Perspectives de détenteurs du savoir autochtone et de chercheurs sur l’évolution de l’environnement de l’Arctique

épilobe à feuilles larges

Cet épilobe à feuilles larges (paunnaq en inuktut) est l'une des nombreuses plantes à fleurs qui se sont adaptées aux terres clairsemées de l'Arctique et à sa courte période de végétation.

Photo: Katriina O'Kane

Dans l'Arctique, les changements climatiques modifient les tendances de longue date de la glace, du vent, de la température et de la faune sauvage. C'est un défi pour les collectivités autochtones qui dépendent des animaux sauvages pour la majeure partie de leur nourriture et leurs chasseurs, qui parcourent de grandes distances sur la terre, la mer et la glace de mer pour chasser.

Le Canada est chanceux de compter sur deux groupes d'experts qui améliorent sa compréhension des changements en cours et qui l'aident à prévoir les changements qui pourraient survenir à l'avenir. Dans leur vie, les chasseurs autochtones sont des observateurs attentifs de l'environnement et de la faune sauvage pendant toute l'année et sont pleinement conscients de tout changement. Les chercheurs sur l'environnement arctique mesurent et enregistrent les changements, souvent en partenariat avec des collectivités autochtones. Qu'observent ces deux groupes d'experts dans l'Arctique de nos jours? Voici quelques exemples :

  • Plus de vents violents et de tempêtes
    À mesure que le climat se réchauffe, plus de chaleur se déplace dans l'atmosphère. Une chaleur accrue se traduit par une augmentation de l'énergie, et c'est ce qui entraîne ces vents et ces tempêtes, lesquels érodent le littoral et endommagent des édifices.
  • Réchauffement de l'atmosphère
    Ce phénomène modifie les tendances de la pluie et des chutes de neige, par exemple en produisant plus de pluie verglaçante. La pluie verglaçante crée un stress pour le caribou et le bœuf musqué, parce qu'elle forme une couche de glace sur la neige qu'ils doivent briser pour atteindre le lichen et les autres plantes dont ils se nourrissent. Quant aux lemmings, ces petits mammifères pourraient devoir utiliser une plus grande part de leur précieuse énergie pour creuser des tunnels dans la neige durcie par la pluie verglaçante.

Les plantes et les espèces animales s'épanouissent dans l'Arctique parce qu'elles se sont adaptées au rythme de ses saisons au fil de milliers d'années. Chaque espèce a trouvé une manière de tirer parti de l'été arctique, court et intense, et de ses longues journées où la toundra grouille de vie et le sol est tapissé de fleurs. Chaque espèce a trouvé un moyen de s'adapter à l'obscurité et au froid mordant du creux de l'hiver. Les plantes et les insectes tombent en dormance, par exemple, et les lemmings se gardent au chaud dans des tunnels qu'ils creusent sous la neige.

Cependant, les changements climatiques ont une incidence sur les habitats nordiques, car ils modifient le rythme des saisons. La neige, tout comme la mer et la glace d'eau douce, arrive plus tard et fond plus tôt, et le pergélisol est en train de fondre. Les plantes arctiques changent de manière complexe. Dans certaines régions, elles deviennent plus denses — particulièrement les arbustes — et plus d'herbe pousse. Les chercheurs s'attendent aussi à ce qu'à l'avenir, la limite forestière se déplace vers le nord.

Plus d'eau douce et de sédiments provenant des tempêtes et du pergélisol fondant se retrouvent dans la mer, où ils peuvent embrouiller l'eau et y réduire la lumière, ce qui a un effet sur l'approvisionnement en nourriture et le cycle de vie de la faune marine, tant des espèces microscopiques et des poissons que des mammifères marins.

Il y a encore beaucoup à apprendre de la manière dont les changements climatiques influencent l'environnement dans l'Arctique canadien. Les réponses viendront de l'observation, de la mesure et de la surveillance de la pluie, de la température, des changements dans la végétation, de la glace et d'autres indicateurs — et d'une plus grande collaboration entre les détenteurs du savoir autochtone et les chercheurs. Ensemble, ces deux groupes forment une puissante alliance qui peut offrir aux collectivités de l'Arctique les connaissances dont elles ont besoin pour comprendre les changements qui surviennent en ce moment et prévoir les changements qui pourraient se produire à l'avenir.

Savoir polaire Canada

Pour toutes demandes concernant les médias, contactez:
343-548-5456
communications@polar-polaire.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :