Sommaire : Revue documentaire - Mise à jour sur l’immunisation durant la grossesse avec le vaccin dcaT

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 1.1 Mo, 141 pages)

Organisation :Agence de la santé publique du Canada

Publiée : 2018-02-28

Sujets connexes

Sommaire

La coqueluche est une maladie endémique et cyclique qui touche les Canadiens, principalement les nourrissons de moins d'un an. L'absence d'immunisation chez la mère accroîtrait la sensibilité à l'infection chez le nourrisson pour deux raisons : l'augmentation du risque de maladie chez la mère (et la transmission subséquente au nourrisson) et l'absence d'une protection passive suffisante par transfert d'anticorps (par le placenta ou le lait maternel).

Depuis la diffusion des dernières recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) en 2014, nous disposons maintenant de nouvelles données probantes sur l'innocuité et l'efficacité du vaccin combiné anti-Tétanos, et à dose réduite contre la diphtérie et la coqueluche acellulaire (dcaT) chez les femmes enceintes. Pour fournir au CCNI les plus récentes données sur les effets de l'immunisation chez les femmes enceintes au moyen de ce vaccin, une stratégie de recherche a été élaborée de concert avec un bibliothécaire de référence fédéral (bibliothèque de la santé) et vérifiée par le groupe de travail sur la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio et l'Hæmophilus influenzæ de type B du CCNI. Cet examen de la documentation avait pour but de fournir des données probantes supplémentaires appuyant la création de lignes directrices en matière d'immunisation des femmes enceintes comme stratégie visant à réduire l'incidence de la maladie et les conséquences graves (hospitalisation ou décès) de la coqueluche chez les nourrissons de moins de 12 mois.

Une recherche dans trois bases de données (OvidMEDLINE, Embase et Cochrane Library), effectuée le 28 novembre 2016 (mise à jour le 25 juillet 2017), a fait ressortir 59 études pertinentes sur l'immunogénicité, l'innocuité et l'efficacité. La qualité de ces études a été évaluée avant que leurs données probantes fassent l'objet d'une synthèse. Il existe divers types de données probantes de qualité bonne à médiocre sur ce sujet, notamment des données tirées d'études contrôlées randomisées, d'études de cohorte et d'études cas-témoin.

Dans la majorité des études examinées, une augmentation du taux d'anticorps après l'immunisation a entraîné un taux d'anticorps anti-anticoquelucheux (anti-AC) supérieur ou égal à 10 UI/mL chez plus de 90 % des femmes un mois après l'immunisation. Bien qu'il n'existe actuellement aucun corrélat sérologique de protection clinique contre la coqueluche, on considère qu'un taux d'anticorps anti-AC supérieur ou égal à 10 UI/mL offre une protection contre la forme grave de cette maladie. Chez les nourrissons, l'immunisation de la mère a entraîné une augmentation du taux d'anticorps anti-AC, l'avidité augmentant de façon linéaire en fonction du délai avant l'accouchement. Dans la majorité des études, l'administration de la quatrième dose de dcaT chez des bébés de plus de 15 mois n'a entraîné aucune différence statistiquement significative, en ce qui concerne le taux d'anticorps et l'avidité entre les nourrissons dont la mère avait reçu le dcaT pendant la grossesse et ceux dont la mère ne l'avait pas reçu pendant sa grossesse. Aucun problème important d'innocuité, que ce soit chez la mère ou le nourrisson, y compris l'issue de la grossesse, n'a été signalé dans la documentation ayant fait l'objet de l'examen.

L'efficacité de l'immunisation des femmes enceintes par le dcaT contre la coqueluche chez les nourrissons de moins de deux mois a été estimée à plus de 90 %. Aucun décès n'a été observé chez les nourrissons dont la mère avait reçu ce vaccin avant 36 semaines de grossesse. L'immunisation de la mère par le dcaT pendant la grossesse a aussi entraîné une réduction de la gravité de la maladie et du risque d'hospitalisation chez le nourrisson. L'efficacité du vaccin a aussi été maintenue après les trois premières doses du dcaT chez les nourrissons, l'immunisation des femmes enceintes entraînant une réduction de risque supplémentaire chez jusqu'à 70 % des enfants dont la mère avait reçu le dcaT pendant la grossesse. De nombreuses études d'efficacité ne précisaient pas à quelle semaine de grossesse le dcaT avait été administré, mais selon la majorité des études, c'était à la fin du deuxième ou au début du troisième trimestre.

De façon globale, l'examen de la documentation portant sur l'administration du dcaT pendant la grossesse a permis d'obtenir de solides données probantes démontrant que les programmes d'immunisation systématique sont un moyen sûr et efficace de protéger les nourrissons de moins d'un an des graves conséquences de la coqueluche.

Une revue documentaire est disponible en ligne en format PDF sur le site Web Publications du gouvernement du Canada. Pour obtenir le rapport sous un autre format, veuillez communiquer avec nous par courriel : phac.naci-ccni.aspc@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :