Programme intégré canadien de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (PICRA) 2017 : Sommaire

Télécharger la version PDF, 187 Ko

Innovations en communication

Au Programme intégré canadien de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (PICRA), nous modernisons la manière dont nous partageons nos informations avec différents publics. Nous sommes présentement en transition vers le développement de nouveaux outils de communication et de formats de produits de communication pour les données de 2019. Entre-temps, le PICRA continuera de fournir les mêmes informations, mais de façon modifiée. Pour les données 2017, nous publierons 4 documents : Figures et tableaux de 2017, qui comprend l'information résumée habituelle mais avec peu de texte qui l'accompagne; Design et méthodes 2017; Résultats intégrés de 2017; et le Sommaire de 2017 (ce document). Les détails sur les nouveaux moyens de communication ont été présentés à tous nos intervenants nationaux à l'automne de 2019.

Faits Saillants

Consommation d'antimicrobiens et utilisation des antimicrobiens

Les quantités d'antimicrobiens distribués à tous les animaux (selon l'Institut canadien de la santé animale), en tenant compte des populations animales sous-jacentes, ont diminué de 12 % entre 2016 et 2017 (en utilisant les poids standards européens pour les animaux). Une tendance semblable a été constatée par la diminution de l'utilisation d'antimicrobiens, telle que signalée par les éleveurs participants, dans les fermes de poulets de chair et de porcs en croissance-finition. Les producteurs de dindons participants ont signalé une légère augmentation de l'utilisation d'antimicrobiens, bien que celle-ci ait été moins importante dans ces élevages que ceux des poulets de chair. Au cours de l'année 2017, un plus grand nombre de fermes sentinelles ont déclaré ne pas avoir utilisé d'antimicrobiens comparativement à 2016.

La diminution de l'utilisation d'antimicrobiens est peut-être attribuable aux nouveaux règlements sur les antimicrobiens importants sur le plan médical (en éliminant l'utilisation d'antimicrobiens pour stimuler la croissance et en les rendant disponibles sur ordonnance seulement).

Résistance aux antimicrobiens

Depuis 2011, nous avons observé un nombre croissant d'isolats de Salmonella et d'Escherichia coli humains, alimentaires et animaux résistants à 6 classes d'antimicrobiens et plus.

Utilisation des antimicrobiens et résistance aux antimicrobiens

Utilisation des céphalosporines de 3e génération et résistance chez Salmonella et E. coli : chez les personnes et les poulets

Les isolats de Salmonella, provenant de personnes malades, ont démontré une baisse de résistance aux céphalosporines de 3e génération; les isolats de Salmonella et d'E. coli des poulets démontraient la même tendance. Les éleveurs de poulets de chair participants n'ont signalé aucune utilisation de céphalosporines de 3e génération.

Par conséquent, l'initiative de l'industrie de la volaille visant à éliminer l'utilisation d'antimicrobiens de catégorie I (y compris les céphalosporines de 3e génération) pour prévenir les maladies, semble avoir eu l'effet désiré de réduire la résistance aux antimicrobiens, tant au sein de leur production que chez les personnes.

Résistance aux fluoroquinolones et Campylobacter : chez les personnes et les poulets

Les isolats de Campylobacter provenant de personnes malades étaient plus résistants aux fluoroquinolones en Colombie-Britannique que dans les 2 autres provinces pour lesquelles il y avait des données. Les isolats de Campylobacter de poulets avaient également une plus grande résistance aux fluoroquinolones en Colombie-Britannique. Notamment, les éleveurs de poulets de chair participants n'ont signalé aucune utilisation de fluoroquinolones parmi leurs troupeaux.

Cat.: HP2-4/2017F-1-PDF
ISBN: 978-0-660-32668-9
Pub.: 190360

Détails de la page

Date de modification :