Comité de surveillance bilatéral de la rivière Poplar

Le bassin de la rivière Poplar chevauche la Saskatchewan et le Montana. Créée en 1975 à la demande des États-Unis, la Commission d'étude de la rivière Poplar, qui relève du Conseil technique international des rivières Souris et Rouge, a été chargée d'examiner les possibilités d'aménagement équitable de cette ressource. Cet examen s’imposait surtout à cause de la construction du barrage Morrison, situé près de Coronach, en Saskatchewan (bassin du réservoir Cookson) sur la rivière Poplar Est. Ce barrage, dont la construction s’est terminée en septembre 1976, vise à fournir de l'eau de refroidissement à la centrale énergétique de 600 mégawatts de Coronach. Une formule de répartition a été recommandée au Canada et aux États-Unis en 1977.

En 1977, les gouvernements du Canada et des États-Unis ont soumis la question de la qualité de l'eau dans le bassin à la Commission mixte internationale (CMI). Le Groupe de travail sur la qualité de l'eau de la CMI a terminé son rapport en 1981. On s'est basé sur ce rapport pour établir des objectifs pondérés selon le débit pour de nombreux paramètres de qualité de l'eau. Le Conseil consultatif international de lutte contre la pollution atmosphérique a aussi présenté à la CMI un avis concernant le potentiel de pollution atmosphérique de la centrale énergétique.

Le Comité de surveillance bilatéral de la rivière Poplar, créé le 23 septembre 1980, est composé de représentants des gouvernements du Canada, des États-Unis, du Montana et de la Saskatchewan ainsi que de deux membres d'office représentant le public, l'un canadien et l'autre américain. Le Comité relève actuellement du Conseil international de la rivière Rouge de la CMI. Sa principale responsabilité est de superviser les programmes de surveillance visant à évaluer les risques d'impacts transfrontaliers associés à la centrale énergétique et à son exploitation. Le mandat du Comité a été prolongé jusqu'en 2007.

Le Comité surveille la quantité et la qualité des eaux superficielles et souterraines, de même que la qualité de l'air au Canada et aux États-Unis le long de la frontière internationale. Parmi ses activités, on comptait un échange trimestriel de données et la production d'un rapport annuel. En septembre 1991, le Comité a convenu que l'échange trimestriel de données n'était plus nécessaire, et que le rapport annuel allait suffire. Le rapport annuel de 1990 présenté aux gouvernements a marqué le dixième anniversaire du Comité et comprenait une compilation des données de la période 1981-1990.

Depuis juillet 1975, Environnement Canada et le Service géologique des États-Unis (United States Geological Survey, USGS) recueillent à chaque mois des échantillons d'eau afin de vérifier les concentrations en éléments nutritifs, en ions principaux et en métaux. Ces deux organismes participent également à un programme annuel de contrôle de la qualité, en collaboration avec le ministère de l'Environnement de la Saskatchewan et SaskPower.

Lors de sa réunion annuelle tenue à Helena, au Montana, les 17 et 18 juin 2003, le Comité de surveillance bilatéral a décidé de réduire la fréquence de la surveillance à long terme de la qualité de l’eau de la rivière Poplar Est. Cette décision se basait sur l’évaluation des données sur la qualité de l’eau recueillies depuis le début des années 1980, qui ne font ressortir aucune tendance nette. À partir de 2004, la surveillance se limitera donc aux seules données sur la conductance spécifique obtenues par les moniteurs sur place à la frontière internationale, de même qu’au moyen de quatre échantillons prélevés uniquement par le USGS. Le comité surveillera les trois « drapeaux rouges » pour déterminer si une surveillance accrue s’impose. Ces trois « drapeaux rouges » sont : 1. les changements dans le mode d’exploitation de la centrale; 2. l’augmentation manifeste de la tendance des valeurs de conductance spécifique; et 3. l’augmentation du développement dans le bassin.

Depuis le début de 1982, l’USGS mesure quotidiennement la conductance spécifique dans la vallée de la rivière East Poplar, sur la frontière internationale, ce qui permet de calculer les concentrations de bore et les concentrations de matières dissoutes totales en utilisant une relation basée sur une régression linéaire avec la conductance spécifique. À partir de 2004, les données sur la conductance seront les seules données utilisées pour l’analyse de la qualité de l’eau et la préparation des rapports vu qu’aucun échantillon ne sera prélevé.

En 2004, Luscar Ltd., une entreprise qui approvisionne la centrale de Poplar, a soumis un projet portant sur l’agrandissement de sa zone de charbonnage. Luscar exploite une mine à ciel ouvert dans la mine Poplar River North Mine, depuis 1994. L’exploitation minière de la zone d’extension débuterait en 2008; il s’agirait tout d’abord de construire des lignes électriques, d’aménager une route de transport et d’enlever les morts-terrains. L’exploitation de la charbonnière pourrait débuter en 2010 pour se terminer en 2027. Trois carrières à ciel ouvert serviraient à l’exploitation de douze sections de la zone. Les autorités de la Saskatchewan ont estimé que ce projet correspondait bien à l’idée qu’elles se faisait du « développement », et par conséquent, une évaluation de l’impact sur l’environnement sera effectuée. Environnement Canada prévoit fournir des commentaires sur les résultats de cette évaluation lorsqu'ils seront disponibles.

Les données sur la qualité de l'eau concernant le bore et les MDT pour le rapport annuel de 2005 provenaient essentiellement de mesures quotidiennes de la conductance recueillies sur place par l'échantillonneur automatique dans la rivière East Poplar sur la frontière internationale. De plus, l'USGS a recueilli en 2005 quatre échantillons ponctuels mensuels pour le bore et les MDT et ces données ont également été utilisées avec les données dérivées. Aucun des seuils fixés pour la qualité de l’eau n’a été dépassé en 2005.

Environnement Canada a accepté d'assumer la responsabilité d'entretenir l'appareil de mesure continue de la qualité de l'eau installé à la station East Poplar, sur la frontière internationale. Cet appareil enregistre quotidiennement des données sur la conductance qui sont utilisées pour calculer la teneur en MDT et en bore dans le cadre de la surveillance de la qualité de l'eau de la rivière East Poplar. En l'absence d'échantillons d'eau, le Comité bilatéral a convenu d'utiliser les données recueillies par l'appareil de mesure continue de la qualité de l'eau dans le cadre de son programme de surveillance de la qualité des eaux de surface. Le USGS recueille une fois par trimestre des échantillons ponctuels afin de compléter les données sur la conductance recueillies par l'appareil de mesure continue de la qualité de l'eau.

La centrale électrique de la rivière Poplar a effectué sa vingt-deuxième année de service en 2005. Les deux unités alimentées au charbon, de 300 mégawatts chacune, ont généré 4 345 960 mégawatts (MW) d'électricité. Les facteurs de capacité moyens pour les unités 1 et 2 ont été respectivement de 81,5 % et de 80,7 %. Les facteurs de capacité sont basés sur la puissance de production maximale de 305 MW/h pour chacune des unités No 1 et No 2.Comme les autres années, l'entretien systématique s'est effectué au printemps et à l'automne 2005.

Pour ce qui est de la répartition, basée sur les recommandations de la CMI, les États-Unis ont eu droit a un rejet sur demande de 617 dam3 (500 acres-pieds) à partir du réservoir Cookson en 2005. Un volume de 678 dam3 (550 acres-pieds) a été livré aux États-Unis entre le 1er et le 31 mai 2005. Les débits quotidiens en 2005 ont de plus atteint ou dépassé le débit minimal recommandé par la CMI, sauf pour les jours (29 juillet, 10, 23, 30 et 31 août, 4, 8, 13 et 14 septembre) où les débits quotidiens sont tombés en dessous des valeurs minimales recommandées à cause des barrages temporaires mis en place en amont par les castors.

Le rapport annuel 2005 présente une synthèse des données caractérisant la qualité de l'eau actuelle et les compare aux directives développées pour chaque paramètre spécifique par la Commission mixte internationale dans la Référence de 1977 pour le Canada et les États-Unis. Après évaluation des données de surveillance recueillies en 2005, le Comité estime que les conditions observées sont conformes aux objectifs recommandés.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Unité des eaux transfrontalières
Environnement Canada
Pièce 300, Park Plaza
2365, rue Albert
Regina (Saskatchewan)
S4P 4K1
Tél. : (306)780-6425
Fax : (306)780-7614

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :