Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier pour la région du golfe du Maine : décembre 2018

Région du golfe du Maine, Décembre 2018

Phénomènes importants dans le golfe du Maine — de septembre à novembre 2018

Faits saillants de la carte des phénomènes importants
Description longue

Carte de la région du golfe du Maine accompagné d’un texte énumérant les faits saillants suivants en matière de phénomènes importants :

  • Dans la plupart des zones, la première moitié de l’automne a été chaude et sèche, alors que la deuxième moitié a été fraîche et orageuse.

Septembre

Les variations de température ont été fréquentes en septembre. Du 3 au 6 septembre, la région a connu des températures maximales atteignant jusqu’à 36 °C (97 °F). L’air froid est arrivé les 9 et 10 septembre, et les températures minimales sont descendues à -3 °C (27 °F) dans les Maritimes. Du 12 au 18 septembre, les températures maximales ont atteint près de 30 °C (86 °F) (en anglais) dans les trois provinces et le nord du Maine, mais l’air froid est revenu dans ces régions les 24 et 25 septembre, avec des températures minimales de -3,3 °C (26 °F) et du  gel généralisé (en anglais). Des records journaliers de températures maximales et minimales ont été établis chaque fois. Des fronts froids puissants ont traversé les Maritimes les 21 et 22 septembre (en anglais) et les 26 et 27 septembre (en anglais), entraînant des milliers de pannes d’électricité.

Octobre

Une tempête qui a rapidement pris de la force a apporté jusqu’à 82 mm (3 po) de pluie ainsi que de forts vents dans les Maritimes les 15 et 16 octobre. Les rafales les plus fortes ont dépassé les 120 km/h (75 mi/h) et ont été enregistrées au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Les vents ont abattu des arbres (en anglais), privé plus de 60 000 clients d’électricité et perturbé les déplacements (en anglais).

Le 23 octobre, une rare tornade de force EF-1 (en anglais) a frappé Norton, MA, déracinant et arrachant de nombreux arbres. Depuis 1950, le Massachusetts n’a connu que sept autres tornades en octobre, la dernière ayant eu lieu en 1970. On a signalé aussi à plusieurs trombes marines dans la baie de Cape Cod. Le même système de tempête a entraîné des premières chutes de neige significatives dans certaines parties du New Hampshire, du Maine et du Nouveau-Brunswick avec jusqu’à 30 cm de neige du 23 au 25 octobre. Jusqu’à 110 mm (4 po) de pluie sont tombés dans d’autres secteurs des Maritimes.

Une puissante tempête a apporté jusqu’à 125 mm (5 po) de pluie, 15 cm (6 po) de neige et des accumulations de glace dans la région du 27 au 29 octobre. Des rafales atteignant 101 km/h (63 mi/h) ont soufflé sur la région, la plus forte rafale ayant atteint 156 km/h (97 mi/h) à Grand Étang (Nouvelle-Écosse). Les vents violents ont entraîné des pannes d’électricité (en anglais), des annulations de services de traversiers, des chutes d’arbres et inondations mineures des côtes (en anglais). Avant la tempête du 27, plusieurs sites des Maritimes ont établi des records journaliers de températures minimales alors que les températures ont chuté à -12 °C (10 °F).

Novembre

Une série de tempêtes a traversé la région en novembre.

Du 2 au 4 novembre, un puissant système de tempête a été à l’origine de rafales de vent ayant atteint jusqu’à 119 km/h (74 mi/h) et qui ont été accompagnées de 100 mm (4 po) de pluie dans la région.

Les 15 et 16 novembre, une autre tempête intense a apporté jusqu’à 30 cm (12 po) de neige, avec un orage de neige signalé dans l’est du Massachusetts (en anglais).

Du 27 au 29 novembre, une puissante tempête avec des vents atteignant 140 km/h (87 mi/h) s’est accompagnée de jusqu’à 30 cm (12 po) de neige sur les Maritimes.

Lorsque ces tempêtes ont quitté la région, de l’air froid est arrivé derrière elles, établissant de nombreux records de température minimale. Par exemple, après la tempête des 15 et 16 novembre, les températures ont chuté jusqu’à -23 °C (-9 °F). Le mois de novembre 2018 s’est classé parmi les cinq mois de novembre les plus froids jamais enregistrés pour plusieurs sites (en anglais). De plus, les tempêtes continuelles ont contribué à ce que novembre 2018 se classe parmi les cinq mois de novembre les plus pluvieux et/ou les cinq mois de novembre les plus enneigés jamais enregistrés pour plusieurs sites. Voir les incidences régionales pour obtenir davantage de renseignements sur les tempêtes de novembre.

Vue d’ensemble du climat régional — de septembre à novembre 2018

Températures : Écarts par rapport à la normale pour l’automne

Températures, Écarts par rapport à la normale pour l’automne
Description longue

Carte de la région du golfe du Maine indiquant les écarts de température moyenne par rapport à la normale des mois de septembre à novembre 2018. L’échelle à droite montre les anomalies positives (au-dessus de la normale) jusqu’à 5 degrés Celsius de plus en rouge, les anomalies négatives (sous la normale) jusqu’à 5 degrés Celsius de moins en bleu, et les températures près de la normale (de 0,5 degré Celsius de plus jusqu’à 0,5 degré Celsius de moins) en blanc.

La carte montre qu’en établissant la moyenne des trois mois d’automne, la température de la majeure partie de la région a été plus fraîche que la normale. L’écart de température par rapport à la normale se situe entre moins 2 et moins 1 degré Celsius sur une bonne partie du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et du nord-ouest du Cap-Breton. L’écart de température par rapport à la normale ailleurs dans les Maritimes se situe entre moins 1 et plus 0,5 degré Celsius.

Les températures automnales (moyenne calculée pour les mois de septembre, octobre et novembre) ont été inférieures de 2 °C (4 °F) par rapport à la normale ou proche de la normale dans la majeure partie de la région (image ci-dessus). Les températures en septembre ont varié de températures proches de la normale dans certaines parties des Maritimes à des températures 3 °C (5 °F) au-dessus de la normale sur certaines parties de la Nouvelle-Angleterre. Les températures d’octobre ont varié de 3 °C (5 °F) sous la normale dans le nord du Maine et le nord du Nouveau-Brunswick à des températures proches de la normale dans le Massachusetts, le New Hampshire et la Nouvelle-Écosse. Les températures en novembre ont varié de 4 °C (7 °F) sous la normale dans certaines parties du New Hampshire, du Maine et du centre du Nouveau-Brunswick à des températures proches de la normale dans le sud-est du Massachusetts et dans certaines parties de la Nouvelle-Écosse. Les données sur les normales de température sont calculées en fonction des données de 1981 à 2010.

Graphique de la série chronologique des températures normales et des températures moyennes journalières à Portland (Maine)
Description longue

Le graphique de la série chronologique des températures normales et des températures moyennes journalières pour Portland (Maine) du 1er septembre au 30 novembre 2018 montre les fluctuations (à la hausse et à la baisse) des températures journalières par rapport à la normale au cours de la période de trois mois. Le graphique est ombré en rouge lorsque les températures journalières sont supérieures à la normale et ombré en bleu lorsque les températures sont inférieures à la normale. Il montre d’importantes variations à la hausse et à la baisse par rapport à la normale, la plupart des températures moyennes journalières étant supérieures à la normale dans la première moitié de la période et inférieures à celle-ci dans la seconde moitié de la période.

Températures journalières moyennes et normales à Portland (Maine) du 1er septembre au 30 novembre 2018. Les températures ont été supérieures à la normale durant la première moitié de l’automne (en rouge) et inférieures à la normale durant la seconde moitié de l’automne (en bleu). Source : Climate Prediction Center (CPC) de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis.

Précipitations : pourcentage de la normale pour l’automne

Précipitations, pourcentage de la normale pour l’automne
Description longue

Carte de la région du golfe du Maine montrant la quantité totale de précipitations reçues comme pourcentage de la normale, accumulée durant la période allant de septembre à novembre 2018. Les données au-dessus de la normale (110 % et jusqu’à 200 % de la normale) sont présentées en vert, celles sous la normale (90 % de la normale ou moins) sont en brun, et celles proches de la normale (de 90 % à 110 % de la normale) sont en blanc.

La carte montre que les précipitations ont été près de la normale sur le nord-ouest du Nouveau-Brunswick et sur le nord et le centre du Maine. Les précipitations ont été inférieures à la normale sur les zones à l’extrême nord du Nouveau-Brunswick. Le reste de la région a été, en général, plus humide que la normale. Pour ce qui est des secteurs sud-ouest du Nouveau-Brunswick ainsi qu’une bonne partie de la Nouvelle-Écosse, les précipitations ont été, en moyenne, supérieures à la normale avec des valeurs de 125 à 150 % de celle-ci.

Les précipitations automnales (accumulées de septembre à décembre) ont, en général, varié de 75 % de la normale dans le nord du Nouveau-Brunswick à 200 % de la normale dans le sud-est du Massachusetts. Les précipitations de septembre ont varié de 25 % de la normale au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse à plus de 200 % de la normale au New Hampshire et au Massachusetts. Les précipitations d’octobre ont varié de 50 % de la normale dans le nord du Nouveau-Brunswick à 200 % de la normale dans l’est de la Nouvelle-Écosse. Les précipitations de novembre ont varié de près de la normale dans le nord du Nouveau-Brunswick à plus de 200 % de la normale dans certaines parties de la Nouvelle-Angleterre. Les normales de précipitations des États-Unis sont calculées selon les données de 1981 à 2010 et les normales des précipitations du Canada, selon les données de la période 2002-2017.

Écarts de température à la surface de la mer par rapport à la normale
Description longue

Carte de la région du golfe du Maine indiquant les écarts de température de la surface de la mer par rapport à la normale calculés sous forme de moyenne pour les mois de septembre à novembre 2018. L’échelle à droite montre les écarts de plus 3 à moins 3 degrés Celsius; les anomalies positives (au-dessus de la normale) sont indiquées en rouge et les anomalies négatives (sous la normale), en bleu. Les anomalies près de 0 degré Celsius (températures proches de la normale) sont montrées en blanc.

La carte montre des températures de surface de la mer supérieures à la normale sur l’ensemble de la région, lorsque la moyenne est calculée sur la période de trois mois. Pour de plus amples renseignements, se reporter au texte.

Les anomalies de température à la surface de la mer (TSM) de l’automne ont été très supérieures (1 à 3 °C [2 à 5 °F]) à la moyenne sur 30 ans de la région. Dans le golfe du Maine, les anomalies positives ont été les plus fortes dans les bassins centraux plus profonds (environ 2,5 °C [4,5 °F]) et légèrement plus faibles dans les eaux côtières (environ 1,5 °C [2,7 °F]). Au large du plateau continental au sud de la Nouvelle-Écosse, une zone chaude d’anomalies de température se situait aux alentours de 3,5 °C (6,3 °F) au-dessus de la normale. Les normales de TSM sont calculées en fonction des données de 1985 à 2014.

Incidences régionales : de septembre à novembre 2018

La première moitié de l’automne a été chaude et sèche (exceptée dans le Massachusetts où il a été généralement humide). Au début du mois de septembre, le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et la côte du Maine ont connu une sécheresse modérée alors qu’ailleurs dans la région, la sécheresse était anormale. Au cours du mois, certaines parties de la Nouvelle-Écosse ont connu des pénuries d’eau, car les puits peu profonds se sont taris. La province a transporté de l’eau potable par camion (en anglais) dans plusieurs communautés. Les services d’incendie ont livré de l’eau (en anglais) dans les maisons et ont servi de postes d’eau (en anglais). Lors de la lutte contre les incendies, les services d’incendie ont dû composer avec des puits et des points d’eau asséchés. Dans le comté d’Aroostook (ME), les conditions de sécheresse ont contribué à une pénurie de foin (en anglais) et ont permis au gaillet, une espèce végétale envahissante, de prospérer, réduisant le nombre d’acres de foin de certains agriculteurs. À la fin de septembre, certaines parties du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse étaient toujours en état de sécheresse anormale, et celle-ci s’est étendue au reste des Maritimes et au nord du Maine.

30 novembre 2018, Carte du Programme de surveillance de la sécheresse en Amérique du Nord
Description longue

La carte illustre les conditions de sécheresse pour la Nouvelle-Angleterre et les Maritimes en cinq catégories d’intensité : D0 conditions anormalement sèches, D1 sécheresse modérée, D2 sécheresse grave, D3 sécheresse extrême, et D4 sécheresse exceptionnelle.

La carte montre que seules les zones à l’extrême nord-ouest du Nouveau-Brunswick et à l’extrême nord du Maine ont connu des conditions de sécheresse, et que ces régions ont connu des conditions anormalement sèches.

Voici les logos des organisations participantes (de gauche à droite, rangée du haut) : USDA, US National Drought Mitigation Center, CONAGUA (Comisión Nacional Del Agua), et (de gauche à droite, rangée du bas) USA Department of Commerce, NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), Agriculture et Agroalimentaire Canada, et Environnement et Changement climatique Canada.

La surveillance de la sécheresse en Amérique du Nord, 30 novembre 2018

Tempêtes en fin d’automne

Vers la mi-octobre, la situation météorologique a évolué, ce qui a entraîné du temps frais et de fréquentes tempêtes pendant le reste de l’automne. Les précipitations en octobre et en novembre ont contribué à l’amélioration des conditions de sécheresse (en anglais) dans la région, sauf dans le nord du Nouveau-Brunswick et du Maine. Toutefois, cela a rendu difficile la récolte des pommes de terre sur l’Île-du-Prince-Édouard. Le déversement d’eaux usées dans les cours d’eau (en anglais) a été une autre conséquence des épisodes de fortes précipitations dans certaines parties du Massachusetts. Les vents violents lors de la puissante tempête du 2 au 4 novembre ont laissé plus de 100 000 clients
 (en anglais) sans électricité pendant au maximum six jours, principalement au Nouveau-Brunswick. Un grand nombre d’entreprises et de propriétaires ont signalé des dommages au toit de leurs immeubles, ce qui a bien occupé les couvreurs (en anglais). Au cours de la tempête (en anglais) du 27 au 29 novembre, des vents violents et de fortes chutes de neige ont laissé 375 000 clients sans électricité (en anglais) dans les trois provinces et des érosions ainsi que des inondations côtières (en anglais) se sont produites le long du littoral. En raison des tempêtes, le début de la saison du homard a été retardé (en anglais) en Nouvelle-Écosse.

Photographie de poteaux électriques brisés à l’Î.-P.-É. après la tempête du 27 au 29 novembre.
Description longue

La photo montre plusieurs poteaux électriques brisés le long d’une route près de Charlottetown, sur l’Île-du-Prince-Édouard. Le sol est couvert de neige et la route semble mouillée et partiellement enneigée.

Des poteaux électriques brisés à l’Î.-P.-É. après la tempête du 27 au 29 novembre. Image reproduite avec l’aimable autorisation de la Société Radio-Canada (SRC). (en anglais)

Chutes de neige de novembre

Les tempêtes de novembre ont laissé un surplus de neige dans une grande partie de la région. Novembre 2018 se classe parmi les cinq mois de novembre les plus enneigés jamais enregistrés pour Portland et Caribou (en anglais) (ME) et pour plusieurs endroits des Maritimes, où les chutes de neige ont été deux à trois fois supérieures à la normale. La neige a donné un élan à l’industrie du ski, avec l’ouverture précoce des pistes de ski alpin (en anglais) et de ski de fond (en anglais). Cependant, les communautés ont dû puiser tôt dans leurs budgets d’hiver (en anglais) et les écoles ont déjà utilisé quelques jours de neige (en anglais).

Carte de l’épaisseur de neige modélisée en date du 1er décembre
Description longue

La carte montre qu’une grande partie de la région était enneigée au début de décembre, à l’exception de certaines parties du Massachusetts. C’est au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et les secteurs côtiers et au sud des états de la Nouvelle-Angleterre que l’épaisseur de neige a été la plus faible, allant de traces de neige à 5 cm. Ailleurs, l’épaisseur de neige était de 20 à 30 cm dans de nombreux endroits et atteignait jusqu’à 50 cm à plus haute altitude et dans les secteurs du nord.

Épaisseur de neige modélisée en date du 1er décembre Source : National Operational Hydrological Remote Sensing Center (NOHRSC) de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis.(en anglais)

Saison des ouragans

Pour la troisième année consécutive, la saison des ouragans dans l’Atlantique a connu une activité supérieure à la normale. En 2018, il y a eu 15 tempêtes nommées, (en anglais) dont huit sont devenues des ouragans, deux de ceux-ci étant des ouragans majeurs. Une saison moyenne compte 12 tempêtes nommées, dont six sont des ouragans, parmi lesquels trois sont des ouragans majeurs. C’est la quatrième année consécutive que l’activité des ouragans commence avant le début officiel de la saison (1er juin) et la première année depuis 2008 que quatre tempêtes actives nommées se déroulent en même temps. Selon la NOAA, « les températures plus élevées de l’océan Atlantique, une mousson plus forte en Afrique de l’Ouest et le fait qu’El Niño ne se soit pas formé à temps pour supprimer la saison ont contribué à renforcer l’évolution des tempêtes ». Au cours de l’automne, les vestiges de plusieurs systèmes de tempêtes tropicales ont touché la région. Les vestiges de la tempête Gordon ont apporté 133 cm (5,25 po) de pluie les 11 et 12 septembre. Les 18 et 19 septembre, les vestiges de la tempête Florence ont apporté jusqu’à 152 mm (6 po) de pluie et sont à l’origine d’inondations (en anglais), d’arbres abattus et de pannes d’électricité (en anglais) au Massachusetts. L’ouragan Leslie est demeuré bien au large des côtes, mais a créé des vagues fortes et des courants de marée (en anglais) le long de la côte atlantique de la Nouvelle-Écosse, les 5 et 6 octobre. Du 10 au 12 octobre, un système frontal associé aux vestiges de l’ouragan Michael a apporté jusqu’à 102 cm (4 po) de pluie, des vents forts et des vagues hautes.

La saison des ouragans de l’Atlantique de 2018 en comparaison à une saison moyenne
# Saison 2018 Moyenne par saison
Nombre de tempêtes nommées 15 12
Nombre d’ouragans 8 6
Nombre d’ouragans majeurs 2 3

Tortues de mer et températures de l’océan

Les chercheurs indiquent que le réchauffement des eaux entraîne un élargissement de l’aire de répartition des tortues de mer dans le golfe du Maine (en anglais); cependant, des vagues de froid soudaines peuvent les rendre vulnérables à des températures dangereusement basses. Le 23 novembre, plus de 170 tortues de mer sont mortes de froid (en anglais) au large de Cape Cod (MA). L’association des températures soudainement froides, des vents forts et de la marée haute a empêché les tortues de s’échapper pour rejoindre des eaux plus chaudes.

Carte de l'écart de la température de surface de la mer (TSM) par rapport à la moyenne basée sur un composite de 8 jours du 17 au 24 novembre
Description longue

Carte de l'écart entre la température de surface de la mer et la température moyenne sur une période de 8 jours, du 17 au 24 novembre 2018. L’échelle à droite montre les écarts de plus 4 à moins 4 degrés Celsius, avec des anomalies positives (au-dessus de la normale) en rouge et des anomalies négatives (inférieure à la normale) en bleu. Les anomalies près de 0 degré Celsius (températures proches de la normale) sont montrées en blanc. Le noir indique les zones non analysées.

La carte montre qu’en moyenne sur une période de 8 jours, les températures étaient plus froides que la normale dans certaines zones côtières et au large de la côte atlantique de la Nouvelle-Écosse. Voir le texte pour plus de détails.

Carte composite des anomalies de température de surface de la mer sur 8 jours. Du 17 au 24 novembre, les TSM étaient inférieures à la normale dans les régions côtières peu profondes au large du Massachusetts, du centre du Maine et de la Nouvelle-Écosse en raison du fort refroidissement dû aux températures froides de l’air. La climatologie de la TSM est fonction des données de 1984 à 2014. Source : School of Marine Sciences (École des sciences marines) de l’Université du Maine.

Aperçu régional : hiver 2018-2019

Températures et précipitations

Pour la période de décembre à février, le Climate Prediction Center (CPC) de la NOAA (en anglais) prévoit des températures supérieures à la normale dans l’ouest du Maine et la moitié nord du New Hampshire. Environnement et changements climatiques Canada (ECCC) prévoit un risque accru de températures inférieures à la normale pour la moitié nord du Nouveau-Brunswick et l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard et une probabilité accrue de températures supérieures à la normale pour l’ouest de la Nouvelle-Écosse. Des probabilités égales de températures supérieures, inférieures ou proches de la normale ont été calculées pour la région du golfe du Maine.

Cartes de prévisions saisonnières de température émises par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et par le Climate Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA)
Description longue

Les cartes montrent la probabilité de températures supérieures, inférieures ou près de la normale au cours des mois de décembre à février.

La carte publiée par le Climate Prediction Center de la NOAA (à gauche) montre une possibilité de températures supérieures à la normale dans les secteurs nord-ouest des États de la Nouvelle-Angleterre, sans aucun signe de températures supérieures à la normale ailleurs.

La carte de probabilité publiée par les ECCC (à droite) montre une tendance à des températures plus froides que la normale dans la moitié nord du Nouveau-Brunswick et dans la partie ouest de l’Île-du-Prince-Édouard, des températures plus chaudes que la normale dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, et aucun signe de températures supérieures ou inférieures à la normale ailleurs dans les Maritimes.

Carte des températures du CCP (à gauche), produite le 15 novembre. Carte des températures d’ECCC (à-droite) produite le 30 novembre.

L’aperçu des précipitations prévoit une probabilité accrue de précipitations inférieures à la normale pour l’Île-du-Prince-Édouard, le sud-est du Nouveau-Brunswick et certaines parties de la Nouvelle-Écosse, et des probabilités égales pour le reste de la région.

Carte de prévisions saisonnières de précipitations émises par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) pour les mois de décembre à février.
Description longue

La carte de probabilité saisonnière publiée par ECCC montre une probabilité légèrement accrue de précipitations inférieures à la normale sur l’Île-du-Prince-Édouard et les régions avoisinantes pour l’hiver, sans aucun signe de conditions plus humides ou plus sèches ailleurs.

Carte des précipitations d’ECCC produite le 30 novembre.

El Niño/Oscillation australe (ENSO)

Les conditions ENSO neutres se sont poursuivies en novembre. Le Climate Prediction Center de la NOAA indique qu’il existe 90 % de probabilité qu’El Niño se forme et se poursuive en hiver et 60 % qu’il se forme et se poursuive au printemps. Cet épisode d’El Niño devrait être faible. Pour plus d’informations, consulter le Northeast El Niño Impacts and Outlook (Les incidences et l’aperçu d’El Niño dans le nord-est, en anglais uniquement) et le webinaire de novembre (en anglais) des Eastern Region Climate Services de la NOAA.

Graphique des prévisions El Niño-oscillation australe (ENSO)
Description longue

Les graphiques chronologiques des prévisions probabilistes officielles El Niño d’oscillation australe (ENSO) ont été émis début décembre par le Climate Prediction Center des États-Unis et l’International Research Institute (IRI) for Climate and Society.

L’état ENSO est basé sur l’anomalie de température moyenne à la surface (TMS) NINO3.4.

ENSO neutre : -0,5 °C à 0,5 °C

Les colonnes verticales indiquent la probabilité des prévisions, par intervalle de trois mois, pour chaque élément ENSO (La Niña, neutre et El Niño) identifié respectivement par les couleurs bleu, gris et rouge. Chaque intervalle de trois mois se chevauche sur deux mois. La période couvre une année, de la fin de l’automne/début de l’hiver 2018 à la fin de l’été/début de l’automne 2019. Les lignes de couleurs indiquent la probabilité climatologique de chaque élément sur un intervalle de trois mois.

Le graphique à barres montre que la probabilité des prévisions pour l’élément El Niño est supérieure aux autres éléments pour toute la période. La probabilité des prévisions est la plus élevée au début de la période, à plus de 90 % pour les mois d’hiver. Elle diminue progressivement, mais reste supérieure à 50 % jusqu’au début de l’été. La probabilité des conditions neutres augmente lentement de près de zéro à environ 40 % en été.

Le graphique linéaire montre que d’un point de vue climatologique, les conditions neutres sont plus probables que les autres conditions de l’hiver à l’été. Les probabilités climatologiques d’El Niño et de La Niña sont similaires ou légèrement plus élevées que les conditions neutres à la fin de l’automne et au début de l’hiver.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :