Rapport sommaire 2012 de FoodNet Canada

Sommaire

FoodNet Canada assure le suivi chez les Canadiens des maladies intestinales, communément appelées « intoxications alimentaires », et retrouve leurs sources, comme les aliments, l'eau et les animaux. Ces données sont analysées pour aider à déterminer quelles sources causent le plus grand nombre de maladies chez les Canadiens, et nous aident à faire le suivi des maladies ainsi que de leurs causes, au fil du temps.

Dans l'année de surveillance 2012, FoodNet Canada a été actif dans deux régions : la région de la Waterloo Public Health et la région de la Fraser Health Authority, située dans les basses-terres continentales de la Colombie-Britannique. Dans chaque emplacement, ou « site sentinelle », la surveillance accrue des maladies humaines est effectuée parallèlement à la surveillance active de bactéries, de virus et de parasites particuliers, ainsi que des sources possibles auxquelles les personnes infectées ont pu être exposées.

Ce rapport a pour objet de présenter les résultats préliminaires de surveillance recueillis auprès des deux sites sentinelles en 2012. Ce rapport sera suivi d’un rapport annuel exhaustif qui comprendra des analyses plus détaillées des tendances temporelles et des données sur le sous-typage, lesquelles permettront d’obtenir une vue d’ensemble des maladies entériques, de l'exposition à l'affection.

Après sept ans de surveillance intégrée, on a observé certaines tendances générales pour ce qui est de l'exposition et des maladies. Ces observations fournissent des renseignements actuels à prendre en compte dans l'élaboration des politiques en matière de salubrité des aliments au Canada.

Au niveau de la ferme, il est relativement commun de détecter des entéropathogènes humains dans le fumier d'animaux de fermes produisant des aliments. Par exemple, la bactérie Campylobacter a été détectée de façon constante dans le fumier de vaches laitières, de bœufs et de porcs, mais rarement dans le fumier de poulets à griller. La bactérie Salmonella a été communément détectée dans le fumier de fermes d'élevage de poulets à griller et dans le fumier de porc.

Les résultats ont également indiqué que ces agents pathogènes et E. coli producteur de vérotoxine se trouvent dans les eaux de surface (non traitées) du site sentinelle de l'Ontario, tant dans les zones urbaines que rurales du bassin versant, de même que dans les plages d'eau douce locales. Les bactéries Cryptosporidium et Giardia ont aussi été détectées dans un certain nombre de ces régions. Ces résultats montrent que le contact avec l'environnement constitue une voie d'exposition probable dans les cas humains. Cependant, cette voie d'exposition est encore secondaire par rapport à la voie de transmission par les aliments.

Selon les résultats de la surveillance de la vente au détail obtenus de FoodNet Canada, Salmonella, Campylobacter et Listeria monocytogenes sont fréquemment détectées dans les poitrines de poulet vendues au détail et, dans certains cas, plus fréquemment dans les produits de volaille transformés. Il pourrait s'agir de domaines d'intérêt pour les interventions en matière de salubrité alimentaire.

On a également détecté des agents pathogènes parasitaires et viraux dans des fines herbes fraîches vendues au détail (tous les produits pour lesquels on a détecté des agents pathogènes étaient importés). Bien que la viabilité/l'infectiosité de ces pathogènes n'ait pu être déterminée à l'aide des méthodes de réaction en chaîne de la polymérase utilisées, les analyses indiquent que des pathogènes viables pourraient se trouver sur ces produits, ce qui suggère que d'autres efforts de surveillance sont justifiés.

Pour ce qui est du volet humain, les rapports de FoodNet Canada signalent que les bactéries Salmonella et Campylobacter sont invariablement les deux agents pathogènes bactériens qui causent le plus grand nombre de maladies chez l'humain; leur taux d'infection endémique est encore une fois demeuré élevé en 2012. Ces résultats correspondent aux expositions possibles observées dans les sources environnementales et de la vente au détail.

Pour consulter le rapport dans son entier, visitez Publications.gc.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :