Allocution de la ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international au sujet de la suppression des droits de douane américains sur l’aluminium canadien

Discours

Seul le texte prononcé fait foi. Ce discours a été traduit en conformité avec la Politique sur les langues officielles du gouvernement du Canada et révisé aux fins d’affichage et de distribution conformément à sa politique sur les communications.

Le 6 août dernier, les États-Unis ont annoncé leur décision de réimposer les droits de douane injustifiés et inacceptables au titre de l’article 232 sur les produits d’aluminium canadiens. Soyons clairs : ces tarifs sont injustifiés et inacceptables.

Le Canada n'est pas une menace pour la sécurité nationale des États-Unis. L'aluminium canadien renforce la sécurité nationale des États-Unis et ce, depuis des décennies, grâce à une coopération sans précédent entre nos deux pays. Le commerce de l'aluminium entre le Canada et les États-Unis est depuis longtemps mutuellement bénéfique pour nos deux pays, et les droits de douane auraient nui aux travailleurs et à l'industrie des deux côtés de la frontière, perturbant les chaînes d'approvisionnement imbriquées qui ont rendu l'aluminium nord-américain plus compétitif dans le monde entier.

Notre gouvernement a fait preuve de fermeté en faveur des travailleurs et l'industrie en annonçant immédiatement son intention d'imposer des contre-mesures dollar pour dollar en réponse directe, mesurée et proportionnelle à ces tarifs, à la suite des consultations avec les entreprises canadiennes, les organisations, les partenaires provinciaux et territoriaux et la population canadienne.

Aujourd’hui, les États-Unis ont annoncé leur intention d’éliminer ces droits de douane sur l’aluminium canadien rétroactivement au 1er septembre 2020. Le Canada salue cette décision. C’est la preuve de l’efficacité de l’approche de l’Équipe Canada ; nous avons tous travaillé sans relâche pour s’assurer que ces droits de douane injustifiés sur l’aluminium canadien soient supprimés.

Je tiens à remercier les gouvernements provinciaux, les travailleurs et l’industrie canadienne de l’aluminium, qui ont collaboré avec notre gouvernement en tant qu’Équipe Canada pour défendre les intérêts des travailleurs et de l’industrie de l’aluminium. En nous serrant les coudes et en restant fermement sur nos positions, nous avons obtenu le résultat que le Canada voulait au nom des Canadiens qui travaillent dur dans l'industrie de l'aluminium.

C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui que le Canada n’imposera pas de contre-mesures réciproques aux États-Unis. Soyons clair : le Canada n’a rien concédé. Nous conservons pleinement notre droit d'imposer nos contre-mesures si l'administration américaine décide de réimposer ses droits de douane sur les produits canadiens en aluminium, et nous sommes prêts à le faire. La devise canadienne a toujours été que nous n'intensifierons pas, mais que nous ne reculerons pas non plus.

J’ai informé les représentants de l’industrie canadienne de l’aluminium de ces heureux développements et leur ai garanti que le Canada défendra toujours nos travailleurs et toute l’industrie. Les derniers mois ont été incroyablement difficiles pour les Canadiens et, devant cette grande incertitude, nous avons travaillé avec des pays du monde entier pour protéger l’ensemble de la population et venir en aide à nos entreprises.

À une époque où nos propriétaires d'entreprises et nos travailleurs des deux côtés de la frontière sont confrontés à de graves difficultés économiques, ces droits de douane étaient la dernière chose dont ils avaient besoin. De plus, avec l'entrée en vigueur du nouvel ALENA - le 1er juillet de l'année dernière, le fait est que nous devons travailler ensemble pour stimuler la compétitivité en Amérique du Nord.

Grâce à de nouvelles règles d'origine strictes pour les automobiles, le nouvel ALENA garantit que 70 % de l'aluminium acheté par les constructeurs automobiles nord-américains sera produit en Amérique du Nord. L'industrie canadienne de l'aluminium, axée sur le marché, continuera de répondre aux demandes des consommateurs et de notre chaîne de valeur intégrée nord-américaine commune, comme elle l'a fait par le passé.

Le Canada a toujours été et restera la source d’approvisionnement en aluminium la plus stable et la plus fiable pour les États-Unis, et il est maintenant temps de travailler ensemble pour accroître la compétitivité de l’Amérique du Nord grâce au libre-échange, dans le cadre du nouvel ALENA. 

Aux milliers de Canadiens qui travaillent dur dans l'industrie de l'aluminium, nous sommes avec vous. Nous vous défendrons toujours, ainsi que l'ensemble de l'industrie de l'aluminium et les intérêts canadiens. Je passe maintenant la parole vers la vice-première ministre et ministre des finances, Chrystia Freeland. Merci. 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :