Discours du greffier à l’occasion du symposium sur l'inclusivité D'ISDE

Discours

6 avril 2017
Le texte prononcé fait foi.

Merci John. Ces séances et occasions de discuter avec vous, les fonctionnaires, sont très importantes pour moi parce qu’elles me permettent de prendre connaissance de vos idées et de vos observations.

Je sais que vous avez eu une formation sur les préjugés inconscients ce matin, et on aura tendance à me voir comme un de ces vieux hommes blancs anglophones dans la fonction publique, ce que je suis, en plus d’être un baby-boomer. Et je ne m’en cache pas. J'ai bien d'autres côtés à ma personnalité et j'ai vécu une multitude d'expériences. Pendant une bonne partie de ma vie, j'ai vécu au sein d'une famille allemande. Ma fille est Coréenne et elle est en train de découvrir ses racines. D’ailleurs, nous nous rendrons en Corée plus tard cette année. Ma famille et moi composons également avec des problèmes de santé mentale.

Nous devons nous percevoir autrement qu'en fonction d'un organigramme, d'un titre ou même de notre emploi actuel, mais en tant qu'êtres humains. Notre travail est axé sur les gens, et je crois que ce sujet sera au cœur des discussions aujourd'hui.

Le gouvernement a élaboré un portefeuille complexe et vaste pour stimuler la croissance économique de ce pays – d'où proviendront la richesse, les débouchés et les emplois de l'avenir? Vous avez un ministre fort occupé, appuyé par deux autres ministres et un sous-ministre tout aussi occupé, dont le portefeuille est maintenant assorti d'éléments concernant le financement d'entreprises. Vous avez aussi des établissements se consacrant à la science, à la recherche et à la technologie ainsi que des organismes de développement régional, sans compter les principales composantes du Ministère, qui sont là depuis longtemps. Il s'agit d'une occasion extraordinaire d'harmoniser tous ces éléments.

Le gouvernement a déposé son deuxième budget la semaine dernière, et, comme vous pouvez le constater, il est fermement résolu à conserver la place du Canada dans le monde et à créer des emplois et des occasions pour des gens comme mon fils et d'autres jeunes Canadiens en s'employant à chercher les sources de la richesse et des occasions dans un monde en constante évolution.

Sachez que vous travaillez dans un secteur très fascinant du gouvernement fédéral à un moment des plus intéressants de l'histoire de notre pays. Je vous remercie pour le travail que vous accomplissez.

En tant que pays et que fonction publique, nous participons à une aventure où la diversité ne suffit pas. En effet, la diversité représente un fondement où il est important que la fonction publique soit représentative et inclusive. La diversité sans inclusion ne nous mènera pas là où nous voulons aller comme pays. La partie réellement importante est l'inclusion, ce qui signifie que l'opinion de tous les employés est entendue, que leurs idées et leur valeur sont valorisées et qu'ils participent aux discussions qui façonnent les politiques, les services, le milieu de travail et le bien-être.

Tous, c'est-à-dire toutes les générations depuis les baby-boomers jusqu'aux membres de la génération Y, doivent sentir qu'ils sont valorisés et écoutés lorsqu'ils se joignent à un milieu de travail comme le nôtre et qu'ils peuvent avoir une influence positive, et cela n'est pas facile.

C’est un défi au sein d'une société. Le Canada s'en sort plutôt bien à ce chapitre, mais il s'agit tout de même d'une tâche qui n'est pas terminée. Il y a encore des personnes qui ne sont pas pleinement incluses dans l'aventure canadienne, et nous nous employons à pallier la situation en tant que société.

Ce n'est pas facile pour une organisation comme la fonction publique fédérale, composée de 250 000 personnes réparties dans 300 organisations qui ont chacune un mandat et des secteurs d'activité différents et nécessitent une certaine structure, des processus et des rapports hiérarchiques, d’accomplir son mandat. La fonction publique est une structure verticale dont les responsabilités sont réparties entre 30 ministres, qui rendent compte devant le Parlement et les Canadiens. Ce n'est pas une mince tâche. Et nous avons besoin de vos opinions et idées sur la façon d'y parvenir.

Notre pays s'investit pleinement dans la discussion sur la santé mentale et le bien-être, qui a commencé avec le rapport Kirby et une commission. Je crois que nous avons fait d'énormes progrès en tant que fonction publique, qu’employeur le plus important et qu’effectif le plus imposant au pays, mais il y a encore beaucoup de travail que nous pouvons accomplir.

Nous nous approchons de la fin de la première étape, et, avec le recul, nous en parlerons comme d'une étape facile qui a permis de lutter contre le jugement moral négatif, de décrire les problèmes et enjeux et d'avoir des discussions honnêtes sur la santé mentale et le bien-être mental.

Maintenant, nous passons à l'étape difficile, qui est de réellement passer à l'action. Il y a des liens avec les pratiques de gestion. En effet, les mauvaises pratiques de gestion font partie des causes profondes du stress en milieu de travail et des problèmes de santé mentale.

Comment gérer ces enjeux? Les problèmes de santé mentale sont enchevêtrés dans nos processus de grief et de recours. Comment démêler le tout et aiguiller les personnes vers les ressources en bien-être? Comment créer les conditions propices pour que les personnes soient résilientes et en santé alors que le travail continue d'affluer?

Les Canadiens en veulent plus, plus rapidement et plus efficacement; et ce phénomène s'accentue constamment. Nous devons toujours réfléchir à la façon dont nous menons nos activités et revoir nos politiques, nos processus opérationnels et nos institutions. Ce que nous faisons ne change pas beaucoup. Nous appuyons le gouvernement et offrons des services aux Canadiens. La façon dont nous le faisons, par contre, doit changer. Nous devons répondre aux attentes des Canadiens. Ils veulent obtenir leurs services sur des appareils mobiles, 24 heures sur 24, tous les jours. Ils veulent des services très personnalisés et adaptés. Les ministres doivent débattre des enjeux stratégiques et obtenir des conseils en deux fois moins de temps qu'ils le faisaient il y a 10 ans.  

Le rythme est effréné; le volume de travail est imposant. Bon nombre de personnes au sein de l'organisation contribuent à ces débats sur des programmes stratégiques et des services. J'ai coutume de dire qu'un citoyen ayant un téléphone cellulaire et un compte Google est un analyste des politiques maintenant, et contribue à ces débats. C'est une très bonne chose pour la démocratie, mais en même temps, cela rend très difficile le rôle traditionnel des fonctionnaires qui appuient les ministres et le gouvernement élu.

Nous devrons donc faire preuve de créativité par rapport à nos façons de faire. Nous tenons un bon discours pour ce qui est de l'innovation et nous accomplissons de grandes choses. Selon moi, pour l'avenir, le plus gros défi ne sera pas de créer des regroupements d'entreprises en démarrage dans le corridor Toronto-Waterloo, j'ai bon espoir que nous le ferons; ce sera plutôt de prendre des institutions, comme Postes Canada, la Société Radio-Canada ou la fonction publique du Canada de façon générale et de les rendre plus novatrices, souples, axées sur le service et en mesure d'utiliser plus efficacement la technologie pour renforcer l'autonomie des gens. Permettons aux gens de se concentrer sur ce qui est vraiment important pour les Canadiens. L'innovation dans le secteur public, dans l'arène du débat public politique, c'est complexe, mais je crois que nous y arriverons.

Nous avons l'occasion de faire preuve de leadership, d'orienter la discussion, de prendre des décisions et de transformer les discussions sur l'inclusion en intention et de réellement passer à l'action. Toutefois, nous ne pouvons pas nous éloigner de ce que nous savons ou de ce que nous avons appris. Nous sollicitons vos commentaires, vos idées, votre créativité, vos suggestions.

J’aimerais vous remercier à l'avance pour votre soutien; vous serez extrêmement sollicités pendant la prochaine année à titre de ministère responsable de programme d'innovation du gouvernement du Canada.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :