Discours de la ministre des Affaires étrangères à la conférence de presse annonçant que le Canada prolonge sa mission d’instruction militaire en Ukraine et renouvelle sa contribution militaire à l’appui de la stabilité au Moyen-Orient

Discours

Le 18 mars 2019 – Ottawa, Canada

Le discours prononcé fait foi. Ce discours a été traduit en conformité avec la Politique sur les langues officielles du gouvernement du Canada et révisé aux fins d’affichage et de distribution conformément à sa politique sur les communications.

Avant de commencer, j’aimerais reconnaître que nous sommes rassemblés sur les terres ancestrales de la Nation algonquine. Nous les reconnaissons comme les gardiens passés, présents et futurs de ce territoire.

Le Canada est fier de sa tradition de leader international.

Que ce soit face aux changements climatiques, au terrorisme et à la radicalisation ou aux conflits internationaux, la nécessité d'un leadership multilatéral canadien efficace n'a jamais été aussi grande qu'aujourd'hui.

Dans un instant, je vais passer la parole à mon collègue, le ministre Sajjan, pour qu’il fournisse des détails sur deux opérations militaires canadiennes importantes en Ukraine et en Irak, soient l’opération UNIFIER et l’opération IMPACT.

Tout d’abord, j’aimerais prendre quelques minutes pour discuter de la situation à laquelle sont confrontés les citoyens de l’Ukraine, de l’Irak, de la Syrie et du Moyen-Orient dans son ensemble – et des moyens que peut prendre le Canada pour aider.

Commençons avec l’Ukraine.

Certains d’entre vous savez que le cinquième anniversaire de l’invasion et de l’annexion illégales de la Crimée par la Russie a été souligné samedi dernier.

Depuis le début de l'occupation, les agents russes ont commis de graves violations des droits de la personne en Crimée, notamment : des arrestations arbitraires ; de la torture ; des détentions et des disparitions forcées; ainsi que des mauvais traitements infligés à la population tatare de Crimée et la destruction de leurs sites historiques.

En dépit de l’agression russe en cours en Crimée, dans l’est de l’Ukraine et dans le détroit de Kertch, le gouvernement ukrainien et le peuple Ukrainien ont démontré la fermeté de leur engagement envers les réformes démocratiques et économiques.

Je tiens à souligner que le ministre-conseiller de l'ambassade d'Ukraine, Yurii Nykutiuk, et l'attaché de défense, le colonel Viktor Siromakha, se sont joints à nous aujourd'hui.

Nous les félicitons de la constance de leurs efforts pour mettre en œuvre un vaste programme de réformes en vue d’une adhésion à l’OTAN.

C’est pourquoi le Canada organisera la troisième conférence sur les réformes en Ukraine à Toronto, du 2 au 4 juillet. Cette conférence ministérielle réunira des amis et des partenaires internationaux dans le but d’aider l’Ukraine à poursuivre ses réformes indispensables.

Le Canada assume également un rôle de premier plan alors que l’Ukraine se tourne vers ses élections, notamment avec la mission d’observation des élections de l'OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe] et notre propre mission bilatérale composée de centaines d'observateurs canadiens à court et à long terme.

La semaine dernière, nous avons annoncé que ce groupe serait dirigé par Lloyd Axworthy, un homme d’État canadien éminent et ami de longue date de l’Ukraine.

Outre le soutien aux observateurs d’élections, l’engagement de 24 millions de dollars du Canada servira à lutter contre la désinformation d’acteurs malveillants lors des premières élections qui auront lieu ce mois-ci. 

Vendredi, lors d’une autre manifestation de soutien à l’Ukraine, le Canada, l’Union européenne et les États-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions en réponse aux actes agressifs de la Russie dans la mer Noire et le détroit de Kertch, ainsi qu’à l’annexion illégale de la Crimée par la Russie.

L’Ukraine peut continuer à compter sur le soutien indéfectible du Canada.

Je vais maintenant aborder la question du Moyen-Orient et des crises qui affligent actuellement la Syrie et l’Irak et qui continuent de toucher toute la région. Je tiens à souligner qu’une diplomate de l'ambassade d'Iraq, Mme Kauther Alnadawi, s'est jointe à nous.

La situation dans ces pays continue de préoccuper grandement le Canada, et avec l’aide de nos alliés, nous continuons nos efforts envers une paix et une sécurité durable, notamment par le biais de notre commandement de la mission de formation de l’OTAN en Irak.

Alors que Daesh perd de plus en plus de territoire, un engagement permanent en faveur de la stabilité dans la région et de la responsabilité des personnes impliquées dans les crimes odieux de ce groupe seront essentiels pour assurer un meilleur avenir à la région.

En abordant le conflit en cours, nous devons également continuer à promouvoir le rôle des femmes dans le processus de paix, ainsi que dans toutes les questions de gouvernance, de sécurité et de stabilisation.

Nous sommes déterminés à répondre aux besoins des populations iraquiennes, syriennes et de la région, y compris en Jordanie et au Liban, qui ont été obligées de prendre en charge un nombre considérable de réfugiés au cours des dernières années.

Le Canada est là, et sera là, pour aider à créer les conditions propices à la stabilité et à la prospérité à long terme des populations.

Je me tourne vers le ministre Sajjan, qui parlera du rôle que le Canada continuera de jouer en Ukraine, ainsi qu’en Irak, en Syrie et dans la région. Merci.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :