Surveillance nationale de la sensibilité aux antimicrobiens de Neisseria gonorrhoeae : Rapport sommaire annuel de 2017

Sommaire

Le présent rapport renferme les données de surveillance en laboratoire relatives aux isolats de Neisseria gonorrhoeae (N. gonorrhoeae) envoyés au Laboratoire national de microbiologie (LNM) par des laboratoires de microbiologie provinciaux, entre 2013 et 2017.

Au Canada, le taux déclaré de gonorrhée est à la hausse et a plus que doublé depuis 2001, passant de 21,8 cas pour 100 000 personnes à un taux de 65,4 pour 100 000 en 2016. La gonorrhée est la deuxième infection bactérienne transmise sexuellement la plus couramment déclarée au Canada, avec 23 708 cas signalés en 2016.

Au fil du temps, N. gonorrhoeae est devenu résistant à de nombreux antibiotiques, comme la pénicilline, la tétracycline, l’érythromycine et la ciprofloxacine. La résistance de N. gonorrhoeae aux antimicrobiens représente une grave menace au traitement efficace des infections gonococciques. En 2017, la surveillance systématique a permis de confirmer le premier N. gonorrhoeae résistant à la ceftriaxone au Canada.

En 2017, au total, 5 290 isolats de N. gonorrhoeae ont été mis en culture et analysés dans des laboratoires de santé publique à l'échelle du Canada; 2 870 d'entre eux ont été envoyés au LNM pour des tests de sensibilité aux antimicrobiens. Des données sur la sensibilité antimicrobienne de 1 273 autres isolats de N. gonorrhoeae ont été fournies par des laboratoires provinciaux de santé publique et utilisées pour l'analyse. Pour calculer le pourcentage de souches résistantes, on a utilisé comme dénominateur le nombre total d'isolats mis en culture dans toutes les provinces.

La proportion de cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques (GC-MR) est passée de 4,4 % (139/3 195) en 2013 à 12,2 % (646/5 290) en 2017 (figure A). Ces pourcentages représentent la proportion d'isolats présentant une sensibilité réduite aux céphalosporines ou une résistance à l'azithromycine, ainsi qu'une résistance à au moins deux autres antimicrobiens.

Entre 2013 et 2017, au Canada, on a recensé seulement 12 isolats de N. gonorrhoeae qui présentaient une sensibilité réduite à une céphalosporine en plus d'une résistance à l'azithromycine, ainsi qu'une résistance à au moins deux autres antimicrobiens. La proportion de ces isolats, considérés comme ultrarésistants (GC-UR), est passée de 0,3 % (8/3 195) en 2013 à 0 % (0/5 290) en 2017 (figure A).

Figure A. Tendances de Neisseria gonorrhoeae MR-GC et UR-GC au Canada de 2013 to 2017Note de bas de page a
Une combinaison de graphique à barres et graphique linéaire montrant la tendance des GC-MR et GC-UR au Canada de 2013 à 2017 en pourcentage basé sur le nombre total d'isolats testés à l'échelle nationale (graphique linéaire) et par leur nombre (graphique à barres).
Note de bas de page 1

Pourcentage basé sur le nombre total d’isolats testés à l’échelle nationale: 2013=3 195; 2014=3 809; 2015=4 190; 2016=4 538; 2017=5 290.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Figure A - Équivalent textuel
Année (nombre d’isolats testés à l’échelle nationale) MR (%) UR (%) MR (n) UR (n)
2013 (N=3 195) 4,2% 0,3% 135 8
2014 (N=3 809) 5,3% 0,03% 203 1
2015 (N=4 190) 8,6% 0,05% 361 2
2016 (N=4 538) 8,9% 0,02% 406 1
2017 (N=5 290) 12,2% 0% 646 0

Les isolats présentant une sensibilité réduite au céfixime (CMI ≥ 0,25 mg/L) ont diminué, passant de 1,8 % (53/3 195) en 2013 à 0,6 % (31/5 290) en 2017 (figure B).

Les isolats présentant une sensibilité réduite à la ceftriaxone (CMI ≥ 0,125 mg/L) ont diminué, passant de 3,5 % (112/3 195) en 2013 à 0,5 % (29/5 290) en 2017 (figure B).

La proportion d'isolats de N. gonorrhoeae résistants à l'azithromycine (CMI ≥ 2 mg/L) a augmenté, passant de 1,2 % (37/3 195) en 2013 à 11,7 % (620/5 290) en 2017 (figure B).

Figure B. Tendances de la sensibilité aux antimicrobiens de Neisseria gonorrhoeae testées au Canada, 2013-2017Note de bas de page a
Un graphique linéaire comprenant 3 lignes représentant des isolats de Neisseria gonorrhoeae résistants à l'azithromycine, une sensibilité réduite au céfixime et une sensibilité réduite à la ceftriaxone au Canada de 2013 à 2017.
Note de bas de page 1

Pourcentage basé sur le nombre total d’isolats testés à l’échelle nationale: 2013=3 195; 2014=3 809; 2015=4 190; 2016=4 538; 2017=5 290.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Figure B - Équivalent textuel
Antibiotique Pourcentage de résistance ou sensibilité réduite
2013 2014 2015 2016 2017
Azithromycine 1,16% 3,33% 4,73% 7,18% 11,7%
Céfixime 1,75% 1,10% 1,91% 0,31% 0,6%
Ceftriaxone 3,51% 2,65% 3,46% 1,76% 0,5%

En 2017, on n'a détecté aucun isolat présentant une résistance à l'azithromycine et une sensibilité réduite au céfixime ou à la ceftriaxone au Canada.

En 2017, 50,1 % (2 652/5 290) des isolats étaient résistants à la ciprofloxacine; 31,0 % (1 642/5 290) étaient résistants à l'érythromycine; 11,7 % (619/5 290) étaient résistants à la pénicilline et 45,9 % (2 429/5 290) étaient résistants à la tétracycline.

Tous les isolats de N. gonorrhoeae soumis au LNM ont également été analysés par génotypage moléculaire à l'aide de la méthode NG-MAST (N. gonorrhoeae multi-antigen sequence type). En 2017, 468 séquences types (ST) différentes ont été identifiées parmi les 2 853 isolats analysés; les plus courantes étaient ST-12302 (24,1 %), ST-5985 (7,5 %) et ST-14698 (5,5 %).

La proportion d'isolats de type ST-12302 est passée de 4,3 % en 2015 à 10,5 % en 2016, puis à 24,1 % en 2017. Ces isolats ont principalement été identifiés dans le centre du Canada. Ils étaient résistants à plusieurs médicaments, et plus de 50 % d'entre eux étaient également résistants à l'azithromycine (figure C).

Figure C. Séquences types NG-MAST des isolats de Neisseria gonorrhoeae testes par le LNM, 2013 – 2017Note de bas de page a
Graphique à barres empilées affichant les tendances de 4 des types de séquences NG-MAST les plus répandus au Canada de 2013 à 2017 et la résistance aux antimicrobiens qui leur est associée.
Note de bas de page 1

Au total, 292 types de séquences ont été identifiés en 2013, 378 types de séquences en 2014, 396 types de séquences en 2015, 490 types de séquences en 2016 et 468 en 2017. Seuls les types de séquences les plus répandus de 2013 à 2017 sont représentés dans ce graphique.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Figure C - Équivalent textuel
NG-MAST Année RÉry et/ou TetR et/ou RPen RCip avec our sans résistance à antibiotiques autres NGRT avec ou sans résistance à antibiotiques autres SRCé et/ou SRCx  avec résistance à antibiotiques autres RAzi/RÉry et RAzi/RCip/ RÉry avec résistance à antibiotiques autres
ST-12302 2013 - - - - -
2014 - - - - -
2015 - 3 - - 110
2016 - 84 - - 240
2017 - 312 - - 375
ST-5985 2013 - 1 70 - -
2014 9 - 286 - -
2015 2 4 395 - -
2016 - 58 309 - -
2017 3 20 193 - -
ST-14698 2013 - - - - -
2014 - - - - -
2015 - - - - -
2016 - 6 - - 6
2017   37 - - 119
ST-10451 2013 - 8 - 2 -
2014 - 166 - - 40
2015 - 119 - 1 34
2016 - 167 - - 10
2017 1 143 - - -

Pour obtenir de plus amples détails sur le rapport et ses principales conclusions, veuillez envoyer un courriel à l'adresse : phac.nml.strepsti-lnm.strepits.aspc@canada.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :