2010 RFPH - Chapitre 4 : Emploi

L’emploi est un aspect important de la vie adulte. Travailler offre de nombreux avantages positifs aux travailleurs, notamment un revenu d’emploi, un sentiment d’accomplissement et des réseaux sociaux élargis. Au Canada, la Loi sur l’équité en matière d’emploi vise à éliminer les obstacles systémiques à l’emploi et à ouvrir des portes aux travailleurs handicapés. Cependant, même si des portes leur sont ouvertes, de nombreux travailleurs handicapés doivent surmonter des obstacles et avoir recours à des mesures d’adaptation pour obtenir et conserver un emploi.

Sujets

Équité en emploi

Le gouvernement a établi des objectifs légiférés d'équité en matière d'emploi Note de bas de page 20 . Chaque année, les gros employeurs Note de bas de page 21 de l’administration fédérale doivent rendre compte des progrès qu’ils ont accomplis dans l’atteinte de ces objectifs. Ces derniers correspondent au pourcentage des postes qui doivent être occupés par les quatre groupes désignés aux fins de l’équité en emploi : les personnes handicapées, les femmes, les Autochtones et les membres des minorités visibles. Les objectifs sont établis de façon à correspondre au pourcentage de disponibilité de chaque groupe désigné en fonction de la part de l’effectif engagé par les employeurs Note de bas de page 22 .

De 2006 à 2007, le taux de représentation des personnes handicapées au sein de la population active est demeuré stable. Toutefois, les personnes handicapées demeurent sous-représentées dans le secteur privé sous réglementation fédérale (ce secteur englobe les banques, la radiodiffusion et la télédiffusion) Note de bas de page 23 . La fonction publique fédérale continue d’embaucher des personnes handicapées à un taux supérieur au taux de disponibilité.

Le tableau 4.1 présente les taux de représentation de 2006 et 2007 ainsi que les taux de disponibilité de 2001 pour les personnes handicapées dans chaque secteur régi par la Loi sur l’équité en matière d’emploi. Dans le secteur public, on constate un taux de représentation stable depuis 2001, avec des hausses minimales entre 2001 et 2007.

Tableau 4.1 : Taux de représentation et de disponibilité chez les adultes handicapés en âge de travailler (%)
Taux de représentation Taux de disponibilité
2007 2006 2001
Secteur privé
Total du secteur privé 2,7 2,7 5,8
Secteur public
Fonction publique fédérale 5,9 5,7 3,6
Employeurs distincts 4,9 5,0 5,8
Autres employeurs du secteur public 1,4 1,4 5,8
Total du secteur public 4,2 4,1 4,7
Total des deux secteurs 3,2 3,2 5,4
Description textuelle du tableau 4.1

Le tableau indique les taux de représentation et de disponibilité chez les adultes handicapés en âge de travailler en 2007 (en pourcentage).

Le taux de représentation est exprimé en pourcentage pour 2007 et 2006 et le taux de disponibilité est exprimé en pourcentage pour 2001.

Le tableau indique le taux de représentation dans le secteur privé et le secteur public, de même que le total des deux secteurs.

Dans le secteur privé, pour ce qui est du total du secteur privé, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 2,7 p. 100 en 2007 et de 2,7 p. 100 en 2006. Le taux de disponibilité est de 5,8 p. 100 en 2001.

Dans le secteur public, pour ce qui est de la fonction publique fédérale, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 5,9 p. 100 en 2007 et de 5,7 p. 100 en 2006. Le taux de disponibilité est de 3,6 p. 100 en 2001.

En ce qui concerne les employeurs distincts du secteur public, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 4,9 p. 100 en 2007 et de 5,0 p. 100 en 2006. Le taux de disponibilité est de 5,8 p. 100 en 2001.

En ce qui concerne les autres employeurs du secteur public, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 1,4 p. 100 en 2007 et de 1,4 p. 100 en 2006. Le taux de disponibilité est de 5,8 p. 100 en 2001.

Pour ce qui est du total des employeurs du secteur public, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 4,2 p. 100 en 2007 et de 4,1 p. 100 en 2006. Le taux de disponibilité est de 4,7 p. 100 en 2001.

En ce qui a trait au total des secteurs privé et public, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 3,2 p. 100 en 2007 et de 3,2 p. 100 en 2006. Le taux de disponibilité total des deux secteurs est de 5,4 p. 100.

Source: Loi sur l’équité en matière d’emploi : Rapport annuel 2008.

Au sein du secteur privé, les banques présentent le taux de représentation le plus élevé des personnes handicapées. Le tableau 4.2 indique que les taux de représentation ont augmenté de façon constante dans le secteur bancaire. En revanche, les taux de représentation du secteur des transports sont demeurés stables ou ont diminué depuis 2001.

Tableau 4.2 : Taux de représentation dans certains segments du secteur privé pour les adultes handicapés en âge de travailler, 2007 (%)
Secteur 2001 2006 2007
Banques 2,0 3,4 3,6
Communications 2,3 2,5 2,5
Transports 2,4 2,3 2,1
Autre 2,7 2,3 2,3
Tous les secteurs 2,3 2,7 2,7
Description textuelle du tableau 4.2

Le tableau indique les taux de représentation dans certains segments du secteur privé pour les adultes handicapés en âge de travailler en 2007 (en pourcentage)

Le tableau contient quatre colonnes. La première indique le type d’industrie du secteur privé qui est évalué, et les trois autres présentent le taux de représentation en pourcentage pour les adultes handicapés en âge de travailler en 2001, 2006 et 2007.

Dans le secteur bancaire, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 2,0 p. 100 en 2001, de 3,4 p. 100 en 2006 et de 3,6 p. 100 en 2007.

Dans le secteur des communications, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 2,3 p. 100 en 2001, de 2,5 p. 100 en 2006 et de 2,5 p. 100 en 2007.

Dans le secteur des transports, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 2,4 p. 100 en 2001, de 2,3 p. 100 en 2006 et de 2,1 p. 100 en 2007.

Dans tous les autres secteurs, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 2,7 p. 100 en 2001, de 2,3 p. 100 en 2006 et de 2,3 p. 100 en 2007.

Dans tous les secteurs, le taux de représentation des adultes handicapés en âge de travailler est de 2,3 p. 100 en 2001, de 2,7 p. 100 en 2006 et de 2,7 p. 100 en 2007.

Source : Loi sur l’équité en matière d’emploi : Rapport annuel 2008.

Les dispositions législatives sur l’équité en emploi et les droits de la personne sont des moyens légaux que peuvent utiliser les décideurs pour garantir l’accès au marché du travail à toutes les personnes handicapées. Le vieillissement de la population canadienne a de nombreuses répercussions sur les personnes handicapées. Les taux d’incapacité augmentent avec l’âge; il est donc probable que l’incapacité deviendra plus courante au sein de notre main-d’œuvre vieillissante. Par conséquent, un moyen d’accroître l’offre de main-d’œuvre et de remédier à la pénurie de travailleurs qualifiés consiste à maximiser la participation des personnes handicapées au marché du travail.

Participation à la vie active

La participation à la vie active Note de bas de page 24 est importante pour la sécurité financière et l’autonomie. De nombreuses personnes handicapées doivent surmonter des obstacles liés au travail et des difficultés auxquels ne sont pas confrontées les personnes non handicapées. Les personnes handicapées peuvent être limitées sur le plan des tâches qu’elles peuvent accomplir au travail ou encore avoir besoin de modifications du lieu de travail ou de modalités de travail souples que les employeurs refusent parfois d’accorder ou de payer.

En plus des problèmes liés aux mesures d’adaptation, les travailleurs handicapés sont confrontés aux problèmes de la discrimination de la part de l’employeur et de l’exclusion sociale. La jurisprudence établit que les employeurs canadiens sont tenus de fournir aux employés des mesures d’adaptation raisonnables, à moins que cela n’impose une contrainte excessive. L’examen des caractéristiques des adultes handicapés en âge de travailler qui ne sont pas sur le marché du travail pourrait fournir quelques pistes quant aux raisons pour lesquelles de nombreuses personnes handicapées ne participent pas à la vie active ainsi que des idées de types de modifications et de solutions qui leur permettraient d’intégrer le marché du travail.

Le taux d’activité global des adultes handicapés en âge de travailler est de 59,6 p. 100 (1 379 325 personnes). En comparaison, le taux d’activité chez les adultes non handicapés en âge de travailler est de 80,2 p. 100 (15 163 250 personnes). Le graphique 4.3 indique que le taux d’activité des personnes ayant une incapacité légère est supérieur à celui des personnes ayant des incapacités moyennes, graves ou très graves.

Graphique 4.3 : Taux d’activité des adultes en âge de travailler, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2006 (%)

Une description textuelle du graphique 4.3 est disponible ci-dessous
Description textuelle du graphique 4.3

Le graphique à colonnes indique les taux d’activité des adultes en âge de travailler, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2006 (en pourcentage).

Le graphique est divisé en cinq catégories de groupe d’âge, qui se trouvent de gauche à droite le long de l’axe horizontal :

  • 15 à 19 ans
  • 20 à 24 ans
  • 25 à 54 ans
  • 55 à 64 ans
  • Total

Chaque catégorie compte quatre sections (quatre colonnes) :

  • Légère
  • Moyenne
  • Grave à très grave
  • Aucune incapacité

L’axe vertical représente le taux d’activité en pourcentage, qui augmente par intervalles de 10, allant de 0 à 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité légère est de 50,4 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité moyenne est de 34,4 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 27,3 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui n’ont aucune incapacité est de 51,4 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité légère est de 76,7 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité moyenne est de 65,4 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 41,3 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui n’ont aucune incapacité est de 81,5 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité légère est de 79,2 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité moyenne est de 70,3 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 51,9 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui n’ont aucune incapacité est de 88,2 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité légère est de 57,3 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité moyenne est de 41,9 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 31,5 p. 100.

Le taux d’activité des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui n’ont aucune incapacité est de 80,2 p. 100.

Le taux d’activité total des adultes en âge de travailler qui ont une incapacité légère est de 72,6 p. 100.

Le taux d’activité total des adultes en âge de travailler qui ont une incapacité moyenne est de 61,8 p. 100.

Le taux d’activité total des adultes en âge de travailler qui ont une incapacité grave à très grave est de 45,2 p. 100.

Le taux d’activité total des adultes en âge de travailler qui n’ont aucune incapacité est de 80,2 p. 100.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2006.

Le taux d’activité est plus élevé chez les jeunes adultes handicapés en âge de travailler avec 66,0 p. 100. Bien que ce taux soit supérieur au taux d’activité global des personnes handicapées, il est de 14,2 p. 100 inférieur au taux global des personnes non handicapées. Les adultes ayant des incapacités graves à très graves, en particulier dans le groupe d’âge des 20 à 24 ans, présentent un taux d’activité nettement inférieur à celui des adultes ayant des incapacités légères et moyennes (41,3 p. 100 comparativement à 76,7 p. 100 et 65,4 p. 100 respectivement).

Emploi

Le taux d’emploi des adultes handicapés en âge de travailler est nettement inférieur au taux des adultes non handicapés en âge de travailler (53,5 p. 100 comparativement à 75,1 p. 100). Parmi les personnes ayant un emploi, 82,8 p. 100 des personnes ayant de très graves incapacités sont limitées par leurs incapacités au travail, comparativement à 27,2 p. 100 chez les personnes ayant des incapacités légères.

Le graphique 4.4 indique que l’écart le plus grand entre le taux d’emploi des personnes handicapées et non handicapées se situe au sein du groupe des jeunes adultes en âge de travailler. Le taux d’emploi des personnes handicapées de ce groupe d’âge est de 60,2 p. 100, comparativement à 83,7 p. 100 pour les personnes non handicapées.

Graphique 4.4 : Taux d’emploi des adultes en âge de travailler, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2006 (%)

Une description textuelle du graphique 4.4 est disponible ci-dessous
Description textuelle du graphique 4.4

Le graphique à colonnes indique les taux d’emploi des adultes en âge de travailler, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2006 (en pourcentage)

Le graphique est divisé en cinq catégories de groupe d’âge, qui se trouvent de gauche à droite le long de l’axe horizontal :

  • 15 à 19 ans
  • 20 à 24 ans
  • 25 à 54 ans
  • 55 à 64 ans
  • Total

Chaque catégorie compte quatre sections (quatre colonnes) :

  • Légère
  • Moyenne
  • Grave à très grave
  • Aucune incapacité

L’axe vertical représente le taux d’emploi en pourcentage, qui augmente par intervalles de 10, allant de 0 à 90.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité légère est de 40,7 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité moyenne est de 26,9 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 19,7 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui n’ont aucune incapacité est de 43,3 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité légère est de 66,6 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité moyenne est de 56,6 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 31,9 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui n’ont aucune incapacité est de 73,4 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité légère est de 74,2 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité moyenne est de 65,4 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 44,6 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui n’ont aucune incapacité est de 83,7 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité légère est de 54,4 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité moyenne est de 39,0 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 28,5 p. 100.

Le taux d’emploi des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui n’ont aucune incapacité est de 61,6 p. 100.

Le taux d’emploi total des adultes âgés de 15 à 64 ans qui ont une incapacité légère est de 66,9 p. 100.

Le taux d’emploi total des adultes âgés de 15 à 64 ans qui ont une incapacité moyenne est de 56,5 p. 100.

Le taux d’emploi total des adultes âgés de 15 à 64 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 38,3 p. 100.

Le taux d’emploi total des adultes âgés de 15 à 64 ans qui n’ont aucune incapacité est de 75,1 p. 100.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2006.

Les taux d’emploi des personnes ayant des incapacités graves à très graves sont nettement inférieurs à ceux des personnes ayant des incapacités légères, et ce, pour tous les groupes d’âge. Parmi les adultes en âge de travailler, le taux d’emploi des personnes ayant une incapacité légère est de 66,9 p. 100, comparativement à 38,3 p. 100 pour les personnes ayant des incapacités graves à très graves. En fait, les taux d’emploi des personnes ayant une incapacité légère sont un peu inférieurs à ceux des personnes non handicapées.

Près de la moitié (48,9 p. 100) des personnes handicapées effectuent toujours le même travail qu’ils effectuaient avant leur incapacité. Parmi ceux dont le travail a changé par suite de leur incapacité, 77,5 p. 100 ont de nouvelles responsabilités en raison de leur incapacité. Lorsque de nouvelles incapacités se manifestent, plus de la moitié des personnes (55,7 p. 100) travaillent moins. Seulement 11,6 p. 100 travaillent plus et 32,7 p. 100 ne perçoivent aucun changement dans leur charge de travail.

Sur le plan de l’avancement professionnel ou de la capacité de changer d’emploi, 62,0 p. 100 des travailleurs handicapés estiment que leur incapacité n’aura pas d’incidence. La plupart de ces travailleurs sont des personnes ayant des incapacités légères ou moyennes. Il n’est pas étonnant de constater que les personnes ayant des incapacités graves sont moins optimistes : 69,7 p. 100 des personnes ayant des incapacités très graves estiment que leurs incapacités nuiront fortement à leur avancement professionnel ou à un éventuel changement d’emploi.

Profession

La participation à la vie active ne se limite pas à l’obtention d’un revenu. Un emploi enrichissant dépend de différents facteurs comme la scolarité et le type de profession Note de bas de page 25 . Les types de professions choisis par les personnes handicapées varient en fonction du sexe, du niveau de scolarité, du lieu de résidence ainsi que du type et de la gravité de l’incapacité, parmi de nombreux autres facteurs similaires à ceux qui influencent les personnes non handicapées.

Le tableau 4.5 révèle que les personnes handicapées sont plus susceptibles d’être embauchées dans certains emplois. Dans l’ensemble, par rapport aux personnes non handicapées, les personnes handicapées travaillent plus souvent dans les domaines des arts, de la culture, des loisirs et des sports, de la vente et des services, des métiers, du transport et de la machinerie, et des professions du secteur primaire.

Tableau 4.5 : Professions des adultes en âge de travailler selon la situation relative à l’incapacité et selon le sexe, 2006 (%)
Secteur professionnel Femmes Hommes Total
Handicapées Non handicapées Total Handicapés Non handicapés Total Personnes handicapées Personnes non handicapées Total
Gestion  4,1  7,2  6,9  8,6 11,2 11,0  6,3  9,3  9,0
Affaires, finances et administration 24,1 27,0 26,7  9,1  9,7  9,6 16,8 17,9 17,8
Sciences naturelles et appliquées  2,0  3,0  2,9  7,8 10,3 10,1  4,8  6,8  6,6
Secteur de la santé  8,4  9,2  9,2  1,0  1,9  1,8  4,8  5,3  5,3
Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion 10,6 11,3 11,2  3,8  4,7  4,7  7,3  7,9  7,8
Arts, culture, loisirs et sports  4,3  3,7  3,8  3,5  3,0  3,0  3,9  3,3  3,4
Ventes et services 37,7 30,3 31,0 24,4 20,8 21,1 31,3 25,4 25,8
Métiers, transport et machinerie  2,9  2,0  2,1 27,3 25,7 25,9 14,8 14,4 14,5
Secteur primaire  1,7  1,7  1,7  6,2  5,5  5,6  3,9  3,7  3,7
Transformation, fabrication et services d’utilité publique  4,2  4,7  4,6  8,5  7,2  7,3  6,2  6,0  6,0
Description textuelle du tableau 4.5

Le tableau décrit les secteurs professionnels selon la situation relative à l’incapacité pour les femmes handicapées en âge de travailler, les femmes non handicapées en âge de travailler, et le total des femmes embauchées dans le secteur (en pourcentage); pour les hommes handicapés en âge de travailler, les hommes non handicapés en âge de travailler, et le total des hommes embauchés dans le secteur (en pourcentage); le total des personnes handicapées, le total des personnes non handicapées, et le total des personnes embauchées dans le secteur, sans égard à l’invalidité (en pourcentage).

Une proportion de 4,1 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur de la gestion, et 7,2 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 6,9 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur de la gestion. Une proportion de 8,6 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur de la gestion, et 11,2 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 11,0 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur de la gestion. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 6,3 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur de la gestion, et 9,3 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 9,0 p. 100 des hommes et des femmes ont travaillé dans le secteur de la gestion.

Une proportion de 24,1 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel des affaires, des finances et de l’administration, et 27,0 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 26,7 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur des affaires, des finances et de l’administration. Une proportion de 9,1 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur professionnel des affaires, des finances, et de l’administration, et 9,7 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 9,6 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur des affaires, des finances et de l’administration. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 16,8 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur professionnel des affaires, des finances et de l’administration, et 17,9 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 17,8 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur des affaires, des finances et de l’administration.

Une proportion de 2,0 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel des sciences naturelles et appliquées, et 3,0 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 2,9 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur des sciences naturelles et appliquées. Une proportion de 7,8 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des sciences naturelles et appliquées, et 10,3 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 10,1 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur des sciences naturelles et appliquées. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 4,8 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des sciences naturelles et appliquées, et 6,8 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 6,6 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur des sciences naturelles et appliquées.

Une proportion de 8,4 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel de la santé, et 9,2 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 9,2 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur de la santé. Une proportion de 1,0 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur de la santé, et 1,9 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 1,8 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur de la santé. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 4,8 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur de la santé, et 53 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 5,3 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur de la santé.

Une proportion de 10,6 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion, et 11,3 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 11,2 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion. Une proportion de 3,8 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion, et 4,7 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 4,7 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 7,3 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion, et 7,9 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 7,8 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion.

Une proportion de 4,3 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel des arts, de la culture, des loisirs et des sports, et 3,7 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 3,8 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur des arts, de la culture, des loisirs et des sports. Une proportion de 3,5 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur professionnel des arts, de la culture, des loisirs et des sports, et 3,0 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 3,0 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur des arts, de la culture, des loisirs et des sports. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 3,9 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des arts, de la culture, des loisirs et des sports, et 3,3 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 3,4 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur des arts, de la culture, des loisirs et des sports.

Une proportion de 37,7 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel des ventes et des services, et 30,3 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 31,0 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur des ventes et des services. Une proportion de 24,4 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur professionnel des ventes et des services, et 20,8 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 21,1 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur des ventes et des services. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 31,3 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des ventes et des services, et 25,4 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 25,8 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur des ventes et des services.

Une proportion de 2,9 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel des métiers, du transport et de la machinerie, et 2,0 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 2,1 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur des métiers, du transport et de la machinerie. Une proportion de 27,3 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des métiers, du transport et de la machinerie, et 25,7 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 25,9 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur des métiers, du transport et de la machinerie. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 14,8 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur des métiers, du transport et de la machinerie, et 14,4 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 14,5 p. 100 des femmes et des hommes ont travaillé dans le secteur des métiers, du transport et de la machinerie.

Une proportion de 1,7 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur primaire, et 1,7 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 1,7 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur primaire. Une proportion de 6,2 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur primaire, et 5,5 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 5,6 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur primaire. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 3,9 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur primaire, et 3,7 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 3,7 p. 100 des hommes et des femmes ont travaillé dans le secteur primaire.

Une proportion de 4,2 p. 100 des femmes handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans le secteur professionnel de la transformation, de la fabrication et des services d’utilité publique, et 4,7 p. 100 des femmes non handicapées en âge de travailler ont été embauchées dans ce secteur. Au total, 4,6 p. 100 des femmes ont travaillé dans le secteur de la transformation, de la fabrication et des services d’utilité publique. Une proportion de 8,5 p. 100 des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur professionnel de la transformation, de la fabrication et des services d’utilité publique, et 7,2 p. 100 des hommes non handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans ce secteur. Au total, 7,3 p. 100 des hommes ont travaillé dans le secteur de la transformation, de la fabrication et des services d’utilité publique. En ce qui a trait aux deux sexes, au total, 6,2 p. 100 des femmes et des hommes handicapés en âge de travailler ont été embauchés dans le secteur professionnel de la transformation, de la fabrication et des services d’utilité publique, et 6,0 p. 100 des femmes et des hommes non handicapés ont été embauchés dans ce secteur. Au total, sans égard à l’incapacité, 6,0 p. 100 des hommes et des femmes ont travaillé dans le secteur de la transformation, de la fabrication et des services d’utilité publique.

  1. Les nombres sont normalisés en fonction de l’âge.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2006.

Les femmes handicapées sont plus susceptibles de travailler dans les domaines des affaires, des finances et de l’administration, des ventes et des services, des sciences sociales, de l’enseignement, de l’administration publique et de la religion, et de la santé que dans les domaines de la fabrication ou des métiers. Les hommes handicapés sont plus susceptibles de travailler dans le domaine des métiers, du transport et de la machinerie que les femmes en général et les hommes non handicapés.

Chômage

Les personnes handicapées sont plus susceptibles d’être sans emploi que les personnes non handicapées. Le taux de chômage est un indicateur économique clé pour les personnes handicapées parce que certaines d’entre elles ne peuvent pas travailler. Le taux de chômage mesure le succès des personnes handicapées sur le marché du travail et il peut être comparé directement au taux des personnes non handicapées, parce qu’il est fondé uniquement sur les personnes disponibles pour travailler. Le taux de chômage pour les adultes handicapés en âge de travailler est de 10,4 p. 100, comparativement à 6,8 p. 100 pour les adultes non handicapés en âge de travailler.

Le graphique 4.6 indique que le taux de chômage est plus élevé chez les personnes ayant des incapacités graves à très graves (15,2 p. 100) que chez les personnes ayant des incapacités de moindre gravité.

Graphique 4.6 : Taux de chômage chez les adultes en âge de travailler, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2006 (%)

Une description textuelle du graphique 4.6 est disponible ci-dessous
Description textuelle du graphique 4.6

Le graphique à colonnes indique les taux d’emploi des adultes en âge de travailler, selon le groupe d’âge et la gravité de l’incapacité, 2006 (en pourcentage).

Le graphique est divisé en cinq catégories de groupe d’âge, qui se trouvent de gauche à droite le long de l’axe horizontal :

  • 15 à 19 ans
  • 20 à 24 ans
  • 25 à 54 ans
  • 55 à 64 ans
  • Total

Chaque catégorie compte quatre sections (quatre colonnes) :

  • égère
  • Moyenne
  • Grave à très grave
  • Aucune incapacité

L’axe vertical représente le taux de chômage en pourcentage, qui augmente par intervalles de 5, allant de 0 à 30.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité légère est de 19,2 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité moyenne est de 21,7 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 27,8 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 15 à 19 ans qui n’ont aucune incapacité est de 15,9 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité légère est de 13,1 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité moyenne est de 13,5 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 22,7 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 20 à 24 ans qui n’ont aucune incapacité est de 9,9 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité légère est de 6,3 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité moyenne est de 6,9 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 8,6 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 25 à 54 ans qui n’ont aucune incapacité est de 5,1 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité légère est de 5,4 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité moyenne est de 6,5 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui ont une incapacité grave à très grave est de 8,6 p. 100.

Le taux de chômage des adultes en âge de travailler âgés de 55 à 64 ans qui n’ont aucune incapacité est de 5,4 p. 100.

Le taux de chômage total des adultes en âge de travailler qui ont une incapacité légère est de 8,3 p. 100.

Le taux de chômage total des adultes en âge de travailler qui ont une incapacité moyenne est de 9,1 p. 100.

Le taux de chômage total des adultes en âge de travailler qui ont une incapacité grave à très grave est de 15,2 p. 100.

Le taux de chômage total des adultes en âge de travailler qui n’ont aucune incapacité est de 6,8 p. 100.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2006.

Les taux de chômage diminuent rapidement chez les jeunes adultes handicapés en âge de travailler (de presque 50 p. 100 pour les personnes ayant des incapacités graves à très graves) une fois qu’elles ont terminé leurs études et au cours de leurs premières années sur le marché du travail. En ce qui concerne les adultes handicapés plus âgés en âge de travailler, on observe de petites différences entre les taux de chômage selon la situation relative à l’incapacité et la gravité de l’incapacité.

La gravité d’une incapacité peut avoir des répercussions importantes sur la capacité des personnes au chômage à se trouver un emploi : 87,9 p. 100 des personnes ayant des incapacités très graves sont limitées dans leur capacité de chercher du travail, comparativement à 66,5 p. 100, 42,4 p. 100 et 21,8 p. 100 chez les personnes atteintes d’une incapacité grave, moyenne ou légère, respectivement. Parmi les personnes qui sont au chômage et qui cherchent du travail, 52,5 p. 100 regardent uniquement les emplois à temps plein et la majorité d’entre elles (70,9 p. 100) ont des incapacités légères. Les personnes ayant des incapacités très graves sont moins susceptibles de chercher un emploi à temps plein (20,5 p. 100), mais elles sont plus souples pour ce qui est de travailler à temps partiel ou à temps plein (42,0 p. 100). Les hommes sont plus susceptibles de préférer un emploi à temps plein que les femmes (57,5 p. 100 par rapport à 46,2 p. 100), tandis que c’est le contraire dans le cas des emplois à temps partiel (38,4 p. 100 des femmes par rapport à 22,3 p. 100 des hommes).

Personnes handicapées n’appartenant pas à la population active

En 2006, on comptait environ un million d’adultes handicapés en âge de travailler (43,8 p. 100) qui n’appartenait pas à la population active. Les obstacles les plus communs à la participation à la vie active pour les personnes handicapées sont les incapacités elles-mêmes. La plupart des personnes handicapées qui ne font pas partie de la population active sont limitées sur le plan du type de travail qu’elles peuvent accomplir ou ne peuvent pas travailler du tout en raison de leurs incapacités. En fait, 65,0 p. 100 des personnes handicapées qui ne sont pas sur le marché du travail sont tout à fait incapables de travailler, ce qui comprend 76,1 p. 100 des personnes ayant des incapacités graves et 83,9 p. 100 des personnes ayant des incapacités très graves. De plus, 12,1 p. 100 des personnes handicapées qui ne sont pas sur le marché du travail sont limitées dans leur capacité de chercher du travail.

Besoins en milieu de travail

Il est important que les employeurs soient informés des incapacités de leurs employés pour veiller à ce que des aménagements appropriés soient effectués sur le lieu de travail de sorte que les employés handicapés disposent des mêmes possibilités d’emploi que les employés non handicapés Note de bas de page 26 . Près des trois quarts (74,7 p. 100) des employés handicapés ont informé leur employeur de leurs incapacités. Les personnes ayant des incapacités légères à moyennes sont moins susceptibles que les personnes ayant des incapacités graves à très graves d’informer leurs employeurs de leur état (72,7 p. 100 par rapport à 82,4 p. 100).

Les trois quarts (75,7 p. 100) des personnes handicapées estiment qu’elles ont l’occasion de mettre à profit leurs études, leurs compétences et leur expérience de travail dans l’exercice de leurs fonctions. De plus, 71,3 p. 100 des personnes handicapées mentionnent que leur emploi correspond à leur niveau de scolarité. Cependant, parmi les personnes dont l’emploi n’exige pas le niveau de scolarité qu’elles possèdent actuellement, 80,5 p. 100 accomplissent moins de travail que ce à quoi leurs études les ont préparées Note de bas de page 27 . Autrement dit, même si les personnes handicapées ont atteint le niveau de scolarité requis et qu’elles mettent à profit certaines compétences acquises durant leurs études dans le cadre de leur travail, pour bon nombre d’entre elles, les compétences et les connaissances exigées dans leur emploi ne sont pas à la hauteur de leurs titres de compétence.

Les personnes handicapées qui ont un emploi sont plus susceptibles de déclarer que tous leurs besoins en matière d’aides et d’appareils et accessoires sont satisfaits (60,4 p. 100) que les personnes handicapées au chômage (56,0 p. 100) ou qui ne font pas partie de la population active (51,0 p. 100). Le tableau 4.7 montre les besoins en matière d’aménagements en milieu de travail ainsi que les aménagements qui ont été obtenus. Beaucoup de personnes handicapées travaillent dans des endroits où des aménagements sont déjà disponibles, peu importe qu’elles aient ou non indiqué un besoin.

Tableau 4.7 : Aménagements en milieu de travail pour les adultes handicapés en âge de travailler, 2006 (%)
Type d’aménagement Besoin en matière d’aménagements Des aménagements ont été faits dans le milieu de travail
Une redéfinition des tâches (tâches modifiées ou différentes) 14,1 45,4
>Une modification des heures ou des jours de travail ou une réduction du temps de travail 20,0 58,9
Un soutien humain, comme un lecteur, un interprète en langage gestuel, un instructeur ou un assistant personnel  2,7 34,3
Une aide technique, comme un synthétiseur vocal, un ATS/ATME, un système à infrarouge ou un appareil portable de prise de notes  1,5 31,6
Un ordinateur avec braille, reconnaissance vocale ou grossissement de l’affichage, ou scanneur  1,6 30,4
Des services de communication, comme la conversion de l’imprimé en braille, en enregistrement audio ou en gros caractères  0,8 24,9
Un poste de travail modifié ou ergonomique 10,6 54,3
Une chaise spéciale ou un soutien dorsal 16,3 50,3
Des mains courantes et des rampes d’accèsé  2,0 38,1
Un stationnement approprié  3,8 48,6
Des ascenseurs adaptés  3,1 45,1
Des toilettes accessibles  3,6 62,4
Du transport adapté  2,6 45,5
Autre équipement, aide ou condition de travail  3,6 S.O.
Description textuelle du tableau 4.7

Les adultes handicapés en âge de travailler ont accès à divers types d’aménagements en milieu de travail. Le tableau indique quel type d’aménagement est disponible, de même que le pourcentage des adultes handicapés en âge de travailler qui ont déclaré avoir besoin d’un aménagement en milieu de travail et le pourcentage des adultes handicapés en âge de travailler qui ont obtenu de tels aménagements.

Au total, 14,1 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’une redéfinition des tâches (tâches modifiées ou différentes). Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 45,4 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 20,0 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’une modification des heures ou des jours de travail ou d’une réduction du temps de travail. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 58,9 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 2,7 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’un soutien humain, comme un lecteur, un interprète en langage gestuel, un instructeur ou un assistant personnel. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 34,3 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 1,5 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’une aide technique, comme un synthétiseur vocal, un ATS/ATME, un système à infrarouge ou un appareil portable de prise de notes. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 31,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 1,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’un ordinateur avec braille, d’une reconnaissance vocale ou d’un grossissement de l’affichage, ou d’un scanneur. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 30,4 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 0,8 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin de services de communication, comme la conversion de l’imprimé en braille, en enregistrement audio ou en gros caractères. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 24,9 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 10,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’un poste de travail modifié ou ergonomique. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 54,3 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 16,3 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’une chaise spéciale ou d’un soutien dorsal. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 50,3 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 2,0 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin de mains courantes et de rampes d’accès. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 38,1 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 3,8 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’un stationnement approprié. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 48,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 3,1 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’ascenseurs adaptés. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 45,1 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 3,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin de toilettes accessibles. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 62,4 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 2,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’un transport adapté. Ce type d’aménagement a été fait dans le milieu de travail pour 45,5 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler, peu importe s’ils en avaient besoin ou non.

Au total, 3,6 p. 100 des adultes handicapés en âge de travailler ont déclaré avoir besoin d’autre équipement, aide ou condition de travail. Le pourcentage des adultes handicapés en âge de travailler qui ont obtenu un tel aménagement, peu importe s’ils en avaient besoin ou non, est trop peu élevé pour le publier.

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2006.

Qu’il s’agisse d’une redéfinition des tâches, d’un soutien humain ou de mains courantes et rampes d’accès appropriées, les aménagements en milieu de travail permettent aux personnes handicapées de jouer un rôle plus actif dans leur lieu de travail. Les modifications les plus communes demandées par les travailleurs handicapés comprennent la modification des heures de travail (20,0 p. 100), une chaise spéciale (16,3 p. 100) et une redéfinition des tâches (14,1 p. 100).

Parmi les personnes handicapées ayant un emploi qui n’ont pas obtenu les aménagements en milieu de travail dont elles ont besoin, 12,6 p. 100 ont indiqué que leurs employeurs estiment que ces aménagements coûtent trop cher et sont dispendieux à entretenir, 8,8 p. 100 ont indiqué que leurs demandes avaient été refusées par leurs employeurs, 14,7 p. 100 ont indiqué avoir peur de le demander et 21,8 p. 100 avaient simplement omis de demander les aménagements nécessaires.

Parmi les personnes handicapées au chômage, 11,6 p. 100 signalent qu’aucun de leurs besoins en matière d’aides et d’appareils et accessoires pour le travail n’est satisfait, 32,4 p. 100 mentionnent que leurs besoins sont satisfaits en partie et 56,0 p. 100 affirment que tous leurs besoins sont satisfaits. La gravité de l’incapacité a une incidence sur le niveau de satisfaction des besoins : 5,0 p. 100 des personnes au chômage ayant des incapacités légères affirment que tous leurs besoins en matière d’aides et d’appareils et accessoires sont satisfaits comparativement à 41,2 p. 100 chez les personnes ayant des incapacités très graves.

Les conditions de travail, la redéfinition des tâches et les aides techniques fournies par les employeurs peuvent permettre à certaines personnes handicapées d’intégrer le marché du travail. Cependant, seul un pourcentage limité (15,4 p. 100) des personnes handicapées qui n’appartiennent pas à la population active Note de bas de page 28 et qui ont une incapacité qui les empêche complètement de travailler signale que les adaptations susmentionnées leur permettraient de trouver un emploi rémunéré ou de travailler dans une entreprise.

Le tableau 4.8 indique les obstacles auxquels les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active sont confrontés. En règle générale, les personnes ayant des incapacités graves ou très graves rencontrent plus d’obstacles qui les découragent de chercher du travail que les personnes ayant des incapacités légères.

Tableau 4.8 : Obstacles à la recherche d’emploi chez les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, selon la gravité de l’incapacité, 2006 (%)
Obstacle Incapacité légère Incapacité moyenne Incapacité grave Incapacité très grave Total
La formation n’est pas appropriée  9,3 18,0 25,2 31,5 19,3
Perdrait une partie ou la totalité des revenus 12,4 15,3 23,4 21,6 17,6
Aucun emploi disponible 10,6 14,3 20,1 17,1 15,2
Responsabilités familiales 18,9 10,9 11,6  9,3 13,3
Manque de transport accessible  9,2  8,6 14,5 24,6 12,8
A été victime de discrimination  8,7  8,3 16,6 20,9 12,7
Perdrait une partie ou la totalité du soutien actuel  4,7 11,8 15,2 17,8 11,5
L’information sur les emplois n’est pas adaptée aux besoins  3,1  7,2 16,5 12,2  9,3
Inquiet d’être mis à l’écart par les autres travailleurs  3,3  9,3 11,7 13,8  8,8
Dissuadé de travailler par la famille ou les amis  3,9  5,6  6,1  4,5  5,0
Autre raison 24,6 18,1 30,1 38,7 26,5
Description textuelle du tableau 4.8

Ce tableau décrit les obstacles à la recherche d’emploi chez les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, selon la gravité de l’incapacité (légère, moyenne, grave, très grave et le total). Les obstacles sont indiqués dans la partie gauche du tableau.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 9,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré ne pas avoir une formation appropriée; 18,0 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré ne pas avoir une formation appropriée; 25,2 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré ne pas avoir une formation appropriée; 31,5 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré ne pas avoir une formation appropriée; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 19,3 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré ne pas avoir une formation appropriée.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 12,4 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leurs revenus; 15,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leurs revenus; 23,4 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leurs revenus; 21,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leurs revenus; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 17,6 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leurs revenus.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 10,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré qu’aucun emploi n’était disponible; 14,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré qu’aucun emploi n’était disponible; 20,1 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré qu’aucun emploi n’était disponible; 17,1 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré qu’aucun emploi n’était disponible; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 15,2 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré qu’aucun emploi n’était disponible.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 18,9 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré que leurs responsabilités familiales constituaient un obstacle; 10,9 p. 100 d’entre eux ont déclaré que leurs responsabilités familiales constituaient un obstacle; 11,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré que leurs responsabilités familiales constituaient un obstacle; 9,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré que leurs responsabilités familiales constituaient un obstacle; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 13,3 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré que leurs responsabilités familiales constituaient un obstacle.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 9,2 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré le manque de transport accessible; 8,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré le manque de transport accessible; 14,5 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré le manque de transport accessible; 24,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré le manque de transport accessible; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 12,8 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré le manque de transport accessible.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 8,7 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré avoir été victimes de discrimination; 8,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré avoir été victimes de discrimination; 16,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont été victimes de discrimination; 20,9 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré avoir été victimes de discrimination; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 12,7 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré avoir été victimes de discrimination.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 4,7 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leur soutien actuel; 11,8 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leur soutien actuel; 15,2 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leur soutien actuel; 17,8 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leur soutien actuel; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 11,5 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré qu’ils perdraient une partie ou la totalité de leur soutien actuel.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 3,1 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré que l’information sur les emplois n’était pas adaptée à leurs besoins; 7,2 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré que l’information sur les emplois n’était pas adaptée à leurs besoins; 16,5 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré que l’information sur les emplois n’était pas adaptée à leurs besoins; 12,2 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré que l’information sur les emplois n’était pas adaptée à leurs besoins; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 9,3 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré que l’information sur les emplois n’était pas adaptée à leurs besoins.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 3,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré qu’ils craignaient d’être mis à l’écart par les autres travailleurs; 9,3 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré qu’ils craignaient d’être mis à l’écart par les autres travailleurs; 11,7 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré qu’ils craignaient d’être mis à l’écart par les autres travailleurs; 13,8 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré qu’ils craignaient d’être mis à l’écart par les autres travailleurs; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 8,8 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré qu’ils craignaient d’être mis à l’écart par les autres travailleurs.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 3,9 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré que leur famille ou leurs amis les dissuadaient de travailler; 5,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré que leur famille ou leurs amis les dissuadaient de travailler; 6,1 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité grave ont déclaré que leur famille ou leurs amis les dissuadaient de travailler; 4,5 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré que leur famille ou leurs amis les dissuadaient de travailler; et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 5,0 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré que leur famille ou leurs amis les dissuadaient de travailler.

Parmi les adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active, 24,6 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité légère ont déclaré avoir une autre raison (non décrite ci‑dessus); 18,1 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité moyenne ont déclaré avoir une autre raison (non décrite ci‑dessus); 30,1 p. 100 d’entre eux qui ont déclaré avoir une autre raison (non décrite ci‑dessus); 38,7 p. 100 d’entre eux qui ont une incapacité très grave ont déclaré avoir une autre raison (non décrite ci‑dessus); et au total, sans égard à la gravité de l’incapacité, 26,5 p. 100 des adultes en âge de travailler qui ne font pas partie de la population active ont déclaré avoir une autre raison (non décrite ci‑dessus).

Source : Statistique Canada, Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2006.

Environ 17,6 p. 100 des personnes qui ne font pas partie de la population active ont déclaré que le risque de perdre une partie ou la totalité de leurs revenus provenant de transferts sociaux si elles travaillent les dissuade de trouver un emploi, tandis que 11,5 p. 100 craignent de ne plus avoir accès à leur assurance-médicaments ou à leur subvention de logement. Le fait d’avoir été récemment victime d’une discrimination, la peur d’être mis à l’écart par les collègues Note de bas de page 29 , l’absence de formation et le manque de transport accessible sont d’autres obstacles quotidiens qui dissuadent les personnes handicapées de travailler.

Les personnes handicapées qui n’appartiennent pas à la population active sont plus susceptibles de déclarer qu’aucun de leurs besoins en matière d’aides et d’appareils et accessoires liés à leur emploi n’est satisfait (12,4 p. 100) et moins susceptibles de déclarer que tous leurs besoins sont satisfaits (51,0 p. 100) que les personnes handicapées qui travaillent ou qui sont au chômage. Sur le plan de la gravité des incapacités, les personnes ayant des incapacités moyennes sont les plus susceptibles de déclarer qu’aucun de leur besoins n’est satisfait (16,0 p. 100 comparativement à 10,4 p. 100 chez les personnes ayant de graves incapacités), tandis que les personnes ayant des incapacités très graves sont les plus susceptibles de déclarer que certains de leurs besoins sont satisfaits (58,4 p. 100). Ces chiffres signifient peut-être que les personnes qui ont des incapacités plus graves sont plus susceptibles de voir leurs besoins reconnus.

Discrimination

Malheureusement, la discrimination fondée sur l’incapacité Note de bas de page 30 existe toujours au Canada. La discrimination peut prendre de nombreuses formes, notamment la discrimination physique (p. ex. refuser des demandes raisonnables d’aménagement des installations existantes pour qu’elles soient accessibles), la discrimination verbale (p. ex. faire des remarques harcelantes) et la discrimination non verbale (p. ex. refuser des demandes d’emploi de personnes handicapées).

Les personnes handicapées au chômage sont plus susceptibles de signaler une discrimination perçue liée à l’emploi, suivies des personnes qui n’appartiennent pas à la population active puis des personnes qui ont un emploi. Parmi les personnes au chômage, 18,6 p. 100 estiment ne pas avoir obtenu d’entrevue d’emploi en raison de leurs incapacités et 26,1 p. 100 estiment ne pas avoir été embauchées en raison de leurs incapacités.

La probabilité qu’une personne déclare avoir fait l’objet d’une discrimination augmente également en fonction de la gravité de l’incapacité : 22,7 p. 100 des personnes ayant des incapacités très graves estiment ne pas avoir été embauchées en raison de leurs incapacités, comparativement à 3,9 p. 100 chez les personnes ayant des incapacités légères. Parmi les personnes handicapées au chômage, 75,7 p. 100 des personnes ayant des incapacités très graves estiment ne pas avoir été embauchées en raison de leurs incapacités, comparativement à 7,9 p. 100 chez les personnes ayant des incapacités légères.

Parmi les personnes handicapées qui ont un emploi, 6,4 p. 100 pensent avoir moins de responsabilités que leurs collègues non handicapés en raison de leurs incapacités. En effet, 40,4 p. 100 des personnes handicapées pensent que leur employeur actuel ou d’éventuels employeurs considèrent qu’elles ont des aptitudes réduites pour exercer leur emploi. Cette proportion est beaucoup plus élevée chez les personnes ayant des incapacités très graves (82,6 p. 100).

Conclusion

Les travailleurs handicapés représentent une part importante de la population active et de nombreux adultes handicapés en âge de travailler sont qualifiés et sont disposés à travailler. Cependant, malgré la Loi sur l’équité en matière d’emploi Note de bas de page 31 et un besoin croissant de travailleurs qualifiés, les statistiques figurant dans le présent chapitre révèlent que de nombreuses personnes handicapées demeurent sous-employées et qu’elles sont victimes de discrimination. Grâce à des lieux de travail de plus en plus accessibles et à une plus grande acceptation sociale de la part des employeurs qui se montrent prêts à satisfaire les besoins des employés en matière de mesures d’adaptation et d’aménagements des lieux de travail, le Canada pourrait grandement bénéficier de l’intégration des adultes handicapés au marché du travail.

Pleins feux sur les programmes : Programme d’aide aux entrepreneurs ayant une incapacité

Le ministère de la Diversification de l’économie de l’Ouest finance le Programme d’aide aux entrepreneurs ayant une incapacité. Ce programme offre aux Canadiens de l’Ouest qui ont une incapacité un accès facile à des renseignements commerciaux, à de la formation et à du perfectionnement, à des services de mentorat et à des services individualisés de counseling, ainsi qu’à du financement pour leurs projets d’entreprise ou de travail autonome.

Le Programme d’aide aux entrepreneurs ayant une incapacité vise à aider les Canadiens de l’Ouest qui ont une incapacité entravant leur capacité d’exécuter au moins une activité de base du monde des affaires ou du travail autonome. Les entrepreneurs doivent satisfaire aux critères de base suivants afin que leur demande soit étudiée :

  • ils n’ont pas réussi à obtenir du financement d’autres sources;
  • ils ont de la difficulté à exécuter au moins une activité de base du monde des affaires ou du travail autonome;
  • ils ont une incapacité physique ou mentale;
  • ils ont un plan d’affaires viable, sont nouvellement propriétaires ou déjà propriétaires d’une petite entreprise et ils ont une incapacité;
  • ils habitent dans l’Ouest canadien.

Parmi les types de projets admissibles à ce programme, notons :

  • démarrer ou agrandir une entreprise;
  • acheter ou appliquer une nouvelle technologie;
  • mettre à niveau des installations et du matériel;
  • élaborer des activités de commercialisation et de promotion;
  • établir un fonds de roulement en prévision d’une hausse éventuelle des ventes.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Programme d’aide aux entrepreneurs ayant une incapacité, visiter le www.wd.gc.ca/fra/13643.asp.

Pleins feux sur Ellen Frank

Ellen Frank est l’une des nombreuses personnes à avoir créé une entreprise dans le cadre du Programme d’aide aux entrepreneurs ayant une incapacité. Ellen a reçu un diagnostic de sclérose en plaques il y a de nombreuses années et elle a perdu une grande partie de sa mobilité depuis. C’est en raison de sa nouvelle condition qu’elle a découvert la nécessité de créer un guide de voyage accessible pour les voyageurs visitant la Lower Sunshine Coast de la Colombie-Britannique. L’expérience d’Ellen dans l’industrie du voyage lui a permis d’acquérir les compétences nécessaires pour mener des recherches et rédiger le guide Sticks and Wheels.

Ellen a reçu une aide financière du Programme d’aide aux entrepreneurs ayant une incapacité pour développer son idée. En plus de son guide, Ellen a créé l’entreprise Sticks and Wheels Accessibility Services qui offre des services de consultation aux entreprises sur les questions d’accessibilité. Récemment, le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010 à Vancouver a retenu les services de Sticks and Wheels Accessibility Services pour réaliser des enquêtes sur l’accessibilité dans les entreprises de la vallée du bas Fraser. Ellen prévoit poursuivre ses activités de consultation et ses conférences à divers ateliers et rédiger des guides Sticks and Wheels pour d’autres collectivités de la Colombie-Britannique.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’entreprise d’Ellen, consulter le www.sticksandwheels.net/portal/.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :