Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Rickettsia prowazekii

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ: AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I – AGENT INFECTIEUX

NOM: Rickettsia prowazekii

SYNONYME OU RENVOI: Typhus à poux, typhus épidémique à poux, typhus épidémique, typhus exanthématique, typhus historique, typhus classique, maladie des poux rouges, fièvre de prison, maladie de Brill-Zinsser

CARACTÉRISTIQUES: Rickettsia prowazekii est une bactérie intracellulaire obligatoire de la famille des RickettsiacaeNote de bas de page 1Note de bas de page 2. Il s'agit d'un petit coccobacille Gram négatif qui appartient à la sous-division alpha des protéobactériesNote de bas de page 3.

SECTION II – DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ: Le typhus épidémique se caractérise habituellement par une période d'un à trois jours au cours de laquelle le sujet infecté ressent des malaises avant l'apparition brutale de maux de tête intenses et d'une forte fièvre (40 ºC)Note de bas de page 1Note de bas de page 4. Les symptômes comprennent les douleurs musculaires, l'arthralgie, les douleurs abdominales, l'anorexie, les frissons, la tachypnée, la diarrhée, la myocardite et la tachycardieNote de bas de page 1Note de bas de page 4. Dans 20 à 40 % des cas, une éruption cutanée érythémateuse non confluente apparaît au niveau des aisselles, puis se propage au reste du corps (à l'exception du visage, de la paume des mains et de la plante des pieds)Note de bas de page 1Note de bas de page 5. Jusqu'à 80 % des cas peuvent présenter des complications au niveau du système nerveux central, notamment: délire, convulsions, coma, irritation méningée, confusion, somnolence et perte auditiveNote de bas de page 1. Une toux a été observée dans 38 à 70 % des cas, ainsi qu'une gangrène et une nécrose des doigts et des orteilsNote de bas de page 1. La maladie dure environ deux semaines, mais le rétablissement complet peut prendre plusieurs moisNote de bas de page 3. On estime le taux de létalité à 4 % si le patient est traité par les antibiotiques appropriés, mais la mortalité est plus élevée chez les personnes de plus de 60 ansNote de bas de page 1. Une résurgence sous forme atténuée, appelée « maladie de Brill-Zinsser », peut se produire chez les patients qui ont déjà eu le typhus épidémique; cette forme atténuée est associée à un taux de létalité de 1 %Note de bas de page 1Note de bas de page 6.

ÉPIDÉMIOLOGIE: La maladie est observée dans les régions caractérisées par un climat froid, la pauvreté et un nombre élevé de sans-abriNote de bas de page 1. La maladie pose un problème particulier en période de famine, de conflits ou lorsque surviennent des catastrophes naturelles, puisque les endroits surpeuplés et le manque d'hygiène facilitent la prolifération des poux de corpsNote de bas de page 2. Au cours des 25 dernières années, des cas ont été rapportés en Afrique (Éthiopie, Nigeria et Burundi), au Mexique, en Amérique centrale, en Amérique du Sud, en Europe de l'Est, en Afghanistan, dans le Nord de l'Inde, en Chine et aux États-UnisNote de bas de page 2Note de bas de page 6. Depuis 1976, 39 cas de typhus épidémique ont été rapportés aux États-Unis et au moins le tiers des cas étaient liés à un contact avec des écureuils volantsNote de bas de page 6.

GAMME D'HÔTES: On a observé la présence d'agents infectieux dans les tissus d'humains, d'écureuils volants (Glaucomys volans) et de poux de corps et de têteNote de bas de page 1. On a également décelé la présence d'anticorps dirigés contre Rickettsia prowazekii chez des animaux d'élevage et des ânes(1).

DOSE INFECTIEUSE: La dose infectieuse médiane du typhus épidémique est < 10 particules de rickettsiesNote de bas de page 7.

MODE DE TRANSMISSION: L'infection survient à la suite de la contamination du point de piqûre du pou, d'excoriations superficielles, des muqueuses ou des conjonctives par les déjections de poux ou les tissus de poux écrasésNote de bas de page 1Note de bas de page 8. La maladie peut également se transmettre par l'inhalation d'aérosols infectieux (poussières contaminées par des déjections de poux), ce qui pose un risque potentiel pour les travailleurs de la santé et le personnel de laboratoireNote de bas de page 2Note de base de page 8. Le pou de corps est infecté lorsqu'il se nourrit du sang d'un humain infecté, et l'écureuil volant peut être infecté par des puces et des pouxNote de base de page 1.

PÉRIODE D'INCUBATION: La période d'incubation est habituellement de 10 à 14 joursNote de base de page 1Note de base de page 2.

TRANSMISSIBILITÉ: Même si la maladie ne se transmet pas directement d'une personne à l'autre, la proximité avec un sujet infecté augmente les risques d'être exposé à un pou de corps infectéNote de base de page 1. Les humains demeurent infectieux durant toute leur vie et peuvent transmettre la maladie aux pouxNote de base de page 2. Les poux ne demeurent habituellement pas sur les sujets malades et se déplacent plutôt vers les hôtes en santéNote de base de page 1. Les poux deviennent infectieux de 5 à 7 jours suivant l'exposition et ils le demeurent durant toute leur vie; toutefois, ils meurent habituellement une semaine après avoir contracté la bactérieNote de base de page 1Note de base de page 3Note de base de page 9. Leurs déjections demeurent infectieuses pendant 100 jours sous forme d'aérosols; ce serait d'ailleurs le mode de transmission entre les écureuils volants et l'humainNote de base de page 1Note de base de page 3.

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR: Les humains sont un réservoir nécessaire pour le maintien de l'infection; toutefois, les écureuils volants peuvent aussi constituer un réservoir potentiel pour la maladie(1).

ZOONOSE: L'écureuil volant peut transmettre indirectement la maladie aux humains par le biais de poux infectés ou d'excréments de poux infectés sous forme d'aérosolsNote de base de page 1.

VECTEURS: Le pou de corps, Pediculus humanis corporis, est le principal vecteur du typhus épidémique, même s'il a été avancé que le pou de tête, Pediculus humanis capitis, pourrait être également un vecteur(1,10).

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS: L'agent infectieux est sensible aux tétracyclines, au chloramphénicol ou à la doxycycline. Le traitement par la doxycycline pendant 5 à 7 jours, ou 2 à 4 jours après la défervescence, est recommandé afin d'éviter les rechutes. En cas d'épidémie, une dose orale simple de doxycycline peut être administréeNote de base de page 1Note de base de page 2Note de base de page 3.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS: Les bactéries Gram négatif sont sensibles à l'hypochlorite de sodium à 1 %, au formaldéhyde à 4 %, au glutaraldéhyde à 2 %, à l'éthanol à 70 %, à l'acide péracétique à 2 %, au peroxyde d'hydrogène à 3 à 6 % et à l'iodine à 0,16 %Note de base de page 8.

INACTIVATION PHYSIQUE: Rickettsia prowazekii est sensible à la chaleur humide (121 ºC pendant au moins 15 minutes) et à la chaleur sèche (170 ºC pendant au moins une heure)Note de base de page 11.

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE: Rickettsia prowazekii est viable dans les déjections de poux jusqu'à 100 jours et peut survivre dans les échantillons de sang pendant des années s'ils sont conservés à -70 ºCNote de base de page 1Note de base de page 3.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE: Surveiller la présence de symptômesNote de base de page 12. On peut détecter l'infection à l'aide de la technique de PCR et de tests immunologiques (p. ex., méthode ELISA, immunoperoxydase, hybridation sur tache, buvardage de Western, épreuve d'immunofluorescence indirecte (IFA), épreuve de fixation du complément, test d'agglutination au latex)Note de base de page 1Note de base de page 3Note de base de page 4Note de base de page 13. Le diagnostic microbiologique repose habituellement sur la sérologie, où une hausse des titres par un facteur de quatre permet de poser le diagnostic. L'organisme peut être isolé après culture d'échantillons cliniques (biopsie cutanée ou prélèvement sanguin) et observé à l'aide d'un microscope après coloration de Gimenez et immunofluorescenceNote de base de page 1.

Remarque: Les méthodes de diagnostic ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT: Dans les cas de typhus soupçonné, on ne doit pas attendre les résultats de la confirmation en laboratoire pour administrer l'antibiothérapie appropriéeNote de base de page 2.

IMMUNISATION: Aucun vaccin commercialisé n'est actuellement disponible; toutefois, certains vaccins expérimentaux sont actuellement mis au point pour les personnes à risque élevé (p. ex., les travailleurs de la santé et les scientifiques)(1,3,4,8).

PROPHYLAXIE: En cas d'infestation de poux, il faut retirer les vêtements, les laver et ne pas les porter pendant 7 jours. Les insecticides (malathion ou perméthrine) doivent être utilisés sur le corps et les cheveux pour tuer les lentes, mais peuvent aussi être utilisés sur les vêtementsNote de base de page 1.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE: 56 cas de typhus épidémique acquis en laboratoire ont été signalés, dont trois décès, mais tous se sont produits avant 1968Note de base de page 8Note de base de page 12. Au cours de la même période, on a recensé 57 autres cas de typhus non identifiésNote de base de page 12.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS: Les poux infectés, leurs tissus et leurs déjections peuvent contenir l'agent infectieuxNote de base de page 12. Les écureuils volants peuvent aussi constituer une source directe d'infection.

DANGERS PRIMAIRES: Inoculation parentérale accidentelle et exposition à des animaux ou aérosols infectieuxNote de base de page 12.

DANGERS PARTICULIERS: Aucun.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION PAR GROUPE DE RISQUE: Groupe de risque 3Note de base de page 14.

EXIGENCES DE CONFINEMENT: Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 3 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux.

VÊTEMENTS DE PROTECTION: Avant d'entrer dans le laboratoire, le personnel doit enlever sa tenue de ville et ses bijoux pour ensuite mettre des vêtements et des chaussures réservés aux travaux en laboratoire, ou mettre un vêtement protecteur complet (c'est-à-dire qui couvre entièrement la tenue de ville). Une protection supplémentaire peut être portée par-dessus les vêtements de laboratoire lors de la manipulation directe de matériel infectieux, comme une blouse ne s'ouvrant pas à l'avant avec poignets serrés, des gants et une protection respiratoire. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu'il y a un risque connu ou potentiel d'éclaboussureNote de base de page 15.

AUTRES PRÉCAUTIONS: Toutes les activités avec du matériel infectieux doivent s'effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB) ou dans un autre dispositif de confinement primaire adéquat, avec un équipement de protection individuelle. La centrifugation des matières infectées doit s'effectuer dans des enceintes scellées placées dans des réservoirs hermétiques ou des rotors qui sont remplis et vidés dans une ESB. L'utilisation d'aiguilles, de seringues et d'autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Les plaies ouvertes, les coupures et les éraflures doivent être couvertes avec des pansements imperméables. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelleNote de base de page 15.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS: Laisser les aérosols se poser et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer (30 minutes)Note de base de page 12Note de base de page 13.

ÉLIMINATION: Décontaminer les déchets par stérilisation à la vapeur, incinération ou désinfection chimiqueNote de base de page 12.

ENTREPOSAGE: Dans des contenants étanches et scellés, étiquetés de façon appropriée et placés en lieu sûrNote de base de page 12.

SECTION IX – RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION: L'importation, le transport et l'utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l'Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR: Juillet 2010

PRÉPARÉE PAR: Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l'utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada

RÉFÉRENCES

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Bechah, Y., Capo, C., Mege, J. L., & Raoult, D. (2008). Epidemic typhus. The Lancet Infectious Diseases, 8 (7), 417-426. doi:10.1016/S1473-3099(08)70150-6

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Parola, P., & Raoult, D. (2006). Tropical rickettsioses. Clinics in Dermatology, 24 (3), 191-200. doi:10.1016/j.clindermatol.2005.11.007

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Bronze, M.S., and Greenfield, R.A (Ed.). (2005). Biodefence Principles and Pathogens horizon bioscience.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Krauss, H., Weber, A., Appel, M., Enders, B., Isenberg, H. D., Schiefer, H. G., Slenczka, W., von Graevenitz, A., & Zahner, H. (Eds.). (2003). Zoonoses Infectious Diseases Transmissible from Animals to Humans (3rd ed.). Washington: ASM press.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Brock, T. D., Madigan, M. T., Martinko, J. M., & Parker, J. (2000). Biology of Microorganisms (9th ed.). New Jersey, USA: Prentice-Hall, Inc.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Gillespie, J. J., Ammerman, N. C., Beier-Sexton, M., Sobral, B. S., & Azad, A. F. (2009). Louse- and flea-borne rickettsioses: biological and genomic analyses. Veterinary Research, 40 (2), 12. doi:10.1051/vetres:2008050

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Azad, A. F. (2007). Pathogenic rickettsiae as bioterrorism agents. Clinical Infectious Diseases : An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, 45 Suppl 1, S52-5. doi:10.1086/518147

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Collins, C. H., & Kennedy, D. A. (1999). Laboratory acquired infections. Laboratory acquired infections: History, incidence, causes and prevention (4th ed., pp. 1-37). Woburn, MA: BH.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Murray, P. R., Baron, E. J., Jorgensen, J. H., Landry, M. L., & Pfaller, M. A. (Eds.). (2007). Manual of Clinical Microbiology (9th ed.). Washington: ASM Press.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Robinson, D., Leo, N., Prociv, P., & Barker, S. C. (2003). Potential role of head lice, Pediculus humanus capitis, as vectors of Rickettsia prowazekii. Parasitology Research, 90 (3), 209-211. doi:10.1007/s00436-003-0842-5

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Joslyn, L. J. (2001). Sterilization by Heat. In S. S. Block (Ed.), Disinfection, Sterilization, and Preservation (5th ed., pp. 695). Philadelphia: Lippincott Williams & Wilkins.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Richmond, J. Y., & McKinney, R. W. (Eds.). (2007). Biosafety in Microbiological and Biomedical Laboratories (BMBL) (5th ed.). Washington, D.C.: Centers for Disease Control and Prevention.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Fournier, P. E., Ndihokubwayo, J. B., Guidran, J., Kelly, P. J., & Raoult, D. (2002). Human pathogens in body and head lice. Emerging Infectious Diseases, 8 (12), 1515-1518.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Human pathogens and toxins act. S.C. 2009, c. 24, Second Session, Fortieth Parliament, 57- 58 Elizabeth II, 2009. (2009).

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Public Health Agency of Canada. (2004). In Best M., Graham M. L., Leitner R., Ouellette M. and Ugwu K. (Eds.), Laboratory Biosafety Guidelines (3rd ed.). Canada: Public Health Agency of Canada.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :