Cadre de sciences et de technologie

Présentation du Cadre de sciences et de technologie 2020-2025

Survol

Des changements climatiques rapides et sans précédent se produisent dans l’Arctique circumpolaire et entraînent la modification de l’écologie des écosystèmes nordiques,1. Dans l’Arctique canadien, l’état de la santé et de l’infrastructure est complexe, et des enjeux urgents et interreliés nécessitent des solutions novatrices. La situation commande des solutions pratiques, efficaces sur le plan économique et durables, des solutions qui soient appropriées culturellement et qui reposent sur une assise solide de nouvelles données.

POLAIRE aidera les collectivités nordiques à prendre les décisions nécessaires alors qu’elles bâtissent un avenir au sein duquel elles seront saines et prospères et ce faisant, il contribuera à un monde durable. Par le biais de son Cadre de sciences et de technologie (Cadre de S-T) 2020-2025, POLAIRE rassemblera divers groupes d’experts qui créeront des connaissances aux buts bien définis pour répondre aux besoins les plus urgents cernés par les résidents du Nord.

Le Cadre de S-T s’appuie sur le Plan stratégique de POLAIRE et établit le contexte du plan de mise en œuvre qui sera élaboré par POLAIRE et ses partenaires. Ce plan de mise en œuvre décrira de façon plus détaillée la collaboration qui se fera entre POLAIRE et les experts autochtones, scientifiques et technologiques pour créer les nouvelles connaissances si nécessaires à la compréhension de l’Arctique en évolution rapide et à l’adaptation à celui-ci. POLAIRE s’engage à transmettre ces nouvelles connaissances aux collectivités nordiques et aux décideurs de manière opportune. Le Cadre comprend les sections suivantes :

  • Introduction: Survol du Cadre
  • Contexte, portée et mise en œuvre : Examen des éléments ayant mené à la création du Cadre et de sa portée, et description de la manière dont les nouvelles connaissances seront créées et mobilisées en collaboration avec les partenaires autochtones.
  • Le Cadre de sciences et de technologie : Présentation du Cadre de S-T à l’aide de ses trois buts et domaines d’intérêt connexes.

Buts

But 1

Améliorer les connaissances concernant les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce dynamiques du Nord dans un contexte de changement rapide

But 2

Mieux comprendre les liens entre le bien-être des collectivités nordiques et la santé de l’environnement

But 3

Promouvoir des solutions durables dans les domaines de l’énergie, de la technologie et de l’infrastructure qui soient adaptées aux conditions environnementales, sociales et culturelles propres au Nord

Au sujet de Savoir polaire Canada

Un avenir durable éclairé par le savoir et la collaboration

POLAIRE est un organisme fédéral créé en 2015 en vertu de la Loi sur la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique en vue de mener et d’appuyer des activités de création de savoir pertinentes à l’échelle locale et importantes à l’échelle mondiale. Sa vision, soit un avenir durable éclairé par le savoir et la collaboration, est directement liée à sa mission, laquelle consiste à approfondir et à mobiliser les connaissances relatives aux régions polaires par l’exercice d’un leadership, l’établissement de partenariats et la collaboration dans le domaine des sciences et des technologies polaires.

Le mandat de POLAIRE prévoit notamment d’approfondir les connaissances de l’Arctique canadien en vue d'améliorer les perspectives économiques, la gérance environnementale et la qualité de vie des personnes qui y résident et des autres Canadiens. POLAIRE reconnaît l’importance de synthétiser les résultats des travaux de recherches provenant de l’ensemble des domaines d’étude au moment de fournir l’information nécessaire à la prise de décisions fondées sur des faits, et encourage l’adoption de cette démarche. À ces activités s’ajoutent la promotion de la création et de la diffusion du savoir d’autres régions circumpolaires, y compris l’Antarctique.

Dans le cadre de son mandat, POLAIRE est chargé de renforcer le leadership du Canada en ce qui concerne les enjeux touchant l’Arctique. Il exécute un programme de sciences et de technologie et un programme de mobilisation du savoir, et exploite le campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) à Cambridge Bay, au Nunavut.

Au sujet du campus de la SCREA

Le campus de la SCREA est une station de calibre mondial et un carrefour pour la recherche et la mobilisation des connaissances. Importante plateforme de collaboration dans la région de Kitikmeot du Nunavut, le campus accueille des chercheurs venus du monde entier pour travailler de concert avec les experts de Kitikmeot en vue de mieux comprendre la région et les changements qui s’y opèrent.

Contexte, portée et mise en œuvre

Mise en contexte du Cadre

De nombreux éléments moteurs ont entraîné la création du Cadre de S-T, y compris les changements climatiques, la réconciliation et l’évolution de la politique gouvernementale. Voici une description de certains de ces éléments.

  • Dans la région arctique du Canada, la température de l’air se réchauffe à un rythme correspondant à au moins le double de la moyenne mondiale2. Les changements observés ont des effets sociaux, culturels et économiques sur les collectivités nordiques au Canada, notamment les aliments prélevés dans la nature, la stabilité du logement, la santé humaine, le tourisme, le transport maritime et la sécurité.
  • Les progrès réalisés récemment au Canada, notamment les appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation, les Principes régissant la relation du gouvernement du Canada avec les peuples autochtones de 2018 et la reconnaissance et la mise en œuvre d’un Cadre des droits des Autochtones modifient en profondeur les liens avec les peuples autochtones à l’appui de la réconciliation.
  • Le gouvernement du Canada investit 3,8 millions de dollars3 dans un plan stratégique afin de trouver de nouvelles manières de réaliser des études avec les collectivités autochtones afin de faire avancer la réconciliation.
  • Appui à la mise en œuvre du Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord.
  • La vision scientifique du gouvernement du Canada, qui a mené à un investissement de 10 milliards de dollars4 depuis 2016 en vue de renforcer la science, soutient la prise de décisions fondées sur des données probantes et favorise une culture caractérisée par la curiosité et la créativité au Canada.
  • Le Plan d’action national du Canada pour un gouvernement ouvert de 2018-2020 « représente une tentative sérieuse de cocréation et de construction d’une plateforme commune pour façonner et influencer les actions et les politiques du gouvernement »5.
  • L’Accord sur le renforcement de la coopération scientifique internationale dans l’Arctique du Conseil de l’Arctique de 2018 « encourage les détenteurs de savoir traditionnel et local à participer aux activités scientifiques prévues dans l’Accord »6.
  • La Stratégie nationale inuite sur la recherche de 2018 de l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK) relève des « domaines de partenariats et d’action qui peuvent renforcer l’impact et l’efficacité de la recherche dans l’Inuit Nunangat pour les Inuits »7.
  • La Conférence 2018 sur le logement dans le Nord de POLAIRE, qui a lancé un dialogue fructueux avec divers experts dans le domaine du logement dans le Nord de même que des membres de la collectivité, s’est attachée à trouver des solutions précises et à formuler des recommandations en vue de s’attaquer aux défis bien connus et complexes que pose le logement dans le Nord.
  • En vertu de la Loi sur la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique, le président de POLAIRE est tenu de soumettre à l’approbation du Conseil un plan en matière de sciences et de technologie d’ici 2020.

Valeur ajoutée de POLAIRE : Synthèse et collaboration

POLAIRE comblera les lacunes dans les connaissances par l’établissement de liens et par l’échange d’information. Cette démarche interdisciplinaire axée sur la collaboration est au cœur des efforts du campus de la SCREA et des échanges grâce auxquels POLAIRE vise à approfondir et à mobiliser le savoir polaire.

POLAIRE synthétisera l’information provenant de l’ensemble des domaines d’étude, y compris le savoir autochtone, pour créer des ressources accessibles qui procurent aux responsables des politiques les connaissances dont ils ont besoin afin de prendre des décisions fondées sur des faits.

Portée du Cadre

Le Cadre englobe les sciences naturelles et, de plus en plus, les sciences sociales à l’échelle du Nord. Il met particulièrement l’accent, et de manière plus pointue, sur les sciences naturelles du secteur géographique entourant le campus de la SCREA, appelé l’aire de recherche environnementale (ARE) de la SCREA. Cette aire comprend les collectivités d’Ulukhaktok, de Kugluktuk, de Cambridge Bay, de Gjoa Haven, de Taloyoak et de Kugaaruk.

Le Cadre s’intéresse aux activités de création et de mobilisation du savoir de POLAIRE. Ces activités contribuent à instituer un milieu au sein duquel le savoir autochtone et la science contribuent tous deux à relever les défis propres au Nord.

Le Cadre fera l’objet d’un examen régulier au cours des cinq prochaines années afin qu’il reste pertinent, qu’il repose sur les leçons apprises et qu’il permette d’améliorer continuellement la démarche adoptée par POLAIRE pour créer et mobiliser les nouvelles connaissances.

Élaboration du Cadre

Pour commencer, POLAIRE a réalisé un examen exhaustif des énoncés sur les priorités et les stratégies de recherche dans le Nord. Il a ensuite communiqué avec des résidents du Nord (organisations et administrations autochtones et nordiques et établissements universitaires) et d’autres Canadiens en vue de relever les lacunes les plus importantes du savoir dans les sciences naturelles et sociales dans le Nord et dans les domaines liés à l’énergie, les déchets et les eaux usées, ainsi que la mise au point, la mise à l’essai et la démonstration de la technologie en matière de logement. POLAIRE a pris connaissance de messages importants transmis au sujet de la manière dont les nouvelles connaissances devraient être exploitées et diffusées ainsi que des principes et approches clés à prendre en compte quand les études scientifiques se déroulent dans un milieu nordique.

POLAIRE a intégré les résultats de ses exercices de mobilisation ciblés aux données tirées de l’élaboration du Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord et d’autres travaux pertinents d’organisations autochtones nationales, du gouvernement fédéral, des gouvernements territoriaux, d’établissements d’enseignement nordiques, d’associations non gouvernementales et d’organisations nationales. Il a également examiné les mandats et programmes d’autres organisations du Nord.

Méthode

  • Examen exhaustif des énoncés existants concernant les priorités et stratégies en matière de recherche dans le Nord;
  • Séances de mobilisation : accueil de 75 organisations de 17 collectivités nordiques lors de réunions;
  • Appel aux commentaires : 380 réponses à un sondage en ligne de Canadiens en général;
  • Examen documentaire : analyse de documents, y compris les observations formulées lors des consultations concernant le Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord;
  • Examen public de la version préliminaire du Plan de S-T : examen par près de 70 personnes et organismes de cinq régions du Nord (Nunavut, Territoires du Nord-Ouest, Yukon, Nunavik et Nunatsiavut);
  • À la lumière du Cadre, la prochaine étape consiste à élaborer conjointement un plan de mise en œuvre.

Mise en œuvre

« Un grand nombre de travaux de recherche sont réalisés dans le Nord, mais les programmes de recherche dans l’Arctique, les questions et les méthodes sont souvent déterminés dans le Sud… et les collectivités arctiques ne sont souvent pas mobilisées, consultées ou informées de manière significative. »

Ikaarvik & Ocean Wise

Après ses premiers efforts de mobilisation et les observations supplémentaires reçues, POLAIRE a adhéré à un processus d’élaboration conjointe en vue de mettre en œuvre le Cadre de S-T. Le processus fera appel aux Inuits, aux Premières Nations, aux Métis et aux résidents du Nord.

Le plan de mise en œuvre décrira les priorités élaborées conjointement, les questions de recherche détaillées, les méthodes et les activités visant à progresser en vue de l’atteinte de trois buts interreliés.

Dans le cadre de ce plan, de nouvelles connaissances seront élaborées conjointement grâce à une analyse des résultats des recherches provenant de plusieurs domaines d’étude. Elles seront ensuite résumées et diffusées en temps opportun à l’échelle nationale et internationale à titre de produits d’information accessibles.

La mise en œuvre sera orientée par les principes clés décrits à la figure 1.

POLAIRE atteindra ses résultats grâce aux éléments suivants :

Prestation directe : POLAIRE fait appel à ses propres employés et utilise ses propres fonds d’exploitation pour collaborer avec ceux qui ont des objectifs communs.

Soutien en nature : POLAIRE donne aux chercheurs accès au campus de la SCREA et au soutien technique de son personnel et accueille les chercheurs venus de partout au monde pour travailler auprès de chercheurs de Kitikmeot en vue de comprendre la région et les changements qui s’y opèrent.

Soutien financier : POLAIRE verse des subventions et des contributions conformément à ses objectifs à des bénéficiaires de l’externe par l’entremise de processus de financement ouverts et concurrentiels.

Recours à la capacité externe : POLAIRE exerce de l’influence pour amener d’autres intervenants à travailler aux priorités des résidents du Nord en vue d’atteindre des buts communs et de créer de nouvelles connaissances qui sont pertinentes à l’échelle locale et importantes à l’échelle mondiale.

POLAIRE s’efforce de lever les obstacles et d’accroître les possibilités de leadership autochtone et local en soutenant le perfectionnement des compétences, en permettant l’exposition aux carrières et en encourageant les jeunes autochtones à faire des études en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques.

En reconnaissant les peuples autochtones en tant que partenaires égaux investis d’une autorité légitime et en les faisant participer au processus décisionnel, POLAIRE fera preuve d’un leadership dans la manière dont le gouvernement du Canada aborde la recherche, l’élaboration des politiques et la gouvernance dans l’esprit de la réconciliation.

Figure 1 Principes et pratiques clés pour orienter la mise en œuvre

  • Élaboration conjointe : Mobiliser les partenaires autochtones afin d’élaborer conjointement un plan de mise en œuvre, lequel contiendrait les principes fondamentaux de la collaboration, les priorités, les méthodes et les démarches.
  • Collaboration : Collaborer avec les collectivités et organisations nordiques et autochtones, d’autres ministères, des établissements de recherche et le secteur privé, et exploiter les ressources pour respecter le Cadre et le plan de mise en œuvre.
  • Renforcement des capacités : Renforcer les capacités de surveillance communautaire et de recherche dirigée par les résidents du Nord au sein du leadership autochtone et local.
  • Participation de la collectivité : Soutenir le leadership communautaire dans le cadre d’initiatives de création du savoir, de la formation et de la mobilisation du savoir.
  • Mobilisation du savoir : Veiller à ce que le savoir autochtone et les constatations scientifiques créent de nouvelles connaissances dont l’ensemble des Canadiens peut se servir pour les politiques et les décisions, et adapter les produits du savoir aux divers auditoires.
  • Gestion des données : Favoriser la gérance améliorée des données et recourir aux méthodes standards, lorsqu’il y en a, pour veiller à ce que les métadonnées et les données produites soient faciles à trouver, accessibles et ouvertes conformément à l’éthique.

Cadre de S-T 2020-2025

Le Cadre de S-T est assorti de trois buts interreliés qui se fondent sur les observations formulées dans le cadre des activités de mobilisation des résidents du Nord et du public.

But 1

Améliorer les connaissances au sujet des écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce dynamiques du Nord dans un contexte de changement rapide

Il est reconnu que le savoir est nécessaire aux échelons locaux, régionaux et mondiaux pour mieux éclairer les modèles et les prévisions. Voici des exemples d’activités sur lesquelles POLAIRE et ses partenaires pourraient concentrer leurs efforts :

  • Collecte de données de base sur les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce, y compris les éléments abiotiques tels quel la cryosphère (pergélisol, neige et glace de mer);
  • Surveillance et modélisation intégrée des changements qui surviennent au sein des écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce pour lesquels des données de référence existent.

On s’attend à ce qu’une attention particulière soit portée aux aliments prélevés dans la nature, à l’état des réseaux trophiques et aux espèces dont la conservation est préoccupante.

Les progrès réalisés en vue de l’atteinte de ce but permettront de mieux comprendre les écosystèmes nordiques et leurs interactions, et de relever les espèces clés à évaluer et à surveiller.

But 2

Mieux comprendre les liens qui existent entre le bien-être des collectivités nordiques et la santé de l’environnement

Il est reconnu que les résidents du Nord pourraient profiter d’une meilleure compréhension de la manière dont les changements environnementaux influent sur la sécurité alimentaire, le bien-être des collectivités et les modes de vie traditionnels. Voici des exemples d’activités sur lesquelles POLAIRE et ses partenaires pourraient concentrer leurs efforts :

  • Activités de recherche dirigées par la communauté (dans les écosystèmes pour lesquels il existe des données à long terme) sur l’abondance et la diversité des aliments prélevés dans la nature et des prédateurs, y compris l’habitat et la manière dont ces changements influent sur la sécurité alimentaire et le bien-être;
  • Meilleure connaissance des maladies chez les animaux sauvages du Nord, y compris les répercussions sur les aliments prélevés dans la nature;
  • Meilleure compréhension des effets des changements environnementaux sur le bien-être des collectivités.

Les progrès réalisés en vue de l’atteinte de ce but permettront d’améliorer le bien-être des collectivités et de mieux comprendre ce qui suit :

  • Santé et dynamique des populations de poissons et d’animaux sauvages (p. ex. démographie, tendances, état corporel, incidence de la maladie) et répercussions sur la qualité et la présence d’aliments prélevés dans la nature;
  • Effets de la pollution locale et des activités humaines sur l’environnement (p. ex. qualité de l’air, qualité de l’eau) et sur le bien-être des collectivités;
  • Liens entre les activités humaines et les répercussions environnementales.

But 3

Promotion de solutions dans les domaines de l’énergie, de la technologie et de l’infrastructure pour les conditions environnementales, sociales et culturelles qui sont propres au Nord

Il est reconnu que les résidents du Nord se préoccupent de la qualité de l’eau et s’intéressent à des solutions rentables pour gérer l’eau et les eaux usées, à des solutions de rechange et à des ressources d’énergie renouvelables ainsi qu’à des technologies du bâtiment conçues pour les conditions nordiques. Voici des exemples d’activités sur lesquelles POLAIRE et ses partenaires pourraient concentrer leurs efforts :

  • Appui de la mise à l’essai et de la démonstration de solutions d’énergie propre (p. ex. stockage de l’énergie, biocarburants, technologies en matière d’énergie renouvelable) par l’industrie, les gouvernements et les universités avant leur mise en application dans les collectivités éloignées du Nord, y compris le soutien des technologies précommerciales et disponibles sur le marché;
  • Amélioration du traitement des déchets et des eaux usées en appuyant les technologies nouvelles et émergentes (p. ex. valorisation énergétique des déchets, eaux grises et eaux noires, habitations écologiques, recyclage) qui diminuent les pressions sur les lieux d’enfouissement et améliorent la qualité de l’eau. Il sera ainsi possible de réduire les risques pour la santé que posent le brûlage à ciel ouvert et la lixiviation des contaminants dans l’environnement;
  • Favoriser la conception de maisons novatrices, abordables et culturellement adaptées qui peuvent être construites et entretenues au moyen de matériaux durables et des ressources au sein des collectivités.

Les progrès réalisés en vue de l’atteinte de ce but permettront de mieux comprendre ce qui suit :

  • Technologies liées à l’énergie, aux déchets, aux eaux usées et aux logements qui conviennent aux collectivités éloignées du Nord;
  • Facteurs culturels, environnementaux et techniques propres au logement dans le Nord.

Savoir polaire Canada
Cadre de sciences et de technologie

2020-2025

Notre vision

Un avenir durable éclairé par le savoir et la collaboration

Survol

Voici un résumé du Cadre de sciences et de technologie (S-T) 2020-2025 de Savoir polaire Canada.

Élaboré avec la participation des collectivités autochtones et nordiques et d’autres Canadiens, le Cadre servira à orienter l’élaboration conjointe d’un plan de mise en œuvre. Ce plan décrira comment POLAIRE collaborera à la mise en œuvre du Cadre, y compris l’élaboration conjointe des priorités, des méthodes et des démarches.

But

Le Cadre de S-T décrit comment POLAIRE travaillera de concert avec les détenteurs du savoir autochtone, scientifique et technologique pour créer, synthétiser et mobiliser les connaissances en vue de mieux comprendre le Nord en évolution rapide et de s’y adapter. Le transfert des connaissances aux collectivités nordiques et aux décideurs favorise la prise de décisions durables et fondées sur des données probantes.

Principes et pratiques clés pour orienter la mise en œuvre

  • Élaboration conjointe
  • Collaboration
  • Renforcement des capacités
  • Participation des collectivités
  • Mobilisation du savoir
  • Gestion des données
Buts
Quelle lacune (savoir ou solution) doit être comblée?
Promotion du savoir
Quels changements pourraient être tirés ou quelles nouvelles connaissances pourraient être créées?
Mobilisation du savoir
Comment les données obtenues pourraient-elles être mises à profit et transmises?

But 1

Améliorer les connaissances concernant les écosystèmes terrestres, marins et d’eau douce dynamiques du Nord dans un contexte de changement rapide

  • Compréhension des écosystèmes nordiques et de leurs interactions
  • Identification des espèces à évaluer et à surveiller
  • Échange des connaissances, données et résultats avec les réseaux nationaux et internationaux et utilisation de cette information par ceux-ci
  • Transmission des résumés aux décideurs locaux, régionaux et nationaux
  • Activités qui complètent celles menées par les organisations locales, territoriales et fédérales

But 2

Mieux comprendre les liens entre le bien-être des collectivités nordiques et la santé de l’environnement

  • Compréhension de la santé et de la dynamique des populations de poissons et d’animaux sauvages et de leurs répercussions sur la qualité et la présence d’aliments prélevés dans la nature
  • Compréhension des effets de la pollution locale sur l’environnement et le bien être des collectivités
  • Compréhension des liens entre les activités humaines et les répercussions environnementales
  • Amélioration du bien-être des collectivités
  • Activités visant à soutenir et à compléter les travaux des gouvernements territoriaux et fédéral, des organisations autochtones nationales et des réseaux universitaires

But 3

Trouver des solutions durables dans les domaines de l’énergie, de la technologie et de l’infrastructure qui soient adaptées aux conditions environnementales, sociales et culturelles propres au Nord

  • Compréhension des technologies liées à l’énergie, aux déchets et aux eaux usées qui conviennent aux collectivités éloignées du Nord
  • Compréhension des facteurs culturels, environnementaux et techniques propres au logement dans le Nord
  • Diminution de la dépendance au diésel
  • Adoption de technologies convenables
  • Réduction des effets à long terme sur la santé et l’environnement du traitement de l’eau et des déchets
  • Démarche globale en vue de l’amélioration du logement
  • Données, résultats et connaissances pour renseigner les décideurs, les collectivités locales et les concepteurs de technologie
  • Activités pour compléter celles menées par les organisations fédérales et les réseaux universitaires

Note de bas de page

_________________________

  1. GIEC, 2018; Meakin et Kurvits, 2009
  2. Meltofte, 2013; AMAP 2017; GIEC 2018; Bush et Lemmen, 2019
  3. https://www.ic.gc.ca/eic/site/131.nsf/fra/h_00000.html
  4. https://www.ic.gc.ca/eic/site/131.nsf/fra/h_00000.html
  5. https://ouvert.canada.ca/fr/contenu/plan-daction-national-du-canada-pour-un-gouvernement-ouvert-de-2018-2020
  6. https://arctic-council.org/index.php/en/our-work2/8-news-and-events/488-science-agreement-entry-into-force
  7. https://www.itk.ca/national-strategy-on-research/
 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :