Fiche Technique Santé-Sécurité : Agents Pathogènes – Rickettsia rickettsii

FICHE TECHNIQUE SANTÉ-SÉCURITÉ: AGENTS PATHOGÈNES

SECTION I – AGENT INFECTIEUX

NOM: Rickettsia rickettsii

SYNONYME OU RENVOI: Fièvre pourprée des montagnes Rocheuses (FPMR), fièvre pourprée sud-américaine, fiebre maculosa, fiebre manchada, fièvre pourprée du Nouveau Monde, fièvre pétéchiale, fièvre à tiques, typhus de São Paulo

CARACTÉRISTIQUES: Rickettsia rickettsii est une bactérie intracellulaire obligatoire qui appartient à la sous-division alpha des protéobactéries et à la famille des RickettsiacaeNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3. Il s'agit d'un petit coccobacille Gram négatif pléomorphe (0,2-0,5 µm par 0,2-0,3 µm) qui se réplique par fission binaire et qui contient de l'ADN et de l'ARNNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3.

SECTION II – DÉTERMINATION DU RISQUE

PATHOGÉNICITÉ ET TOXICITÉ: La FPMR est une maladie potentiellement mortelle transmise par les tiques; elle est habituellement de modérée à graveNote de bas de page 1. Elle peut se manifester par une apparition brutale de fièvre (habituellement supérieure à 38,9 ºC), une sensation de malaise, des maux de tête, l'anorexie, des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une photophobie, une diarrhée et des raideurs au niveau de la nuqueNote de bas de page 1Note de bas de page 3. L'éruption maculo-pulpeuse caractéristique apparaît habituellement de 2 à 5 jours après l'apparition des autres symptômes, en commençant par les poignets et les chevilles avant de se propager au reste du corps(1). L'éruption touche 95 % des enfants et 80 % des adultes; l'absence d'éruption est plus courante chez les cas mortels et les cas mettant en cause des personnes âgées ou des Afro- AméricainsNote de bas de page 1. L'éruption est causée par l'infection des cellulaires endothéliales vasculaires de l'hôte; la vascularite multisystémique qui en résulte peut entraîner des lésions nécrotiques ou gangréneuses dans les cas gravesNote de bas de page 1Note de bas de page 3. La FPMR peut être à l'origine de plusieurs complications, notamment: ulcères muqueux, hyperpigmentation post-inflammatoire, ictère, toux, pneumonie, insuffisance rénale aiguë, adénopathie, hépatomégalie, splénomégalie, conjonctivite, œdème papillaire, œdème périphérique et périorbitaire, occlusion artérielle, occlusion veineuse rétinienne, hémorragie rétinienne et engainement vasculaire rétinienNote de bas de page 1Note de bas de page 3. Après la peau, le système nerveux central est le système le plus affecté, et les personnes de plus de 15 ans sont plus susceptibles de présenter des complications du SNCNote de bas de page 3. On a observé chez 40 % de tous les patients des anomalies neurologiques, notamment un méningisme, des convulsions, une altération de l'état mental, une surdité temporaire, une léthargie et une amnésieNote de bas de page 1Note de bas de page 3. Les symptômes peuvent durer deux semaines, bien que certains patients conservent des séquelles neurologiques jusqu'à un an après l'apparition de la maladie. Vingt pour cent des cas non traités sont mortels, comparativement à 5 % pour les cas traitésNote de bas de page 1. Les taux de létalité sont plus élevés chez les patients de plus de 60 ansNote de bas de page 1. Les symptômes de la FPMR peuvent être confondus avec ceux de la méningococcémie, de diverses infections virales et d'autres maladies transmises par des tiquesNote de bas de page 1Note de bas de page 3.

ÉPIDÉMIOLOGIE: La maladie est limitée aux Amériques; elle est courante aux États-Unis, dans l'Ouest canadien, au Mexique, au Panama, au Costa Rica, en Argentine, au Brésil, en Colombie et en BolivieNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3. Il s'agit de la maladie transmise par les tiques la plus courante aux États-Unis, où 250 à 1 200 cas sont rapportés chaque annéeNote de bas de page 1. De 90 à 93 % des cas signalés aux États-Unis surviennent entre avril et octobre, et la majorité des cas se déclarent dans les zones rurales et suburbainesNote de bas de page 1Note de bas de page 3. Les taux d'infection sont plus élevés chez les enfants de 5 à 9 ans, les sujets de race blanche et les hommesNote de bas de page 3. Les infections sont plus courantes dans les régions infestées de tiquesNote de bas de page 1.

GAMME D'HÔTES: Les humains, les chiens, les rongeurs, les petits mammifères, les tiquesNote de bas de page 1Note de bas de page 4.

DOSE INFECTIEUSE: La dose infectieuse précise de R. rickettsii est inconnue; toutefois, les rickettsies ont habituellement une dose infectieuse très faible. La morsure d'une seule tique suffit pour causer la FPMR chez l'humainNote de bas de page 1Note de bas de page 3. Les chiens chez qui on a inoculé environ 3 000 cellules Vero infectées par la FPMR ou qui ont été infectés par 10 tiques ont tous présenté des symptômes cliniques de la maladieNote de bas de page 5.

MODE DE TRANSMISSION: La FPMR se transmet habituellement par la morsure d'une tique infectieuse, chez laquelle la bactérie passe d'un état dormant avirulent à un état pathogèneNote de bas de page 1. La tique doit habituellement demeurer attachée de 4 à 6 heures pour transmettre la maladie à l'humainNote de bas de page 1. Rickettsia rickettsii peut aussi être transmis par contact avec la salive, le sang, les liquides organiques ou les déjections d'une tique infectéeNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 6. La transmission interhumaine n'a pas été confirmée, mais les aérosols sont une source d'infection possibleNote de bas de page 4Note de bas de page 7.

PÉRIODE D'INCUBATION: La période d'incubation varie de 2 à 14 jours après la morsure d'une tique infectée(1,3).

TRANSMISSIBILITÉ: La transmission interhumaine par contact avec des gouttelettes infectieuses est soupçonnée, mais n'a pas encore été prouvéeNote de bas de page 7. La tique demeure infectieuse toute sa vieNote de bas de page 8

SECTION III - DISSÉMINATION

RÉSERVOIR: La maladie se maintient dans la nature chez les tiques par transmission transovarienne et par transmission d'un stade à l'autre, à la suite de laquelle les tiques peuvent transmettre la maladie à l'humain, aux chiens, aux rongeurs et à d'autres mammifèresNote de bas de page 1Note de bas de page 2. Les petits mammifères peuvent servir d'hôtes amplificateurs en conservant la bactérie dans leur sang (ils sont infectieux pendant une période maximale de 8 jours), puis en la transmettant à la tique durant un repas de sangNote de bas de page 8.

ZOONOSE: La maladie se transmet des tiques aux humains par morsure ou par contact avec les déjections des tiques ou par le contenu interne de la tique écraséeNote de bas de page 1Note de bas de page 2. Les mammifères (p. ex., les chiens) peuvent aussi transmettre les tiques aux humains, propageant ainsi la FPMRNote de bas de page 2Note de bas de page 4.

VECTEURS: Plusieurs espèces de tiques sont responsables de la propagation de la maladieNote de bas de page 1. Dermacentor variabilis est la plus répandue aux États-Unis, Demacentor andersoni, dans les Rocheuses et au Canada, Rhipicephalus sanguineus, au Mexique, Amblyomma cajennense, en Amérique centrale et du Sud et Amblyomma aureolatum, au BrésilNote de bas de page 1.

SECTION IV - VIABILITÉ ET STABILITÉ

SENSIBILITÉ AUX MÉDICAMENTS: Les tétracyclines et le chloramphénicol sont les seuls médicaments dont on a confirmé l'efficacité contre l'infection par Rickettsia rickettsiiNote de bas de page 1. L'antibiotique le plus efficace et reconnu utilisé dans le traitement de la FPMR est la doxycyclineNote de bas de page 1Note de bas de page 3.

SENSIBILITÉ AUX DÉSINFECTANTS: Les bactéries Gram négatif sont sensibles à l'hypochlorite de sodium à 1 %, au formaldéhyde à 4 %, au glutaraldéhyde à 2 %, à l'éthanol à 70 %, à l'acide peracétique à 2 %, au peroxyde d'hydrogène à 3 à 6 % et à l'iodine à 0,16 %Note de bas de page 4.

INACTIVATION PHYSIQUE: Rickettsia rickettsii est sensible à la chaleur humide (121 ºC pendant au moins 15 minutes) et à la chaleur sèche (170 ºC pendant au moins une heure)Note de bas de page 9.

SURVIE À L'EXTÉRIEUR DE L'HÔTE: L'organisme est stable dans les tissus, les déjections, le sang ou l'hémolymphe des tiques; toutefois, il ne survit pas longtemps à l'extérieur de l'hôteNote de bas de page 1Note de bas de page 6Note de bas de page 10.

SECTION V - PREMIERS SOINS ET ASPECTS MÉDICAUX

SURVEILLANCE: Surveiller l'apparition de symptômes. La présence du pathogène peut être confirmée à l'aide de diverses techniques de laboratoireNote de bas de page 11. Les épreuves d'immunofluorescence (IFA) et les tests ELISA peuvent être utilisés pour identifier les anticorps dirigés contre la bactérie; toutefois, les sérums doivent être analysés au moins 7 jours après l'apparition des symptômes si l'on veut déceler la séroconversion, puisque les anticorps IgG ne se développent qu'au moins 7 jours après l'apparition de la maladieNote de bas de page 3. Une hausse des titres par un facteur de quatre dans des échantillons appariés ou un titre en phase de convalescence supérieur à 1/64 permettent d'affirmer le diagnosticNote de bas de page 1. La bactérie peut être observée à l'aide des méthodes de coloration de Gimenez et de Giemsa. La coloration immunohistochimique des biopsies cutanées peut être utile chez les patients présentant une éruption cutanéeNote de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3. La coloration immunohistochimique est la méthode la plus utile pour diagnostiquer la FPMR dans les cas gravesNote de bas de page 12. La PCR sur des échantillons de sang ou de biopsies tissulaires, ou sur des tiques, est possible, même si cette technique n'est pas suffisamment sensible pour être utilisée couramment dans le diagnostic de la FPMR; la plupart des diagnostics de la maladie sont rétrospectifsNote de bas de page 1Note de bas de page 3.

Remarque: Les méthodes de diagnostic ne sont pas nécessairement toutes disponibles dans tous les pays.

PREMIERS SOINS ET TRAITEMENT: L'antibiothérapie appropriée (p. ex., la doxycycline) doit être administrée dès l'apparition de symptômes évoquant la FPMR, sans attendre la confirmation du diagnostic par les analyses de laboratoireNote de bas de page 11Note de bas de page 13. Le patient doit prendre 100 mg de doxycycline deux fois par jour pendant 5 à 7 jours et jusqu'à ce que la fièvre ait disparu pendant au moins 2 à 3 joursNote de bas de page 1Note de bas de page 3. Pour les enfants de moins de 45 kg, une dose de 2,2 mg/kg de doxycycline deux fois par jour est recommandée pendant 5 à 7 joursNote de bas de page 1Note de bas de page 3.

IMMUNISATION: AucuneNote de bas de page 11.

PROPHYLAXIE: L'administration de l'antibiothérapie appropriée avant l'apparition de signes cliniques n'est pas recommandéeNote de bas de page 2.

SECTION VI - DANGERS POUR LE PERSONNEL DE LABORATOIRE

INFECTIONS CONTRACTÉES AU LABORATOIRE: À ce jour, 63 infections acquises en laboratoire ont été signalées, dont 11 décèsNote de bas de page 11. Les 11 décès étaient liés à la manipulation de lentes, de cultures tissulaires ou de tiques infectées; les voies respiratoires, un contact avec les muqueuses et des coupures ou lésions provoquées par une aiguille étaient en cause dans la contaminationNote de bas de page 13. Neuf cas ont été rapportés dans un même laboratoire au cours d'une période de 6 ans, tous causés par une exposition à des aérosols infectieuxNote de bas de page 7.

SOURCES ET ÉCHANTILLONS: Tissus et sang de tiques ou d'animaux infectésNote de bas de page 1.

DANGERS PRIMAIRES: L'inoculation parentérale accidentelle et l'exposition aux aérosols infectieux sont les principaux risques pour les personnes qui travaillent avec l'agent de la FMPRNote de bas de page 11. Les mammifères et arthropodes infectés constituent aussi un risqueNote de bas de page 11.

DANGERS PARTICULIERS: Aucun.

SECTION VII - CONTRÔLE DE L'EXPOSITION ET PROTECTION PERSONNELLE

CLASSIFICATION PAR GROUPE DE RISQUE: Groupe de risque 3Note de bas de page 14.

EXIGENCES DE CONFINEMENT: Installations, équipement et pratiques opérationnelles de niveau de confinement 3 pour le travail avec des matières, cultures ou animaux infectieux ou potentiellement infectieux.

VÊTEMENTS DE PROTECTION: Avant d'entrer dans le laboratoire, le personnel doit enlever sa tenue de ville et ses bijoux pour ensuite mettre des vêtements et des chaussures réservés aux travaux en laboratoire, ou mettre un vêtement protecteur complet (c'est-à-dire qui couvre entièrement la tenue de ville). Une protection supplémentaire peut être portée par-dessus les vêtements de laboratoire lors de la manipulation directe de matériel infectieux, comme une blouse ne s'ouvrant pas à l'avant avec poignets serrés, des gants et une protection respiratoire. Une protection pour les yeux doit être utilisée lorsqu'il y a un risque connu ou potentiel d'éclaboussureNote de bas de page 15.

AUTRES PRÉCAUTIONS: Toutes les activités avec du matériel infectieux doivent s'effectuer dans une enceinte de sécurité biologique (ESB) ou dans un autre dispositif de confinement primaire adéquat, avec un équipement de protection individuelle. La centrifugation des matières infectées doit s'effectuer dans des enceintes scellées placées dans des réservoirs hermétiques ou des rotors qui sont remplis et vidés dans une ESB. L'utilisation d'aiguilles, de seringues et d'autres objets tranchants doit être strictement restreinte. Les plaies ouvertes, les coupures et les éraflures doivent être couvertes avec des pansements imperméables. Des précautions supplémentaires doivent être envisagées pour les activités avec des animaux ou à grande échelleNote de bas de page 15.

SECTION VIII - MANUTENTION ET ENTREPOSAGE

DÉVERSEMENTS: Laisser les aérosols se poser et, tout en portant des vêtements de protection, couvrir délicatement le déversement avec des essuie-tout et appliquer un désinfectant approprié, en commençant par le périmètre et en se rapprochant du centre. Laisser agir suffisamment longtemps avant de nettoyer (30 minutes)Note de bas de page 12Note de bas de page 13.

ÉLIMINATION: Décontaminer les déchets par stérilisation à la vapeur, incinération ou désinfection chimiqueNote de bas de page 12.

ENTREPOSAGE: Dans des contenants étanches et scellés, étiquetés de façon appropriée et placés en lieu sûrNote de bas de page 12.

SECTION IX – RENSEIGNEMENTS SUR LA RÉGLEMENTATION ET AUTRES

INFORMATION SUR LA RÉGLEMENTATION: L'importation, le transport et l'utilisation de pathogènes au Canada sont régis par de nombreux organismes de réglementation, dont l'Agence de la santé publique du Canada, Santé Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Environnement Canada et Transports Canada. Il incombe aux utilisateurs de veiller à respecter tous les règlements et toutes les lois, directives et normes applicables.

DERNIÈRE MISE À JOUR: Juillet 2010

PRÉPARÉE PAR: Direction de la règlementation des agents pathogènes, agence de la santé publique du Canada.

Bien que les renseignements, opinions et recommandations présentés dans cette Fiche de renseignements proviennent de sources que nous jugeons fiables, nous ne nous rendons pas responsables de leur justesse, de leur caractère exhaustif ou de leur fiabilité, ni des pertes ou blessures pouvant résulter de l'utilisation de ces renseignements. Comme on découvre fréquemment de nouveaux dangers, il est possible que ces renseignements ne soient pas tout à fait à jour.

Tous droits réservés
© Agence de la santé publique du Canada, 2010
Canada

RÉFÉRENCES

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Dantas-Torres, F. (2007). Rocky Mountain spotted fever. The Lancet Infectious Diseases, 7(11), 724-732. doi:10.1016/S1473-3099(07)70261-X

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Chen, L. F., & Sexton, D. J. (2008). What's new in Rocky Mountain spotted fever? Infectious Disease Clinics of North America, 22 (3), 415-32, vii-viii. doi:10.1016/j.idc.2008.03.008

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Minniear, T. D., & Buckingham, S. C. (2009). Managing Rocky Mountain spotted fever. Expert Review of Anti-Infective Therapy, 7 (9), 1131-1137. doi:10.1586/eri.09.94

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Collins, C. H., & Kennedy, D. A. (1999). Laboratory acquired infections. Laboratory acquired infections: History, incidence, causes and prevention (4th ed., pp. 1-37). Woburn, MA: BH.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Piranda, E. M., Faccini, J. L., Pinter, A., Saito, T. B., Pacheco, R. C., Hagiwara, M. K., & Labruna, M. B. (2008). Experimental infection of dogs with a Brazilian strain of Rickettsia rickettsii: clinical and laboratory findings. Memorias do Instituto Oswaldo Cruz, 103 (7), 696-701.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Brock, T. D., Madigan, M. T., Martinko, J. M., & Parker, J. (2000). Biology of Microorganisms (9th ed.). New Jersey, USA: Prentice-Hall, Inc.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Fleming, D. O., Richardson, J. H., Tulis, J. J., & Vesley, D. (Eds.). (1995). Laboratory Safety Principles and Practices (2nd ed.). Washington: American Society for Microbiology.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Goodman, J. L., Dennis, D. T., & Sonenshine, D. E. (Eds.). (2005). Tick-Borne Diseases of Humans

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Joslyn, L. J. (2001). Sterilization by Heat. In S. S. Block (Ed.), Disinfection, Sterilization, and Preservation (5th ed., pp. 695). Philadelphia: Lippincott Williams & Wilkins.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

La Scola, B., & Raoult, D. (1997). Laboratory diagnosis of rickettsioses: current approaches to diagnosis of old and new rickettsial diseases. Journal of Clinical Microbiology, 35 (11), 2715-2727.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Richmond, J. Y., & McKinney, R. W. (Eds.). (2007). Biosafety in Microbiological and Biomedical Laboratories (BMBL) (5th ed.). Washington, D.C.: Centers for Disease Control and Prevention.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Murray, P. R., Baron, E. J., Jorgensen, J. H., Landry, M. L., & Pfaller, M. A. (Eds.). (2007). Manual of Clinical Microbiology (9th ed.). Washington: ASM Press.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Fleming D & Hunt D (Ed.). (2006). Biological Safety Principles and Practices (4th ed.). Washington: ASM Press.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Human pathogens and toxins act. S.C. 2009, c. 24, Second Session, Fortieth Parliament, 57- 58 Elizabeth II, 2009. (2009).

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Public Health Agency of Canada. (2004). In Best M., Graham M. L., Leitner R., Ouellette M. and Ugwu K. (Eds.), Laboratory Biosafety Guidelines (3rd ed.). Canada: Public Health Agency of Canada.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :