Énergie propre pour le Nord : collaboration entre POLAIRE, le Conseil national de recherche et Ressources naturelles Canada

Bryan Vandenbrink

Bryan Vandenbrink, un scientifique de terrain travaillant pour Savoir polaire Canada, règle un suiveur solaire au campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique à Cambridge Bay au Nunavut. Cet instrument mesure la quantité de lumière et suit le soleil tout au long de la journée, produisant ainsi les données nécessaires à l’élaboration de projets d’énergie solaire dans la communauté.

Les communautés du Nord souhaitent être moins dépendantes des combustibles fossiles, surtout des génératrices au diesel et des chaudières au mazout. Pour ce faire, il faut adopter une nouvelle technologie, mais la plupart des technologies de ce type n’ont pas été conçues pour les conditions en Arctique. Savoir polaire Canada (POLAIRE) collabore avec le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et Ressources naturelles Canada (RNCan) pour mettre à l’essai des technologies d’énergie propre en Arctique et déterminer la manière dont elles peuvent répondre aux besoins des communautés de l’Arctique.

Il est grandement avantageux pour le CNRC et RNCan de collaborer avec POLAIRE. En effet, tout comme plusieurs autres organismes fédéraux, ils ont des programmes pour le Nord avec des experts en recherche, mais n’ont pas de laboratoire dans le Nord, ce qui rend leurs recherches en Arctique très coûteuses et complexes sur le plan logistique. POLAIRE, établi au campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) à Cambridge Bay au Nunavut, dispose de laboratoires et d’autres installations de pointe ainsi que d’une expertise technique, nordique et sur les communautés éloignées. L’organisme accueille favorablement les partenariats de recherche avec les organisations fédérales dont les priorités de recherche complètent les siennes. L’énergie propre est une priorité pour POLAIRE et également pour le CNRC et RNCan.

POLAIRE collabore avec RNCan pour évaluer si des projets éoliens et solaires sont viables à Cambridge Bay et pour trouver comment une communauté nordique éloignée peut intégrer l’énergie renouvelable à son réseau électrique. À cette fin, ils surveillent la vitesse du vent et les heures d’ensoleillement à Cambridge Bay, ce qui contribue au programme national de cartographie de l’énergie renouvelable de RNCan, et recueillent des données sur les habitudes de consommation d’électricité à l’aide de compteurs intelligents installés dans plusieurs unités commerciales à consommation élevée d’énergie. Les données montreront dans quelle mesure les cycles de demande d’énergie concordent avec les moments où l’énergie solaire et l’énergie éolienne sont disponibles. POLAIRE collabore également avec RNCan pour évaluer le rendement de panneaux solaires expérimentaux montés sur le bâtiment principal de recherche de la SCREA et permet à RNCan de surveiller plus facilement un réseau solaire du Conseil tribal des Gwich’in près d’Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest.

Avec le CNRC, POLAIRE met à l’essai de petites éoliennes dans les conditions de l’Articque. Les éoliennes, comme d’autres technologies d’énergie propre, ont été conçues pour les conditions au sud et, souvent, elles ne fonctionnent pas bien dans le froid extrême et les vents violents de l’Arctique. Ce projet déterminera quelles modifications il pourrait être nécessaire d’apporter aux éoliennes pour fournir une source fiable d’électricité aux communautés de l’Arctique.

Les marées peuvent être une source fiable et prévisible d’énergie pour certaines communautés côtières de l’Arctique. POLAIRE soutien les recherches du CNRC visant à évaluer quelles communautés du Nunavut présentent le meilleur potentiel pour l’énergie marémotrice.

Les deux organismes abordent une autre priorité des communautés nordiques : réduire les répercussions des déchets domestiques et des eaux usées sur l’environnement. Ils mettent à l’essai un réacteur de traitement bioélectrochimique des eaux usées en milieu anaérobie, qui peut produire de la chaleur, et éventuellement des biocarburants, à partir des eaux usées. Cette solution pourrait possiblement mener à des eaux usées plus propres rejetées dans les étangs d’épuration et à la production d’énergie comme sous-produit.

POLAIRE et le CNRC mesurent le rendement des ventilateurs de récupération de chaleur et d’énergie dans l’Arctique, qui améliorent la qualité de l’air dans une maison grâce à un apport continu en air frais, tout en réduisant au minimum les pertes de chaleur et d’énergie. Ils mettent ces appareils à l’essai au campus de la SCREA et dans plusieurs résidences de Cambridge Bay.

Ces collaborations fructueuses et grandissantes entre POLAIRE, RNCan et le CNRC aident à jeter les bases d’un virage vers l’utilisation de l’énergie propre dans les communautés nordiques. Elles montrent également la façon dont un partenariat avec POLAIRE, qui est établi dans le Nord, dispose d’installations techniques, apporte son expertise et entretient des liens avec les communautés autochtones du Nord, peut à la fois faciliter et enrichir les projets de recherches dans le Nord des organismes fédéraux, au profit des habitants du Nord.

Contactez-nous pour en savoir plus : info@polar-polaire.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :