Données et scénarios climatiques : Synthèse des observations et des résultats récents de modélisation, chapitre 3.1


3.1 Scénarios de température

Dans les sections suivantes, des projections multimodèles des changements climatiques (par rapport à la période de référence de 1986 à 2005) sont illustrées pour le Canada. Le format des figures présentées ici concorde autant que possible avec les figures analogues de l’Atlas du cinquième Rapport d’évaluation du GIEC (GIEC, 2013 - Annexe I) précédemment cité afin de permettre une comparaison directe.

Les séries chronologiques des anomalies de températures, calculées en moyenne pour tout le Canada et couvrant la période historique (simulée par les modèles CMIP5) et le futur (jusqu’en 2100), sont illustrées à la figure 5. Les résultats de trois scénarios de forçage futurs (RCP 2.6, RCP 4.5 et RCP 8.5) sont fournis. Les lignes fines individuelles sont les résultats des modèles individuels énumérés au tableau 2, et la ligne épaisse représente la moyenne de l’ensemble multimodèle. Les anomalies de température sont définies par rapport aux températures de la période de référence 1986-2005. La plage de valeurs, quantifiée par les tracés en rectangle et moustaches à droite de chaque panneau, résulte de la variabilité climatique naturelle (simulée par les modèles) et des différences dans la représentation détaillée des processus physiques de chaque modèle. Comme on peut le constater en comparant ces tracés à ceux de la moyenne mondiale dans l’Atlas du GIEC (GIEC, 2013, annexe I, p. 1318 et 1319), les changements historiques et ceux prévus au Canada sont beaucoup plus grands (d’environ 50 %) que ceux de l’aire continentale mondiale.

Figure 5

Figure 5 : Séries chronologiques des variations des températures historiques et projetées pour les moyennes de décembre à février (gauche) et de juin à août (droite), simulées par l’ensemble multimodèle CMIP5. Comme dans l’annexe I du cinquième Rapport d’évaluation du GIEC (GIEC, 2013), les courbes individuelles représentent les résultats de simulation des modèles individuels, tandis que les lignes épaisses indiquent la moyenne de l’ensemble. Les résultats indiqués ne concernent que les aires continentales canadiennes. Les variations sont calculées par rapport à la période 1986-2005. La répartition parmi les modèles, clairement visible dans les fines courbes, est quantifiée par les tracés en rectangle et moustaches à droite de chaque panneau. Ils illustrent, pour la période de 2081 à 2100, les valeurs du 5e centile, du 25e centile, du 50e centile (médiane), du 75e centile et du 95e centile.

Description de la Figure 5

Cette figure comporte deux graphiques. Le graphique de gauche présente une série chronologique des changements historiques et prévus relativement aux températures hivernales (décembre, janvier et février) simulés par l’ensemble multimodèle CMIP5 pour l’élaboration des grilles couvrant le Canada. Une ligne en trait continu représente les changements historiques de 1900 à 2005 et montre une augmentation allant, approximativement, de -1,8 °C à 0 °C. La ligne du RCP2.6 continue ensuite d’augmenter jusqu’à ce qu’elle atteigne approximativement 2 °C en l’an 2100. La ligne RCP4.5 continue de 2005 à 2100 avec un point d’achèvement approximatif de 4 °C. Les prévisions du RCP8.5 indiquent un changement approximatif de 8,5 °C vers l’an 2100. Le graphique de droite présente une série chronologique des changements historiques et prévus relativement aux températures estivales (juin, juillet et août) simulés par l’ensemble multimodèle CMIP5 pour l’élaboration de grilles couvrant le Canada. Une ligne en trait continu représente les changements historiques de 1900 à 2005 et montre une augmentation allant, approximativement, de -1 °C à 0 °C. La ligne du RCP2.6 continue ensuite d’augmenter jusqu’à ce qu’elle atteigne approximativement 1,2 °C vers l’an 2100. La ligne du RCP4.5 continue de 2005 à 2100 avec un point d’achèvement approximatif de 2,8 °C. Les prévisions du RCP8.5 indiquent un changement approximatif de 6,3 °C vers l’an 2100.

Même au Canada, les changements climatiques, selon les projections, ne devraient pas être uniformes; les moyennes nationales pourraient donc ne pas convenir dans un grand nombre de cas. Les figures 6 et 7 montrent des cartes des variations des températures produites au moyen de l’ensemble multimodèle CMIP5, selon le scénario RCP 4.5. Des cartes semblables pour les scénarios des autres profils représentatifs d’évolution de concentration sont disponibles sur le site des données et scénarios climatiques canadiens. Le RCP 4.5 est utilisé ici aux fins d’illustration (comme dans l’Atlas du GIEC) et son utilisation ici ne signifie pas qu’il est plus probable que les autres profils représentatifs d’évolution de concentration.

Figure 6

Figure 6 : Cartes des variations des températures hivernales selon les projections de l’ensemble multimodèle CMIP5 pour le scénario RCP 4.5; moyenne de la période de décembre à février. Les variations sont calculées par rapport à la période de référence de 1986 à 2005. Comme dans l’Atlas du GIEC (GIEC, 2013), la rangée supérieure montre les résultats pour la période de 2016 à 2035, la rangée du milieu montre les résultats pour la période de 2046 à 2065 et la rangée inférieure montre les résultats pour la période de 2081 à 2100. Pour chaque rangée, le panneau de gauche indique le 25e centile des variations de température simulées (25 % des simulations indiquent un réchauffement moins important), le panneau du milieu le 50e centile (médiane), et le panneau de droite le 75e centile. L’échelle de couleurs indique les variations des températures en °C. Les variations positives (réchauffement) sont indiquées par des couleurs allant du jaune au rouge, et les refroidissements en bleu, conformément à l’échelle de couleurs utilisée dans l’annexe I du cinquième Rapport d’évaluation du GIEC (GIEC, 2013).

Description de la Figure 6

Cette figure comprend neuf cartes du Canada qui montrent les changements prévus sur le plan des températures hivernales (décembre, janvier et février) selon RCP4.5, organisées en grille de trois par trois, les 25e (colonne de gauche), 50e (colonne du milieu) et 75e (colonne de droite) centiles se trouvant au haut de chaque colonne et les années 2016-2035 (première ligne), 2046-2065 (deuxième ligne) et 2081-2100 (troisième ligne) se trouvant sur le côté pour indiquer les années de chaque ligne. Chaque carte indique une augmentation de température partout au pays. On note que la plus grande hausse de température a lieu dans le Nord et au-dessus de la baie d’Hudson. À mesure que les centiles augmentent, le réchauffement représenté dans les cartes augmente également. Cela s’applique également au temps; plus la prévision est dans le futur, plus la température augmente, de sorte que la carte en haut à gauche (25e centile pour 2016-2035) indique la hausse de température la plus petite, tandis que la carte en bas à droite (75e centile pour 2081-2100) indique la hausse de température la plus grande.

Figure 7

Figure 7 : Cartes des variations des températures estivales selon les projections de l’ensemble multimodèle CMIP5 pour le scénario RCP 4.5; moyenne de la période de juin à août. Les variations sont calculées par rapport à la période de référence de 1986 à 2005. Comme dans l’Atlas du GIEC (GIEC, 2013), la rangée supérieure montre les résultats pour la période de 2016 à 2035, la rangée du milieu montre les résultats pour la période de 2046 à 2065 et la rangée inférieure montre les résultats pour la période de 2081 à 2100. Pour chaque rangée, le panneau de gauche indique le 25e centile, le panneau du milieu indique le 50e centile (médiane), et le panneau de droite indique le 75e centile. L’échelle de couleurs indique les variations des températures en °C. Les variations positives (réchauffement) sont indiquées par des couleurs allant du jaune au rouge, et les refroidissements en bleu, conformément à l’échelle de couleurs utilisée dans l’annexe I du cinquième Rapport d’évaluation du GIEC (GIEC, 2013).

Description de la Figure 7

Cette figure comprend neuf cartes du Canada qui montrent les changements prévus sur le plan des températures estivales (juin, juillet et août) selon RCP4.5. Les données sont organisées en grille de trois par trois colonnes, avec les 25e (colonne de gauche), 50e (colonne du milieu) et 75e (colonne de droite) centiles au haut de chaque colonne et les années 2016-2035 (première ligne), 2046-2065 (deuxième ligne) et 2082-2100 (troisième ligne) sur le côté afin d’indiquer les années de chaque ligne. Chaque carte indique une augmentation de température partout au pays. On note que la plus grande hausse de température a lieu dans le Sud, et la plus petite, dans l’Arctique. À mesure que les centiles augmentent, le réchauffement représenté dans les cartes augmente également. Cela s’applique également au temps; plus la prévision est dans le futur, plus la température augmente, de sorte que la carte en haut à gauche (25e centile pour 2016-2035) indique la hausse de température la plus petite, tandis que la carte en bas à droite (75e centile pour 2081-2100) indique la hausse de température la plus grande.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :