Diane Campbell : Sous-ministre adjointe, Service météorologique du Canada

Femme souriante portant des lunettes, vêtue d’un manteau noir, devant un paysage islandais.
Photo : Diane Campbell

« Travailler fort, quelle que soit la tâche à accomplir, fait partie de ma vie. J’ai la chance d’avoir eu de nombreuses possibilités intéressantes qui m’ont motivée et mise au défi sur le plan professionnel. »

Faites la connaissance de Diane Campbell. Diane a passé près de 40 ans dans la fonction publique fédérale, entre Ressources naturelles Canada et Environnement et Changement climatique Canada. En tant que sous-ministre adjointe au Service météorologique du Canada, Diane Campbell se passionne pour la mise en œuvre des programmes scientifiques qui auront une incidence sur le quotidien des Canadiens.

Diane a occupé plusieurs postes, en commençant sa carrière comme étudiante durant l’été dans les laboratoires d’écotoxicologie du Centre canadien des eaux intérieures. Elle décrit cette occasion comme un « rêve devenu réalité », qui a déclenché son désir de consacrer sa carrière à faire du Canada un meilleur endroit pour les générations à venir.

Son travail lui a donné la chance de voyager dans de nombreuses régions du Canada et de découvrir un large éventail d’activités industrielles, de zones d’études scientifiques et d’aires de conservation et de parcs. L’un des voyages les plus mémorables de Diane demeure sa visite à la station météorologique Eureka, au Nunavut. Elle raconte que voyager dans un endroit aussi incroyable de la planète a été une expérience qui a changé sa vie.

Diane a été témoin de nombreuses avancées passionnantes tout au long de sa carrière à Environnement et Changement climatique Canada. « Je pense que nous sommes arrivés à un moment charnière où la quantité de données et d’information sur le monde qui nous entoure, et les nouveaux outils dont nous disposons pour exploiter cette information, transformeront la façon dont la science est appelée à évoluer à l’échelle mondiale », dit-elle. « Travailler au Service météorologique du Canada m’a ouvert la porte sur ce monde, et le potentiel est stupéfiant. Au fur et à mesure que la société accueille cette nouvelle capacité, nous devrons naviguer dans les considérations de justice sociale et environnementale qui l’accompagnent. »

Dans l’exercice de ses différents rôles, Diane a toujours été inspirée par les personnes et la mission d’Environnement et Changement climatique Canada. « J’ai travaillé dans plusieurs divisions des programmes au cours de ma carrière et, à chaque endroit, les gens sont passionnés par leur travail, qu’il s’agisse de science, de réglementation, de conservation ou de services météorologiques. »

Pour en savoir plus sur le travail de Diane Campbell et le Service météorologique du Canada, consultez le site : Le Service météorologique du Canada fête ses 150 ans – Canada.ca

Voici quelques faits en rafales à propos de Diane :

  • Quel a été votre premier emploi? Travailler dans un restaurant comme serveuse. Mon premier emploi d’été comme étudiante était à Environnement et Changement climatique Canada et j’ai adoré.
  • Si vous pouviez voyager n’importe où dans le monde, où iriez-vous? En Grèce, en particulier pour ses îles.
  • Préféreriez-vous faire du vélo, monter à cheval ou conduire une voiture? Conduire une voiture – de préférence ma Mazda Miata avec le toit ouvert.
  • Si vous étiez une super-héroïne, quels seraient vos pouvoirs? Je voudrais être capable de voler, et de respirer sous l’eau.
  • Si vous pouviez partager un repas avec quelqu’un, vivant ou mort, qui serait-ce? Mon père; il est décédé il y a de nombreuses années et il me manque toujours.
  • Où vous voyez-vous dans dix ans? Toujours vivre dans les collines de la Gatineau et consacrer du temps à mes intérêts artistiques.

Voir plus de profils

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :