Surveillance nationale en laboratoire de la maladie invasive due au streptocoque au Canada - Rapport sommaire annuel de 2015

Sommaire

Streptococcus pneumoniae

En 2015, 2 596 isolats de Streptococcus pneumoniae causant une pneumococcie invasive (PI) ont été caractérisés, ce qui représente 79.6% des 3 211 cas déclarés au Système de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SSMDO).

En 2015, l'incidence des PI a décliné chez les enfants de moins d'un an, s'établissant à 14,5 cas pour 100 000 habitants. Elle est toutefois demeurée relativement inchangée chez les groupes plus âgés. Le taux d'incidence le plus élevé a été observé chez les adultes de 60 ans et plus, où il se situe à 20,3 cas pour 100 000 habitants. Le taux d'incidence brut global est demeuré stable et s'élève en moyenne à 9,0 cas pour 100 000 habitants depuis 2013.

Les sérotypes contenus dans le vaccin Pneu-C-7 ont connu une légère hausse en 2015, représentant 7,3 % des cas de PI; en 2014, ils représentaient 4,9 % des cas de PI. Les taux globaux de sérotypes contenus dans le vaccin Pneu-C-13 ont connu une baisse; de 26,0 % en 2014, ils ont chuté à 23,4 % en 2015. Ils ont toutefois augmenté chez les enfants de moins de 2 ans (passant de 7,0 % à 14 %) et chez ceux de 5 à 14 ans (passant de 26,1 % à 40,0 %). Les sérotypes contenus dans le vaccin Pneu P 23 et les sérotypes non inclus dans les vaccins (SNIV) sont demeurés relativement inchangés en 2015, s'établissant à 38,6 % et à 30,7 %, respectivement.

En 2015, les sérotypes prédominants étaient les sérotypes 22F (9,7 %), 3 (9,1 %), 19A (8,2 %), 7F (5,6 %) et 8 (5,3 %). Le sérotype 22F a augmenté chez les enfants de moins de 2 ans et chez ceux de 2 à 4 ans, atteignant 13,2 % et 14,1 %, respectivement; il a légèrement diminué dans les groupes plus âgés. Le sérotype 3 est demeuré relativement inchangé globalement, s'établissant à 9,1 % des isolats dans tous les groupes d'âge combinés. Une légère baisse a été constatée chez les enfants de 2 à 4 ans, passant de 9,1 % en 2014 à 7,8 % à 2015. Les sérotypes 4, 12F et 20 étaient associés aux régions de l'Ouest chez les adultes de tous groupes d'âge en 2015.

Sensibilité aux antimicrobiens : L'analyse de 1 132 isolats a révélé que les taux de résistance étaient demeurés relativement stables en 2015. Les pourcentages de résistance étaient les suivants : clarithromycine (23,1 %), pénicilline (10,3 %), doxycycline (8,6 %), clindamycine (5,9 %), triméthoprime/sulfaméthoxazole (6,1 %), méropénème (1,5 %) et imipénème (0,5 %). Une multirésistance à trois classes d'antimicrobiens ou plus a été observée chez 6,7 % des isolats analysés; il s'agit d'une augmentation par rapport au taux de 4,9 % de 2014. Les taux les plus élevés de multirésistance ont été observés chez les sérotypes 15A (72,4 %) et 19A (26,7 %).

S. pyogenes (streptocoque du groupe A)

Au total, 1 492 isolats ont été analysés en 2015, représentant 78.8% des 1 893 cas déclarés au SSMDO. L'incidence globale des infections invasives est passée de 4,7 cas pour 100 000 habitants en 2013 à 5,1 cas pour 100 000 habitants en 2014.

Le type emm1 (18,0 %) demeure le plus fréquent de tous les groupes d'âge combinés; il est suivi des types emm3 (8,0 %), emm12 (8,0 %) et emm81 (7,4 %).

Sensibilité aux antimicrobiens : La sensibilité de S. pyogenes aux antimicrobiens est relativement faible. Toutefois, de légères augmentations ont été observées en 2015; la non-sensibilité au chloramphénicol atteignait 1,4 %, la résistance à l'érythromycine, 8,3 %, et la résistance à la clindamycine, 3,3 %.

S. agalactiae (streptocoque du groupe B)

Au total, 171 isolats de streptocoque du groupe B causant une infection invasive ont été soumis au Laboratoire national de microbiologie (LNM) en 2015, dont 8 provenaient de cas d'infection précoce (nourrissons de sept jours ou moins), et 4, de cas d'infection tardive (nourrissons de 8 à 31 jours). L'incidence des infections invasives chez les nourrissons de 31 jours ou moins a augmenté, passant de 35,4 cas pour 100 000 habitants en 2013 à 38,4 cas pour 100 000 habitants en 2014.

Les sérotypes V (23,4 %), III (18,7 %) et Ib (17,0%) prédominaient.

Sensibilité aux antimicrobiens : La résistance à l'érythromycine a connu un léger déclin, s'établissant à 44,7 %, tandis que la résistance à la clindamycine est demeurée relativement inchangée, à 28,2 %. En 2015, aucun des isolats n'était considéré comme non sensible au chloramphénicol.

Pour plus de détails sur le rapport et ses principales conclusions, s'il vous plaît envoyer un courriel au: NML.STREPSTI@phac-aspc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :