Le ministre LeBlanc répond à des questions concernant les restrictions aux frontières

Déclaration

Moncton (Nouveau-Brunswick), le 18 mai 2021 – L’honorable Dominic LeBlanc, président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et ministre des Affaires intergouvernementales, a fait aujourd’hui la déclaration suivante :

« Depuis le début de la pandémie, le gouvernement du Canada a agi rapidement en se fondant sur des données probantes pour protéger les Canadiens. Il y a plus d'un an, le gouvernement du Canada a pris la décision sans précédent d'interdire les voyages non essentiels au Canada. Les mesures prises par le gouvernement du Canada ont entraîné une réduction de 96 % de la circulation aérienne et de 90 % de la circulation terrestre non commerciale au Canada, par rapport aux volumes enregistrés avant la pandémie.

« La troisième vague de COVID-19 est directement attribuable à la transmission communautaire. Selon les données de Santé publique Ontario, moins de 1 % des transmissions sont liées aux voyages internationaux. Des mesures de santé publique adéquates, comme le dépistage chez les personnes asymptomatiques dans les milieux de travail essentiels, les congés de maladie prescrits par la province et les efforts de vaccination accrus dans les points chauds, sont toutes nécessaires pour mettre fin à cette vague.

« Comme nous l'avons indiqué lors de la réunion des premiers ministres du 29 avril 2021 et dans une lettre datée du 7 mai 2021, notre gouvernement est prêt à discuter de demandes précises :

« Le gouvernement du Canada a imposé certaines des mesures frontalières internationales les plus strictes au monde. Le 22 avril, nous avons suspendu les vols directs en provenance de l'Inde et du Pakistan en raison des taux de positivité élevés, et nous avons modifié les exigences en matière de dépistage pour toute personne prenant un vol indirect en provenance de ces pays.

« Le faible pourcentage de ressortissants étrangers qui entrent au Canada se répartit comme suit : travailleurs essentiels, tels que les travailleurs de la santé et de la chaîne d'approvisionnement (57,7 %), étudiants (22 %), regroupement familial (14,6 %) et immigration (5,9 %). Si l'Ontario souhaite que d'autres restrictions soient imposées, le gouvernement provincial doit préciser lesquels de ces groupes doivent faire l’objet de restrictions supplémentaires, puis présenter une demande officielle.

« Nous sommes toujours heureux de discuter de moyens de travailler ensemble. Dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, nous avons fourni à l'Ontario des capacités supplémentaires en matière de tests PCR (réaction en chaîne de la polymérase). Il relève également de la compétence de l'Ontario d'instaurer une quarantaine pour les voyages intérieurs. Comme nous l'avons vu dans d'autres administrations, il s'agit d'une mesure de santé publique efficace. Nous nous tenons prêts à aider le gouvernement de l'Ontario s'il décide de mettre en place des mesures supplémentaires qui relèvent de sa compétence.

« La majorité des personnes qui traversent aux points d'entrée terrestres sont des fournisseurs de services essentiels, notamment des camionneurs et des infirmières. Alors que les voyageurs aériens qui entrent au pays sont acheminés vers quatre aéroports internationaux, il existe 117 points d'entrée terrestres différents. De plus, à moins d'en être exemptées, les personnes qui voyagent par voie terrestre font l'objet d'un dépistage complet à l'entrée, comme l'exige la Loi sur la quarantaine. Elles sont également soumises à toutes les autres mesures et exigences en matière de santé publique, y compris la présentation de renseignements obligatoires au moyen d'ArriveCAN, les tests de dépistage avant et après le passage de la frontière ainsi que la quarantaine (ou l'isolement) obligatoire. Depuis le 22 février 2021, plus de 99 % des voyageurs qui sont entrés au Canada par voie terrestre se sont conformés à l'exigence de dépistage avant l'arrivée ou ont été exemptés de cette exigence. Le gouvernement du Canada effectue un suivi régulier auprès des voyageurs pour assurer la conformité, et les organismes locaux d’application de la loi sont responsables des cas de non‑conformité. Nous encourageons fortement la province de l'Ontario à collaborer avec nous pour assurer le respect de ces règles.

« Notre priorité est de mettre en œuvre des mesures efficaces qui aideront les Canadiens à traverser cette pandémie. Travaillons ensemble dans l’intérêt supérieur de tous les Ontariens et de tous les Canadiens. »

Personnes-ressources

Pour de plus amples renseignements (médias seulement)

Kelly Ouimet
Directrice des communications
Cabinet du président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et ministre des Affaires intergouvernementales
343-552-3420

Relations avec les médias
Bureau du Conseil privé
613-957-5420

Restez branchés

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :