Le gouvernement du Canada investit 2,6 millions de dollars pour améliorer la croissance de la luzerne et mettre au point un système de crédits d’émission de carbone pour les prairies

Communiqué de presse

Le 19 juillet 2021 – Sawyerville (Québec) – Agriculture et Agroalimentaire Canada

Aujourd’hui, la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, l’honorable Marie-Claude Bibeau, a annoncé un investissement de plus de 2,6 millions de dollars. Ce financement est accordé à l’Association canadienne pour les plantes fourragères (ACPF) pour trois projets qui permettront d’évaluer et d’améliorer la croissance de la luzerne à l’aide de l’intelligence artificielle et de mettre au point un système canadien de crédits d’émission de carbone pour les prairies. La luzerne est une culture fourragère essentielle utilisée par les producteurs pour capturer et fixer le carbone, rendre des éléments nutritifs au sol et améliorer la qualité du sol.

La ministre Bibeau a fait cette annonce à la Bergerie Malvibois à Sawyerville, au Québec, l’un des principaux sites de collecte de données du projet.

Le financement sera réparti de la façon suivante :

  • Une somme pouvant atteindre 998 185 $ pour mettre au point un outil permettant d’améliorer le rendement et la valeur nutritive du fourrage des champs de luzerne à l’aide de l’intelligence artificielle. L’outil déterminera les facteurs agronomiques, climatiques et pédologiques susceptibles d’affecter le rendement de la luzerne. Il prédira également la perte potentielle de rendement et de valeur nutritive grâce à l’analyse des éléments nutritifs du sol et à des diagnostics sanitaires.
  • Une somme pouvant atteindre 996 190 $ pour la mise au point d’un outil pour évaluer et améliorer les taux de survie hivernale de la luzerne, grâce à l’intelligence artificielle, ainsi que la persistance, en combinant les données et l’imagerie à distance avec l’intelligence artificielle.
  • Une somme pouvant atteindre 621 572 $ pour élaborer un système d’assurance permettant aux agriculteurs de produire et de vendre des crédits d’émission de carbone, contribuant ainsi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la conservation des prairies canadiennes. L’Association canadienne pour les plantes fourragères prévoit que plus de 5 000 hectares de prairies canadiennes seront protégés par des accords de conservation des terres et que 10 000 tonnes d’équivalent dioxyde de carbone (t éq. CO2) seront économisées grâce à des crédits d’émission de carbone vérifiés par une tierce partie.

Ces projets aideront les agriculteurs à mieux comprendre la croissance de la luzerne et réduiront également les émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement du Canada s’est engagé à fournir aux agriculteurs des moyens nouveaux et novateurs d’améliorer le rendement de leurs cultures de couverture et de bâtir un secteur agricole durable.

Citations

« L’annonce d’aujourd’hui porte sur des projets qui contribueront à la mise au point d’outils qui permettront aux productrices et producteurs agricoles de produire et d’exporter plus de luzerne de meilleure qualité grâce à l’intelligence artificielle, ainsi que de vendre des crédits d’émission de carbone. »
- L’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire 

« L’Association canadienne pour les plantes fourragères est très enthousiaste à propos de ce financement du Programme canadien des priorités stratégiques de l’agriculture d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. La luzerne est un ingrédient important qui alimente de nombreux autres secteurs agricoles au Canada, et ce financement contribuera à fournir aux producteurs de fourrage de précieux outils d’aide à la décision pour le succès des cultures de luzerne. »
- Cedric MacLeod, directeur général de l’Association canadienne pour les plantes fourragères

Faits en bref

  • Le financement des deux premiers projets vient du Programme canadien de priorités stratégiques de l’agriculture (PCPSA). Le PCPSA favorise la participation du secteur agricole canadien à l’atteinte des objectifs stratégiques et de croissance du gouvernement du Canada en investissant dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre par le secteur d’outils et de stratégies pour saisir les occasions créées par ces objectifs et en tirer parti. Ces projets comprennent un réseau de 40 agronomes et de 225 exploitations pour la collecte des données.

  • Les fonds du troisième projet viennent du Programme Agri-assurance, qui finance des projets, au niveau national, destinés à aider l’industrie à élaborer et à adopter des systèmes, des normes et des outils permettant d’étayer des allégations relatives à la santé et à la sécurité des produits agricoles et agroalimentaires canadiens.

  • Constituée en 2010, l’Association canadienne pour les plantes fourragères est la porte-parole nationale de tous les secteurs de l’industrie fourragère et herbagère. Son rôle principal est de soutenir l’industrie vigoureuse des fourrages et de réaliser le potentiel du marché intérieur et d’exportation des fourrages.

Liens connexes

Personnes-ressources

Oliver Anderson
Directeur des communications
Cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
oliver.anderson@agr.gc.ca
613-462-4327

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
613‑773‑7972
1‑866‑345‑7972
aafc.mediarelations‑relationsmedias.aac@agr.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter, Facebook, et LinkedIn
Site Web: Agriculture et Agroalimentaire Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :