ARCHIVÉ - Botulisme

 


À déclaration obligatoire nationale depuis :1933, de 1940 jusqu’à nos jours

1.0 Déclaration à l’échelle nationale

Seuls les cas confirmés de la maladie devraient être déclarés.

2.0 Type de surveillance

Déclaration systématique de chaque cas aux autorités fédérales.

3.0 Classification du cas

3.1 Cas confirmé

Pour qu’un cas soit considéré comme confirmé, il faut que les résultats de laboratoire soient concluants et qu’il y ait des manifestations cliniques; dans le cas du botulisme alimentaire, en plus des manifestations cliniques, il faut que la personne ait consommé le même aliment suspect que le cas de botulisme confirmé en laboratoire.

Botulisme d’origine alimentaire (soit 1 ou 2)

1) Confirmation en laboratoire de l’intoxication et manifestations cliniques :
détection de la toxine botulinique dans le sérum, les selles, le liquide d’aspiration gastrique ou l’aliment suspect
OU
isolement de Clostridium botulinum dans les selles ou le liquide d’aspiration gastrique

2) Manifestations cliniques et indication que la personne a consommé le même aliment suspect qu’un cas de botulisme confirmé en laboratoire.

Botulisme par inoculation (ou par blessure)

Confirmation en laboratoire de l’infection :
détection de C. botulinum dans le sérum
OU
isolement de C. botulinum dans une plaie
ET
présence d’une plaie récemment infectée au cours des 2 semaines précédant l’apparition des symptômes et absence apparente d’exposition à des aliments contaminés par C. botulinum

Botulisme infantile

Confirmation en laboratoire et présence de symptômes évocateurs du botulisme chez une personne âgée de moins de 1 an :

détection de la toxine botulinique dans les selles ou le sérum
OU
isolement de C. botulinum dans les selles du patient ou lors de l’autopsie

Botulisme par colonisation

Confirmation en laboratoire et manifestations cliniques compatibles avec le botulisme chez un patient âgé de 1 an ou plus qui présente des troubles graves de la fonction gastro intestinale dus à diverses maladies comme la colite, la dérivation intestinale ou à d’autres maladies qui peuvent entraîner une perturbation locale ou générale de la fl ore intestinale normale :

détection de la toxine botulinique dans les selles ou le sérum
OU
isolement de C. botulinum dans les selles du patient ou lors de l’autopsie

3.2 Cas probable

Botulisme d’origine alimentaire

Manifestations cliniques et consommation d’un aliment suspect durant la période d’incubation (12-48 heures).

4.0 Laboratoire — Commentaires

4.1 Confirmation en laboratoire (tiré du document du RLSPC)

Un des critères suivants est nécessaire à l’identification d’un cas de botulisme :

Détection de la toxine botulinique, avec ou sans culture

Isolement de C. botulinum

4.2 Tests approuvés/validés

Culture standard de C. botulinum avec mise en évidence de la neurotoxine

Recherche de la neurotoxine de C. botulinum au moyen d’un test biologique sur souris

4.3 Indications et limites

Dans le botulisme par inoculation et d’origine alimentaire, la neurotoxine de C. botulinum peut ne pas être détectable dans le sérum. Si l’antitoxine est administrée avant le prélèvement de sang, le résultat du test sera négatif.

Bien que certaines souches de C. botulinum de type C puissent ne pas produire de neurotoxine, deux autres espèces du genre, C. baratii et C. butyricum, pourraient produire la neurotoxine.

Sans détection de la toxine par un test biologique sur souris, la culture est inutile. Il est impossible de distinguer C. botulinum du groupe I de C. sporogenes sans ce test.

Les isolats ou les échantillons cliniques devraient être transmis au Service de référence pour le botulisme au Canada ou au British Columbia Centre for Disease Control.

Le test EIA de détection de la toxine botulinique n’est pas aussi sensible que le test biologique sur souris et ne devrait pas remplacer ce dernier pour la détection de la neurotoxine dans des échantillons cliniques; l’EIA pourrait cependant être utilisé pour détecter la production de neurotoxine dans des cultures.

5.0 Manifestations cliniques

Botulisme d’origine alimentaire : La maladie clinique se caractérise par une vision trouble, une sécheresse de la bouche et une difficulté à avaler et à parler. Une paralysie descendante et symétrique peut survenir et progresser rapidement, nécessitant souvent une assistance respiratoire.

Botulisme par inoculation : La maladie clinique se caractérise par une diplopie, une vision trouble et une atteinte bulbaire. La paralysie symétrique peut progresser rapidement.

Botulisme infantile : La maladie clinique chez les nourrissons se caractérise par la constipation, le manque d’appétit, la faiblesse, une altération des pleurs et une perte du contrôle de la tête.

6.0 Code(s) de la CIM

6.1 Code(s) de la CIM 10

A05.
Botulisme. (Intoxication alimentaire classique à Clostridium botulinum)

6.2 Code(s) de la CIM 9/CIM-9-MC

005.1
Botulisme

7.0 Type de déclaration à l’échelle internationale

Déclarable à l’OMS en vertu du Règlement sanitaire international.

8.0 Commentaires

La survenue d’un seul cas est considérée comme une éclosion.

Les définitions de cas probable sont fournies à titre indicatif pour faciliter la recherche de cas et la gestion de la santé publique et ne doivent pas être utilisées pour la déclaration à l’échelle nationale.

9.0 Références

Protocole en cours d’élaboration (DIHAZ)

CDC Notifiable Disease Case Definitions Taillac P.P, Kim J. CBRNE-Botulism Dernière mise à jour en juin 2006. Affiché à l’adresse : http://www.emedicine.com/emerg/topic64.htm

Date de la dernière révision :

novembre 2008


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :