ARCHIVÉ - Le point sur les vaccins conjugués contre le méningocoque

 

Relevé des maladies transmissibles au Canada
Volume 31 • DCC-3
le 15 avril 2005

Une déclaration d'un comité consultatif (DCC)
Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI)*?

Document Adobe télédéchargeable
4 pages - 205 KB

PDF

Préambule

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) donne à l'Agence de santé publique du Canada (ASPC) des conseils constants et à jour liés à l'immunisation dans le domaine de la médecine, des sciences et de la santé publique. L'ASPC reconnaît que les conseils et les recommandations figurant dans cette déclaration reposent sur les connaissances scientifiques les plus récentes et diffuse le document à des fins d'information. Les personnes qui administrent les vaccins ou médicaments mentionnés dans la présente déclaration doivent également connaître le contenu des monographies de produit pertinentes. Les recommandations d'utilisation et les autres renseignements qui figurent dans le présent document peuvent différer du contenu des monographies de produit établies par les fabricants autorisés du vaccin au Canada. Les fabricants ont uniquement fait approuver les vaccins et démontré leur innocuité et leur efficacité lorsqu'ils sont utilisés selon la monographie du produit. Les membres du CCNI et les agents de liaison doivent se conformer à la politique de l'ASPC régissant les conflits d'intérêts, notam- ment déclarer chaque année les conflits d'intérêts possibles.

Introduction

Depuis la publication, le 15 octobre 2001, de la Déclaration sur l'utilisation recommandée des vaccins antiméningococciques par le Comité consultatif national de l'immunisation(1) et le 1er septembre 2003, de la Déclaration supplémentaire sur les vaccins conjugués contre le méningocoque(2), des informations détaillées ont été publiées sur l'expérience qu'a connue l'Angleterre en ce qui concerne l'efficacité des vaccins conjugués contre le méningocoque du groupe C 4 ans après leur introduction(3). En outre, une troisième vaccin conjugué contre le méningocoque du groupe C (Meningitec®, Wyeth) a reçu une approbation pour utilisation au Canada, et le schéma posologique a été modifié pour le NeisVac-C® (ID Biomedical Corporation). Enfin, des avis ont été demandés relativement à l'innocuité et l'efficacité de l'administration concomitante des vaccins conjugués contre le méningocoque du groupe C et le vaccin conjugué heptavalent contre le pneumocoque (Prevnar®, Wyeth). Le présent article portera sur ces quatre questions. Pour obtenir des renseignements plus détaillés sur l'usage des vaccins contre le méningocoque et l'épidémiologie des infections méningococciques au Canada, le lecteur est prié de consulter les déclarations originales(1,2) de même que le rapport de surveillance accrue(4).

Efficacité des vaccins conjugués contre le méningocoque du groupe C

Récemment, des informations ont été mises au jour au sujet de l'efficacité du programme de vaccination contre les méningococcies du groupe C, 4 ans après son introduction en Angleterre(3). Le vaccin a été intégré au calendrier de vaccination systématique en novembre 1999, et l'on recommandait que tous les enfants reçoivent trois doses du vaccin aux âges de 2, 3 et 4 mois. De plus, tous les enfants âgés de 5 mois à 18 ans ont été vaccinés dans le cadre de la campagne de rattrapage. Il s'agissait d'admi- nistrer deux doses du vaccin à au moins 4 semaines d'intervalle aux enfants âgés de 5 mois à 1 an et une seule dose à ceux qui étaient âgés de> 1 an. L'évaluation du programme d'immunisation au cours de la première année a montré que l'efficacité du vaccin était de l'ordre de 87 % à 98 %. On n'observait pas de différence significative de l'efficacité entre les groupes d'âge. Plus particulièrement, après 1 an, l'efficacité se chiffrait à 93 % chez les nourrissons qui avaient reçu trois doses du vaccin selon le calendrier de vaccination systématique. Pour ce qui est des enfants qui faisaient partie du programme de rattrapage, l'efficacité après 1 an atteignait 87 % chez les nourrissons vaccinés entre les âges de 5 et 11 mois, 88 % chez les enfants vaccinés entre 1 et 2 ans, 98 % chez ceux qui ont été vaccinés entre 3 et 4 ans et 96 % chez les adolescents. On a noté cependant qu'après une période de suivi de 4 ans, l'efficacité du vaccin chez les enfants qui avaient reçu le schéma systématique pour nourrissons avait chuté de façon marquée pour se chiffrer à 66 % et était plus faible que dans les cohortes du programme de rattrapage, chez qui elle demeurait élevée, se situant entre 83 % et 100 %. Il semblerait donc que si le schéma prévoyant l'administration de doses à 2, 3 et 4 mois offre une protection adéquate contre l'infection pendant au moins 1 an après la série vaccinale, il ne confère par une protection prolongée au cours des années subséquentes comparativement à un schéma vaccinal qui prévoit l'administration du vaccins aux nourrissons âgés de>= 5 mois.

Recommandations générales

Le CCNI recommande que les nourrissons reçoivent au moins une dose de leur série vaccinale primaire APRÈS l'âge de 5 mois. Les nourrissons qui reçoivent la série primaire complète avant l'âge de 5 mois devraient recevoir une dose additionnelle du vaccin. Le CCNI recommande également que les nourrissons âgés de 4 à 11 mois qui n'ont pas reçu le vaccin auparavant reçoivent au moins deux doses du vaccin à au moins 4 semaines d'intervalle. Indépendamment du vaccin choisi, les enfants non vaccinés qui sont âgés de>= 12 mois ainsi que les adolescents et les adultes n'ont besoin que d'une seule dose de 0,5 mL.

Il n'existe pas de données publiées sur l'interchangeabilité des trois vaccins conjugués contre le méningocoque du groupe C, mais les vaccins ont été utilisés de façon interchangeable sans qu'on observe une baisse apparente de leur efficacité. (Dr David Salisbury, Principal Medical Officer, Communicable Disease Branch, Department of Health, Londres, Royaume-Uni : communication personnelle, 2003). Dans la mesure du possible, il faudrait utiliser le même vaccin pour toutes les doses de la série vaccinale administrée aux nourrissons.

L'innocuité des vaccins conjugués contre le méningocoque du groupe C pendant la grossesse n'a pas été établie. C'est pourquoi, avant de décider d'utiliser ces vaccins durant la grossesse, il faut mettre en balance le risque d'une méningococcie du groupe C et le risque théorique d'effets indésirables pour le foetus.

Meningitec®

Meningitec® est composé de l'oligoside de Neisseria meningitidis du groupe C conjugué à la protéine CRM197, un mutant non toxique de la toxine diphtérique. Le vaccin se présente sous forme d'une suspension stérile unidose prête à l'usage dans un flacon en verre pour injection intra- musculaire. Chaque dose de 0,5 mL contient 10 µg d'oligoside de Neisseria meningitidis du groupe C conjugué à environ 15 µg de protéine CRM197 de Corynebacterium diphtheriae. Le vaccin contient du phosphate d'aluminium, du chlorure de sodium et de l'eau stérile. Il ne contient pas de thimérosal. Un dépôt blanc et un surnageant clair peuvent apparaître à l'entreposage. Le vaccin devrait être conservé à une température située entre 2 °C et 8 °C et ne doit pas être congelé. Il faut bien agiter le flacon et l'inspecter avant usage afin de s'assurer que le vaccin est une suspension blanche homogène. Il ne faut pas l'administrer si l'on ne parvient pas à le remettre en suspension, si l'on note la présence de particules, si la suspension est décolorée ou si le vaccin a été congelé.

Chez les nourrissons, on recommande d'administrer trois doses du vaccin après l'âge de 2 mois et à au moins 1 mois d'intervalle. Au moins une dose de la série vaccinale primaire doit être administrée après l'âge de 5 mois. Les nourrissons âgés de 4 à 11 mois qui n'ont pas reçu le vaccin auparavant devraient recevoir deux doses à au moins 4 semaines d'intervalle. Dans le cas des enfants âgés de> 12 mois, des adolescents et des adultes, une seule dose du vaccin est nécessaire.

Changements au schéma posologique du vaccin NeisVac-C®

Le schéma posologique recommandé pour les enfants âgés de < 12 mois qui reçoivent le vaccin NeisVac-C® a été changé à deux doses, qui devraient être administrées à au moins 2 mois d'intervalle, la première dose ne devant pas être donnée avant l'âge de 2 mois. Le CCNI recommande qu'au moins une dose de la série vaccinale primaire soit administrée après l'âge de 5 mois. Les recommandations antérieures étaient que les enfants âgés de < 12 mois reçoivent trois doses de NeisVac-C® à au moins 4 semaines d'intervalle.

Menjugate®

Il n'y a eu aucun changement du schéma posologique recommandé pour le vaccin Menjugate®, de Chiron Corporation. Dans le cas des nourrissons, on recommande l'administration de trois doses, la première, après l'âge de 2 mois et les autres, à au moins 4 semaines d'intervalle. Au moins une dose de la série vaccinale primaire devrait être administrée après l'âge de 5 mois. Les nourrissons âgés de 4 à 11 mois qui n'ont pas déjà reçu le vaccin devraient recevoir deux doses à au moins 4 semaines d'intervalle. Pour toutes les personnes âgées de> 12 mois, une seule dose est requise.

Compatibilité des vaccins conjugués contre le méningocoque de groupe C administrés en même temps que Prevnar®

Il n'y a pas de données publiées indiquant les effets sur la production d'anticorps et la protection contre la maladie de l'administration simultanée des vaccins conjugués contre le pneumocoque et le méningocoque du groupe C qui sont actuellement homologués au Canada. Selon des données empiriques, les vaccins ont été administrés simultanément sans qu'on note une augmentation de l'incidence des effets indésirables. Les deux vaccins doivent être administrés avec des seringues différentes et à des sites d'injection différents. À l'heure actuelle, on ne possède pas de données indiquant une baisse d'efficacité de l'un ou l'autre de ces vaccins s'ils sont administrés de cette manière. Les praticiens devraient mettre en balance les avantages de l'administration simultanée des deux vaccins (réduction des occasions de vaccination manquées et protection anticipée contre les maladies vaccinables), d'une part, et le risque potentiel d'une diminution de l'efficacité d'un ou des deux vaccins en cas d'administration simultanée et la nécessité d'administrer deux injections lors de la même consultation, d'autre part. Il faudrait faire des recherches pour évaluer l'efficacité de l'administration simultanée de ces deux vaccins.

Références

  1. Comité consultatif national de l'immunisation. Déclaration sur l'utilisation recommandée des vaccins antiméningococciques. RMTC 2001;27(DCC-6):2-36.

  2. Comité consultatif national de l'immunisation. Déclaration supplémentaire sur les vaccins conjugués contre le méningocoque. RMTC 2003;29(DCC-6):10-11.

  3. Trotter CL, Andrews NJ, Kaczmarski EB et coll. Effectiveness of meningococcal serogroup C conjugate vaccine 4 years after introduction. Lancet 2004;364:365-7.

  4. Squires SG, Deeks SL, Tsang RSW. Surveillance accrue des méningococcies invasives au Canada, du 1er janvier 1999 au 31 décembre 2001. RMTC 2004;30(3):17-28.

___________________________________

*Membres : Dre M. Naus (présidente), Dre T. Tam (secrétaire administrative), Dr I. Bowmer, Dr S. Dobson, Dr B. Duval, Dre J. Embree, A. Hanrahan, Dre J. Langley, Dre A. McGeer, Dre P. Orr, Dre M.-N. Primeau, Dr B. Tan, Dr B. Warshawsky, A. Zierler.

Agents de liaison : S. Callery (CHICA), Dr J. Carsley (ACSP), Dr L. Chapman (CDC), Dre A. Gruslin (SCOG), A. Honish (CNCI), Dr B. Larke (CMHC), Dre B. Law (CCEC), Dr A. Salvadori (SCMI Canada), Dre S. Rechner (CMFC), Dr J. Salzman (CCMTMV), Dre L. Samson (SCP), Dr D. Scheifele (CAIRE).

Membres d'office : Dr S. Deeks (CPCMI), Dre A. Klein et Dr H. Rode (CEPBR), Dr M. Lem (DGSPNI), Dr M. Tepper (MDN).

? Cette déclaration a été rédigée par le Dr J. Embree avec l'aide de la Dre Shelley Deeks et a été approuvée par le CCNI.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :