Une fonction publique numérique, selon Alex Benay

Transcription - Une fonction publique numérique, selon Alex Benay

Le centre d’expertise, c’est bien parce que les ministères, les agences sont très occupés; donc pour inventer quelque chose de nouveau, ça prend du temps, ça prend des ressources.

Bonjour mon nom est Alex Benay, je suis le Dirigeant principal de l information du Canada, et j aimerais vous faire part de huit points importants qui sont, pour moi, ce qu est le Canada numérique.

Donc, premièrement je dirais que le numérique c est tout ce que l on fait. Les jours où une compagnie est créée dans notre pays ou à travers le monde qui n est pas numérique et qui n est pas à base technologique sont finies.

C est important pour nous, en tant que fonction publique et en tant que gouvernement, que l on réalise que le numérique c est tout ce que l on fait. Que ça soit une politique, un programme, un service; tout est à base de numérique.

Je dirais aussi qu il faut changer notre modèle d engagement avec tous nos intervenants. Nous pouvons souvent prendre une à deux années à développer nos besoins d affaires en approvisionnement, et quatre à cinq ans à faire la mise en œuvre. Écoutez, c est un échéancier de cinq à huit ans qui est simplement trop long et trop étendu.

D ici huit ans, les technologies auront changé deux fois. Il faut qu on s habitue à relancer les données au public, travailler avec des nouveaux intervenants et partenaires, et livrer la chose de façon numérique et non analogue, donc d une manière différente, et plus exponentielle d avoir un engagement avec nos intervenants.

Il faut également réaliser en tant que pays qu il y a une rapidité qui est requise. Les plus petits pays dans le monde doivent changer leurs lois et leurs réglementations pour être capable de mettre en œuvre un monde numérique de façon plus rapide. Il y a une question de rapidité, donc les pays qui font cela le plus vite gagnent des opportunités économiques et sociales pour leurs citoyens. Nous devons adopter une rapidité d exécution par rapport à nos lois et à nos politiques au sein de la fonction publique.

Un autre point clé serait d opérer de façon ouverte et transparente le plus souvent possible. C est certain qu il va y avoir des situations dans lesquelles on ne pourra pas travailler de façon ouverte, mais dans la majorité des cas, nous devrions être dans une situation où nous pouvons développer nos politiques, nos logiciels, nos solutions et nos services de façon ouverte car nous pourrons avoir un engagement avec notre secteur privé, notre secteur académique, divers paliers gouvernementaux. Cela va créer un produit plus riche en fonction de la façon que nous travaillons de manière ouverte et transparente.

Tous nos employés gouvernementaux doivent s habituer à ne plus être les experts. Nous sommes activement en train de financer les secteurs comme l intelligence artificielle pour recruter des milliers de gens pour venir au Canada. On devrait être en position d accepter que nous ne sommes pas les experts en intelligence artificielle mais de travailler ouvertement avec les experts nationaux et internationaux dans le processus. Cela change la méthode de travailler et la méthode de penser.

Nous devons commencer à utiliser davantage de logiciels libres au sein de la fonction publique. Ça ne remplacera pas nos systèmes de courriels ou système financiers qui sont une commodité. Tout ce qui a rapport aux services aux citoyens, aux interventions avec nos intervenants devraient être développés en tant que logiciels libres car nous pourrions co-créer le système et la solution avec les gens avec qui nous allons faire affaire.

Le modèle de ressources humaines doit changer. Une carrière de 35 ans n est plus nécessairement un atout. Les gens sont habitués de changer de secteur, changer d emploi à tous les deux ou trois ans. Notre modèle des ressources humaines doit être capable de tenir compte de ce nouveau phénomène global mondial. Il faut changer l aspect que c est acceptable d avoir des gens qui rentrent ou sortent de la fonction publique de façon plus rapide.

Il faut absolument adopter une méthode de livraison de services de façon numérique de premier plan. Le numérique n est pas une option parmi tant d autres, c est l option primaire qu il faut choisir pour avoir une stratégie de service aux citoyens. On ne remplacera jamais les comptoirs physiques, mais il faut quand même s adapter au fait que dans un monde où Amazon livre notre marchandise chez nous en 48 heures, c est un problème dans la fonction publique que nous disons aux citoyens de venir chez nous pour recevoir un service. On devrait être en mesure de livrer le service chez eux, même le samedi matin, sur leur téléphone, pendant que les gens prennent leur café chez eux. C est un changement important de stratégie de service public à travers le pays

Huit facettes importantes pour un secteur public numérique. Je vous invite à m en parler en ligne. Je suis ouvertement disponible sur toutes les plateformes numériques. Merci.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :