Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier pour la région de l'Alaska et du Nord-Ouest de Canada : septembre 2018

Points saillants et répercussions de la météo et du climat de juin à août 2018; aperçu du climat d’octobre à décembre 2018

Points saillants de la météo et du climat de juin 2018 à août 2018
Description détaillée

Mer de Beaufort : Glace de mer d’été persistante.

Kotzebue : La température moyenne de 12,8 °C (55,0 °F) classe cet été comme le deuxième le plus chaud jamais enregistré, à égalité avec l’été 2016.

Intérieur : La superficie de la zone brûlée par les feux de forêt a été de 165 000 hectares (407 000 acres), soit bien moins que la moyenne en raison du temps humide.

Eagle : La ville a connu son été le plus humide jamais enregistré avec 280 mm (11,01 po) de pluie.

Dawson City : La ville a connu le deuxième mois de juillet le plus sec jamais enregistré depuis 1901 avec seulement 9,1 mm (0,36 po) de précipitations.

Sud-est du Yukon : De fortes pluies provenant d’une dépression immobilisée les 25 et 26 juin ont entraîné le plus fort débit pluvial jamais enregistré, soit 1 200 m3/s.

Watson Lake : Une croissance fulgurante des feux a entraîné la fermeture des routes Alaska-Canada et Robert Campbell en août.

Juneau : La ville a connu son troisième été le plus chaud jamais enregistré avec une température moyenne de 14,4 °C (57,9 °F).

Températures et précipitations : juin à août 2018

Entre juin et août 2018, la partie ouest de l’Alaska, l’extrême sud du Yukon et le nord de la Colombie-Britannique ont connu des conditions plus chaudes que la moyenne. Le secteur de l’Alaska et du Yukon longeant la mer de Beaufort et la majeure partie du centre des Territoires-du-Nord-Ouest (T.-N.-O.) ont connu des températures inférieures à la normale, tandis que les parties centrales de l’Alaska et du Yukon ainsi que le sud-ouest des T.-N.-O. ont connu des températures près de la normale pendant la même période. La quantité totale des précipitations reçues entre juin et août 2018 était supérieure à la moyenne, sur la majeure partie de l’Alaska, le Yukon et la partie ouest des T.-N.-O., tandis qu’une quantité inférieure à la normale a été reçue sur de petits secteurs le long de la frontière entre le sud du Yukon et les T.-N.-O. et sur la côte nord de la Colombie-Britannique.

Photo du feu de forêt à Watson Lake au Yukon le 21 août 2018
Description détaillée
La photo montre le feu de forêt à Watson Lake au Yukon le 21 août 2018. Photo fournie par la Direction de la gestion des feux de forêt du Yukon.
Un été chaud et sec dans le sud-est du Yukon a causé plusieurs feux de forêt. La photo ci-dessus montre le feu qui a sévi à Watson Lake au Yukon le 21 août 2018. Photo fournie par la Direction de la gestion des feux de forêt du Yukon.
Photo d’une inondation près de Tetlin en Alaska à la fin de juin 2018.
Description détaillée
Pour le deuxième été de suite, le niveau élevé des eaux de la rivière Tanana au mois de juin a accéléré le tracé d’un nouveau chenal en raison de l’érosion. Le nouveau chenal a inondé la voie d’accès entre Tetlin et la route de l’Alaska.
Pour le deuxième été de suite, le niveau élevé des eaux de la rivière Tanana pendant le mois de juin a accéléré le tracé d’un nouveau chenal en raison de l’érosion. Le nouveau chenal a inondé la voie d’accès entre Tetlin et la route de l’Alaska. Les habitants du coin ont amélioré l’état d’une route d’accès secondaire, dont les travaux avaient été commencés l’été précédent, et les voitures et camions ont donc pu entrer et sortir de la localité. Cette route s’est révélée importante à la fin de juillet, lorsque le feu de forêt de Taixtsalda Hill a pris naissance non loin de Tetlin Sud.
Anomalies climatiques de température pour juin à août 2018
Source : NOAA et ECCC
Description détaillée
La carte montre les anomalies climatiques de température pour la période de juin à août 2018. Pendant cette période, l’ouest de l’Alaska, l’extrême-sud du Yukon et le nord de la Colombie-Britannique ont connu des conditions plus chaudes que la moyenne. Le secteur de l’Alaska et du Yukon longeant la mer de Beaufort, ainsi que la majeure partie du centre des T.-N.-O. ont connu des températures inférieures à la normale, tandis que les secteurs du centre de l’Alaska et du Yukon ainsi que le sud-ouest des Territoires du Nord-Ouest (T.-N.-O.) ont connu des températures près de la normale pendant cette même période.
Emplacement Température moyenne (°F) Température moyenne (°C)
Anchorage 58.7 14.8
Bethel 54.7 12.6
Bettles 56.3 13.5
Cold Bay 51.1 10.6
Dawson 57.2 14.0
Deadhorse 41.8 5.4
Fairbanks 59.4 15.0
Fort Nelson 61.7 16.6
Fort Simpson 60.4 15.8
Fort St. John 59.7 15.4
Inuvik 51.1 10.6
Juneau 57.9 14.4
Ketchikan 60.0 15.6
King Salmon 55.0 12.8
Kodiak 54.9 12.7
Kotzebue 55.0 12.8
McGrath 59.0 15.0
Nome 51.5 10.8
Norman Wells 56.3 13.5
Old Crow 54.0 12.2
Prince George 59.2 15.1
St. Paul 47.7 8.2
Utqiagvik 37.9 3.3
Whitehorse 57.0 13.9
Yakutat 55.2 12.9
Yellowknife 57.9 14.4
Anomalies climatiques de précipitations de juin à août 2018.
Source : NOAA et ECCC
Description détaillée
La carte indique les anomalies climatiques de précipitations pour la période de juin à août 2018. La quantité totale de précipitations était supérieure à la moyenne sur la majeure partie de l’Alaska, le Yukon et l’ouest des Territoires du Nord-Ouest, tandis qu’une quantité normale de précipitations a été observée sur de petites régions le long de la frontière du sud du Yukon et des T.-N.O, ainsi que sur la côte centrale de la Colombie-Britannique.
Emplacement Précipitations totales (pouces) Précipitations totales (mm)
Anchorage 6.3 160.0
Bethel 9.8 250.0
Bettles 7.1 180.0
Cold Bay 11.3 287.0
Dawson 7.0 178.9
Deadhorse 4.3 110.0
Fairbanks 5.7 146.0
Fort Nelson 7.2 182.8
Fort Simpson 5.4 136.5
Fort St. John 8.9 226.4
Inuvik 4.8 121.4
Juneau 12.9 328.0
Ketchikan 12.5 317.0
King Salmon 11.6 296.0
Kodiak 16.7 423.0
Kotzebue 4.2 108.0
McGrath 11.4 288.0
Nome 4.3 110.0
Norman Wells 7.1 179.7
Old Crow 6.5 164.4
Prince George 4.0 101.8
St. Paul 8.1 205.0
Utqiagvik 3.2 82.0
Whitehorse 4.7 119.4
Yakutat 31.9 810.0
Yellowknife 9.8 248.0

La saison des feux dans le Yukon et le nord de la Colombie-Britannique

Une série de crêtes en altitude (anticyclones) de juillet jusqu’à la fin d’août a apporté des températures supérieures à la normale et peu de précipitations sur la majeure partie du sud du Yukon et du nord de la Colombie-Britannique. Les conditions chaudes et sèches persistantes sur la région ont prolongé la saison des feux de forêt d’un mois par rapport à la normale. La situation était grave, puisque de nombreux feux de forêt importants ont brûlé très près des villes et des routes.

De forts vents d’ouest le 13 août ont entraîné la croissance fulgurante des feux de forêt dans les régions de Watson Lake au Yukon et de Lower Post en Colombie-Britannique. Le 21 août, ces feux ont forcé la fermeture des routes Robert Campbell et de l’Alaska et ont entraîné l’évacuation de Lower Post. Des vents d’ouest assez forts qui ont persisté tout au long de la semaine suivante ont grandement nui aux efforts pour les éteindre.

Les feux de forêt dans les secteurs du lac Alkali et de la rivière Stikine sud dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique ont forcé l’évacuation de la ville de Telegraph Creek et des terres de la Première Nation Tahltan en Colombie-Britannique. Au total, 44 résidences principales, 69 dépendances, 7 bâtiments historiques culturels, une église et un centre Bon départ/garderie ont été rasés par les flammes.

Les feux de forêt dans la région ont également haussé la Cote Air Santé à un niveau de risque très élevé pendant deux à trois semaines sur tout le nord-ouest de la Colombie-Britannique et au Yukon, notamment dans les régions de Fort St. John, Prince George, Burns Lake et Watson Lake.

À l’opposé, la même météo qui a causé les vastes feux de forêt dans le nord de la Colombie-Britannique et au Yukon a donné un nombre inférieur à la moyenne de feux de forêt en Alaska.

Feu de forêt dans le secteur de la rivière Stikine sud le 6 août 2018.
Description détaillée
La photo montre le feu de forêt dans le secteur de la rivière Stikine sud le 6 août 2018. Photo aérienne fournie par le Wildfire Service de la Colombie-Britannique.
Un avion-citerne Electra L188 s’attaque aux feux de forêt dans le secteur de Watson Lake au Yukon le 21 août 2018.
Description détaillée
Un avion-citerne Electra L188 s’attaque aux feux de forêt dans le secteur de Watson Lake au Yukon le 21 août 2018. Photo fournie par la Direction de la gestion des feux de forêt du Yukon.

Prévisions du phénomène El Niño-oscillation australe

La figure suivante montre les prévisions trimestrielles pour El Niño, La Niña et les conditions neutres entre août 2018 et juillet 2019, d’après les prévisions probabilistes officielles du phénomène El Niño-oscillation australe (ENSO) faites par le Climate Prediction Centre de la NOAA et l’International Research Institute (IRI), au début de septembre 2018. Les lettres sur l’axe des x indiquent la première lettre de chaque mois. Par exemple, ASO représente août-septembre-octobre. Les prévisions sont basées sur l’anomalie de température moyenne à la surface de la mer (TMS) NINO3.4 (entre 120 ° O et 170 ° O, 5 ° S et 5 ° N). Ces prévisions montrent une probabilité qu’un épisode El Niño survienne qui est légèrement inférieure à ce que donnaient les prévisions plus tôt cet été.

Même si El Niño est un phénomène météorologique qui survient dans le sud de l’océan Pacifique, il peut avoir des répercussions sur le climat hivernal de l’Alaska et du nord-ouest du Canada. Pendant El Niño, plus de tempêtes que la moyenne se déplacent vers le nord en provenance des latitudes moyennes dans le golfe de l’Alaska et de la Colombie-Britannique adjacente, ce qui amène de l’air chaud sur ces régions. Étant donné que la formation d’El Niño est probable cet hiver, le nord-ouest du Canada et la majeure partie de l’Alaska ont des chances accrues de connaître des températures supérieures à la normale.

Prévisions probabilistes saisonnières récentes du phénomène El Niño-oscillation australe (ENSO)
Description détaillée
La figure indique les prévisions trimestrielles pour El Niño, La Niña et les conditions neutres entre août 2018 et juillet 2019 d’après les prévisions probabilistes officielles du phénomène El Niño-oscillation australe (ENSO) faites par le Climate Prediction Centre de la NOAA et l’International Research Institute (IRI), au début de septembre 2018. Les lettres sur l’axe des x indiquent la première lettre de chaque mois. Par exemple, ASO représente août-septembre-octobre.

Conditions glacielles fin août 2018 dans les mers de Beaufort et des Tchouktches

Après un début de saison de fonte des glaces qui a commencé très tôt dans le sud de la mer des Tchouktches, la fonte d’été près de l’Alaska a été beaucoup plus lente que dans les dernières années. Elle a ralenti en juin en raison des conditions nuageuses et fraîches qui persistaient. Juillet a été plus doux avec une plus grande activité orageuse, ce qui a augmenté la fonte, qui ne s’est véritablement accélérée qu’en août. Malgré tout, une quantité considérable de glace persistait dans la mer de Beaufort près de la côte de l’Alaska, à l’est du cap Halkett, à la fin d’août. Le couvert était suffisamment consolidé que les vaisseaux non renforcés pour la navigation dans les glaces ont dû attendre que des chenaux s’ouvrent. La glace était bien au nord de la côte de l’Alaska dans la mer des Tchouktches à la fin du mois d’août.

De manière générale, la fonte des glaces dans la mer de Beaufort est en avance actuellement d’environ 3 à 4 semaines par rapport à la normale; à l’inverse, les conditions le long de la côte de l’Alaska sont en retard de 1 à 2 semaines. L’étendue minimale de la glace pour la saison glacielle 2018 étant presque atteinte, de grandes zones de glace qui ont fondu pendant l’été sont représentées en rouge. Toutefois, nous voyons aussi des zones où la glace a persisté plus longtemps que la normale, notamment au nord de la côte de l’Alaska, qui sont représentées en bleu.

Carte illustrant l’écart de la concentration de glace de mer par rapport à la normale dans la partie est de la mer du Beaufort le 27 août 2018.
Description détaillée
La carte illustre l’écart de la concentration de glace de mer par rapport à la normale sur la mer de Beaufort le 27 août 2018. Les zones roses et rouges dans la région de la mer de Beaufort indiquent des zones de glace plus grandes que la normale qui ont fondu pendant la saison estivale. Les zones bleues, par contre, représentent les régions où la glace de mer a persisté plus longtemps que la normale, notamment au nord de la côte de l’Alaska.

Aperçu des températures et des précipitations : d’octobre à décembre 2018

Un modèle combiné canado-américain de prévisions météorologiques est utilisé pour fournir un aperçu des températures et des précipitations pour la période d’octobre à décembre 2018.

L’aperçu des températures d’octobre à décembre 2018 indique que la majeure partie de l’Alaska et du nord-ouest du Canada a de 40 à 90 % de chances de connaître des températures supérieures à la normale (couleurs chaudes). À l’inverse, l’île Banks dans les Territoires du Nord-Ouest ainsi que la partie de l’île Victoria affichée sur la carte présentent une probabilité de 40 % à 50 % de connaître des températures inférieures à la normale (zones en bleu).

L’aperçu des précipitations d’octobre à décembre 2018 indique que la majeure partie de l’Alaska, du Yukon et du nord-ouest des T.-N.-O. a une probabilité de 40 à 60 % de recevoir une quantité de précipitations supérieure à la normale (zones en vert). Des secteurs isolés le long de la mer de Beaufort, de la frontière entre le sud du Yukon et l’Alaska et de la région du Grand lac des Esclaves ont de 40 à 50 % de chances de recevoir une quantité de précipitations inférieure à la normale (zones en brun).

Prévisions probabilistes canado-américaines combinées d’un écart par rapport aux températures normales pour la période d’octobre à décembre 2018.
Description détaillée
La carte montre qu’entre octobre et décembre 2018, la majeure partie de l’Alaska et du nord-ouest du Canada ont une probabilité de 40 à 95 % de connaître des températures supérieures à la normale (couleurs chaudes). À l’inverse, l’île Banks dans les Territoires du Nord-Ouest ainsi que la partie de l’île Victoria affichée sur la carte présentent de 40 % à 50 % de chances de connaître des températures inférieures à la normale (zones en bleu) pour la même période.
Prévisions probabilistes canado-américaines combinées d’un écart par rapport aux précipitations normales pour la période d’octobre à décembre 2018.
Description détaillée
La carte montre qu’entre octobre et décembre 2018, la majeure partie de l’Alaska, du Yukon et du nord-ouest des T.-N.-O. a une probabilité de 40 à 60 % de connaître des précipitations supérieures à la normale (couleurs vertes). Des secteurs isolés le long de la mer de Beaufort, de la frontière entre le sud du Yukon et l’Alaska et de la région du Grand lac des Esclaves ont de 40 à 50 % de chances de recevoir une quantité de précipitations inférieure à la normale (zones en brun).

Le contenu et les graphiques ont été conçus en collaboration avec l’Alaska Center for Climate Assessment and Policy, le National Weather Service – Alaska Region de la NOAA et Environnement et Changement climatique Canada (ECCC).

Partenaires de la région de l’Alaska

  • Alaska Center for Climate Assessment and Policy
  • Alaska Climate Research Center
  • Alaska Climate Science Center
  • National Snow and Ice Data Center (NSIDC)
  • NOAA / NWS Weather Forecast Offices
  • NOAA / NESDIS / NCEI
  • Scenarios Network for Alaska + Arctic Planning

Personnes-ressources de la NOAA pour la région de l’Alaska

Rick Thoman : richard.thoman@noaa.gov
ncei.noaa.gov   •   #regionalclimateoutlooks
Brian Brettschneider : ACCAP brbrettschneider@alaska.edu

Personnes-ressources d’ECCC pour l’ouest du Canada

Gabrielle Gascon : gabrielle.gascon@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :