéNote de bas de page 3.

PÉRIODE D'INCUBATION: La période d'incubation de l'infection à M. marinum est d'environ 2 à 3 semainesNote de bas de page 11.

TRANSMISSIBILITÉ: Aucune donnée n'étaie la transmission interhumaine de l'infection.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR: Très répandu dans la nature - sol, eau, humains, animaux domestiques et sauvagesNote de bas de page 3.

ZOONOSE: Oui pour certaines espèces: M. marinum provenant des poissons domestiques, complexe M. avium provenant des porcs et d'autres animaux domestiques et sauvagesNote de bas de page 3, Note de bas de page 7.

VECTEURS: Aucun.

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS: Une polythérapie est utilisée, car les espèces ne sont par toutes sensibles aux mêmes médicamentsNote de bas de page 6. Les épreuves de sensibilité aux médicaments sont effectuées sur des microorganismes isolés en vue de déterminer le traitement adéquatNote de bas de page 6. M. kansasii est sensible aux agents antituberculeux de première intention (rifampicine, isoniazide, pyrazinamide et éthambutol).

RÉSISTANCE AUX MÉDICAMENTS: M. marinum est résistant au pyrazinamideNote de bas de page 11, et les microorganismes MAC, contrairement à M. kansasii, sont résistants aux agents antituberculeux de première intentionNote de bas de page 6.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS: Les mycobactéries sont plus résistantes aux désinfectants que les bactéries végétativesNote de bas de page 12, Note de bas de page 13. Les mycobactéries atypiques sont généralement sensibles à l'hydroxyde de sodium, au dioxyde de chlore, à l'oxyde d'éthylène, à l'acide peracétique à 0,35 % et à l'orthophtalaldéhydeNote de bas de page 2, Note de bas de page 13-Note de bas de page 15. On peut utiliser l'éthanol à 70 % pour la désinfection des surfacesNote de bas de page 13. Certaines mycobactéries atypiques, comme M. marinum, M. smegmatis et M. fortuitum, sont très sensibles au glutaraldéhyde alcalin à 2 %, alors que d'autres, comme M. gordonae, le complexe M. avium, M. xenopi et M. chelonae, y sont résistantesNote de bas de page 13, Note de bas de page 16, Note de bas de page 17.

INACTIVATION PHYSIQUE: Les mycobactéries sont facilement inactivées par la chaleur (> 65 °C pendant au moins 30 min) et par les rayons UV, mais pas par la congélation, ni par la dessiccationNote de bas de page 3.

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE: Les mycobactéries peuvent survivre pendant des semaines ou des mois sur des objets inanimés si elles sont protégées du soleilNote de bas de page 3. Les espèces de MNT sont très répandues dans la nature; elles sont présentes dans les eaux naturelles, l'eau du robinet, le sol et l'eau servant aux douches et aux solutions utilisées en chirurgieNote de bas de page 2.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE: Surveiller les symptômes. Pour poser un diagnostic d'infection à MNT, on peut avoir recours à la culture d'échantillons cliniques et à l'identification selon les caractéristiques phénotypiques (vitesse de croissance, coloration de la colonie et épreuves biochimiques); à l'examen histopathologique pour repérer la présence de granulomes dans les aspirats ou les biopsies; à des méthodes de typage sérologique; à des méthodes fondées sur l'électrophorégramme des isoenzymes et des protéines; et à la PCR, à l'empreinte génétique et à l'identification faisant appel à des sondes génétiquesNote de bas de page 2.

Remarque: Les méthodes diagnostiques ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT: L'association de plusieurs antibiotiques pendant une longue période est recommandée pour traiter les infections à MNTNote de bas de page 6. Les principaux antibiotiques utilisés pour le traitement antimycobactérien comprennent les suivants: rifampicine, isoniazide, éthambutol, macrolides (clarithromycine, azithromycine), quinolones (ciprofloxacine, moxifloxacine, gatifloxacine), aminosides (streptomycine, amikacine) et linézolideNote de bas de page 6. Une intervention chirurgicale peut être utile pour le débridement des lésions en cas de maladie des tissus mous causée par les MNT et pour la prise en charge d'une lymphadénite cervicaleNote de bas de page 2, Note de bas de page 6. Une intervention chirurgicale peut aussi être associée à l'antibiothérapie pour réduire la charge bactérienne et enrayer les symptômes potentiellement mortels, comme l'hémoptysieNote de bas de page 6.

IMMUNISATION: Aucune.

PROPHYLAXIE: Le service de santé publique des États-Unis a recommandé l'utilisation de la rifabutine pour prévenir et retarder l'apparition de la bactériémie causée par l'infection au complexe M. avium chez les patients séropositifs pour le VIHNote de bas de page 2, Note de bas de page 18.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE:On a déclaré 40 cas de tuberculose non pulmonaire due à des accidents en laboratoire ou en salle d'autopsie. Ces cas peuvent être causés par des espèces du genre Mycobacterium autres que M. tuberculosis/bovisNote de bas de page 1. On a décrit un cas d'infection chez un travailleur de laboratoire qui s'est accidentellement inoculé une suspension viable de M. marinum dans le pouceNote de bas de page 19.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS: Les MNT peuvent être isolées dans les expectorations, les exsudats de lésions, les tissus, les échantillons environnementaux (sol, eau) et les plaiesNote de bas de page 1. On a aussi isolé le MAC dans les échantillons de sang et de selles prélevés chez des sujets infectésNote de bas de page 3.

DANGERS PRIMAIRES: Le contact direct de la peau ou des muqueuses avec la matière infectieuse, l'inoculation parentérale accidentelle de la bactérie et l'ingestion de la bactérieNote de bas de page 1.

DANGERS PARTICULIERS: L'exposition à des aérosols infectieux produits par la manipulation de cultures en bouillon ou d'homogénats de tissu peut être à l'origine de la maladie pulmonaire chez les employés de laboratoireNote de bas de page 1.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION DU GROUPE DE RISQUE: Groupe de risque 2 Note de bas de page 20. Veuillez noter que ce groupe de risque s'applique à Mycobacterium spp., à l'exception de M. tuberculosis et des membres du complexe Mycobacterium tuberculosis (M. bovis, M. africanum, M. pinnipedii, M. microti, M. caprae, Mycobacterium canettii), de façon globale, mais il pourrait ne pas s'appliquer à toutes les espèces du genre.

EXIGENCES DE CONFINEMENT: Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 2 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux. Veuillez noter que ces exigences de confinement s'appliquent à Mycobacterium spp. (à l'exception de M. tuberculosis et des membres du complexe Mycobacterium tuberculosis [M. bovis, M. africanum, M. pinnipedii, M. microti, M. caprae, M. canettii]) dans son ensemble et peuvent ne pas s'appliquer à chaque espèce du genre.

VÊTEMENTS DE PROTECTION : Sarrau. Gants, lorsqu'un contact direct de la peau avec des matières infectées ou des animaux est inévitable. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu'il y a un risque connu ou potentiel d'éclaboussureNote de bas de page 21.

AUTRES PRÉCAUTIONS : Toutes les procédures pouvant produire des aérosols ou mettant en cause des concentrations ou des quantités élevées doivent s'effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB). L'utilisation d'aiguilles, de seringues et d'autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelle Note de bas de page 21.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS: Laisser les aérosols se déposer et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer Note de bas de page 21.

ÉLIMINATION: Avant la mise au rebut, décontaminer tous les déchets contenant l'organisme infectieux ou ayant été en contact avec cet organisme par autoclavage, désinfection chimique, exposition aux rayons gamma ou incinération.

ENTREPOSAGE: L'agent infectieux doit être entreposé dans des contenants étanches étiquetés de façon appropriée.

SECTION IX - RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION: L'importation, le transport et l'utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l'Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR: Septembre 2011

PRÉPARÉE PAR: Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l'utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés

© Agence de la santé publique du Canada, 2011

Canada

RÉFÉRENCES:

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :