Année de la prévision polaire

Le 15 mai 2017, à Genève, en Suisse, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a lancé l’Année de la prévision polaire (APP). De la mi-2017 à la mi-2019, un réseau pluridisciplinaire rassemblant des scientifiques et des centres de prévision opérationnelle de nombreux pays entreprendra des activités intensives d’observation et de modélisation dans le but d’améliorer la prévision des conditions météorologiques et des systèmes climatiques dans l’Arctique et l’Antarctique.

Une campagne internationale

Vingt et un pays participent à l’APP dans le but d’améliorer la prévision du temps, du climat et de l’état des glaces en Arctique et en Antarctique. Toutes les données d’observation seront diffusées au moyen du système d’information de l’OMM – ce qui permettra aux centres de prévision opérationnelle du monde entier de les recevoir en temps réel pour alimenter leurs prévisions.

La plus grande fiabilité des prévisions maritimes et de l’état des glaces permettra non seulement de réduire les risques et de gérer la sécurité dans les régions polaires, mais aussi d’améliorer les prévisions aux latitudes plus basses, là où se concentre la population.

Participation d’Environnement et Changement climatique Canada

Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) participera à cette campagne internationale de deux ans en mettant en œuvre le système canadien de prévisions des conditions météorologiques dans l’Arctique et en l’accouplant au système régional de prévision des glaces pour arriver à des prévisions de haute résolution (2,5 km) sur l’état de l’océan, le temps et l’état des glaces dans l’Arctique. Ces prévisions, de même que les prévisions probabilistes à plus long terme sur le temps et l’état des glaces, seront communiquées à la collectivité internationale et aux prévisionnistes régionaux d’ECCC afin d’évaluer leur utilité pour les habitants du Nord et les activités commerciales dans l’Arctique.

Dans le cadre de l’APP, ECCC va aussi accroître la fréquence des observations dans l’Arctique et les études qui en découleront vont aider le Canada à élaborer une stratégie de surveillance plus efficiente pour le Nord.

Ces travaux coordonnés visent à grandement améliorer les capacités de prévisions environnementales pour les régions polaires et au-delà au cours d’une période intensive d’observation, de modélisation, de vérification, de mobilisation des utilisateurs et d’activités de formation.

Raison d’être de l’Année de la prévision polaire

L’OMM a lancé l’APP en raison de la rapidité des changements climatiques et de la transformation des activités sociales et économiques qui en découle dans les régions polaires. Les importants changements dans le temps, le climat et l’état des glaces aux pôles ont pour effet une augmentation des activités humaines comme le transport, le tourisme, la pêche et l’exploitation et l’extraction des ressources naturelles dans ces régions.

Par conséquent, il est de plus en plus vital d’avoir de l’information exacte sur les conditions météorologiques et l’état des glaces afin de réduire les risques et d’améliorer la gestion de la sécurité dans les régions polaires et au-delà. L’Arctique et l’Antarctique sont les régions les moins bien observées du monde. Le manque de données et de prévisions pour ces régions affecte la qualité des prévisions météorologiques dans les deux hémisphères. Les progrès dans le domaine de la prévision polaire devraient donc se traduire par l’amélioration des prévisions météorologiques et climatiques tant pour les régions polaires que pour les pays plus peuplés. L’APP donnera lieu à des périodes d’observation spéciale durant lesquelles on augmentera le nombre d’observations de routine pour mesurer les conditions dans l’atmosphère et à la surface des océans.

Qu’est-ce que cela signifie pour le Canada?

L’APP sera particulièrement utile au Canada étant donné que près d’un tiers de sa masse terrestre se trouve au nord du cercle polaire arctique. Puisque le réchauffement rapide de la région permet une exploitation rentable des ressources naturelles, l’ouverture récente de nouvelles voies de navigation et le nombre de vols accrus dans l’Arctique ont contribué à une croissance économique et démographique généralisée dans le Nord canadien.

Simultanément, les changements rapides dans le climat créent de nouveaux défis pour les peuples autochtones étant donné que leurs références environnementales traditionnelles sont également en train de changer. L’APP offre au Canada une occasion de tirer parti de ses actifs dans l’Arctique auprès de la communauté internationale et d’accélérer le développement de systèmes de surveillance environnementale et de prévision fiables et pertinents afin de mieux répondre aux besoins du Nord et du Canada dans leur ensemble. La participation et le leadership du Canada lui permettront de renforcer davantage sa souveraineté sur un vaste territoire nordique riche en ressources.

Produits connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :