Entrevue motivationnelle – Alcool

Nota : Nécessite Flash (10.1 ou plus haut) ou Silverlight (version 3 plus haut)

Entrevue motivationnelle   Alcool

Transcription - Entrevue motivationnelle – Alcool

(Musique de fond sur le texte à l’écran.)

Texte à l’écran:
Prévention en main
Motiver les patients à adopter un mode de vie plus sain

(DR SELBY s’avance vers la caméra, puis il se tient debout dans un corridor. Il est seul. On aperçoit plusieurs portes de salles d’examen en arrière-plan. Il s’adresse directement à la caméra. On entend la voix du narrateur numéro 2 par-dessus celle du DR SELBY. La musique diminue, puis cesse.)

Texte à l’écran :
Dr Peter Selby
Centre de toxicomanie et de santé mentale
Université de Toronto

DR SELBY: Il n’est pas inhabituel pour un médecin de voir des patients qui hésitent à changer leur comportement – c’est-à-dire qu’ils éprouvent des sentiments contradictoires sur la question. Le scénario que vous êtes sur le point de visionner illustre bien en quoi il nous arrive parfois de vouloir deux choses opposées en même temps. Le patient est un homme âgé de 40 ans qui est là pour un suivi de son examen annuel. Les résultats de l’examen physique indiquent qu’il est à limite de l’hypertension et que ses niveaux de GGT, SGOT, GPT et VGM sont légèrement élevés. Ses habitudes de consommation d’alcool ont clairement un impact négatif sur son état de santé – quelque chose qu’il comprend et qu’il aimerait changer, mais il ne veut pas arrêter de boire totalement. L’entrevue motivationnelle est une excellente façon d’aider les patients à régler leurs problèmes  de consommation excessive d’alcool. En utilisant la technique suivante – demander, évaluer, conseiller, aider et arranger – les médecins pourront mieux comprendre la consommation du patient et mieux l’aider à reconnaître son ambivalence à l’égard du changement. Ainsi, ils peuvent définir un plan d’action qui fonctionne pour tout le monde.

(Musique de fond)

Texte à l’écran :
Éliminer les facteurs de risques  de maladies chroniques :
consommation excessive d’alcool

(La musique de fond diminue, puis cesse. Une médecin et un patient sont assis l’un en face de l’autre, interagissant dans une salle d’examen.)

MÉDECIN : Salut, Stéphane. Ça va bien?

PATIENT : Oui, et vous?

MÉDECIN : Oui, merci?

Texte à l’écran :
Demander

MÉDECIN : Donc, si vous souveniez bien la dernière fois qu’on s’est vu, je voulais vous revenir pour qu’on puisse discuter de votre pression, qui est un peu à la limite, puis également des résultats de vos dernières prises de sang.

PATIENT : Ok.

MÉDECIN : Est-ce qu’il y avait quelque chose que vous voulez discuter avant qu’on commence?

PATIENT : Non, rien en particulier.

MÉDECIN : Parfait. Donc vos bilans sanguins qu’on a eus aujourd’hui, en fait, il semble que vos enzymes de votre foie soient un peu élevés.

PATIENT : Ok.

MÉDECIN : Habituellement, ça, ça démontre que votre foie est enflammé, puis la cause la plus fréquente pour ça, c’est l’alcool.

PATIENT : Bien là je ne bois pas tant que ça. Ça doit pas être un problème.

Texte à l’écran :
Évaluer

MÉDECIN : Mm-hmm. Donc, si ça vous va, j’aimerais ça avoir un peu un aperçu de combien vous buvez sur une base régulière.

PATIENT : Bien, tiens, je bois socialement, là.

Texte à l’écran :
Pertinence

MÉDECIN : Ok, puis quand vous dites socialement, qu’est-ce que ça veut dire pour vous?

PATIENT : Bien, comme après le travail, je vais au bar avec mes amis, puis on prend quelques verres, là.

MÉDECIN : Parfait. Puis quand vous dites verres, quelle type d’alcool est-ce que vous buvez, puis combien?

PATIENT : Moi, là, c’est seulement de la bière. J’aime pas le vin, j’aime pas le fort. Puis tu sais, quand on va on bar, je prends, comme, quatre pintes. La fin de semaine, je bois des bouteilles à la maison, fait que peut-être une douzaine de bouteilles samedi, puis six dimanche.

MÉDECIN : Ok. Puis, est-ce que vous avez déjà essayé de diminuer votre consommation d’alcool dans le passé?

PATIENT : Oui, c’est pas un problème. Regardes, l’année passée j’ai arrêté pour un mois quand ma mère était à l’hôpital.

MÉDECIN : Ok. Est-ce que ça arrive des fois que les gens commentent sur votre consommation, puis s’ils le font, comment est-ce que vous sentez quand ça arrive?

PATIENT : Bien, il y a juste ma femme, moi, qui m’achale avec ça. Tu sais, elle dit que je sens le fond de tonne, que je ronfle beaucoup, que je me réveille très tôt, puis elle en parle souvent, puis c’est achalant.

MÉDECIN : Mm-hmm. Est-ce que c’est déjà arrivé que vous y soyez senti coupable de votre consommation ou de ce que vous avez fait quand vous consommiez?

PATIENT : Ah non, pas du tout. Écoutes, je suis un homme responsable, je pense. Ti sais, je bois jamais quand je conduis, je me suis jamais battu. Tu sais, je me soûle même pas, puis j’ai jamais manqué une journée de travail dans ma vie. Ça fait que, je pense pas que c’est un problème.   

MÉDECIN : Puis est-ce que vous avez déjà nécessité une bière pour le médicament la première chose le matin pour commencer votre journée?

PATIENT : Ah non, jamais! Si jamais je fais ça, là, direct à désintox.

Texte à l’écran :
Évaluer / Risques

MÉDECIN : Parfait. Donc, basé sur l’information que vous me donnez, il est clair pour moi que vous êtes pas un alcoolique. Par contre, je dois dire que la quantité d’alcool que vous consommez est en lien direct avec vos enzymes du foie qui sont élevés. Je pense aussi qu’il y a probablement un lien entre votre consommation puis votre sommeil qui est pauvre, vos ronflements, puis aussi pourquoi vos médicaments pour la pression ne fonctionnent pas aussi bien qu’on aimerait.

PATIENT : Vraiment?

MÉDECIN : Mm-hmm. Qu’est-ce que vous en pensez?

PATIENT : Bien, je sais pas, là. C’est inquiétant, tu sais. C’est clair que ça me tente pas d’avoir une cirrhose, là. 

Texte à l’écran :
Gratification

MÉDECIN : Mm-hmm. Donc si vous arrêtez maintenant de boire, c’est clair que vous diminuez beaucoup vos chances de développer une maladie du foie chronique.

PATIENT : Ah, ok.

MÉDECIN : Mm-hmm. Est-ce que vous pensez que vous seriez capable d’arrêter?

PATIENT : Bien, probablement là, oui.

Texte à l’écran :
Aider

MÉDECIN : Est-ce que vous seriez intéressé à discuter de façons qu’on pourrait vous aider à faire ça?

PATIENT : Hé, pourquoi pas?

MÉDECIN : Mm-hmm. Donc, premièrement, est-ce que vous pouvez pensez à des moyens qui vous aideraient à diminuer votre consommation d’alcool par vous-même?

PATIENT : Oui, j’imagine que, bien, faudrait que j’arrête à aller au bar après le travail à tous les soirs. Faudrait que, j’imagine, que je boive d’autre chose quand j’ai soif au lieu de la bière, peut-être la liqueur, du club soda, des choses de même. Je pourrais prendre des marches aussi le soir, tu sais, pour passer le temps, m’enlever la tête de ces idées-là.

MÉDECIN : Autre chose, par exemple la fin de semaine?

PATIENT : La fin de semaine... Bien, je pourrais arrêter d’acheter de la bière pour la maison. Ça, ça serait pas un problème. La bière, c’est juste moi qui en boit à la maison. Puis en fait, si j’en parles à ma femme, là, elle va me trouver plein d’affaires pour occuper mon temps, là. Ça, ça sera pas un problème.

Texte à l’écran :
Obstacles

MÉDECIN : C’est des excellentes idées. Est-ce que vous pouvez penser à des choses qui pourraient se mettre dans le chemin de vos tentatives de continuer votre consommation?

PATIENT : Bien, je pense la plus dure, ça va être de convaincre mes amis puis moi-même qu’il faut pas aller au bar à tous les soirs.

Texte à l’écran :
Conseiller

MÉDECIN : Mm-hmm. Donc, je dois dire qu’en tant que votre médecin, moi, je recommanderais que vous cessiez complètement votre consommation d’alcool pour les prochains trois mois.

PATIENT : Complètement?

MÉDECIN : Mm-hmm. Qu’est-ce que vous en pensez?

PATIENT : Bien, complètement, c’est rough pas mal! Mais tu sais, en même temps, ça me tente pas d’avoir une cirrhose.

Texte à l’écran :
Gratification

MÉDECIN : Et si vous cessiez maintenant, vous réduisez de beaucoup vos chances de développer des maladies chroniques du foie. Habituellement ça prend à peu près trois mois pour que le bilan sanguin revienne à la normale.

PATIENT : Ok.

Texte à l’écran :
Arranger

MÉDECIN : Donc j’aimerais répéter des prises de sang à ce moment-là. Si c’est correct avec vous, d’ici à là j’aimerais vous rencontrer dans à peu près un mois, juste pour voir comment les choses vont pour faire certain que tout se passe bien.

PATIENT : Ça a bien d’allure, ça.

MÉDECIN : D’accord avec ça?

PATIENT : Oui.

MÉDECIN : Oui. Puis juste avant qu’on parte, j’aimerais juste partager avec vous les recommandations les plus récentes par rapport à la consommation d’alcool.

PATIENT : Ok. Merci. Ok!

MÉDECIN : Parfait. Donc, on se revoit dans un mois?

PATIENT : Oui.

MÉDECIN : Parfait.

(La musique augmente. Fondu au noir.)

Texte à l’écran :
LOGO – LE COLLÈGE DES MÉDECINS DE FAMILLE DU CANADA

La production de cette publication a été rendue possible grâce à l’aide financière de l’Agence de la santé publique du Canada. Les points de vue exprimés ici ne représentent pas forcément l’opinion de l’Agence de la santé publique du Canada.

(Fondu au noir.)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :